Juste un petit mot

je n'ai pas grands chose a dire,mais le seul fait de participer a ma maniere e cette page web me donne un peu de bonheur.
A tous ceux qui liront ces mots,je vous embrasse.
Julie,je t'aime.

Maman - dimanche 16 février 2003

 

Un petit mot en passant

Aujourd'hui, c'est la Saint Valentin. Il est 17H29 et j'ai envie d'écrire ce petit mot pour dire que j'ai la chance d'avoir trouver l'homme de ma vie, celui que j'attendais depuis si longtemps. Michaël, JE T'AIME.
Adeline, ton 'tit Ange qui ne fait que penser à Toi.

Adeline - vendredi 14 février 2003

 

Etoile des neiges , pays merveilleux ....

JOURNAL 2000

12 août
On a emménagé aujourd'hui dans notre nouvelle maison, dans une Suisse ensoleillée. Cet endroit est vraiment magnifique. Les montagnes sont Si majestueuses. Je suis impatient de les voir couvertes de neige. J'adore cet endroit.

14 octobre
La Suisse est l'endroit le plus beau de la planète. Les feuillages passent par toutes les nuances du rouge et de l'orange. Je suis allé en promenade dans ces belles montagnes et j'ai aperçu des
cerfs. Ils sont tellement gracieux. Ce sont sans doute les animaux les plus merveilleux sur terre. J'ai l'impression d'être au Paradis. J'adore cet endroit.

11 novembre
Bientôt l'ouverture de la chasse aux cerfs. J'ai du mal à imaginer qu'on puisse tuer des créatures aussi adorables. J'espère qu'il va bientôt neiger. J'adore cet endroit.

2 décembre
Il a neigé cette nuit. Au réveil, j'ai vu que tout était recouvert de blanc. On dirait une carte postale. Nous sommes sortis pour déblayer la neige sur les marches et nous avons dégagé le chemin d'accès à la pelle. Nous avons fait une bataille de boules de neige (j'ai gagné), mais quand le chasse-neige est passé, nous avons du reprendre les pelles. Quel endroit merveilleux. J'adore la Suisse.

12 décembre
Encore de la neige, cette nuit. J'adore. Le chasse-neige nous a refait une farce en encombrant le chemin. J'adore cet endroit.

19 décembre
Encore de la neige, cette nuit. Je n'ai pas pu aller travailler. Le chemin était obstrué par la neige. Je suis exténué à force de pelleter. Enfoiré de chasse-neige.

22 décembre
Cette merde blanche est encore tombée toute la nuit. J'ai des ampoules plein les mains à cause de la pelle. Je suis sûr que le chasse-neige est planqué dans le virage et attend que j'aie dégagé le chemin. Le connard!

25 décembre
Joyeux Noël de merde ! Encore cette saloperie de neige. Si seulement je pouvais mettre la main sur le fils de pute qui conduit le chasse-neige. Ma parole. Je lui fais la peau, à ce con. Je me demande pourquoi ils n'ont pas rajouté du sel sur la route pour faire fondre cette putain de glace.

27 décembre
Encore cette merde blanche, la nuit dernière. Je suis resté enfermé 3 jours, sauf pour dégager le chemin à chaque passage du chasse-neige. Je ne peux plus aller nulle part. La voiture est enfouie sous un tas de neige. Le gars de la météo dit qu'on doit encore s'attendre à 25cm de merde, cette nuit. Vous avez une idée de combien de pelletées ça représente, 25cm.

28 décembre
Le météorologue de mes deux s'est fichu dedans. Cette fois, c'est plus de 80cm qu'il est tombé. A ce train-là, ça ne fondera pas avant l'été. Le chasse-neige est resté coincé sur la route, et l'autre burne est venu à la porte pour m'emprunter une pelle. Après lui avoir raconté que j'avais déjà bousillé six pelles en dégageant la neige qu'il balançait dans mon allée, je lui ai cassé la dernière qui me restait sur sa sale gueule.

4 janvier
J'ai quand même pu sortir aujourd'hui. Je suis allé au magasin acheter de la nourriture, et sur le chemin du retour, un con de cerf est venu emplafonner l'avant de la voiture. Il a fait 3000 francs Suisse de dégâts. On devrait massacrer ces putains de bestioles. Je croyais que les chasseurs les avaient toutes tuées en novembre.

3 mai
J'ai conduit la voiture au garage en ville. Vous me croirez si vous voulez: la caisse est toute rouillée à cause de cette saloperie de sel qu'ils ont mis partout sur la route.

10 mai
Les déménageurs sont là. Je vais à Marseille. Je n'arrive pas à imaginer que quelqu'un de sain d'esprit puisse avoir envie de vivre dans ce pays paumé.


Dany De l'OM - Marseille - vendredi 17 janvier 2003

Quién dijo que too está perdido?

Reclamos for export
Organizan un cacerolazo internacional para el 20 de diciembre
Habrá cortes en rutas europeas y escraches a Domingo Cavallo en Nueva York


Los grupos antiglobalización de todo el mundo convocaron a un "cacerolazo internacional" para el próximo 20 de diciembre, al cumplirse un año de la caída del gobierno de Fernando de la Rúa, mientras planean hacer "piquetes en rutas europeas" y un escrache al ex ministro Domingo Cavallo en Nueva York, ciudad donde ejerce la docencia.


Bajo la consigna "desobediencia global" y para "levantar las banderas de la rebelión popular en la Argentina", las protestas están programadas "hasta el momento en España, Italia, Suecia y Bélgica", según informó hoy la Agencia de Noticias Cadena Latinoamericana (ANCLA).

Los grupos antiglobalización afirmaron que "muchos de los argentinos desconocen el optimismo que despiertan en todo el mundo" con sus protestas contra el modelo neoliberal. Este tipo de manifestaciones se pudieron ver hace una semana en Praga, capital de la República Checa, donde se realizaron "cacerolazos" contra el ingreso de ese país a la OTAN, convocada bajo la consigna "Todos somos argentinos, convirtamos Praga en Buenos Aires".

Se anunció, entretanto, que en España está previsto realizar bailes de tango en "alguna empresa multinacional o supermercado -cuyos nombres se mantienen en reserva para evitar cualquier medida que lo imposibilite-, y se espera recolectar alimentos y hacer una comida popular en el interior de un banco.

En Bélgica se proyectarán, a su vez, videos sobre la crisis argentina en la puerta de los bancos, mientras que en Italia se realizarán "cacerolazos" y marchas.

En Estocolmo, los paquetes del árbol de navidad serán cambiados por alimentos, informaron. En Londres, Gran Bretaña, el ex cine Metro mostrará todo el día documentales sobre la crisis argentina, mientras que en Chicago, Estados Unidos, se repartirá una especie de guía turística titulada "Welcome to Argentina", con un reportaje fotográfico que mostrará cómo viven en la indigencia los más desprotegidos.

En Nueva York se está organizando también un escrache contra Cavallo, mientras se coordinan protestas en Francia, Finlandia, Dinamarca, Alemania, Brasil y Jordania además de piquetes en diferentes rutas europeas, en apoyo a los grupos piqueteros argentinos.

Quiero decir

Quiero decir que no es en vano la incipiente lucha
ni la porfiada bandera ni la iluminada palabra
ni el silencio jocoso

ni la deshabitada verdad y la feroz mentira

Quiero decir que no pasó sin huella la dulzura
ni el solidario encuentro de las manos
a tientas en medio de esta nieblapaís

ni el sordo galopar de aquellos libertarios
por entre la explosiva urgencia del capital supremo
de transformar como el rey Midas
nuestra tierra próspera de suelo virgen
en su oro ensangrentado
y nuestra deuda e(x)terna
como financiera del terrorismo por la paz

Quiero decir que no habré muerto
para cuando no uno sino miles
se recuesten en un cielo de libertad sin hipoteca
y respiren un aire sin propietarios
y beban feroces un agua sin licitaciones

Quiero decir que no habré muerto
para cuando el todo
vuelva a ser la suma de las partes

cuando descubrir(nos)
no nos cueste vida
ni Kosteckis ni Santillanes *
ni Teresas ** ni NN´s

Quiero decir que no es en vano
no señores
no lo es
que el hambre de siempre
nos golpee como nunca

que los excluidos hacinados
y asesinados
ya no nos sean ajenos

que la lengua infame que todo lo lame
y contamina
esté pidiendo mas saliva a sus aliados
con su insaciable odio por el odio mismo
con su prostíbula palabra que hasta sin decir
todo destruye

* Maximiliano Kosteki y Darío Santillán, asesinados el 26 de junio pasado, en medio de una embestida policial sobre el Puente Pueyrred> ón de Avellaneda, miembros de la Coordinadora Aníbal Verón.
** Teresa Rodríguez, una joven empleada doméstica de 24 años, con dos hijos. Asesinada de un balazo durante la "pueblada" del 12 de abril de 1997 en Cutral- Có. Protestaban porque el entonces gobernador Felipe Sapag les había descontado del salario, por decreto, una bonificación de un 20 por ciento por zona desfavorable, además de otros beneficios.
Cuando la oscuridad no falla
Préstame tu luz de medianoche
tu faro que alumbra
cuando la oscuridad no falla

Préstame tu esperanza cierta
que anda y hace camino al andar
tu varilla que mide precisa
los sinsabores los destierros
también las tentaciones

Préstame tu lucha
compañero
tu inexorable mirada
de hombre pobre pero sabio
que conoce el paño
y los bueyes con que ara
que sabe como nadie
de mentiras pan y circo
y pucherocanjevoto

Préstame tu orgullo de argentino
hombre de la tierra la amistad
y el buen vino

Préstame tu patria
de maradonas y rodrigos
tu gambeta tanguera y tu cumbia pasajera
que hace olvido cuando el mundo aprieta

Préstame tu médula de barrio
tu corazón deforme
tu reclamo > "> golpista> ">
tu valentía para seguir la calle
que es seguir la vida
Préstame tu dignidad
tu coraje tu lealtad
a pesar de los pesares
Quizás mañana bien temprano
cuando el sol aun esté intentando despertar
detrás de
tu carro
los caballos
el frío y tus harapos
venga asomando
firme y sin tregua
este nuevo país el tuyo
este nuevo país el nuestro

Luciano Lazaro - Argentine - mercredi 27 novembre 2002

 

 

Comunicado de prensa

Ref. A las declaraciones del ex
Presidente Carlos Menem
Qué busca Carlos Menem con sus exabruptos?
Poner otra vez a los militares en la calle, ¿para qué? Para violentar domicilios, torturar, violar, secuestrar a las personas y llevarse sus bienes, impunemente?
C. M. se olvidó ya de los 30.000 desaparecidos? De miles de asesinados? De los más de 10.000 presos políticos? De los 500 chicos apropiados? De los cientos de miles de exiliados? De los aterrorizados habitantes que no pudieron irse?
La dictadura implantó el terrorismo de estado e inició el proceso de neoliberalismo que C. M llevó a su culminación con su secuela de hambre, de miseria, de desocupación y entrega .Niños que mueren por desnutrición. Familias destruidas. Aumento de los chicos y mayores que viven en la calle. Represión a los que tratan de inventar nuevas formas de sobrevivir. Represión a los que reclaman el cumplimiento de las leyes y los deberes del estado. Impunidad.
Acaso C. M. quiere que se repita el baño de sangre y dolor que el país sufrió entre 1975 y 1983?
Tal vez para tener la oportunidad de volver a indultar a los culpables y así granjearse su apoyo y el de sus cómplices?
Cuantos votos cree que va a ganar con esto?
Ha pensado el candidato en cuánto repudio habrá de cosechar también?
Si en los últimos tiempos, cada día nos hemos despertado con un despropósito mayor que el día anterior, esta propuesta del candidato, ha colmado todas las medidas de lo abominable.
Los Organismos de DDHH abajo firmantes repudiamos las expresiones del Sr. Carlos Menem y alertamos al pueblo argentino sobre los peligros que entrañan sus concepciones que bien podrían considerase un real culto a la muerte; cuando nuestro castigado país necesita volver a tener sueños y esperanzas, a creer en un futuro de vida plena y a poner el esfuerzo de todos en su construcción.
Abuelas, Madres y Familiares estamos convencidos de que la única propuesta valida para combatir la inseguridad, es implementar la seguridad del trabajo, la vivienda, la educación, la salud y todos los derechos.
Abuelas de Plaza de Mayo.
Madres de Plaza de Mayo- Línea Fundadora.
Familiares de Desaparecidos y Detenidos por Razones Políticas. ANTES Y AHORA LA LUCHA ES UNA SOLA

XXII MARCHA DE LA RESISTENCIA


24 horas - 4 al 5 de diciembre de 2002 - Plaza de Mayo
Convocamos en: Av. de Mayo y Chacabuco, 18 hs.
Esta esquina - donde fue asesinado Gustavo Benedetto el 12/11/02 - simboliza a todos los desaparecidos y asesinados durante los gobiernos constitucionales - 1983 a la fecha)

Jueves 5:
16,30 hs. Madres entregará el pañuelo blanco a H.I.J.O.S. simbolizando el traspaso en la continuidad de la lucha.

18 hs. Cierre de la Marcha en Tribunales, Talcahuano y Tucumán, exigiendo la nulidad de las leyes de impunidad.

Abuelas de Plaza de Mayo; Familiares de Desaparecidos y Detenidos
por Razones Políticas; H.I.J.O.S.; Madres de Plaza de Mayo - Línea Fundadora;
Abuelas, Familiares y Madres del Interior.

Adhieren: Asamblea Permanente por los Derechos Humanos; Centro de Estudios Legales y Sociales; Liga Argentina por los Derechos del Hombre; Movimiento Ecuménico por los Derechos Humanos; Servicio Paz y Justicia.
Asociación Argentina de Actores, ARGRA, CTA, FOETRA, FUA, SUTEBA, UTPBA, Centro de Estudiantes Secundarios y Universitarios; A.V.I.S.E., Comisión de Apoyo a Familiares y Madres de Ledesma; Encuentro por la Memoria
Asambleas y agrupaciones barriales y agrupaciones de piqueteros
Familiares de víctimas de la represión durante los gobiernos constitucionales.

 

A las abuelas, madres y familiares

Dónde cuándo

A los desaparecidos de ayer
a los de hoy
Qué hago con tu ausencia
cuando ya no quedan sombras
cuando vienen a la carga
los dolores las franquezas
tambien la realidad
Dónde guardo el olvido
para cuando los recuerdos atormentan
y no cesan
Dónde el plato vacío que dejaste en la mesa
con tu reflejo aun fresco
en los espejos de la casa
Por qué lugar le puedo entrar a ese silencio
que quedó dormido del lado de tu cama
cuando por la mañana ibas
(y aun no regresas)
hasta entradas las horas donde todo
ya es de noche
y la rutina el precipicio hasta la muerte
se confundieron ya con nuestra jornada
Dónde guardo las botellas con tus huellas
y las nuestras
para que quizá en algun lejano tiempo
nos reconstruyan los cuerpos
sus memorias y sus olvidos
y nos podamos ver
de futuro a futuro
y nos reconozcamos
los amores y los besos
el color a nosotros
que se llevaron tus ojos
y el dolor a vos
que llevo en mis almas

Luciano Lazaro - Argentine - vendredi 22 novembre 2002

 

 

La Argentina ensimismada

Nuestro país se debate en una suerte de ruleta rusa desde hace ya demasiado tiempo, insiste el pueblo legítimamente en querer condenar a la clase dirigente toda para que de una vez entiendan que no los queremos mas, pero ese reclamo popular carece todavía de vigor, de una fuerza solidaria y mancomunada, que desactive de una vez por todas esta bomba de tiempo que nos han puesto en las manos disfrazada de democracia, cuando, en el mejor de los casos, es una partidocracia autoritaria, o -como las llama Eduardo Galeano- democraduras: dictaduras al servicio de los poderosos de ocasión envueltos en los mas selectos y costosos ropajes de la democracia, una democracia que se derrumba por su propio peso al carecer de participación, representación y federalismo.
Entonces: ¿cuál es la salida? La respuesta es simple: UNA VERDADERA DEMOCRACIA, sin dictadores, ni uniformados ni ex patilludos, ni saadistas ni sádicos, ni golpistas ni empresarios evasores camuflados de pueblo gracias al fútbol, ni ex ministros ni torturadores.
Lo verdaderamente cierto es que las opciones que quedan no son lo suficientemente convincentes, unos por carecer de ideas, otras por tenerlas pero con una tibieza que no está a la altura de la gravedad de la situación, y otras (la mayoría) por la falta de estructura. Pero es bueno preguntarse si la población no estaría dispuesta a sumar su apoyo a una gran coalición de partidos que formaran un frente único, solidario, federalista, popular, con el aporte de artistas e intelectuales que sean convocados para repensar la Argentina, patear el tablero e insertarnos definitivamente en el mundo, pero no en El Mundo que nos han impuesto como único y absoluto, sino el otro, ese que esta pariéndose a si mismo desde hace un tiempo en las luchas populares que han derribado gobiernos como el del nefasto tándem De la Rúa-Cavallo, el que ha impedido las privatizaciones en Perú, el que recorrió cientos de kilómetros en México defendiendo el derecho a la tierra de sus aborígenes, el que eligió a Lula presidente del Brasil, o el que le dijo no a los intentos golpistas en Venezuela. Ese mundo también esta en Europa, en la Francia que salió a las calles a decir no a la xenofobia y la exclusión, en Florencia con los millones de personas que le hicieron saber al mundo que este modelo se ha decapitado a si mismo, diciendo BASTA YA, HASTA AQUÍ LLEGARON.

Ese mundo es posible, ese mundo está en todos y cada uno de nosotros, solo falta que esa suma de partes se haga de una buena vez y forme ese TODO que recién allí dará batalla a la corrupción, la injusticia, el hambre y la miseria en la que nos han sumido.

Ahora es tiempo, ahora es cuando debemos exigirle a los políticos honestos QUE SE UNAN, QUE DEJEN SUS EGOS A UN LADO, QUE SE PONGAN DE ACUERDO EN LA FORMACIÓN DE UN FRENTE ÚNICO Y SOLIDARIO, Y NOS CONVOQUEN A TODOS LOS QUE QUEREMOS UN PAÍS EN SERIO, A LOS QUE QUEREMOS TRABAJAR POR Y PARA EL PUEBLO, SIN ROBAR NI HACER ALARDE DE LA GRAN VIVEZA CRIOLLA QUE NOS CARACTERIZA Y NOS CARICATURIZA, LA MISMA QUE NOS HA SEPULTADO.

SINO, LO QUE NOS ESPERA ES AÚN PEOR Y QUEDAREMOS EN LA HISTORIA COMO EL GRAN PAÍS QUE QUISO SER Y NO PUDO, EL DE LA ARGENTINA ENSIMISMADA.

Luciano Lazaro - Argentine - mercredi 20 novembre 2002

 

 

Desintiéndonos

La cafetera mira desahuciada
Deshabitada como una soledad sin cómplices
La ternura de los árboles que en su roce
Hablan de una antigua historia
De amores olvidados por el viento

Quien no sabe que hacer con su canción
Es el hombre que vive
Del otro lado de la calle de los olvidos
En la esquina donde los viejos amores
Se transforman en recuerdos borrosos
Nebulosas de un pasado ya muerto
Y parece que en esa historia
Mas o menos
estamos todos
olvidándonos los amores
olvidándonos un país
dejándonos los abrazos
en cualquier parte
desintiéndonos
haciéndonos los sota
cuando el mundo que inventaron
unos pocos para otros tantos
nos pregunta gentilmente a balazos
y miseria
hacia dónde queremos ir

cuando el mundo que soñamos
nosotros los muchos
nos ruega
nos suplica
nos enmudece a gritos
nos pregunta gentilmente a fracasos
cuánta agua más
deberá pasar bajo el puente
de este río ensombrecido
de cadáveres

de este río de luchas
que dejamos inconclusas

de este río grande entumecido
triste hosco
casi indiferente

Luciano Lazaro - Argentine - jeudi 24 octobre 2002

 

 

Marrons.

Le temps se gâte.
Des marronniers tombent des
marrons.
Riez.
Ah ah ah !
Oh.
On dirait que
Le temps se gâte.

Damien Bagarry - Marseillais de Munich - mercredi 23 octobre 2002

 

 

Poème

Ce poème est dédié à ma belle nanou. Ecrit un soir de solitude et d’insomnie. Je l’aime, elle fait partie de ma vie… Anne
Un petit prénom
Une grande femme
Qui, cachant ces démons
Me révèle son âme
Elle n’a pas vu encore
Qu’elle possède mon corps
J’aurai beau faire des efforts
Seul son amour me touchera encore
Je l’aime et sa peur
Pour une vie meilleure
M’emporte vers un océan infini
Mais un jour, se construira le nid
Si elle l’espère, moi aussi
Nous serons heureux
Ensemble et pour la vie
Nous resterons amoureux
Anne, pour toujours
Je te promets mon amour
Et, si tu le veux
Prends ma main vers de nouveaux cieux

FX Hélie - mardi 22 octobre 2002

 

 

De la liberté

Le mot "Liberté", c'est un mot que l'on emploie souvent
à tort ou à travers, comme tous les mots d'ailleurs.
Paradoxalement, parce que c'est un mot, même le mot
"Liberté" est un lien, un lien entre deux personnes :
- Celui qui parle et celui qui écoute -
Donner leur sens au mot, c'est véritablement un travail de poète.
donc un travail d'homme.
J'ai lu ici ou là que le propre de l'homme, par rapport à toutes les
autres espèces de la création, ce serait de parler. Ca voudrait dire
que pour vivre en homme il faudrait toujours s'efforcer de vivre
en poète, c'est à dire remplir de vie les mots qu'on dit.
(C'est en tous cas ici que ma phrase et moi nous sommes arrivés,
mais elle me souffle d'ajouter : et ce serait trop triste de croire
vivre en poète sans savoir vivre en homme).
C'est un peu ce que nous nous efforçons tous de faire : à partir du
sens des mots qui nous ont été légués par ceux qui ont parlé avant nous,
donner un sens, puisé dans notre propre vie, aux mots que nous disons
pour le partager avec ceux que nous aimons. La difficulté, c'est que
comme nous sommes tous différents, nous donnons tous un sens différent
au même mot, ce qui ne nous permet pas toujours de nous comprendre.
Finalement, un mot, c'est un lien entre deux personnes et chaque mot
prend son sens particulier entre deux personnes. Le mot amour, surtout.
"Il faut être deux pour faire un poème.
Celui qui parle est le père, celui qui écoute est la mère,
le poème est leur enfant."
écrivait Daumal.
Comme si le mot était un poteau indicateur de quelque chose
que nous partageons plus loin dans le silence, dans ce silence
qui pourrait bien être notre bien commun, l'endroit où nous
nous comprenons. Et quand je dis "où nous nous comprenons",
j'espère que vous m'avez compris.
"A moi. L'histoire d'une de mes folies" écrivait Rimbaud qui pensa
avoir trop espéré des mots et nous le dit... avec des mots... juste
avant de sombrer dans le silence... parce qu'il n'avait pas lu
Jean-Pierre Rosnay qui lui écrit "Nous avons tout dit. Tout nous
reste à dire"... et c'est ainsi que notre dialoque se poursuit. Même
avec toi, Arthur ! Tu peux bien te taire semblant d'être mort.
Nazim Hikmet et Robert Desnos mesurèrent le poids du mot Liberté
dans les circonstances les plus difficiles, des circonstances où ils
furent physiquement privés de liberté. Nazim Hikmet passa une
grande partie de sa vie en prison et Desnos termina la sienne en
camp de concentration. Et pourtant en écoutant leurs poèmes, qui
pourrait douter qu'ils furent libres toute leur vie ? Ils ont vécu en
homme et en poète et leur vie témoigne pour leurs mots tout autant
que leurs mots témoignent pour leur vie.
Mais le désert, je ne l'ai jamais vraiment traversé, cet endroit
où, si l'on ne meurt pas, dit-on, on entend couler la source,
où l'on connaît le goût de l'eau, où l'on entend le mot que
peut enfanter le silence. Ce qui explique d'ailleurs qu'après
avoir parlé, je me demande souvent si je n'aurais pas mieux
fait de me taire. J'espère en tous cas ne pas vous avoir
dérangé.

Amitié et Vive la Poésie. Blaise Rosnay - lundi 21 octobre 2002

 

 

Les Chaussures

Proverbe : J'ai pleuré parce que je n'avais pas de chaussures, jusqu'au jour où j'ai vu un homme qui n'avait pas de pieds

Pierre BELIERES - jeudi 17 octobre 2002

 

 

TE RECUERDO VÍCTOR
(1973-SEPT.16-2002)

El militar habia estado muy ocupado gritando órdenes por el micrófono y profiriendo amenazas. Era un hombre alto, rubio, y bien parecido. Se pavoneaba de un lado a otro estudiando a sus detenidos y evidentemente disfrutaba con el papel que le había sido asignado. En determinado momento reconoció a Víctor Jara entre sus prisioneros. Hizo una mueca irónica, imitó el acto de tocar la guitarra, rió, y a continuación se pasó rápidamente el dedo por el cuello.
Víctor permaneció sereno y apenas intentó algún gesto de respuesta, pero el oficial gritó repentinamente: "¿Que hace aquí éste hijo de puta?" Llamó a los guardias que le acompañaban y les ordenó: "No permitan que se mueva de aquí, a éste me lo reservo." Despues, Víctor fue trasladado al sótano, donde se le vió fugazmente en un vestuario, el mismo en el que con tanta frecuencia se habia preparado para cantar en ese Estadio Nacional. La diferencia era que ésta vez Víctor estaba cubierto de sangre y tirado en el suelo lleno de orina y excrementos.
Por la noche le devolvieron a la parte principal del estadio y le dejaron con los demás presos. Apenas podía caminar, tenia la cara y la cabeza ensangrentadas y amoratadas, al parecer le habían pateado. Los amigos le limpiaron la cara y procuraron que estuviera cómodo.
Al dia siguiente, Viernes 14 de septiembre, los presos fueron divididos en grupos de alrededor de doscientos, preparándolos para un eventual traslado. Fue en ese momento cuando Víctor, ligeramente recuperado, preguntó a sus amigos si alguien tenia lápiz y papel, y comenzo a escribir su última canción.
Garabateaba a toda prisa e intentaba registrar parte del horror al que se estaba dando rienda suelta en Chile, para que el mundo entero lo supiera.
Al llegar a los ultimos versos, para los cuales seguramente ya tenia la música en su interior, lo interrumpió un grupo de guardias que fue a buscarlo y lo separó de los que estaban a punto de ser trasladados. Víctor le pasó de prisa el papelito a un compañero sentado a su lado y éste lo escondio en su calcetin. Cada uno de los que allí quedaron intentó aprenderse de memoria esas palabras para que fueran conocidas por el mundo si lograban salir de allí.
Luego de destrozarle las manos a golpes de culata y balearle las piernas,los militares lo dejaron desangrar hasta morir. "Canta ahora si puedes, hijo de puta," le gritaba el oficial alto, rubio, y bien parecido. La mañana del domingo 16 de septiembre los habitantes de una población cercana encontraron seis cadaveres yaciendo en ordenada fila al borde del camino. Todos tenían heridas espantosas y habian sido baleados con metralleta. Uno de ellos era Víctor. Ésta es la canción que escribió antes de morir:

Somos cinco mil
en esta pequeña parte de la ciudad.
Somos cinco mil
¿cuantos seremos en total
en las ciudades y en todo el país?
Sólo aquí, diez mil manos
que siembran y hacen andar las fábricas.
Cuánta humanidad
con hambre, frío, pánico, dolor,
presión moral, terror y locura.
Seis de los nuestros se perdieron
en el espacio de las estrellas.
Un muerto, un golpeado como jamás creí
se podria golpear a un ser humano.
Los otros cuatro quisieron quitarse todos los temores
unos saltando al vacío,
otros golpeandose la cabeza contra el muro,
pero todos con la mirada fija de la muerte.
¡Qué espanto causa el rostro del fascismo!
Llevan a cabo sus planes con precisión artera
sin importarles nada.
La sangre para ellos son medallas.
La matanza es acto de heroísmo.
¿Es éste el mundo que creaste, Dios mio?
¿Para esto tus siete días de ascenso y de trabajo?
En estas cuatro murallas sólo hay un número
que no preocupa,
que lentamente quería más la muerte.
Pero de pronto me golpea la conciencia
y veo esta marea sin latido,
pero con el pulso de las maquinas
y los militares mostrando su rostro
de matrona llena de dulzura.
¿Y México, Cuba y el mundo?
¡Que griten esta ignominia!
Somos diez mil manos menos
que no producen.
¿Cuantos somos en toda la patria?
la sangre del compañero Presidente
golpea más fuerte que bombas y metrallas.
Asi golpeará nuestro puño nuevamente.
¡Canto, qué mal me sales
cuando tengo que cantar espanto!
Espanto como el que vivo
como el que muero, espanto.
De verme entre tanto y tantos
momentos del infinito
en que el silencio y el grito
son las metas de este canto.
Lo que veo nunca ví,
lo que he sentido y lo que siento
harán brotar el momento...

Jeudi 10 Octobre 2002

 

 

Lula

Por José Pablo Feinmann

Absurdas, cuanto menos, fueron las reacciones "patrióticas" por esa afirmación del candidato del PT, Lula Da Silva: que la Argentina, habría dicho, era una republiqueta. ¿Y qué? ¿Alguien lo ignora aquí? ¿O no se le permite decir a un político extranjero lo que dice el 80 por ciento del país? ¿Andaría más de media Argentina diciendo "que se vayan todos" si "todos" no hubieran convertido a la Argentina en una republiqueta? ¿O se pretende reeditar lo de la campaña antiargentina de la dictadura? La Argentina no es una republiqueta en totalidad. En algunos de sus aspectos sociales y políticos ha llevado al resto del mundo a visualizarla como un punto de resistencia a la globalización, como uno de los países que generó un fuerte movimiento antiglobalizador. Se podrá, por ejemplo, disentir en muchas cosas con Toni Negri, pero no estaría la Argentina a la mano del más leído teórico-político de los últimos años si fuera una republiqueta. A la mano significa: Negri encuentra elementos -si no ejemplares- ejemplificadores en la Argentina. Y también Paolo Virno. Otro teórico de ese concepto spinociano de la "multitud". La cuestión, para abreviar, sería así: muchos teóricos extranjeros se han apasionado con la Argentina post 19 y 20 de diciembre de 2001. Piensan en la Argentina de las asambleas, de los piquetes, de los intentos de democracia directa y ni por asomo hablarían de una republiqueta. Tampoco Lula. Cuando Lula habla de la Argentina-republiqueta se refiere a la misma que desde la base de los movimientos sociales más dinámicos de nuestra historia actual se califica como tal. Nunca un país es calificado en totalidad. La "campaña antiargentina" no era "antiargentina", era "antidictadura". Se criticaba a un gobierno sanguinario, no a un país. Lo mismo con esto de la "republiqueta": no se habla de todo el país, se habla de los sectores políticos y económicos que llevaron a este país a ser una republiqueta y lo siguen llevando, ya que siguen enquistados en el poder, y están tramando las futuras elecciones para que todo siga igual, para que nada cambie, para que la Argentina siga siendo, sí, una republiqueta.
La Argentina -hoy- lo es porque en eso la ha transformado el capitalismo financiero que se adueñó de ella con el pero-menemismo. La fundió, se la robó, la enajenó por completo. Sobre esto ya no vale la pena discutir, está hecho y se sabe quiénes y por qué lo hicieron. Lo importante es que no sigan haciéndolo. Y el punto primero es derrotar a la vieja política, la que les permitió a las finanzas destruir el Estado y achicar la nación. Achicarla tanto, pero tanto hasta convertirla en lo que hoy, con loable precisión, el candidato del PT ha dicho que es: una republiqueta. Una republiqueta amasada entre la gula infinita del capital financiero (especulativo antes que productor, enemigo de la producción y enemigo del consumo, que reside en el mercado interno al que ha llevado a la inexistencia) y los políticos que han transformado a la política en una carrera de enriquecimiento personal, transformando, para eso, a su clase en personera servil y cómplice de las empresas financieras. De modo que basta de perder tiempo con patrioterismos estériles. Somos una republiqueta. Y también somos la fuerza que niega, que se opone a los que han hecho del país una republiqueta y dice: "Que se vayan todos". Somos, así, acaso algo parecido a las multitudes antiglobalizadoras con que sueñan Negri y Virno. Por ese camino se seguirá para impedir el hundimiento total.
Pero hay otra cuestión y es la que atañe al propio Lula. Se lo ve muy confiado y muy seguro de encarnar un proceso que ha fracasado en la Argentina: él lo tornaría posible en Brasil. En la Argentina no hubo un capitalismo industrial con intereses nacionales. Al no existir ese capitalismo (y ser derrotado por una clase especuladora, financiera y corrupta) tampoco existió un desarrollo obrero. Al no existir un desarrollo obrero... no existió un Lula. Lula, de este modo, seenorgullece de las siguientes cosas: 1) En Brasil, "milagro brasileño" mediante (encarnado por una clase capitalista industrial a cuyo frente estuvo Delfim Netto), se consolidó un proyecto capitalista nacional. Un capitalismo que se alejó de la especulación financiera ligada al capital supranacional y se esforzó en crear un mercado interno. 2) Al necesitar de un mercado interno consumidor este capitalismo nacional necesita dos cosas: obreros que trabajen en sus industrias y una población con nivel adquisitivo, el suficiente, al menos, como para sostener la producción de las empresas nacionales. 3) El Estado, lejos de achicarse, se pone al servicio de este proyecto y lo defiende de la banca inter-nacional, extranjerizante, des-nacionalizante. De la banca del capitalismo financiero de mercado que no quiere países con industrias, sino espacios territoriales para invertir sus capitales desterritorializados. 4) Se explica así que en la fórmula del PT confluyan un obrero (Lula Da Silva) y un poderosísimo capitalista (José Alencar). ¿Quién es este insólito capitalista? ¿Por qué los brasileños tienen uno así y nosotros ni por asomo? Pareciera que al revés de lo que en nuestra republiqueta piensan el CEMA, FIEL, la Unión Industrial, la Sociedad Rural, Pérez Companc y Amalita, el empresario híper millonario que acompaña a Lula es la antítesis del empresariado argentino que lucró bajo el menemismo. No sólo es un capitalista industrial, un líder del capitalismo de la producción y no de la especulación, sino que además (y por eso mismo) acompaña en una fórmula electoral a un obrero, a un amigo de Cuba y un opositor al ALCA. ¿Hay alguno así en la Argentina? Será aconsejable no empezar a buscarlo, porque no encontrar algo siempre desalienta.
Pero recomendaría cautela a los brasileños. (Uno es argentino y sabe mucho del arte de la desesperanza.) Es cierto que el esquema es atractivo. ¿Cómo no habría de serlo si las elecciones son mañana? También Menem hablaba de "revolución productiva" y "salariazo". No era un mero eslógan, era un proyecto nacional plausible. Lula no habla de "salariazo", pero sin duda confía en una "revolución productiva". Es más: cree que la está encarnando. Cree, así, que él es la clase obrera, su vice es el capitalismo nacional y cree, por fin, que juntos van a derrotar a los poderes financieros internacionales antagónicos. Desde esta republiqueta derrotada (pero siempre rehaciéndose y, dada su experiencia y la tradición tanguera del país, poco proclive a las esperanzas fáciles) se lo deseamos ardientemente. Ojalá, compañero Lula, tenga mucha suerte. La va a necesitar. Porque esas uniones entre candidatos obreros y capitalistas nacionales (a esta altura del feroz capitalismo imperial y financiero que vivimos) son, no digamos imposibles, pero sí difíciles. Cuando los obreros del presidente obrero empiecen a pedir más de lo que el pacto establecía (y lo van a hacer, dado que aún el "capitalismo nacional" es injusto, como todo capitalismo), cuando el Imperio advierta que el país-continente del Sur está volando muy alto (¡y con un presidente obrero a la cabeza!), cuando la banca internacional sofoque, apriete, imponga sus concepciones antidirigistas y antiestatistas (siempre en lucha, claro, contra todo proyecto socializante, izquierdizante y, cómo no, comunizante), ahí, exactamente ahí, el capitalismo nacional no se pondrá del lado del presidente obrero, sino de la banca internacional, del Imperio. Salvo que el presidente obrero deje de ser obrero. Ojalá el presidente Lula y nuestros hermanos brasileños puedan urdir otro destino. Pero, en el momento eufórico del triunfo, acaso no esté de más recordarles la mayor de sus amenazas.

Luciano Lazaro - Argentine - jeudi 10 octobre 2002

 

 

Histoire

Saviez vous que l'on peut faire tenir toute
l'humanité dans un dé à coudre ?
L'explication est la suivante : nous sommes
faits d'atomes. Entre les electrons et le noyau
il y a du vide. Si on retirait ce vide nous rentrions tous dans un dé à coudre.

Gambini gilles - 31 ans - Marseille - samedi 5 octobre 2002

 

 

Mon coeur n'a pas la forme d'un soulier

" Mon coeur aurait la forme d'un soulier,
si chaque village avait une sirène.
Mais la nuit est interminable quand elle s'appuie sur les malades
et il y a des bateaux qui veulent qu'on les regarde
pour pouvoir sombrer tranquille. "
Je souhaite que vos nuits durent juste la bonne mesure
pour que vous puissiez contempler toutes les étoiles
qui les constellent et que chaque nuit vous en découvriez
de nouvelles,
et que même dans le silence et la solitude de la nuit, le beau bateau
que vous êtes sur la mer de la vie emporté, ne sombre pas ! guidé par
le chant des étoiles, qui ne sont pas des sirènes.
Vous me direz : cela ne lui coûte rien de me souhaiter ça !
D'abord, ce n'est pas tout à fait vrai, parce que cela me coûte
un peu de temps et un peu d'imagination. L'imagination, je me
plais à croire qu'elle est infinie, mais le Temps apparemment
ne dure qu'un temps !
Ceci dit, si ce sont les battements de nos coeurs qui mesurent le temps,
alors, si le battement de nos coeurs est comme un écho qui se prolonge d'un
coeur à l'autre, le Temps, comme une balle qu'on se lance et qui ne
tombe jamais, pourrait bien durer pour l'éternité !
Ainsi Federico Garcia Lorca, dont je vous citais quelques vers en début
de ce message, n'est pas tellement mort, apparemment, puisqu'il me
parle continuellement. La mesure des battements de son coeur, il
m'en restitue la musique dans sa poésie. Et puisque je vous la transmets
un peu, elle continue son beau voyage, par delà le temps, justement. C'est
comme une étoile de plus qui battrait dans le ciel de la nuit.

Amitié et Vive la Poésie.Blaise Rosnay - vendredi 4 octobre 2002

 


A Mon Bébé D'Amour

Mon Bébé,

je t'aime...

on s'est rencontré, le 29 septembre 2000.
on s'est embrassé, le 4 octobre 2000.
on est toujours ensemble, ce 4 octobre 2002.

...Sache que sans toi,
Ma vie est finie.

Tu m'as fais découvrir l'Amour avec un grand A.
Tu m'as fais découvrir la vie.

La vie avec toi...

...Elle n'est pas terminée.


Mon Amour, Mon Ange, Mon Cœur, Ma Vie, C'est toi.


Tiago Alexandre,
Mon portugais à moi,
Je t'aime
Et veux faire ma vie avec toi.
Nos enfants seront là.
Notre maison nous abritera
Des tempêtes de la nature
Qui, elle, nous a unis...
...Unis à l'infinie.


Mon BéBiGnOu, I love You.
Ta femme.

Hélène D.-Saint-Maur, France-mercredi 4 octobre

 

 

Merci

Voyant que cette page web ne comprenait aucun mot de remerciement envers toutes les personnes qui y ont participé je me propose pour réparer cette erreur:
MERCI
de moa, personne d'un certain age venant de quelque part dans le monde

Bernard Garces - mercredi 7 août 2002

 

 

Je veux participer !!!!!!!!!!!!!!

Bonjour,
je pensais à mon prof de maths en voyant des citations sur ce site.
En sa mémoire, je vous envoie un florilège :

"La méchanceté, c'est la réussite des râtés."
"L'éternité, c'est long, surtout vers la fin."
"L'art de la citation est bon pour ceux qui ne savent pas s'exprimer eux-même"

Allez tchaô,

Léonard Mégevand - 15 ans – Sauverny - France - samedi 21 septembre 2002

 

HOY A LAS 20 HS...

EL VIERNES 20 DE SEPTIEMBRE APAGON Y CACEROLAZO DESDE LAS 20hsApagon contra las tarifasLa Argentina de hoy no da para más.
Los señores y empresas que sacaron grandes beneficios en los últimos
años,
creen que nada ha pasado.
Parecen no ver la realidad de hambre, miseria, desnutrición y muerte
a
diario.
Con este panorama a la vista se pretende una suba indiscriminada de
tarifas:
Luz, teléfono, gas, transportes.
Ya estamos "naturalizados" a dejar que hagan lo que se les antoje?
De más está decir que no se puede esperar NADA de la clase
gobernante. Por eso:
EL VIERNES 20 DE SEPTIEMBRE APAGON Y CACEROLAZO DESDE LAS 20hs
Por favor, pasálo a tus contactos.
Unas 3 millones de personas tienen cuenta de e-mail. Tenemos que
hacer notar
nuestro descontento.
Pasálo, pasálo, pasálo!!!

Luciano Lazaro - Argentine - vendredi 20 septembre 2002

 

 

América Latina ante la crisis mundial

LA PÁGINA DE DIETERICH
14 de septiembre del 2002
América Latina ante la crisis mundial
Heinz Dieterich Steffan
América Latina ha sido colocada en el campo de batalla de Irak; sin quererlo y sin darse cuenta. Piensa que las bombas caerán a diez mil kilómetros de distancia y no entiende que su propio destino se decidirá en las próximas semanas.
Las fuerzas que han colocado a la Patria Grande en esta delicada y peligrosa encrucijada, son cuatro: 1. el eje horizontal de acercamiento entre China, Irak e Irán y algunos países latinoamericanos, particularmente Venezuela y Cuba. 2. el eje vertical de acercamiento entre Cuba, Venezuela y un Brasil postelectoral gobernado por el presidente Inacio "Lula" da Silva. 3. La situación interna altamente dinámica e inestable en Venezuela, Brasil y Argentina. 4. La imposición del Tercer Orden Mundial ---encabezado por Estados Unidos y apoyado de manera subalterna por la Unión Europea--- con claro contenido y metodología fascistoide.
En cuanto a la primera variable, uno de los acontecimientos internacionales más importantes de los últimos años ha sido la creciente participación de China en la escena global, donde ha ido asimilando progresivamente el papel de apoyo a los países del tercer mundo que la Unión Soviética jugó en su tiempo. Dentro de esta nueva praxis y conciencia de sujeto internacional de peso, China ha estrechado lazos con diversos países latinoamericanos, entre ellos los dos que con mayor insistencia defienden su soberanía y su propia vía al desarrollo mediante un proyecto estratégico nacional: Cuba y Venezuela.
Bajo el liderazgo del Presidente Hugo Chávez, Venezuela ha reactivado sus vínculos con Irak e Irán, cometiendo la "blasfemia" de visitar al presidente Saddam Husseín en Bagdad y resucitando a la Organización de Países Exportadores de Petróleo (OPEP), cuya segunda potencia mundial es Irak. De tal modo, que se ha establecido ---en la visión de los planificadores imperiales de Washington--- una peligrosa alianza entre una potencia mundial no dominada por Estados Unidos (China); una potencia mundial petrolera y regional en franco desafío a la hegemonía imperial, situada en la zona más volátil y estratégica del planeta (Irak) y una potencia petrolera latinoamericana en rebeldía (Venezuela), junto con el único país liberado y socialista de América Latina (Cuba).
Este eje horizontal global ---en el cual, como en el imperio de Carlos V, "no se pone el sol"--- aumenta su poder al entrelazarse con un potencial eje vertical que la Agencia Central de Inteligencia estadounidense (CIA) denomina, un "gigantesco bloque sudamericano de izquierdas" y que se concretarizaría mediante un triunfo electoral del candidato del Partido de los Trabajadores (PT) del Brasil, Inacio "Lula" da Silva, en las elecciones de octubre próximo. Quedaría, de esta manera, constituido "un eje Castro-Chávez-Lula capaz de empujar hacia la izquierda a otros países sudamericanos", como "Colombia, Bolivia, Ecuador e inclusive Argentina"; hacer alianzas con los "países terroristas" Irán e Irak y ser usado "como plataforma de agresión contra los Estados Unidos, por movimientos terroristas islámicos".
El tercer factor generador de la situación actual son las situaciones internas de Brasil, Argentina y Venezuela, concebidas por Washington como amenazas para sus intereses hemisféricas. Aunque Lula haya aceptado las reglas de juego de un Brasil subordinado a los intereses de Washington, su eventual victoria presidencial catalizaría a las energías populares que reclaman la entrega de tierras, empleos, salud y educación, todas ellas demandas que no pueden satisfacerse dentro de la política económica imperante.
El desenlace de la crisis en Argentina es de igual incertidumbre. El gobierno del presidente Eduardo Duhalde ha dejado la solución de la crisis estructural para su sucesor que saldrá de las elecciones de marzo del 2003. Esto por el simple hecho de que no existe solución a la crisis dentro de los parámetros que pretenden imponer el FMI y Washington. Y al transcurrir el tiempo de hoy a marzo, el status quo del país empeorará y lo empujará hacia soluciones más radicales, tanto de la elite, como de las mayorías.
Venezuela, finalmente, presenta el escenario más volátil. Todo indica que el Presidente Chávez ha decidido enfrentar la creciente desestabilización oligárquica y transnacional con la radicalización del proceso bolivariano y que define la correlación de fuerzas dentro del país y en la escena internacional propicia, para una ofensiva estratégica de las fuerzas revolucionarias. El tiempo dirá, si esta interpretación de la realidad es correcta.
Dentro de esta contraofensiva bolivariana, el presidente ha convocado a crear un movimiento obrero "revolucionario, popular, autónomo, luchando y coordinándose con los campesinos, los estudiantes y todos los sectores del país"; ha ordenado al Ministerio de Trabajo elaborar un proyecto de decreto para que los trabajadores "asuman el control de las empresas que cierren sus puertas para ira a una huelga para sacar a Chávez del poder"; y ha declarado que es tiempo de una "ofensiva revolucionaria porque el movimiento popular no puede permitir que le tomen las calles ni que hagan una huelga insurreccional como la anunciada por cúpulas sindicales corruptas y fascistas".
La cuarta variable, el proyecto del Tercer Orden Mundial imperialista, requiere poco análisis, porque sus implicaciones sobre tal situación latinoamericana son evidentes. La destrucción militar de Irak destruye a la OPEP que es el único punto de poder internacional real, con el cual cuenta Venezuela. El eje global horizontal perdería, en tal caso, su eslabón-puente en Medio Oriente y desaparecería. Por otra parte, el debilitamiento o la eventual caída del gobierno venezolano desharía el eslabón medio del eje hemisférico vertical que, igualmente, dejaría de existir.
En consecuencia, el "gigantesco bloque sudamericano de izquierdas" y el "efecto dominó" habrían sido conjurados por Washington y el "patio trasero" se hundiría de nuevo en la desesperación y resignación. Tanto más cuanto que el imperio habría demostrado al mundo entero que China no puede proteger a nadie a quién Estados Unidos decida destruir.

Luciano Lazaro - Argentine - jeudi 19 septembre 2002

 

 

La Argentina ensimismada

Nuestro país se debate en una suerte de ruleta rusa desde hace ya
demasiado tiempo, insiste el pueblo legítimamente en querer condenar a la
clase dirigente toda para que de una vez entiendan que no los queremos
mas, pero ese reclamo popular carece todavía de vigor, de una fuerza
solidaria y mancomunada, que haga estallar de una vez por todas esta bomba
de tiempo que nos han puesto en las manos disfrazada de democracia,
cuando, en el mejor de los casos, es una partidocracia autoritaria, o
-como las llama Eduardo Galeano- democraduras: dictaduras al servicio de
los poderosos de ocasión envueltos en los mas selectos y costosos ropajes
de la democracia, una democracia que se derrumba por su propio peso al
carecer de participación, representación y federalismo.
Entonces: ¿cuál es la salida? La respuesta es simple: UNA VERDADERA
DEMOCRACIA, sin dictadores, ni uniformados ni ex patilludos, ni saadistas
ni sádicos, ni golpistas ni empresarios evasores camuflados de pueblo
gracias al fútbol, ni ex ministros ni torturadores.
Lo verdaderamente cierto es que las opciones que quedan no son lo
suficientemente convincentes, unas por lo místico, otras por lo extremista
y otras (la mayoría) por la falta de estructura, pero es bueno preguntarse
si la población no estaría dispuesta a sumar su apoyo a una gran coalición
de partidos que formaran un frente único, solidario, federalista, popular,
con el aporte de artistas e intelectuales que sean convocados para
repensar la Argentina, patear el tablero e insertarnos definitivamente en
el mundo, pero no en El Mundo que nos han impuesto como único y absoluto,
sino el otro, ese que esta pariéndose a si mismo desde hace un tiempo, en
las luchas populares que han derribado gobiernos como el del nefasto
tándem De la Rúa-Cavallo, el que ha impedido las privatizaciones en Perú,
el que recorrió cientos de kilómetros en México defendiendo el derecho a
la tierra de sus aborígenes, el que quiere que Lula sea presidente en
Brasil, o el que le dijo no a los intentos golpistas en Venezuela. Ese
mundo también esta en Europa, en la Francia que salió a las calles a decir
no a la xenofobia y la exclusión o en la Italia que se le planta a
Berlusconi como un símbolo del BASTA YA, HASTA AQUÍ LLEGARON.
Ese mundo es posible, ese mundo está en todos y cada uno de nosotros, solo
falta que esa suma de partes se haga de una buena vez y forme ese TODO que
recién allí dará batalla a la corrupción, la injusticia, el hambre y la
miseria en la que nos han sumido.
Ahora es tiempo, ahora es cuando debemos exigirle a los políticos honestos
QUE SE UNAN, QUE DEJEN SUS EGOS A UN LADO, QUE SE PONGAN DE ACUERDO EN LA
FORMACIÓN DE UN FRENTE ÚNICO Y SOLIDARIO, Y NOS CONVOQUEN A TODOS LOS QUE
QUEREMOS UN PAÍS EN SERIO, A LOS QUE QUEREMOS TRABAJAR POR Y PARA EL
PUEBLO, SIN ROBAR NI HACER ALARDE DE LA GRAN VIVEZA CRIOLLA QUE NOS
CARACTERIZA Y NOS CARICATURIZA, LA MISMA QUE NOS HA SEPULTADO.

SINO, LO QUE NOS ESPERA ES AÚN PEOR, Y QUEDAREMOS EN LA HISTORIA COMO EL
GRAN PAÍS QUE QUISO SER Y NO PUDO, EL DE LA ARGENTINA ENSIMISMADA.
Luciano Lázaro
DNI 25.486.319

Que se vayan todos

Que se vayan todos
los que hacen del día
un eclipse total

Que se vayan todos
los que hacen de una escuela
un matadero
un espejo sin reflejo
un destino vulgar
Que se vayan todos
los que miran a otro lado
mientras nos dejan cesantes las palabras
Cuando nos arrebatan de los brazos
la sonrisa de los hijos
y nos secuestran la esperanza
Para eso no hay rescate que valga
ni comandos ni uniformes deformes
ni gatillo fácil
Que se vayan todos
los que se sientan a esperar milagros
el toque de un ángel
que haga de nuestro estiércol oro
de nuestro pesimismo la confianza que hace falta
de nuestra inseguridad la cárcel de los que están afuera

Que se vayan todos
los que ven en un color diferente
la certeza del odio
Que se vayan todos
los que votan y sancionan
las leyes que el mercado
impone a costa de este hambre
que ya ni devorarse a si mismo puede

Que se vayan todos
que no quede uno solo
de los que pierden el pelo
la dignidad y el respeto
pero no las mañas
y se queden los que quieran
hacer de este país
no un parche
una encomienda sin destino
sino un paisaje de maizales refulgentes
de campos sembrados de ganado
y esperanza concreta
Que se vayan todos
Y vayan haciendo espacio
que venimos empujando un país

arrebatados pero seguros

y es pesada la carga
pero espalda es lo que sobra

Que se vayan todos
que venimos remando
desde la tierra del nunca jamás
y traemos los sacos llenos
con la memoria
que nos habían robado

Luciano Lazaro - Argentine - mercredi 18 septembre 2002

 

 

11 de septiembre

Ayer fue el aniversario de uno de los mas terribles atentados de los
últimos años, cuando el estado mas terrorista del mundo se alió con los
militares chilenos para derrocar y asesinar al presidente constitucional
de la República de Chile, Salvador Allende.
Ese 11 de septiembre de 1973 se instalaron en Chile la muerte y la
tortura, se conculcaron todos los derechos de los ciudadanos. A partir de
allí, se establecieron los campos de concentración y los asesinos llevaron
a la práctica lo aprendido en su instrucción militar en la tristemente
celebre Escuela de las Américas, instaurando una de las dictaduras mas
sangrientas de América Latina. Su Jefe, Augusto Pinochet, hoy se protege
de la justicia con la excusa de su demencia senil.
Ese 11 de septiembre Allende finalizó su último discurso diciendo "Tienen
la fuerza, podrán avasallarnos, pero no se detienen los procesos sociales
ni con el crimen ni con la fuerza. La Historia es nuestra y la hacen los
pueblos".
También se cumple un año del terrible atentado en las Torres Gemelas que
costó miles de victimas y nos sumió a todos en el pánico y el repudio por
estos crueles asesinatos. Sirviendo además como excusa para dar inicio a
la terrible respuesta que se ha cobrado ya un número mucho mayor aún de
victimas.
Ese mismo día, el 11 de septiembre de 2001, 35.615 menores de edad
murieron de hambre en los países mas pobres del mundo, cifra similar a la
de menores de edad que murieron por la misma causa el 12 de septiembre de
2001, el 13, el 14, el 15 y cada día que pasó hasta hoy mismo. En suma,
desde el 11 de septiembre de 2001 al 11 de septiembre de 2002, se han
muerto de hambre 13 millones de niños en los países mas pobres del mundo
de acuerdo a los datos de la FAO. Son victimas del hambre y la
desnutrición en un marco de miseria extrema en el que políticas miserables
han sumido a la mitad del mundo, mientras la industria bélica mundial
supera el millón de millones de dólares por año en gastos. Esto también
terrorismo.
Condenemos al terrorismo en todas sus formas y también a los gobiernos
como el de Estados Unidos que lo practican desde hace décadas como
política de Estado.
PUBLICACION ELECTRONICA DE ECOPORTAL.NET
AÑO 3 Nº 108
www.ecoportal.net

Y estemos alertas, porque si no tomamos conciencia de lo importante que es
nuestra participación en este momento crucial de nuestro país (desde
cualquier lugar) podemos correr el riesgo de ser intervenidos militarmente
por los Estados Unidos, y no es casual que ya el (des)gobierno actual esté
intentando lograr consenso para que se permita la instalación de tropas
norteamericanas (unos 16.000 efectivos) en la provincia de Misiones, tal
cual lo está exigiendo el gobierno de George Bush.

Quiero decir

Quiero decir que no es en vano
la incipiente lucha ni la porfiada bandera
ni la iluminada palabra ni el silencio jocoso
ni la deshabitada verdad y la feroz mentira
Quiero decir que no pasó sin huella la dulzura
ni el solidario encuentro ni la revolución que no llega
ni el sordo galopar de los libertadores
por entre la explosiva urgencia del capital supremo
de transformar como el rey Midas
nuestra tierra próspera y nuestro cielo virgen
en su oro ensangrentado y sus corbatas de seda

Quiero decir que no habré muerto
Para cuando no uno sino miles
se recuesten en el cielo de la libertad soñada
y respiren un aire sin licitaciones
y beban feroces un agua sin propietarios

Quiero decir que no habré muerto
para cuando el todo
vuelva a ser la suma de las partes
y por cada ser se habite un mundo
y en cada mundo reconstruyamos el ser

que descubra sin castigos supremos
su individualidad en masa
su parte del yo y el todo
y camine solitario por un suelo propio
con la serena firmeza
de quien se sabe acompañado
por un espejo de almas
que también se piensan y conciben
como partes de ese todo
y no excluidos o hacinados
por la lengua infame que todo lo lame
y contamina
con su insaciable odio por el odio mismo
con su entrañable palabra que sin decir
todo destruye.

A no permitir

A no permitir que nos roben la esperanza
que los traidores hagan de la patria
un empréstito un prostíbulo
un desierto creciente
A no permitir que nos roben la osadía
que los bienaventurados señores
nos digan dónde está la puerta de salida
dónde escondieron las sonrisas los abrazos
de este pueblo solidario que está pujando
para parir un país no urgente
sino necesario
A no permitir que nos arrebaten la humildad
la mirada fraterna al que ya nada tiene
la mano firme y bien en alto
las canciones los amores las pasiones
A no permitir que se vengan los de afuera
a recetar remedios contra los males nuestros
A no permitir que nos oscurezcan las mañanas
que regalen como oferta nuestras tardes
si nos compran en pack
los sueños y las noches
A no permitir que devalúen el valor de nuestras vidas
que nos hipotequen los hijos el futuro las semillas
y se derrumben las escuelas los teatros los artistas
y se le de la extremaunción a nuestros hospitales
A no permitir que nos quieran distraer
que nos hagan creer que no decimos nada
cuando decimos pueblo
que no hay poder en la protesta
ni propuesta para el cambio

A no permitir
que nos hagan creer que con ellos todo
y sin ellos nada

que nos acorralen la dignidad de mirar bien alto
y responder con un asistencialismo deforme
cuando pedimos trabajo

Luciano Lazaro - Argentine - jeudi 12 septembre 2002

 

 

Vive les vacances

moi j'suis content...j'rentre de mes vacances...g rencontré
juliette...une fille super sympa...et voila!!!

toma supernova - samedi 24 août 2002

 

 

Contra todo esto es posible y necesario luchar...

"..vivimos en un sistema que nos empuja a la obediencia, a la aceptaciòn de un modo de vida presentado como inevitable. Contra todo esto es posible y necesario luchar.."
Eduardo Galeano

No es necesario ser un gran erudito en la materia, ni un experimentado analista para darse cuenta lo que están tratando de llevar a cabo los grandes aparatos mafiosos que nos están gobernando, amparados por el volcán a punto de explotar en el que se ha convertido Estados Unidos gracias a Bush junior y sus secuaces, que han estafado al Estado todo y a los ciudadanos norteamericanos en particular con los balances contables de Enron, WorldCom, etc. que han puesto sobre el tapete (esta vez esperemos que sirva para que tomemos conciencia todos) la política que este país lleva a cabo desde siempre y acentuada aun mas hoy con el hijo pródigo del amigo de la mafia menemista, Bush padre: una política de exterminio, corrupción, mafia, invasión, violación de los Derechos Humanos, del pacto de San José de Costa Rica, de la convención de Ginebra, y sobre todo, del derecho soberano de los pueblos a elegir a sus representantes libremente, sin presiones externas y candidatos puestos a dedo por los grandes centros de poder mundial.
Hoy el gran debate de la Argentina pasa por la seguridad. Todos miramos atónitos como nos matan, violan, secuestran, reprimen y extorsionan día a día y en forma creciente. El derecho a transitar libremente o a manifestarse ha quedado en el pasado, lentamente nos estan intentando llevar otra vez hacia el autoritarismo, instalando el tema de de la "necesidad" de la mano dura, poniéndonos como candidatos a gobernadores a represores y ex carapintadas como Luis Patti o Aldo Rico. Nos quieren hacer creer que con alguno de estos fascistas en el gobierno vamos a estar mas seguros, como si no supiéramos que Patti fue subcomisario de la misma maldita policía que hoy repudiamos, o como si ignoráramos el desprecio que siente Rico por la democracia y el pueblo, hoy devenido intentendente de San Miguel gracias al pacto que firmó con Duhalde y su mafia para que este sea reelegido gobernador de la provincia de Buenos Aires y Rico fuera beneficiado con el indulto después de su intento de golpe de Estado al inepto presidente de entonces, Raúl Alfonsín.
La pregunta que surge entonces es ¿qué debemos hacer? ¿Seguir mirando para otro lado? ¿Seguir mirando hacia la derecha que nos ha gobernado desde hace décadas? O comenzar a transitar el mismo camino que están intentando nuestros hermanos de América Latina como Brasil (con Lula liderando las encuestas), Bolivia (más allá de la derrota en el Congreso de Evo Morales) o Perú (oponiéndose a las privatizaciones que quiere llevar a cabo Toledo).
Es por eso que agradezco y me tomo el atrevimiento de enviarles diversos artículos de enormes periodistas como Eduardo Aliverti y otras personas que están preocupadas y ocupadas en mostrar que OTRO MODELO ES POSIBLE, además de la convocatoria a todos para participar del Foro Social Mundial (FSM) en Argentina.
Un abrazo solidario a todos.

Se sei interessato al FSargentino

Per tutti coloro che sono interessati ad avere informazione aggiornata del Forum Social Tematico in Argentina scrivere un e-mail a participantes@forosocialargentino.org


Comunicado de Prensa
Agradecemos su difusión
Ante la crisis... OTRO MUNDO ES POSIBLE !!!
En un contexto de agravamiento de las secuelas de miseria y hambre resultante de la globalización neoliberal, comenzará el prox. 22 de Agosto -con una gran movilización por las calles de Buenos Aires-el Foro Social Mundial (FSM) en Argentina. El mismo se extenderá por cuatro días, culminando el 25 con una asamblea de todos los movimientos sociales participantes.
El Foro se reúne tratará "La crisis del modelo neoliberal en Argentina, y los desafíos para el movimiento global". Su objeto es el intercambio de experiencias, y la articulación de un espacio de solidaridad con las luchas del movimiento popular en nuestro país, teniendo como premisa fundacional que "Otro mundo es posible".
El FSM en Argentina, cuyo epicentro será la Facultad de Ciencias Sociales de la Universidad de Buenos Aires, contará con más de doscientas actividades descentralizadas en todo el país. En todas funcionarán mesas de debate, talleres y diversas actividades autogestionadas, así como expresiones del arte y la cultura, con la presencia y participación de delegados extranjeros y nacionales.
Ya han adherido más de 360 organizaciones sociales nacionales, como organismos de derechos humanos, organizaciones de trabajadores ocupados y desocupados, asambleas barriales, agrupaciones universitarias, ONGs, entre otras, e internacionales como la Central Única de Trabajadores (CUT) y el Movimiento sin Tierra (MST) de Brasil, la Coordinadora de Centrales Sindicales del Cono Sur, Vía Campesina, así como representantes de distintos movimientos de Bolivia, Canadá, Chile, Cuba, Ecuador, España, Estados Unidos, Francia, Italia, México, Panamá, Perú, Sudáfrica, Tailandia, Uruguay, Venezuela,... Muchos ya han participado en las ediciones del Foro Social Mundial de Porto Alegre, que es de donde ha surgido la idea y el apoyo para realizar este "temático de Argentina".
Son los títulos de los paneles centrales del FSM en Argentina (días 23 y 24 de Agosto):
· La Crisis Argentina en el contexto del capitalismo mundial.
El Estado neoliberal y la crisis de la democracia.
Neoliberalismo y hegemonía norteamericana en América Latina.
El Avasallamiento de los derechos sociales por el capitalismo,
Alternativas económicas para una salida popular a la crisis.
Poder popular, resistencias, democracia participativa y formas de desobediencia civil.
Formas de autogestión social y experiencias alternativas.
Una nueva América para un nuevo mundo. Resistencias y convergencias desde la Argentina
hacia el movimiento global.
COMITÉ DE MOVILIZACIÓN EN ARGENTINA DEL FSM

Luciano Lazaro - Argentine - mercredi 14 août 2002

 

 

LE LOUP ET LE RAT

Un rat orphelin
se désaltérait à l'onde claire.
Il était très chagrin
car pleurait père et mère.
Il errait depuis longtemps
à travers son malheur,
quêtant le réconfort
d'un peu de ses parents,
frères et soeurs
n'étant tout de même pas tous morts!
Un loup survint qui passait
avec l'intention de se laver les pieds.
Faut dire qu'il était sale
et puait le vieux chien
et qu'en plus l'animal
forcément avait faim.
Le rat plein d'espoir, s'approcha avec hâte
car il voyait en lui peut-être un frangin.
Le loup tranquillement se trempait les pattes
avant de passer à table faut se laver les mains,
et c'est ainsi que le loup goba le rat
sans même lui laisser dire quoique se soit!
moralité: s'il se nettoie,
ce n'est pas forcément ton frère!

 

VOICI UNE LETTRE QUE J'AI TROUVÉ DANS UN PLACARD DE L'ECOLE OU JE TRAVAILLE...

Au secours! Aidez-moi! La maitresse est devenue folle! Elle veut que je
fasse des devoirs, des dessins, des pages d'écriture, du calcul et bien sûr
je n'y arrive pas! Normal! Mais elle, elle ne trouve pas cela normal et elle
me crie dessus, me tape avec sa règle et pour finir me renferme dans mon
placard! Comme elle fait toujours cela quand toute l'école est vide,
personne ne s'en est encore aperçu et je souffre en solitaire... C'est la
maitresse et je sais qu'il ne faut pas la contrarier mais tout de même elle
n'a pas le droit de me traiter ainsi!...Je ne suis pas un enfant de sa
classe et j'ai quand même le ménage à faire, moi! C'est quand même bien pour
ça que je suis dans cette école, au départ! Le ménage c'est ma fonction
alors où donc a-t-elle été chercher qu'on pouvait apprendre à lire et à
écrire à un balai-brosse comme moi! Oui, je vous dis, elle est folle! Et
voilà en plus qu'elle a décidé de me faire asseoir sur une chaise! Au
secours! Elle va me casser le manche!!!

le bzam - dimanche 11 août 2002

 

LE CARNAGE DU GRAND BOUL'VARD
Ca s'est passé sur un grand boulevard
J'vais vous raconter l'histoire
D'un grand carambolage
Qu'a viré au carnage...
Dabord un sal'type a braqué un vieillard
Comm'ça d'vant tout l'mond' su'l'trottoir
Y s'est rué d'ssus sans crié gare
En l'traitant d'batard!
Certains auraient bien voulu intervenir
Comme ça sans réfléchir
Mais y'zont pas pu se r'tenir
(Se r'tenir de réfléchir...)
Les flics aussi s'raient bien v'nus
Mais y'zétaient tous occu-
pés à rel'ver l'nom des rues
Alors bien sur, y'z'ont pas pu...
Y'avait des témoins
Moi j'les ai vu
Mais z'ont tous plus ou moins
Perdu la vue
Dans le carambolage
Qu'a suivi l'tabassage
Du vieux tapi dans l'caniveau...
Manque de pot!
Donc, on est toujours su'l grand boul'vard
'vec le vioque qu'est dans l'coltard
Et l'autr' qu'en profite pour s'acharner,
Quand ça a dégénéré...
Moi j'en croyais pas mes yeux
J'me suis même gratter les ch'veux
Souvent au carr'four y'a un feu
Pour qu'y soit vert, un' chance sur deux...
Ben là sur'ment y d'vait êtr' bleu
En tout cas le voyou et le vieux
Y z'ont pris le taxi qu'arrivait
En plein au dessus des souliers!
C'est vrai qu'y z'avaient glissé
Un peu trop sur la chaussée
Et qu'le taxi voulait éviter
Le car scolaire de l'autr'coté...
Y'avait des témoins
Moi j'les ai vu
Mais z'ont tous plus ou moins
Perdu la vue
Dans le carambolage
Qu'a suivi l'tabassage
Du vieux tapi dans l'caniveau...
Manque de pot!
Donc le vieux et son gangster
y'zont pas fait une affaire
avec le taxi dans la vitrine
de soldes y f'saient grise mine
Mais c'que les gens ont pas aimé
eux qui r'gardaient tout c'qui s'passait
sans trop bouger un peu figés
d'vant c'cinoche qui s'déroulait
C'est l'autocar avec les gosses
celui qu'a freiné trop brutal'ment
ça a pas fait que des p'tites bosses
ça a même fait une mare de sang!
Ben oui l'car a glissé, j'vous dis!
Ah bon? j'vous l'avais pas 'core dit?
Ben c'est comm'ça! en plein dans les gens!
Moi c'est là qu'j'ai vomi carrément...
Y'avait des témoins
Moi j'les ai vu
Mais z'ont tous plus ou moins
Perdu la vue
Dans le carambolage
Qu'a suivi l'tabassage
Du vieux tapi dans l'caniveau...
Manque de pot!
Là d'un coup ça f'sait beaucoup
Y'avait d'la viande un peu partout
Mélangée à des glaviots
En plein sur mes godillots!
Le bon gros hamburger
Qu'une demoiselle m'avait offert
Y baignait là 'vec tout' la bière
Qu'j'avais bu d'puis hier!...
Et dans la rue c'était pas mieux
Y commençait à y'avoir le feu
Le gazoil du car dégoulinait
Ca chauffait un tantinet...
Tous ces pauv'gens ont du penser
Qu'y valait mieux se barrer
Fallait les voir ramper par terre
Tous à moitié les tripes à l'air!...
Y'avait des témoins
Moi j'les ai vu
Mais z'ont tous plus ou moins
Perdu la vue
Dans le carambolage
Qu'a suivi l'tabassage
Du vieux tapi dans l'caniveau...
Manque de pot!

Et puis l'ambiance s'est réchauffée
Quand les gens ont entendu les pompiers
Enfin ceux qu'étaient pas dans le brasier
Qu'a fini par s'déclencher!
Ceux-là z'étaient pas beaux à voir
Y pouvaient sortir leur mouchoir
Y'avait d'quoi s'émouvoir
Ce jour là su'l grand boul'vard!
Enfin tous les autr' y r'gardaient
Le grand bal des pompiers
Le va et vient des tuyaux
Qui arrosaient le brasero
Ca avait pris une belle en pleurs
Elle était vraiment tout' mouillée
Ell't'nait la poupée d'sa p'tit' soeur
Et ell'voulait pas s'reculer
Oui ça avait pris une trist'ampleur
Tout l'quartier était bouclé
Et c'est sur'ment pour ça d'ailleurs
Que tous les badauds s'sont débinés...
Y'avait des témoins
Moi j'les ai vu
Mais z'ont tous plus ou moins
Perdu la vue
Dans le carambolage
Qu'a suivi l'tabassage
Du vieux tapi dans l'caniveau...
Manque de pot!
Les gens ont couru pour la plupart
Jusqu'au premier marchand d'journaux
Ou jusque chez eux pour voir
Ca d'plus près aux infos!
Y voulaient vraiment tout savoir
Sur l'age du vieillard
La marque du voyou
Y faisait quoi, y venait d'où
Et les blessés z'avaient des enfants?
Les momes du car z'avaient des parents?
Et le taxi l'avait l'permis?
Et les soldes c'est jusqu'à quand?
Enfin voilà moi, j'vous ai conté
C'que j'ai vu de mes yeux vu!...
C'était pas beau à regarder
Mais j'étais là au coin d'la rue...

le bzam - dimanche 11 août 2002

 

 

HAY SIEMPRE OTROS CAMINOS

Hace ya unos meses comenzamos denunciando, analizando y concientizando acerca de la sistemática estafa y las inacabables operaciones de los sectores de poder corruptos (políticos, empresarios, sindicales) en pos de perpetuarse en esos mismos nichos miserables desde los que han vaciado el país, exterminado a miles y miles de argentinos y confinado a la pobreza, miseria y desocupación a casi la mitad de nuestra sociedad. Ahora sí es tiempo de empezar a proponer otro modelo, otra forma de encarar la economía, sin los grandes artilugios verbales plagados de tecnicismos grandilocuentes del capitalismo, y carentes de viabilidad en un sistema verdaderamente democrático, paticipativo y pluralista.
Desde que comenzamos con esto, fueron muchos los que se unieron con sus propuestas y denuncias a esta cadena, desde los mas diversos sectores y rincones del país como tambien del extranjero. San Luis, Córdoba, Misiones, Tierra del Fuego y Buenos Aires son algunas de las provincias de las que he recibido mails de un altísimo nivel, e Italia, México, Brasil, Perú o Cuba, son algunos de los países a los cuales quiero agradecerles personalmente por su solidaridad y sus palabras de aliento.
Lo que sigue, me ha sido enviado por Jorge Fernando Daffra, Diputado Provincial por FREGEN, provincia de San Luis.

Un abrazo solidario a todos
Luciano Lázaro
Propuestas de los economistas de izquierda
Claudio Katz, Alberto Teszkiewicz, Alberto Wiñazky, Luis Becerra, Eduardo Lucita, Alberto Bonnet, Guillermo Gigliani,
Jorge Marchini, Aldo Romero, José Castillo, Andrés Méndez, Jorge Beinstein, Julio Gambina, Alfonso Florido, Roberto Ramírez, Luis Moll, Silvia Veitzman y Juan Blanco.

I.

Los economistas de izquierda suscribimos este segundo documento con el fin de contribuir a hacer públicas nuestras propuestas frente a la dramática situación del país. Apuntamos a un objetivo impostergable: acabar con el genocidio social. Nuestra prioridad absoluta es poner fin al empobrecimiento criminal que está soportando el pueblo. No estamos dispuestos a aceptar que los niños se desmayen de hambre en las escuelas, que la desnutrición avance en forma vertiginosa, que los desocupados se alimenten revolviendo los basurales. Afirmamos que ningún paciente más debe perder peso en los hospitales por falta de alimentación y que ningún jubilado más debe ser empujado al suicidio por la miseria. Se trata de una prioridad ética y política, previa a cualquier consideración técnica.
Se puede revertir el genocidio social y eliminar inmediatamente las modalidades más extremas de la pobreza, mediante la adopción de medidas de emergencia y redistribución del ingreso resistidas por la clase dominante. Pero sabemos que la riqueza disponible se redujo en una cuarta parte desde el comienzo de la depresión y que redistribuiremos la miseria si la superación de la emergencia social no es acompañada por una acelerada reconstrucción de la actividad económica. Para superar efectivamente la crisis hay que desarrollar un plan productivo que ponga los principales resortes de la economía en manos de los propios trabajadores. Por eso trabajamos a favor de una nueva modalidad de organización de la producción, que sustituya el imperativo de la rentabilidad por la planificación democrática gestionada directamente por quiénes viven de su trabajo, es decir el socialismo.
Nuestra iniciativa parte de una toma de posición por los intereses de los trabajadores, los oprimidos y los explotados. Ellos son los únicos sujetos capaces de brindar una respuesta superadora a la catástrofe económica y social. Ni en la religión mercantil del neoliberalismo, ni en la simple intervención del estado se encuentran las soluciones favorables al pueblo. Al calor de las luchas sociales en curso surgirán las instancias económicas de superación de la hecatombe actual.
Nuestra propuesta nació a comienzos de año como un eco de la insurrección popular que acabó con el gobierno de De La Rúa, que vetó el interinato de Rodríguez Sáa y que acorrala al gobierno de Duhalde. Participamos activamente de la movilización y apoyamos las manifestaciones que golpean las puertas de los bancos y las empresas privatizadas. Alentamos la discusión de soluciones en asambleas populares en barrios, nos solidarizamos con la acción de los piqueteros y los gremios que retoman la lucha.
No aspiramos por lo tanto a aportar una propuesta tecnocrática más, ni dirigimos nuestra acción a las empresas, fundaciones e institutos de la clase dominante. Nuestros interlocutores se encuentran en las organizaciones sociales (de piqueteros, asambleas barriales, sindicatos no burocratizados, asociaciones de desocupados, fábricas tomadas y sometidas a control obrero, clubes de trueque), democráticas (organismos de derechos humanos) y políticas (los partidos y organizaciones de izquierda), que batallan contra el ajuste y la miseria. Por eso la implementación de nuestras propuestas se inscribe en la profundización del proceso de movilización abierto en diciembre pasado. Nuestra prioridad inmediata es, en esta coyuntura, proponer un conjunto de medidas redistributivas de emergencia para salir de esta verdadera catástrofe social.

Medidas de emergencia para revertir el genocidio social en curso

II.

Para acabar con el genocidio social hay que revertir la expropiación de ingresos que soporta la mayoría de la población desde hace una década y que se agravó brutalmente desde la devaluación. La disparada del dólar y la inflación ha incorporado 3,4 millones de nuevos pobres y 1,5 millones de nuevos indigentes a la masa preexistente de 14 millones de pobres (ingresos familiares inferiores a los $ 460 mensuales) que incluyen 4,9 millones de indigentes (quienes apenas pueden adquirir una canasta básica de alimentos valuada en $ 75). La Argentina tiene a la mitad de su población sumida en la pobreza y se ubica entre los 15 países con peor distribución de la riqueza del mundo. La depresión ha sumado además 1 millón de nuevos desocupados al terrorífico porcentaje de 40% de la población desempleada o subocupada. Desde la crisis del 30 no se ha visto una catástrofe semejante en ningún país sin guerras, ni cataclismos naturales.
Esta urgencia deriva del terrorífico ritmo de expansión de la miseria. Se estima que si en el segundo semestre se reproducen los mismos indicadores económicos de la primera mitad del año, la pobreza podría alcanzar a 23 millones de personas y uno de cada tres argentinos será indigente y dos de cada tres serán pobres. Los chicos se desmayarán de hambre en todo el país y la desnutrición provocará daños irreversibles para el desarrollo de la gran mayoría de los niños.
Resulta absurdo esperar la resolución de este drama a largo plazo a través de un hipotético "derrame" del crecimiento. Ya se experimentó la falsedad de esta expectativa durante el menemismo y algunas estimaciones demuestran que ni siquiera una milagrosa reactivación sostenida durante 20 años alcanzaría para eliminar el actual nivel de miseria. Hay que actuar ya mismo contra este crimen con varias iniciativas inmediatas.

III.

Seguro de empleo. El seguro de empleo y formación no puede demorarse, ni implementarse con la burla que ha puesto en marcha el gobierno. Los $ 150 prometidos cubrirían sólo a la mitad de los desocupados, se han comenzado a pagar en Lecop y se desvalorizan vertiginosamente con la aceleración de la inflación. La cifra anunciada en diciembre representa hoy $ 123 de ese momento. A este ritmo de carestía ese valor quedará reducido a fin de año a un poder de compra de entre el 35 y el 50% menor. El único objetivo de este subsidio es abaratar el salario reduciendo el piso de los sueldos, ya que se autoriza a las empresas a contratar empleados pagando sólo las cargas sociales o las respectivas diferencias con los salarios de convenio.
Frente a este atropello proponemos retomar el monto del seguro inicialmente propuesto por algunas organizaciones sociales y sindicales, que contemplaba un subsidio de $ 380 pesos para los jefes o jefas de hogar más el salario universal de $ 60 por hijo menor de 18 años. Con estas sumas los ingresos de las familias con jefes y jefas de hogar desempleados/as permitirían cubrir el nivel requerido para solventar la canasta básica de alimentos y servicios, estimada hoy en unos $ 600 para una familia tipo de cuatro miembros. Pero tan importante como el monto del seguro es su gestión, porque nuevamente están a la vista los escandalosos manejos de clientelismo y corrupción por parte de los hombres del Gobierno y sus caciques provinciales o municipales. Rechazamos también los renovados intentos de marginar a las organizaciones de desocupados de la gestión de sus propios fondos. Exigimos que los seguros de empleo sean democráticamente gestionados por las propias organizaciones del movimiento de trabajadores desocupados, que podrán así convertirlos en verdaderas remuneraciones del trabajo comunitario ejercido en diversos emprendimientos (comedores y guarderías infantiles, huertas y panaderías comunitarias, asentamientos y construcción de viviendas, talleres de costura, bibliotecas populares, etcétera). De esta manera, se podrá recuperar la cultura del trabajo en oposición al trabajo alienado que surge de la actual relación entre el trabajo y el capital.
Pero el seguro que asegura la subsistencia no resuelve el drama del desempleo. Mientras que la mitad de la población en condiciones de trabajar tiene problemas de empleo, quiénes cuentan con un puesto de trabajo padecen de sobreempleo, es decir, de jornadas de trabajo que superan entre un tercio y un cuarto las vigentes en otros países del mundo. Proponemos comenzar a resolver esta situación mediante la reducción generalizada de la jornada laboral y el reparto de las horas de trabajo disponibles, manteniendo el salario y con la supervisión obrera sobre los ritmos y la intensidad del trabajo. Esta medida permitiría descargar sobre los beneficios de los empresarios y no sobre la masa de salarios los costos de la crisis y constituiría, además, un mecanismo de socialización de los aumentos de productividad del trabajo asociados con la reactivación económica.
Por otra parte exigimos la derogación de la Reforma Laboral y del resto de la normativa previa que legalizó la precarización del trabajo y el despotismo de las patronales impuestos durante la década de los 90. Reclamamos una nueva legislación laboral, cuya observancia debe estar bajo control de las organizaciones de trabajadores de base. Ella debe asegurar la vigencia de nuevas normas de condiciones de trabajo, duración de las jornadas, seguridad e higiene y regímenes de vacaciones y francos, la estabilidad del empleo, las indemnizaciones por despido. Particularmente exigimos la abolición de las relaciones de dependencia encubiertas bajo el sistema de contratación de trabajadores en calidad de autónomos, masivo en los servicios, y del sistema de mercantilización de la muerte de las ARTs, que provoca 2 víctimas fatales y 40 mutilados por día.

IV.

Salario mínimo. Aunque el seguro de empleo propuesto facilitaría una elevación de los salarios, se requieren medidas adicionales para recuperar el nivel de los sueldos al cabo de casi cuatro años de recesión, recortes nominales y confiscaciones inflacionarias. Desde la devaluación los salarios han caído mas del 30 % cuándo a fines del 2001 se ubicaban un 10% detrás del año precedente y un 25% por debajo de los '80. Cuándo la canasta básica se sitúa en $1.255, la mitad de los asalariados gana menos de $375 pesos, lo que sitúa a una porción importante de los asalariados cerca de los niveles de indigencia. El salario en dólares se ha también pulverizado y ya se ubica por debajo de los terribles niveles de explotación que caracterizan a las "maquilas" centroamericanas. Este cuadro es mucho más grave que el padecido durante la hiperinflación de 1989 o el "rodrigazo" de 1975.
Es necesario poner fin de inmediato a esta situación mediante la recuperación de la función del salario mínimo -congelado desde hace casi 10 años en el ridículo monto de $ 200- y el combate contra el trabajo en negro, que sume en la ilegalidad a la mitad de la fuerza de trabajo. Se impone un aumento general de los salarios y una elevación del nivel mínimo a $ 700, como primera medida para llegar a situar en cierto plazo este básico en el nivel la canasta familiar. Pero también es necesario desarrollar una verdadera campaña de erradicación del trabajo en negro, remunerado en promedio en menos de la mitad del salario en blanco, que se sustente en la denuncia de los propios damnificados a los que debe garantizarse la conservación del empleo. Esto supone exigir la contratación en condiciones legales de todos los trabajadores en negro, sin importar la naturaleza de su trabajo ni el sexo o la nacionalidad de los trabajadores implicados.
Este combate es fundamental porque los trabajadores del sector privado están sometidos por una parte a la presión de condiciones de trabajo denigrantes, a altísimos niveles de desempleo y también a la persecución de burocracias sindicales que ya devinieron en muchos casos en un sector más del empresariado.
Plantear que la mejora salarial propuesta activará la inflación constituye un chantaje patronal, que además no se verifica en la realidad de la economía. Los precios minoristas treparon un 21% en el primer cuatrimestre y los mayoristas 57%, mientras los salarios se desplomaban. Si la inflación estuviera dictada por el salario, los precios deberían haber decrecido desde principio de año. Frente a la amenaza de una remarcación generalizada por parte de las corporaciones formadoras de los precios hay que poner en marcha la acción de organismos populares de control. La intervención directa de la población es la respuesta más efectiva frente a los maniobras de empresas que especulan con la miseria o desabastecen productos de primera necesidad. Un sector clave en este terreno son los medicamentos, cuya comercialización está en manos de 25 laboratorios que aumentaron 156% los precios en la última década y han empujado a 15 millones de personas fuera de cualquier consumo de remedios. Los mecanismos de control de precios y abastecimientos que proponemos supondrían, a diferencia de las grotescas medidas de "defensa del consumidor" y "centros de abaratamiento" anunciadas por el gobierno, una supervisión efectiva por parte de los trabajadores y los consumidores en las instancias claves de la producción y la comercialización (los grandes conglomerados productores de alimentos, las empresas de servicios, las grandes cadenas de supermercados) y en función de los costos reales de producción. Todas estas medidas vinculadas con la cobertura para los jubilados, el salario mínimo y el seguro de empleo, en las actuales condiciones de inflación galopante, deben ser respaldadas por un mecanismo que resguarde su poder adquisitivo. El mecanismo más inmediato es la indexación de los montos correspondientes a través de los índices de inflación asociados con la canasta familiar.

V.

Cobertura de los trabajadores pasivos. Proponemos que las jubilaciones y pensiones actuales sean convertidas en una cobertura universal de $ 500, que alcance a todas las personas mayores de edad y discapacitadas sin ningún tipo de excepción. Esta medida debe ser adoptada sin dilaciones, porque dejar morir a los ancianos, privándolos de alimentación y remedios y cuidados es la forma que han elegido los sucesivos gobiernos de las últimas dos décadas para deshacerse del problema jubilatorio.
La privatización del sistema previsional ha sido sencillamente otra estafa. Las AFJPs no solo se apropiaron de una inconcebible renta a través del cobro de altísimas comisiones, sino que además la acción del Estado ha diezmado el ahorro mediante la colocación forzosa en títulos públicos de los fondos. Los aportantes del sistema de capitalización están atrapados en un corralito que no se explicita y cuando deban jubilarse se encontrarán en la misma situación que los pequeños ahorristas estafados por los bancos. Por eso planteamos que las AFJPs deben ser inmediatamente expropiadas y reemplazadas por un sistema único de jubilaciones solidarias que funcione, como vienen reclamando las organizaciones de jubilados y pensionados, bajo control de los trabajadores en servicio y retirados. Esta propuesta difiere radicalmente de la estatización que promueven algunos sectores del gobierno con el objetivo de recuperar el manejo de la recaudación previsional para destinarla a pagar los intereses de la deuda pública. De ninguna manera convalidaremos que la estafa que realizaron las AFJP sea ahora continuada por un saqueo en manos de funcionarios digitados por el FMI.

VI.

Salario social. Existe también una serie de necesidades básicas cuya satisfacción no puede ser sometida a las pautas de consumo monetizado del mercado y que por lo tanto deben ser directamente garantizadas a través de un salario social. La propia crisis, pauperización y falta de disponibilidad de efectivo han dado lugar al surgimiento de una amplia red de organizaciones comunitarias que deben ser apuntaladas. El nefasto proceso de mercantilización registrado durante la pasada década de neoliberalismo, la privatización de la educación, de la salud, de los espacios públicos deben ser revertidos mediante una verdadera ofensiva de reconstrucción del salario social.
El punto de partida de esta acción es el aumento del presupuesto social, que hoy sigue ubicado en un monto exiguo en comparación con las obligaciones impuestas por la deuda pública. Sin este aumento todas las instituciones públicas en terapia intensiva colapsarán definitivamente, como se observa día a día en los hospitales sin insumos que suspenden servicios o en las universidades sin electricidad que recortan horarios nocturnos. Sin embargo, después de años de corrupción oficial en el manejo presupuestario, de nepotismo de las oligarquías provinciales y clientelismo de los intendentes y concejales, sabemos que no basta con reclamar aumentos. Tal como lo plantean numerosas asambleas barriales se impone establecer nuevas formas de gestión y el funcionamiento de las instituciones y los servicios sociales, basadas en la autoorganización y participación de los propios interesados.
Las prioridades inmediatas están hoy asociadas con la alimentación, el tratamiento de enfermedades masivas y la alfabetización. Es preciso garantizar el acceso a una canasta de alimentos de emergencia para todos los habitantes. Es necesario reconstruir el sistema educativo primario rechazando cualquier injerencia de las políticas del Banco Mundial, a través de escuelas gestionadas por los trabajadores de la educación y miembros de las comunidades implicadas, que garanticen una educación básica uniforme, pero que incorporen también la alfabetización de los adultos y el desarrollo de nuevas actividades culturales y de capacitación laboral más específicas. Es preciso asimismo reconstruir el sistema de salas de primeros auxilios y hospitales públicos generales, también bajo gestión de los propios trabajadores de la salud y de la comunidad, con una cobertura territorial exhaustiva y orientados a dar tratamiento a las enfermedades que causan mayores índices de mortalidad (colesterol, cardiovasculares, chagas, diabetes), a dar asistencia a las mujeres (provisión de anticonceptivos y aborto) y a las personas drogadependientes (drogadicción, alcoholismo). En esta tarea podrá recuperarse la vasta y rica experiencia de medicina sanitarista argentina.
A mediano plazo es necesario extender esta recuperación de servicios públicos incorporando la educación primaria y secundaria a un sistema integrado de educación obligatoria y reestructurando la educación terciaria y universitaria en su conjunto, en dirección de un sistema de educación superior único compuesto por las universidades nacionales y los institutos nacionales dedicados a la investigación y desarrollo (INTA, INTI, INIDEP, SENASA, CONICET, etcétera) con claras prioridades de formación e investigación centradas en un plan de desarrollo científico y tecnológico. Es preciso también extender la cobertura de salud hacia los grados mayores de complejidad y hacia las tareas de prevención y consolidar el sistema de salud pública mediante la producción de las drogas y equipos básicos médicos. El acceso a la educación en sus distintos niveles y a la salud en sus distintos grados de complejidad debe ser gratuito y estar efectivamente garantizado para todos los ciudadanos.

VII.

Financiamiento. Para poner en práctica estas medidas de emergencia se requiere aplicar un principio básico: la crisis fue provocada por la clase dominante y este grupo social debe cargar con las consecuencias del drama que ha generado. Especialmente durante la última década gozaron de total impunidad para llevar a cabo el mayor atropello económico y social de la historia argentina y las víctimas de su acción ya han padecido suficiente hambre, miseria y opresión. Llegó la hora de que los expropiadores del salario, los ingresos y los ahorros de la mayoría de la población paguen la factura del desastre social.
Siguiendo este criterio proponemos en este sentido tres vías inmediatas de recaudación de los fondos requeridos para nuestras propuestas: a) El establecimiento de impuestos directos sobre los beneficios, las rentas y las grandes fortunas; b) La cesación total del pago de la deuda pública y c) La restauración de los aportes previsionales.
a) En materia impositiva planteamos una reforma total de los mecanismos de recaudación para erradicar la extraordinaria evasión de $20.000 millones al año. No se puede exigir a los trabajadores, a los profesionales, pequeños productores y comerciantes autónomos el respeto de carga impositiva alguna mientras una sola gran empresa o grupo económico con la debida complicidad del estado, siga evadiendo. Es necesario tender rápidamente a un sistema impositivo progresivo.
Pero debe reformularse también la estructura tributaria vigente, que es una de las más regresivas del mundo. Puede establecerse un gravamen equivalente al 10% de los activos de las cien empresas de mayor facturación y otro 5% a las compañías con ventas superiores a los $ 5 millones y una imposición especial a las ganancias obtenidas por los rentistas. En los casos necesarios y para impedir elusiones, el impuesto sobre los activos puede ser sustituido por un suplemento extraordinario a las ganancias o a las ventas de las empresas. Estos gravámenes permitirían recaudar más de $ 20.000 millones para hacer frente a la emergencia social.
Debería establecerse asimismo una tasa del 30% sobre el capital declarado radicado en el exterior y que no tenga el carácter de inversión directa (mientras se investiga lo no declarado), afectándose los bienes registrados en el país para el cumplimiento de esta obligación. Dicha tasa podría proveer fondos, por única vez, por otros USD 20.000 millones. Es fundamental introducir, asimismo, un impuesto inmediato del 30% a los grandes grupos beneficiarios de la pesificación de sus deudas bancarias por un monto superior a los $25.000 millones, que permitiría un ingreso adicional de $ 7.500 millones.
b) Deuda externa. En los últimos presupuestos nacionales se contemplaban alrededor de $/USD 9.000 millones de anuales para el pago de intereses de la deuda y esta cifra sigue superando los $ 5.000 millones en la propuesta inicialmente elaborada para el 2002. Estos fondos constituyen una segunda fuente de financiación del programa de emergencia.
Quienes afirman que no podemos considerar estas sumas porque el "país está en default y la deuda no se paga" mienten. La cesación de pagos actual sólo abarca a una parte del pasivo y en plena debacle social se siguen abonando puntualmente los vencimientos de servicios adeudados a los organismos internacionales (recurriendo a las menguadas reservas), como así también los bonos que se convirtieron en préstamos garantizados con recaudación impositiva, en manos de rentistas argentinos. El reciente pago de USD 680 millones al Banco Mundial (una cifra que alcanzaría para financiar con creces los seguros de desocupados que el gobierno tiene previsto para todo el año) constituye apenas la demostración más contundente del destino de los fondos que se le niega a los trabajadores y desocupados.
Las pruebas del carácter fraudulento son abrumadoras y la legitimidad de la decisión de no pagar es compartida por la mayoría de la población. Los pagos de intereses de la deuda, que pasaron del 1,99% del PBI (1991) al 5,33% (2001), constituyen la principal causa del déficit fiscal, que obviamente no se desbordó por mayores gastos sociales, ni inversiones en infraestructura. Si la deuda constituyó en los últimos años una carga insoportable, luego de la devaluación se ha convertido en una hipoteca de efectos inimaginables porque saltó del 60% al 100% del PBI.
Proponemos la suspensión efectiva y total del pago, es decir que no se destine un sólo dólar o peso para estos fines y que cesen por completo las misiones del FMI, porque la única función de los desembolsos que se obtendrían de un eventual acuerdo con ese organismo es asegurar la continuidad del ajuste. No existe ninguna posibilidad de financiar actualmente un aumento del presupuesto social sin romper con el FMI.
Esta propuesta difiere de la limitada suspensión de pagos que propone el Plan Fénix, pretendiendo convencer a los acreedores externos de la conveniencia de una reestructuración de los vencimientos y de una quita del capital e intereses que aligere los pagos. La experiencia ya transitada en Latinoamérica indica que una suspensión de pagos concebida como una breve etapa de distanciamiento del FMI para recuperar la economía, acumular divisas y retomar un acuerdo concluye en mayores sometimientos a las exigencias de los acreedores.
Proponemos repudiar la deuda pública fraudulenta y en todo caso buscar formas alternativas que requieran nuestras prioridades bancarias y del comercio exterior. El costo extraordinario del desastre desatado por la crisis capitalista debe recaer enteramente sobre las ganancias de los propios capitalistas responsables de la crisis. Estamos convencidos de que hay que evitar proponer medidas que, como las enumeradas en el Plan Fénix, constituyen un menú de "buenas intenciones progresistas" que, evitando cualquier confrontación con el poder económico, terminan siendo un simple preludio del retorno de los representantes de dicho poder a la dirección de la economía. La experiencia de los "progresistas" de la Alianza que terminaron golpeando la puerta de Cavallo y de López Murphy es suficiente para nosotros. c) Finalmente pensamos que la eliminación de las AFJP y el establecimiento de un sistema único de jubilaciones solidarias sobre la base de la restauración de los aportes patronales, que además de reducidos son en la actualidad masivamente evadidos por las empresas, facilitará la recuperación de otros $ 4.000 millones anuales para cubrir las necesidades de los jubilados y pensionados.
La reorganización del presupuesto, a través de la eliminación de una serie de partidas como las vinculadas con exenciones, diferimientos y subsidios que favorecen a los capitalistas, desde las subvenciones a la educación privada, los regímenes jubilatorios de privilegio o el enorme gasto que insume una cantidad innecesaria de cargos políticos complementarían aquellos fondos destinados a enfrentar la emergencia social.

VIII.

El "corralito" constituye un brutal mecanismo de expropiación de los pequeños acreedores y deudores por parte de los banqueros. Se han confiscado ahorros acumulados para complementar jubilaciones misérrimas, constituidos a partir de indemnizaciones por despido y destinados a solventar los "seguros de empleo privado" necesarios para garantizar la subsistencia mientras se intenta conseguir un nuevo trabajo. Este es el carácter de los ahorros robados a más de 1.200.000 depositantes en pesos o dólares, que poseían más del 80% de las cuentas con depósitos promedio de apenas $/USD 25.000. Fueron expropiados para socorrer a los banqueros en medio de la corrida provocada por el colapso financiero que desató Cavallo. Las promesas demagógicas de Duhalde ("los depósitos serán devueltos en su moneda original") ya quedaron en el olvido, mientras la pesificación de los ahorros en dólares a $ 1,40 implicó una expropiación de alrededor del 70% del valor original de los depósitos, que aumenta a medida que la cotización del dólar sigue su ascenso.
La conversión de los depósitos en bonos recientemente dispuesta por el ministro Roberto Lavagna consagra una expropiación definitiva porque a 5 o 10 años, en pesos o en dólares, con o sin participación de garantías privadas, son impagables para el estado y constituyen un nuevo plato para los especuladores que los negociarán a una fracción mínima de su valor nominal. Los bancos presionaron permanentemente por esta transferencia de sus compromisos al estado retaceando garantías, reteniendo dólares e incluso dificultando cualquier retiro de fondos.
Rechazamos categóricamente la presentación del bono expropiador como un "mal menor" o como una "medida inevitable". Los ahorristas han sido estafados por los banqueros y sus socios capitalistas con el auxilio de las reservas del Banco Central y la cobertura legal que primero brindó De la Rúa y ahora Duhalde. Afirmar simplemente que el "dinero ya no está" equivale a encubrir esta confiscación y argumentar de que "ningún sistema aguante el retiro masivo de depósitos" oculta que esta fuga fue orquestada, avalada y realizada por los grandes empresarios y financistas a costa del pequeño ahorrista. El nuevo bónex es el punto final de esta expropiación, porque otorga a las víctimas de la estafa un papel pintado emitido por un gobierno en quiebra financiera, lo que permite a los banqueros desligarse de sus compromisos con los depositantes y también de gran parte de sus créditos morosos. Las otras alternativas que había evaluado la clase dominante constituían modalidades diversas de expropiación. La apertura del corralito financiada con emisión monetaria (propuesta de González Fraga) hubiera desatado una hiperinflación descontrolada que hubiera pulverizado los ahorros antes de poder ser utilizados para cualquier destino. Y la tercera opción -permitir que cada banco negocie individualmente con los ahorristas (Rodríguez Saá en San Luis)- hubiera conducido a que las entidades que opten por irse no devuelvan nada. Es tan obvio que cualquier alternativa agrava el caos económico y tiene un costo fiscal descomunal, que el gobierno todavía vacila, cambia de postura cada día y busca salidas intermedias que se parecen a la cuadratura del círculo. Cerrando el corralito agrava la recesión y flexibilizándolo alienta la fuga al dólar y el aumento de la inflación.
Una resolución del corralito a favor de los ahorristas requeriría que las entidades financieras, que han sido el canal para la fuga de más de USD 20.000 millones durante el 2001, fueran conminadas a la devolución de depósitos mediante aportes suministrados por sus casas matrices y recurriendo a su propio capital (incluyendo sus propiedades directas, encubiertas y asociadas, como sus participaciones en empresas, etcétera). Si los bancos extranjeros - 3/4 partes del sistema, después del proceso de extranjerización de la banca durante el menemismo- se desentendieran de su compromiso y optaran por irse del país -y los nacionales se declararan en quiebra-, habría que disponer la inmediata confiscación de todos los activos vinculados a estas entidades.
Exigir que las casas matrices respondan por sus filiales locales es un reclamo elemental. Resulta inaceptable que un banco se retire dejando un tendal de ahorristas y empresas en la quiebra. Para resolver el problema de los pequeños ahorristas es necesario intervenir el sistema financiero e investigar cuales de los grandes créditos constituyen créditos ficticios que encubrieron fugas de capital, para eventualmente exigir su devolución.
Proponemos la siguiente secuencia de medidas: i- intervenir los bancos, ii- investigar el destino de los fondos fugados, iii- intimar a los bancos a la restitución de los depósitos, iv- expropiar sin indemnización a bancos que estafaron destinando el producto a un fondo cuyo recupero sirva para la devolución de los depósitos en moneda de poder adquisitivo interno constante. Aún así, es claro que nadie puede asegurarle a los pequeños ahorristas que volverán a contar el dinero que le robaron los banqueros, pero en cambio se les puede garantizar dos cosas. Primero, justicia, ya que los estafadores serán juzgados y sus propiedades incautadas. Segundo, participarán de todos los beneficios que incorporan las medidas de emergencia anunciadas anteriormente. Mientras se tramita la devolución de lo máximo posible de sus ahorros, tendrían ingresos suficientes para cubrir sus necesidades básicas como el resto de la población.
También es necesario resolver el problema de la indexación de los créditos hipotecarios, que no está garantizada aún con la supuesta eliminación del CER. Proponemos la anulación definitiva de este índice que amenaza convertirse en una nueva versión de la circular 1050, que en los años 80 empobreció masivamente a los pequeños deudores.
Un problema adicional derivado del corralito es la presión de los retiros de depósitos sobre el tipo de cambio. No hay solución para este tema que no pase por un efectivo control de cambios y el fortalecimiento de las cuentas fiscales como ha sido propuesto anteriormente. Por lo tanto la única solución es avanzar progresivamente a una desdolarización de la economía que, combinada con la supresión de las "monedas para pobres" que constituyen los bonos provinciales y nacionales, reinstale una moneda única de curso forzoso. Esta recuperación de la soberanía monetaria es un principio fundamental de nuestro programa.

IX.

La crisis bancaria ya superó con creces al problema del corralito. Está en curso el derrumbe inminente y completo del sistema financiero como consecuencia directa de la depresión y la fuga de capitales. Los bancos han sido vaciados a la vista de toda la población y con la complicidad directa del gobierno. Los gobiernos permitieron la fuga de más de USD 20.000 millones de dólares antes del corralito y encubrieron la continuidad de los giros y de sumas millonarias luego de este congelamiento, a través de operaciones financiadas desde el Banco Central con redescuentos y pérdidas de reservas. La entrega de este dinero a los bancos será recordada como una de las mayores estafas de la décadas porque se asistió a entidades en venta (Galicia), quebradas (Scotiabank), lavadores de dinero (BNG), carentes de ahorristas (Creditanstaldt). Y si este subsidio se está limitando es porque el FMI exige preservar las reservas para utilizarlas en la reanudación futura del pago de la deuda.
El desmoronamiento total del sistema bancario comenzó con la caída del Scotiabank y ya fue seguido por las tres entidades pertenecientes al Crédit Agricole. La negativa de los bancos extranjeros a hacerse cargo de la crisis bancaria resulta inadmisible. Sólo este último grupo francés detenta activos mundiales cuatro veces superiores al PBI argentino y, al igual que el Scotiabank o el BNG, recibió cuantiosos redescuentos del Banco Central. Está actualmente en marcha a toda velocidad un descarado vaciamiento del sistema financiero. Todas las entidades que preparan su partida trasladan previamente sus patrimonios al exterior con la explícita complicidad del Banco Central. Cuándo sus directores exigen plena inmunidad legal para actuar en los próximos meses es porque son conscientes de la magnitud de la estafa en curso y buscan cubrir sus espaldas de la ira popular.
Está previsto que en los próximos meses (¿semanas?) desaparezcan entre el 30 y el 50% de las 4.580 sucursales que existían a fines del 2001 y los despidos afectarían a alrededor del 50% de los 100.000 empleados. El achicamiento será brutal porque los financistas saben que la dimensión del sistema bancario se adaptará a la fenomenal contracción de toda la economía. Actualmente el sistema cuenta con depósitos a la vista por $ 30.000 millones y depósitos reprogramados por $ 35.000 millones, que sumados ascienden a $ 65.000 millones o USD 20.000 millones. Si la mitad de estos fondos se cambiaran por bonos públicos, el sistema quedaría con unos $ 30 a 35.000 millones, es decir, USD 10.000 millones, cuando a fines del 2000 contaba con depósitos por USD 90.000. La envergadura del sistema financiero emergente de la crisis representaría así 1/9 de la que tenía un año y medio atrás.
El sistema financiero se desploma y el desafío es cómo reconstruirlo: a favor de los banqueros o en beneficio de la mayoría de la población. La primera alternativa es la que prepara el Gobierno mediante el subsidio y la extranjerización. El auxilio será a través de los conocidos mecanismos de estatización, que incluyen todo el espectro de redescuentos, bonos y asimilación de carteras morosas. Este tipo de socorros insumió un costo equivalente al 25% del PBI mexicano luego de la crisis de 1994 y del 16% del coreano y el 40% del indonesio después de desplome asiático de 1997-98. En el caso argentino (con el precedente de los rescates de de USD 7.000 millones realizado durante la crisis del tequila), la crisis bancaria en curso es de una magnitud tal que implicaría aumentar la deuda en más de USD 20.000 millones. Hay incluso cálculos del costo de esta estatización ruinosa que lo elevan al 30 % del PBI.
Este auxilio serviría, además, para financiar la extranjerización del futuro sistema a favor de los grupos foráneos que decidan quedarse para apropiarse de los restos de la banca cooperativa y oficial. Para preparar esta operación los hombres del FMI en el Banco Central exigen leyes de inmunidad. A través de la "off shorización" o la banca transaccional, el manejo del crédito quedaría asimilado al de una economía colonial.
Frente a esta perspectiva de estatización de la banca para socorrer a los financistas proponemos la expropiación de los banqueros. En otras palabras, la necesidad de conminar a las entidades financieras a la devolución de depósitos sería el punto de partida para una expropiación de la banca y para la construcción de una banca bajo gestión planificada y popular cuya función primordial sea orientar el crédito hacia las actividades socialmente prioritarias. Proponemos avanzar hacia la nacionalización sin indemnización de toda la banca para constituir un sistema único de banca pública, que podría adoptar la forma de una estructura compartimentada (un banco de inversiones, uno de comercio exterior, uno de transacciones y un banco central emisor de moneda y regulador del sistema). Esta nacionalización debe incluir explícitamente la propiedad y no limitarse al manejo oficial orientado del crédito siguiendo el modelo de los años '70. En este terreno hay que evitar las declaraciones vacuas y grandilocuentes sobre "la regulación del crédito " o el "control de las operaciones". La nacionalización efectiva y popular de la banca no tiene nada que ver con la estatización de hecho que se está produciendo actualmente como resultado del desplome de entidades privadas y el pasaje masivo de cuentas, clientes y depósitos a los bancos oficiales. La nacionalización es además la única garantía del mantenimiento de los puestos de trabajo bancarios.

X.

El default de la deuda pública confirma la total inutilidad del sacrificio realizado por nuestro pueblo durante años para cumplir con los pagos de la deuda. Estaba a la vista la imposibilidad de hacer frente a vencimientos de intereses que triplicaban los gastos de administración del gobierno e insumían seis veces más fondos que la asistencia social y 23 veces más recursos que los planes de empleo. Y era evidente que no podrían ser refinanciados con nuevas privatizaciones porque el patrimonio del Estado ha sido totalmente rematado.
La actual situación de parcial cesación de pagos no tiene nada que ver con la decisión soberana de romper con el FMI. La escena de los diputados y senadores festejando un default parcial durante la Asamblea Legislativa que coronó a Rodriguez Sáa ha sido tan grotesca como todas las declaraciones serviles de Duhalde y sus aliados radicales. Para "hacer los deberes" ahora se aprestan a facilitar el remate de los activos devaluados y otorgar amnistía a los banqueros estafadores mediante las leyes que exige el Fondo.
Sin cesar el pago de la deuda y romper toda negociación con el FMI no hay reconstrucción económica posible a favor de los trabajadores. Suspender los pagos con vista a una futura renegociación conduce a repetir las frustraciones de los últimos años. Ya se demostró que el plan Brady y las sucesivas reducciones de intereses y ampliaciones de los plazos de pago, como el "blindaje" y el "megacanje" de Cavallo, conducen a engrosar el pasivo y a condicionar la actividad económica a las exigencias de los acreedores. Y la "quita" que algunos miembros del establishment impulsan sólo obedece al intento de asegurar el cobro de lo que puedan conseguir de una deuda impagable.
Nadie puede argumentar que una ruptura con el FMI "nos alejará del mundo", porque el país tiene cortado el crédito internacional desde hace un año, no recibe un solo dólar de inversión y está en la lista negra de todas las calificadoras de riesgo. La Argentina ya está aislada y el país no encontrará la salida a la catástrofe acentuada por la deuda en una nueva inserción en el mundo de los financistas saqueadores que nos empujó a la debacle actual. Proponemos cesar el pago de la deuda y romper con el FMI, pero teniendo en consideración a los pequeños tenedores de títulos, como los jubilados, ex detenidos políticos y familiares de desaparecidos, es decir todos aquellos que y por alguna razón de probada justicia merezcan el cobro. Es el caso de ciertos pequeños tenedores, cuya compra de bonos públicos fue una manera de canalizar ahorros equivalentes a los depósitos bancarios.
Pero los grandes acreedores no deben recibir un solo dólar o peso más. Y para sostener esta lucha proponemos encarar una campaña, que cuenta ya con amplio consenso en la población. Sólo deben renegociarse aquellas líneas de crédito vinculadas a transacciones comerciales prioritarias. Destacamos la importancia de impulsar esa campaña a escala mundial en el ámbito del denominado "movimiento antiglobalización" para avanzar en la formación de frentes regionales y mundiales contra el pago de las deudas externas. La sublevación popular ha conmocionado al mundo, creando temores al "contagio político del ejemplo argentino" entre los acreedores. Estas condiciones favorecen la batalla por la inmediata decisión soberana de no pagar y romper con el FMI.
Estimamos que las dificultades que ocasionará el desconocimiento de la deuda serán muy inferiores a los padecimientos que genera la continuidad de su pago (los bienes públicos argentinos en el exterior son irrelevantes comparados con la deuda). Emanciparnos de las exigencias de los acreedores externos e internos nos devolverá capacidad para decidir sobre nuestras propias políticas y contará con la solidaridad de todos los pueblos del mundo sometidos a las mismas cadenas.

XI.

La extraordinaria depresión económica que atraviesa la economía argentina desde hace más de tres años ya se extendió también a las empresas privatizadas. Estas compañías continúan desempeñando un papel clave en nuestra economía porque gozan de los beneficios que obtuvieron con su apropiación de los resortes estratégicos del proceso productivo. A pesar del bajo riesgo y del carácter monopólico de sus actividades estas compañías obtuvieron en los '90 un nivel de rentabilidad en muchos casos diez veces superior al del resto de las empresas (especialmente en los casos de las concesiones viales, del agua, los servicios cloacales y las telecomunicaciones). Estos beneficios fueron en su mayor parte remitidos al exterior en lugar de ser utilizados en la inversión, como lo ilustran por ejemplo los 4.910 millones de dólares distribuidos como dividendos a accionistas externos por parte de las seis compañías españolas privatizadas, durante el año pasado.
A pesar de que algunas las compañías fueron directamente beneficiadas con la devaluación (YPF-Repsol) y otras con la licuación de pasivos (Telefónica, Telecom) el desmoronamiento de la cobranza y el endeudamiento en dólares ha expandido la crisis general de la economía también a este sector subsidiado. Frente a esta situación las compañías presionan por un aumento general de tarifas y la adopción de falsas "tarifas sociales" para afrontar la mora de la cobranza con subsidios estatales. Ambas variantes deben ser contundentemente rechazadas. Por el contrario hay que garantizar de inmediato el congelamiento en los servicios públicos (agua, electricidad, teléfonos, transportes) y los combustibles. Planteamos además que deben suspenderse todos los subsidios estatales (como en ferrocarriles y subterráneos), exigiendo el mantenimiento de la calidad de los servicios y la continuidad de todos los puestos de trabajo.
Frente a la crítica situación, muchas empresas amenazan con quebrar. Se multiplican las moratorias de deudas externas (Telecom Argentina, Aguas Argentinas, Transportadora de Gas del Norte, Metrogas) que, explican gran parte de los USD 50.000 millones de deuda externa privada total (financiera y no financiera). Y también hay indicios de próximos vaciamientos, en la senda abierta por Aerolíneas Argentinas, o devoluciones de compañías al sector público (Azurix, yacimientos de Río Turbio). No hay que olvidar que en algunos casos -como en Iberia o en France Telecom- son las propias matrices las que se encuentran en crisis. Ante la amenaza de quiebra, aumentos de tarifas, deterioro de los servicios o despidos, proponemos que las empresas sean expropiadas y sometidas a gestión por parte de los trabajadores y usuarios. Las privatizadas adquirieron las empresas por sumas irrisorias, se apropiaron de la renta petrolera, achicaron los ferrocarriles, vaciaron las aerolíneas, estafaron a los transportistas mediante los peajes, encarecieron los teléfonos, el agua y la electricidad. Ya usufructuaron abusivamente de los contratos fraudulentos de las privatizaciones y llegó la hora de comenzar a poner fin a esta depredación.
Nuestra propuesta tiende a propiciar, a mediano plazo, la expropiación del conjunto de las empresas privatizadas, sin ningún tipo de indemnización, para remodelar por completo su funcionamiento poniéndolo al servicio del pueblo, abaratando las tarifas, asegurando la inversión y reciclando las ganancias y la renta dentro del circuito productivo nacional. La expropiación de las empresas privatizadas es indispensable porque las empresas se especializan en burlar todas las formas de control y regulación de su actividad (los llamados "marcos regulatorios": precios y tarifas máximas, costo de servicio, actualización tarifaria por eficiencia, etc.) y porque resulta imposible desenvolver un plan económico de salida de la crisis sin el manejo público de las compañías estratégicas. Resulta asimismo indispensable contar con un plan y un manejo centralizado de la totalidad de los servicios públicos del país.
Pero sabemos que la mera reestatización de las empresas privatizadas implicaría retornar a la experiencia pasada de burocratización, corrupción y enriquecimiento de grupos asociados a las empresas públicas -esos mismos grandes grupos económicos que a comienzos de los 90 se apropiaron de las privatizadas- y por consiguiente conduciría a la precariedad de los servicios. Proponemos entonces someter las empresas de servicios públicos expropiadas a nuevas formas democráticas de gestión basadas en la participación directa de los trabajadores y usuarios y en la apropiación social del excedente en caso de corresponder.
Pensamos que todas estas medidas que comprenden la eliminación de exenciones, diferimientos y subsidios que favorecen a los capitalistas y un aumento de los salarios, las jubilaciones y el gasto social posibilitarán enfrentar la actual emergencia social. Sin embargo, la reactivación de la economía resultante a mediano plazo requerirá la consolidación de esta tendencia para lo cual se deberá hacer frente a nuevos requerimientos.

Para avanzar hacia soluciones de fondo

XII.

Al cabo de cuatro años de depresión y varias décadas de pobre desempeño de la economía argentina, debemos considerar que resulta indispensable avanzar en el diseño de una plan productivo, dirigido a recuperar rápidamente los niveles de producción.
La pérdida de riqueza generada en nuestra economía por las medidas neoliberales a lo largo de casi cuatro años de depresión se expresa en una caída del PBI per cápita del 25,8%. (Para no decir que significa, a más largo plazo, que el PBI per cápita del año en curso no supera el de mediados de los '70.) La riqueza disponible para cada argentino se redujo así en una cuarta parte. Considerando un producto para este año de $ 360.000 millones, la caída respecto a los niveles de 1998 alcanzaría los $ 100.000 millones, monto equivalente, por ejemplo, a unos 12 millones de seguros de empleo o salarios mínimos por un año de entre 600 y 700 pesos mensuales. En estas condiciones, un plan productivo no puede apoyarse en la expectativa de inversiones extranjeras, que históricamente acentuaron la industrialización fragmentaria, desarticulada y escasamente competitiva que ha prevalecido en el país. Además, lejos de prever ingresos de capital, las grandes corporaciones están preparando para los próximos años traslados masivos al exterior. Sólo algunos "fondos buitres" se aprestan a comprar por moneditas ciertos activos devaluados, sin el objetivo de apuntalar el desarrollo económico del país. La necesaria redistribución del ingreso amenaza convertirse así en una suerte de redistribución de la miseria.
Un plan productivo debe implicar un serio programa de inversiones públicas decidido socialmente y orientado hacia la reabsorción de la fuerza de trabajo desocupada tanto de baja como de alta calificación mediante la instalación de nuevas industrias. En este sentido, por ejemplo, debería desarrollarse un plan de recuperación de las economías regionales sacudidas por la decadencia productiva y la situación generalizada de endeudamiento y asfixia impositiva (planes de forestación, de riego y control de las inundaciones, etc.) e implementarse una política de recolonización de tierras y de reforma agraria que absorba empleo, mejore la calidad de vida en las áreas rurales y reoriente la producción hacia la satisfacción de las necesidades alimentarias de la población, vinculada a un desarrollo agroexportador y ecológicamente sustentable en el sector agrícola-ganadero.
Esta transformación agraria es vital porque la devaluación no mejoró la dramática situación del pequeño productor endeudado, sino que encareció los insumos importados que manejan las grandes corporaciones. Además, abarató las propiedades en dólares, creando el terreno para una oleada de apropiación capitalista extranjera de los mejores suelos.
Resulta indispensable, por otra parte, desenvolver en el sector pesquero un plan que garantice la conservación de los recursos. Deberían desarrollarse también planes diferenciados de producción de medicamentos, asi como nuevas industrias tecnológicas y estratégicas que faciliten la reconstrucción y el desarrollo de la infraestructura deteriorada.
Los destinatarios de un plan de reindustrialización deben ser los desempleados, trabajadores, agricultores, comerciantes y cooperativistas, pero nunca los grandes empresarios. Durante décadas, estos capitalistas recibieron prebendas del estado para montar empresas ineficientes, explotar a los asalariados y enriquecerse con el fraude fiscal de levantar armadurías en los galpones de la "promoción industrial". Durante la convertibilidad se vendieron empresas y se transfirió al exterior patrimonio y desde el inicio de la depresión se aceleró el desmantelamiento de la industria, dejando sin empleo a millones de trabajadores. Ahora, los "capitanes de la industria" han formado un nuevo lobby para afrontar el pago de sus deudas privadas externas mediante alguna forma de seguro de cambio a cargo del estado que les permita recurrir a la típica socialización de las pérdidas. También buscan la protección del estado en la renegociación de sus pasivos con los acreedores y por eso apuntalan el acuerdo con el FMI que empobrecerá a la mayoría de la población. Por estas razones un plan de reindustrialización bajo liderazgo de los capitalistas no llevará a ningún lado. Incluso las medidas de protección aduanera de la industria local -que son indispensables para defender a la pequeña empresa- no pueden concebirse para apuntalar a los grupos que provocaron la desindustrialización de las últimas tres décadas.
Los trabajadores son los principales artífices de un plan viable de reconstrucción económica y en su lucha por prohibir los despidos, reabrir las empresas y distribuir las horas de trabajo ya han desarrollado importantes experiencias de gestión directa. Los ejemplos de Brukman y Zanon son los más conocidos de una amplia lista de empresas abandonadas por sus dueños y recuperadas por los trabajadores bajo control obrero. Por otra parte, se desarrollan experiencias cooperativas como en Siam (electrodomésticos), La Baskonia (metalurgia) o Máximo Paz y Yaguané (frigoríficos). En algunos casos será necesario el apoyo de profesionales para aplicar o generar nuevas técnicas de producción. En este sentido es necesario integrar la comunidad universitaria y científico-tecnológica al desarrollo productivo.
En general, cuándo los operarios demuestran que pueden manejar con total normalidad las plantas, los empresarios se despiertan y promueven órdenes judiciales de desalojo. La gestión obrera es a todas luces factible, porque nadie conoce mejor el funcionamiento de una fábrica que sus propios operarios, que saben cómo manejar las máquinas, organizar la producción y distribuir los pagos de los salarios. Estas experiencias ilustran también como podría implementarse una reconversión fabril hacia la producción de los bienes primordiales, si los municipios, las provincias y el estado nacional fijaran prioridades y concentraran sus compras en las empresas gestionadas por los trabajadores. Somos partidarios de alentar la gestión cooperativa, siempre y cuando se establezcan medidas para evitar el ahogo de estas empresas por la falta de abastecimientos, mercados y financiación. Para asegurar la viabilidad de estos emprendimientos resultan decisivos los convenios con el estado, así como su integración a un futuro sector industrial planificado. Lo que debe descartarse es la devolución de las empresas quebradas a sus viejos o nuevos dueños capitalistas y lo que debe priorizarse es la preservación de las fuentes de trabajo frente al inminente proceso de mayor liquidación de empresas al borde del quebranto. Sólo el Citibank tiene en su cartera actualmente 100 compañías para rematar en el corto plazo.

XIII.

La impresionante especulación cambiaria de los últimos cuatro meses ilustra los efectos de una devaluación sin control de cambios, ni monopolio del comercio exterior. El dólar se dispara porque los exportadores retienen millones de dólares especulando con liquidar las divisas al mejor precio. No más de veinte empresas controlan el manejo del superávit comercial, recurriendo también al contrabando y a la maniobras de alteración de la facturación. Cargill, Dreyfus, Bunge, Repsol o Pérez Companc desconocen los plazos legales para liquidar divisas y, con la obvia complicidad de los funcionarios del estado retienen 4.500 millones de dólares, provocando una escalada incontenible del precio de la divisa.
La crisis está provocando también un cierre de hecho de la economía, como consecuencia del derrumbe de las importaciones, que cayeron un 60% en el primer cuatrimestre. Las compras externas seguramente llegarán a un tercio del promedio de los últimos años y esta restricción justifica adicionalmente el manejo estatal del comercio exterior, para asegurar la adquisición racional de importaciones evitando el despilfarro suntuario de los últimos años.
Pero poner fin a la especulación de las compañías que manejan el comercio exterior es también vital para recuperar la soberanía monetaria. Se requiere no solo el control de cambios, sino también el monopolio estatal de este sector, ya que la aplicación de retenciones puede servir para amortiguar el impacto inflacionario de una devaluación, pero no alcanza para implementar una política cambiaria adaptada a las prioridades del desarrollo económico. Sin manejar las reservas (actualmente controladas directamente por el FMI) y sin detentar el movimiento de las divisas del comercio exterior, no resulta posible instrumentar una estrategia cambiaria que respalde la moneda nacional (y elimine el festival de 13 cuasimonedas provinciales) y sirva para utilizar el superávit exportador en la adquisción de los bienes requeridos para la reindustrialización. Es imprescindible instaurar lo antes posible una única moneda de curso forzoso.

XIV.

Es indudable que una salida popular de la crisis actual deberá enfrentar severas restricciones externas (limitada capacidad de importación, difícil acceso a tecnologías externas, precario perfil de las exportaciones en un contexto mundial recesivo). Pero esta dificultad corrobora la necesidad de romper con el FMI, porque sólo adoptando una política económica soberana y antiimperialista se puede evitar que los efectos de estas restricciones reacaigan sobre los trabajadores y el pueblo. Es indudable que la recuperación económica requiera altas tasas de crecimiento asociadas a una absorción de avances tecnológicos, que no se logrará "viviendo con lo nuestro", ni intentando la utopía de erigir una economía nacional cerrada y aislada del mercado internacional. Pero reingresar al "mundo del FMI" y de sus banqueros, lejos de abrir una senda de progreso continuará empujando a la Argentina hacia formas más primitivas de subsistencia, que ya se han generalizado en gran parte del interior y las zonas suburbanas.
Postulamos, por lo tanto, otra reinserción al mundo, que en vez de transitar por el FMI se apoye en relaciones de solidaridad, con todos los pueblos que actualmente participan en la protesta global contra el capital. Nuestros aliados son los jóvenes, trabajadores y desocupados que encabezan las manifestaciones internacionales contra las corporaciones del Banco Mundial y la OMC.
La crisis actual ha creado una extraordinaria oportunidad para replantear nuestra asociación primordial con América Latina, porque el "contagio argentino", ya se extiende al plano económico como lo prueba la fuga masiva de capitales que sufren los bancos uruguayos y el ascenso de la "tasa de riesgo país" en Brasil, que presagia un posible default de la deuda. La afluencia de capitales externos a Sudamérica decae aceleradamente y la tasa de crecimiento de la región se ha estancado por segundo año consecutivo. La necesidad de una respuesta común se torna cada vez más evidente y el malestar popular hacia el imperialismo se generaliza, ante la hipocresía norteamericana de exigir mayor apertura comercial a Latinoamérica, mientras bloquean el ingreso de exportaciones de la región, subiendo los aranceles y subsidiando al agro.
Por eso nuestro programa rechaza el ALCA y propone otro Mercosur, que en lugar de favorecer los negocios subvencionados de los capitalistas que empeoran las condiciones de vida de los trabajadores, apunte a priorizar la conquista de las reivindicaciones sociales de la población (en cuanto a salarios, condiciones de trabajo, conservación del medio ambiente, etcétera), a través de la coordinación horizontal con los movimientos de lucha de toda la zona (integración sindical con los sindicatos de países vecinos, integración de productores agrarios con las organizaciones campesinas de los países vecinos, etcétera). Y debemos concebir esta integración popular de la región como una plataforma para estrechar nuestros vínculos con todos los pueblos, trabajadores y oprimidos del mundo.
XV. Los firmantes de este documento inscribimos la totalidad de estas propuestas en la perspectiva de un proyecto estratégico socialista. La terrible degradación del país no es un resultado exclusivo del "modelo neoliberal" en cualquiera de sus acepciones (apertura, privatizaciones, convertibilidad, exclusión), ni tampoco es solamente el producto de la asfixia creada por el pago de la deuda y la dependencia comercial o tecnológica. La crisis que atraviesa la Argentina es un producto del régimen económico-social imperante, es decir del capitalismo, cuyos patrones de beneficio, concurrencia y explotación permiten el enriquecimiento de una pequeña minoría a costa del sufrimiento del grueso de la población.
La Argentina ha padecido en los últimos años una verdadera lección de lo que significa el capitalismo. Millones de pequeños ahorristas fueron expropiados por los bancos, demostrando que este sistema, lejos de retribuir el esfuerzo personal, recurre a la apropiación directa de los ingresos familiares. Millones de trabajadores han sufrido la pauperización que es aprovechada por los grandes empresarios para reducir salarios y alargar la jornada de trabajo. Millones de usuarios han sufrido las manipulaciones monopólicas de las compañías privatizadas, que operan sin riesgo y con ganancias aseguradas. Estas confiscaciones no obedecen a la "falta de capitalismo", ni se corrigen construyendo "otro capitalismo", que sólo existe en la imaginación y en el deseo de sus promotores.
Otro tipo de sociedad más igualitaria, solidaria y justa es posible si la batalla por el programa que proponemos apunta a forjar un horizonte socialista.

Luciano Lazaro - Argentine - vendredi 19 juillet 2002

 

 

El asco que compartoASCO
por Eduardo Aliverti


Uno le ha pegado mil vueltas al asunto y ha tratado de encontrar el modo
de guardar esa elemental distancia que separa al análisis periodístico de
la bronca más primaria.
Y uno ha resuelto que esta vez no podrá ser. Porque podría pero no quiere
ni cree que deba. Hay un límite, que separa a las formas profesionales del
mandato de las tripas. Y prefiere que algunas de las primeras se vean
afectadas, si es que al cabo las segundas se sentirán más en su lugar.
Menos retorcidas.

Uno va a violar, entonces, ciertos códigos de este oficio, escritos y no,
como el no hablar en primera persona o el no referirse a colegas y
autoridades en términos hirientes y hasta insultantes. Pero es que han
declarado la guerra de manera oficial y ni uno ni nadie enfrenta al
enemigo con fuegos artificiales.

Así que, sencillamente y en orden aleatorio:

Me dan asco los operadores de prensa pero sobre todo los tilingos, las
tilingas y las conciencias lobotomizadas que en medio de la sangre de un
sistema atroz se pusieron a sacar las cuentas de la interna piquetera.
Me dan asco los que tuvieron que esperar las fotos para decir que fue la
Policía.

Me dan asco los que no entienden que siempre es la Policía.

Me das asco, Duhalde, vos y tu maldita mejor policía del mundo.

Me dan asco los que le piden a los manifestantes que salgan a cara
descubierta, como si esto fuese la península escandinava y después no se
usasen las identificaciones para entrar en los barrios y las casas y
cagarlos a palos.

Me das asco, Atanasof, vos y tu preparada de terreno de las últimas
semanas para asociar las movilizaciones al caos y cubrirte de las
consecuencias de salir a matar.

Me da asco esa buchonería periodística que denuncia los palos y las
piedras de los piqueteros, como si además de cagarse de hambre tuviesen
que defenderse con una imagen de la Virgen.

Me das asco, Hadad.

Me da asco que haya que decir otra vez que no hubo errores ni hubo
excesos.
Me dan asco los que se alarman por los locales comerciales hechos mierda
pero sostuvieron con su voto, durante una década, la política que destruyó
a las pymes.

Me das asco, Grondona.

Me dan asco los pelotudos que quieren una policía profesionalizada con
sueldos de 400 mangos y después salen a pedir recortes en el gasto
público. Pero me dan más asco todavía los que suponen que en sistemas como
éstos puede haber una policía que no sea funcional al sistema.

Me dan asco, mucho más asco que cualquier conciente hijo de puta, los
imberbes que ni siquiera son capaces de asociar la represión, y el
operativo de prensa que la preparó, con el operativo de reinstalar a Menem
y a la dolarización como única salida frente al caos.
Me das asco, Ruckauf.
Me dan asco esos canallas del periodismo que aún después de ver el retrato
de dos pendejos fusilados por la cana dicen muertos en vez de asesinados y
disparate en vez de emboscada.

Me das asco, pequebú venido a menos, donde quiera que estés, arriba de un
taxi, escuchando la 10, asombrándote por la panza inflada de una nena
tucumana, puteando porque están las calles cortadas por una manifestación
que te impide llegar adónde, infeliz, a un trabajo que no tenés o a otro
que vas a perder o a cualquiera donde te deslomás catorce horas por una
miga de pan, o para pagar impuestos que sirven para pagarle al Fondo o
para ahorrar unos papeles pintados que después te acorralan.

Me da asco que si vivís a mate cocido y sos morocho y con pasamontaña no
haya el derecho de reventar de furia en un puente o una ruta, pero si sos
un ahorrista en dólares sí lo tengas para incendiar el frente de los
bancos.

Me das asco, Daer. Vos también, Moyano.

Me da asco que si sos de la Verón te espere la muerte, y si lo aplaudís a
Nito Artaza te espere una nota en la tele.

Reutemann, por lo menos hubieras vuelto a entrar segundo atrás de algún
comunicado de tu partido condenando la masacre. Vos también me das asco.

¿Así que la Bonaerense puede ocupar el Fiorito para secuestrar gente y la
Federal se puede meter en territorio bonaerense y los gases se pueden
tirar estando cuerpo a cuerpo con los manifestantes pero el Gobierno no
tuvo nada que ver?. Dan asco, hijos de puta.

Yo también me doy un poco de asco. No soy capaz de recordar de memoria los
nombres de los Santillán y los Costeki asesinados en Tartagal, en
Corrientes, en Ushuaia. Es que son tantos, justamente, en medio de tanto
cucuracha que sigue hablando de las balas perdidas que les pegan siempre a
los mismos.

Disculpe algún espíritu sensible o alguna buena conciencia ideológica que
se hayan sentido ofendidos. Es decir, si portan esas características no
tienen por qué ofenderse de nada. Y mis tripas, francamente, se sienten
mucho mejor.

Luciano Lazaro - Argentine - mercredi 17 juillet 2002

 

 

Extraordinaire

Moi je veux juste dire que le net et tous ce qui va avec c'est une chose extraordinaire qui nous arrivé !
On peut faire tellement de choses , de rencontres .... avec , c'est excellent !
J'embrasse tout le monde et je veux faire une superbe dédicace à l'homme de ma vie que j'ai rencontré sur le net !

Marlène - dimanche 14 juillet 2002

 

 

EMPECEMOS AHORA

Está claro que los viejos caudillos de la política, y en especial aquellos
que han sorteado (con poco de suerte y mucho de complicidad de los distintos
poderes que conforman nuestra ultrajada nación) juicios, demandas y hasta la
privación temporal de su libertad, no están de acuerdo con la renovación
total de los mandatos en las próximas elecciones, ya que para haber
esquivado con éxito el peso de la ley que legítimamente debía caerles encima
por manejos fraudulentos, operaciones encubiertas, contrabando de armas,
enriquecimientos ilícitos, malversación de fondos, etc, etc, etc. han
contraído "compromisos" con varios otros sectores de poder tanto locales
como extranjeros, que tienen en la gran mayoría de los actuales dirigentes a
sus "socios" para llevar a cabo todo aquello que pueda seguir incrementando
sus patrimonios, obviamente a costa del hambre, la desocupación y la falta
de horizontes de toda una sociedad, pero eso al fin y al cabo poco les
importa... en realidad nada.
Afortunadamente, el pasado 9 de julio tuve la oportunidad de participar en
la histórica Plaza de Mayo de la marcha a favor de una segunda y definitiva
independencia de los organismos internacionales, los Estados Unidos y demás
países que han sido cómplices de esta decadencia institucional, política y
social, junto con nosotros, seamos sinceros. Y al ver tanta gente reunida
bajo un mismo lema, con un mismo objetivo (QUE SE VAYAN TODOS) y con un
marco de tremenda solidaridad y esperanza y sobre todo de manera pacífica
(para que los que creen que los que peleamos por el trabajo y la dignidad
somos los mismos que rompen las vidrieras de los comercios o andan armados)
creo importante que EMPECEMOS AHORA a manifestarnos a través de todos los
medios posibles a favor de la RENOVACIÓN TOTAL DE TODOS LOS MANDATOS, y que,
en caso contrario, NO NOS PRESENTAREMOS A VOTAR EN LAS PRÓXIMAS ELECCIONES,
HASTA QUE ESTA PATOTA DE CORRUPTOS Y MENTIROSOS QUE NOS GOBIERNA CONVOQUE A
VERDADERAS ELECCIONES PARA TODOS LOS CARGOS, Y DE UNA VEZ POR TODAS PODAMOS
ELEGIR, CON MADUREZ Y LIBERTAD, A NUESTROS LEGISLADORES, DESDE CONCEJALES
HASTA PRESIDENTE.
SINO, EL FUTURO DE ESTE PAÍS PUEDE CORRER LA MISMA SUERTE QUE EL DE LOS
CIENTOS Y CIENTOS DE NIÑOS QUE MUEREN COTIDIANAMENTE EN BRAZOS DE LA MISERIA
Y EL HAMBRE A LA QUE HAN SIDO CONDENADOS POR LOS MISMOS QUE HOY NOS QUIEREN
ENGAÑAR CON ESTE LLAMADO A ELECCIONES.
Es por eso que todos debemos participar para que esto no suceda, con
nuestra firma y enviándolo a todos los medios y personas posibles.
Los abajo firmantes queremos dejar constancia de que apoyamos esta medida:Y para rematar...
EL ANALFABETO POLÍTICO
El peor analfabeto es el analfabeto político. El no ve, no habla, no
participa de los acontecimientos políticos. El no sabe que el costo de la
vida, el precio del poroto, del pescado, de la harina, del alquiler, del
calzado o del remedio dependen de decisiones políticas. El analfabeto
político es tan burro que se enorgullece e hincha el pecho diciendo que odia
la política. No sabe el imbécil que de su ignorancia política nace la
prostituta, el menor abandonado, el asaltante y el peor de todos los
bandidos, QUE ES EL POLÍTICO CORRUPTO Y EL LACAYO DE LAS EMPRESAS
NACIONALES Y MULTINACIONALES.
Bertold Brecht"Debes ser el cambio que quieres ver en el mundo..." (Mahatma Gandhi)

Luciano Esteban Lázaro - Argentine - mercredi 10 juillet 2002

 

 

MODELO

Antes y después de mí,
Llega cansada la aurora
Palideciendo de sol.
Antes y después de mí
Espero que vengan a llenar mi mochila
los surtidores de fracasos
y juntarlos todos
y tirarlos todos por la borda
del pasado
Antes y después de mí
Llegan los días aquellos
En los que supimos vernos de otra manera
Quizá como los bordes de una misma mesa
Como acantilados de un mismo precipicio
Y fue así que nos reorganizamos
Y destinamos esto para lo uno
Y aquello para lo otro
Sin la esperanza cierta de poder contar con un mañana
Como castigo o premio
A nuestra perversa manera
De tocarnos las almas con fuego
Y fue así que estamos hoy ensimismados
Por tanta mala praxis de la vida
Y fue así que caminamos hoy
Un poco mas erguidos que mañana
Aunque con la conciencia limpia
Y el currículum repleto
De labores y enseñanzas
todavía sin lugar
para elevar al cielo una semilla
y que lluevan árboles en los desiertos
y frutas en los maizales
y maíz en los frutales
y florezcan nuestros hijos
y se les marchiten los miedos
el hambre el frío y el astío
y que caiga un aguacero de esperanza
en nuestros techos de chapa
y que esta tierra despierte
de un sueño que ya lleva demasiado tiempo
obligando ser soñado

Luciano Esteban Lázaro - Argentine - jeudi 4 juillet 2002

 

 

TODOS tenemos que ser ELLOS

A Darío y Maxi, desde quienes luchamos y no nos rendimos
(por Carlos Ramírez, compañero de lucha, MTD Solano)
La muerte es como uno cuando llega: no hay modo de que te pueda subir.
Yo tuve una pesadilla muy rara, como de lobizones y animales raros que nunca
había yo visto.
Eran como toros con largos cuernos y muy duros por dentro que araban los
campos.
Luego unos valles grandes de cerros y rocas, con mucha agua adentro, para
inundar las tierras secas que no te puedes imaginar.
Una montaña es tan grande como la cordillera de los Andes. A mí me parecían
hechas para que se bañaran gigantes.
Yo me decía: ¿pues dónde andaré? ¿será esto Argentina?
Y era Argentina, en Solano, Quilmes. Era Argentina.
Fue entonces cuando estando a nuestro lado no estabas a nuestro lado y veo
tu imagen en la tele con tus ojos idos.
Tú sabes que no tenemos muchas cosas, compañero. De hecho es muy poco lo que
tenemos. Lo único que poseemos en abundancia, aparte del amor por la lucha,
es libertad en la memoria y muchos, muchos recuerdos...
Y con ellos te mandamos estos regalos que tienen la bondad de vida, que no
ocuparán mucho espacio en tu equipaje y que te servirán para reírte de esos
que algunos llaman muerte.
Este día - "sanguchito" - cuatro años después del día en que te conocí, la
lucha de los desocupados caminaba, pero iba de lado... Iba a los tumbos, así
nomás, sin subirse, sin marcar horizontes, estaba como en el día en este
puente Pueyrredón.
Estos días todo estaba frío... bueno, no todo. Nosotros estábamos calientes,
como que la sangre, o lo que sea que tenemos dentro del cuerpo, estaba con
calentura. O sea, como cuando la luna llega a lo más alto, o algo así...
Pero estos días no. Más bien como que se nos iba cayendo... Nosotros igual
avanzamos. Yo ya estaba muerto, con un palo y algo más, pero veía que el sol
no estaba caminando, sino como que se iba de costado.
Este día ya estábamos muertos todos y como que avanzábamos, éramos o seremos
los muertos de cualquier tiempo, ocasión, muriendo otra vez, pero para
vivir...
Cuando menos, nos morimos todos, pues la verdad es difícil ésto. Pero este
día en que el sol caminaba de costado, ya todos estábamos muertos. Todos y
todas, porque también iban mujeres.
Creo que por eso no nos podían matar, como que está muy difícil eso de matar
a un muerto, pues un muerto no tiene miedo de morirse porque de por sí ya
está muerto.
Este día al mediodía fue una corredera de gente. No sé si porque empezó la
represión o porque vieron a tantos muertos avanzando, caminando, peleando.
Como siempre, sin rostros, sin nombres.
Primero la gente corría, luego ya no corría, esperaba. Después se detenía y
se embroncaba y se acercaba para oír lo que decíamos. ¡Qué ocurrencia! De
ninguna manera me iba a acercar a oír lo que dijera un muerto, como que
pienso que los muertos no tienen nada que decir, están muertos, pues... Como
que el trabajo de los muertos es andar espantando y no hablando.
Yo me acuerdo que en mi tierra decían que los muertos que caminan todavía,
es porque algo tienen pendiente y por eso no se están quietos. En mi tierra
así se decía. Creo que mi tierra se llama Población Santa Adriana. Pero no
me recuerdo. Tampoco me acuerdo bien porque creo que me llamo José, Carlos,
Juan o no sé. Creo que de por sí no importa como se llama un muerto, porque
ya está muerto. Tal vez cuando uno está vivo, pues sí importa cómo se llama
uno. Pero ya muerto ¿pa' qué?
Bueno, el caso es que la gente, después de su corredera, se iba acercando a
ver qué le decíamosy qué nos pasaba a todos los muertos que éramos. Y
entonces, pues, a hablar, así como de por sí hablamos los muertos, o sea
como platicando, así, sin mucha bulla, como si uno estuviera platicándole
algo a alguien y no estuviera uno muerto sino vivo.
No, tampoco me acuerdo qué platicábamos ante tanto gas y desconcierto.
Bueno, un poco, sí...algo que tenía que ver con eso de que estábamos muertos
y en lucha, pues nos estaban reprimiendo con todo.
Al mediodía habíamos cortado el puente Pueyrredón. Al mediodía ya estaba
preparado todo para la respuesta a nuestras demandas de hambre y miseria.
Yo ya estaba algo alterado al mediodía al ver tanta mierda represiva junta.
Por eso vi clarito que el sol se iba de costado y vi que hacía frío. Vi,
pero no sentí. Porque los muertos no sienten, pero sí ven. Vi que hacía
frío, porque el sol estaba de costado, muy apagado, como si estuviera frío.
Todos estaban como que el ánimo engendraba ira contra estos muertos, y la
pena del sol que ya se escondía detrás del puente. Ya cuando el sol se fue a
esconder no me dí cuenta: así como estaba yo, alterado, y enojado, y de
costado, sólo podía mirar hacia el frente y de costado y para arriba. Por
eso vi que el sol no se iba, sino que se iba de costado, como con pena, con
miedo de subirse y ponerse en el cenit.
Ahorita me acuerdo que pasó tanto humo, tanto tiro, tanta bala. Mis ojos se
cerraron, no sé si por la lacrimógena o por la bronca que tenía. Pero se
abrieron un poquito más, como una rendija. así como una herida de cuchillo.
Y entonces pude ver el cielo y el sol caminando otra vez de costado, como
ese día, como muchos días...
No había muchas nubes y el sol seguía pálido. O sea que estaba haciendo
frío. Y entonces me acordé de los días cuando los muertos que somos
empezamos esta lucha.
Les decía que al abrir un poquito esta rendija de mis párpados alcancé a ver
el cielo. Vi, sentí y escuché. Vi los asesinos, sus escudos, sus escopetas,
sus balas de goma, sus lacrimógenas. Sentí sus balas de goma en mi pierna
izquierda y escuché las detonaciones.
Nos atacaron, nos siguieron más de treinta cuadras. Y mi gran pregunta era
que los muertos corrían, ¿y por qué si estamos muertos?
Ellos no lo saben, pero yo los veo. Los veo y los vigilo. También me río.
Sí, porque al final de cuenta, esos infantes represores estuvieron acá
porque nos tienen miedo. Si, ya sé. De por sí, los muertos no dan miedo,
sólo espantan, pero estos represores, con sus armamentos nos tienen miedo,
tienen miedo de que los muertos que somos nos echemos a caminar de nuevo.
Y yo no sé para qué tanto barullo represivo, si de por sí en nada sirve,
porque ya estamos muertos...
¿ Completamente muertos?.Ni modo que nos maten. Tal vez es porque quieren
darse cuenta y avisar con tiempo al que los manda, no sé...
Pero sí sé que el miedo se huele y el olor del miedo del poderoso es así
como de vehículo, como de lacrimógena, como de perro, como de caballo, como
de bala de goma, como de metal, y pólvora y ruido y miedo verdadero...
Si el miedo huele a miedo y el miedo huele en estos carros de asalto, estos
hidrantes, estos patrulleros, a miedo verdadero, a miedo huele el aire que
viene de arriba...
El de abajo no. El aire de abajo, el que estamos plantando en Solano, es
precioso. A esperanza, a eso huele el aire de abajo. Nosotros somos de
abajo. Nosotros y muchos como nosotros. Si, ahí está la cuestión, pues. En
este día los muertos huelen a esperanza.
Todo esto veo por la rendija de mis párpados y todo esto escucho. Pienso y
mis compañeros están de acuerdo. Lo sé, porque ellos me lo han dicho, que no
está bien que nos caigamos de costado. Y que hay que ponerse derecho, por
eso de que no nos caigamos de costado, todo apagado y .friolento. ¡Pues no!
como que el trabajo es dar calor y no tener frío.
¿ Y dónde está el problema?
Ahí está pues, que caigamos de costado y que estemos fríos y que la gente
viva vea y deje hacer como si estuviéramos muertos. El criminal es policía y
juez, y las víctimas están en la cárcel. Y el corrupto mentiroso, gobierna.
Y la lucha social es perseguida como enfermedad. Y los luchadores estamos
encerrados y los ladrones corruptos están sueltos. Y el ignorante imparte
cátedra y el sabio es ignorado, y el intolerante represor cobra un sueldo
para reprimir y el ocioso tiene riquezas, y el que trabaja nada tiene, y el
menos, manda y los más obedecemos, y el que tiene demasiado tiene más, y el
que tiene poco, tiene nada, y se premia al malo y se castiga al bueno. Se da
homenaje a la policía represora y se pasa desapercibidos a los muertos
sociales.
Y no sólo. Además aquí los muertos hablan y caminan y se dan en sus cosas
raras, como tratar de vivir y de andar mejor, y mírenlos...no más, andamos
medio de lado, con muertos sin rostros y tenemos frío, y no sabemos cómo
llegar a ese punto que nos reviva y nos dé calor.
Y a ustedes, compañeros, voy a dejarles un abrazo que nos agrupe a todos,
uno especial de la ventana que ustedes abrieron en la lucha argentina, para
que no se olviden de nosotros. Siempre habrá para ustedes una abertura en
nuestra memoria. Desde allí, continuamos
Carlos Ramírez
Desocupado y Piquetero
MTD - Solano
Compañero de Maxi y de Darío

 

¿POR QUE RENUNCIO ALFONSIN?

ES UNA INFORMACIÓN QUE ESTA CIRCULANDO EN ESTOS MOMENTOS EN LA RED. SERÁ VERDAD? A ESTA ALTURA DE LAS COSAS YA CUALQUIER LOCURA ES POSIBLE EN NUESTRO PAÍS. SI ASÍ FUERA, MAL FUTURO NOS ESPERA.

Aparte de su incapacidad para llevar adelante los distintos mandatos que como buenos estúpidos le hemos seguido regalando (desde Presidente hasta senador) lo que sigue es una denuncia mas que alarmante, porque habla de mas y mas oscuridad.
Esto puede evitarse, enviando este mail a todos los que podamos, para estar alertas y autoconvocarnos a Plaza de Mayo y en cada esquina y cada punto de este hermoso país para decir BASTA!!!!! DEJEN AL PUEBLO ELEGIR SUS REPRESENTANTES, QUE HEMOS APRENDIDO DE NUESTROS HORRORES DE PARTIDOCRACIA Y LIBERALISMO, QUE QUEREMOS UN PAÍS EN SERIO, FUERTE Y SOLIDARIO, SIN RADICALES, PERONISTAS, CONSERVADORES Y POLÍTICAS DE EXTERMINIO.

POR FAVOR, ESTO PUEDE SER CIERTO, TOMEMOSLO COMO UNA GRAVE SEÑAL DE ALERTA.

SALUDOS A TODOS LOS ARGENTINOS QUE NO QUEREMOS IRNOS DEL PAÍS, NI SEGUIR HIPOTECANDO EL FUTURO DE NUESTROS HIJOS.


Gentileza de PATRIOTAS BIZARROS
¿POR QUE RENUNCIO ALFONSIN?SE DICE EN LOS CORRILLOS DEL CONGRESO QUE ALFONSIN RENUNCIO ENOJADO CON DUHALDE PORQUE SE ROMPIERON ALGUNOS CODIGOS DEL PACTO DE OLIVOS 2.
¿EN QUE SE ROMPIERON?. EN QUE EDUARDO MENEM RENUNCIARIA A SU BANCA DEL SENADO, LA SEMANA QUE VIENE, CARLOS MENEM OCUPARIA ESA BANCA Y A CONTINUACION DUHALDE RENUNCIARIA A LA PRESIDENCIA Y ESTE CONGRESO NOMBRARIA A CARLOS MENEM PRESIDENTE DE LA NACION.
¿SERA POR ESO QUE HUBO ESTA SEMANA TODO ESTE OPERATIVO DE PRENSA PARA INSTALAR A CARLOS MENEM EN LOS MEDIOS CON UN RESURGIMIENTO EN LAS ENCUESTAS QUE MOTIVO A LA NACION A TITULAR QUE MENEM ENCABEZABA LAS ENCUESTAS?
¿SERA POR ESO QUE HABRIAN ACTUADO PARAPOLICIALES ARMADOS EN LOS SUCESOS DEL DIA DE HOY PARA PROVOCAR EL CAOS QUE DERIVARA, CON AYUDA DE INFILTRADOS DE LA CIA, A GENERAR LA JUSTIFICACION DE LA RENUNCIA DE DUHALDE?


¿SERA VERDAD TANTA LOCURA?

Luciano Esteban Lázaro - Argentine - lundi 1 juillet 2002

 

 

ARGENTINAAAAAAAAAAA!!!

Mientras el gobierno de nuestro país debate acerca de los costos políticos
que pagará por las muertes de los dos piqueteros, las responsabilidades de
las fuerzas de seguridad y los organismos de inteligencia en el episodio,
y el rumbo que seguirá de ahora en más, uno mira desahuciado, estéril,
impotente, cómo este país que pudo ser y no fue, se desangra, se
desmorona, y aniquila a su pueblo, ese que sale a la calle a manifestarse,
luchar y reclamar justicia, trabajo y dignidad, ese que no porta armas ni
palos ni piedras, sino el que corta las rutas, las calles, los caminos,
quizá como intentando jugarle un truco de palabras a don Fierro:
CAMINANTE NO HAY CAMINO
HAGAMOS CAMINO AL ANDAR
PERO JUNTOS Y SOLIDARIOS
PORQUE SIGUEN LOS DE ARRIBA
CON GANAS DE REMATAR

Y es por eso que a pesar de que afecten a hombres y mujeres que casi
mágicamente tienen aun trabajo en esta Argentina rematada y en coma, su
reclamo es válido, su protesta es legítima y sus medidas necesarias,
porque quizá así despierte ESE OTRO PUEBLO QUE AUN DUERME, y es el que se
resiste a salir a la calle, el que tiene miedo, el que sigue cuidando su
quintita a pesar de que estén matando de hambre y desesperanza a sus
hijos.
Desde este lugar -desde adentro- de un argentino como tantos que quiere
ver a este maldito país de una vez por todas de pie y en marcha, sin
corruptos en el poder, ni en las fábricas, ni en las calles, ni el los
sindicatos, ni en las oficinas, ni el los ministerios, me solidarizo con
los hermanos piqueteros y desocupados que están haciendo "el trabajo
sucio" que todos reclamamos pero nadie se atreve a llevar a cabo, y es el
de poblar las calles, cortar los caminos, revalidar la memoria y ahuyentar
el olvido, porque todos somos argentinos si juega la Selección o algún
político infame de otra orilla nos dice lo que no queremos escuchar, pero
a la hora de cambiar las cosas, miramos para otro lado o tildamos
despectivamente de "zurditos" a los que quieren hacer de esta patria un
país solidario, con trabajo, salud y educación para todos por igual.
Vulevo a enviar esto que escribí ahce ya unos meses, porque hoy mas que
nunca es lo que siento, y adjunto imágenes de los últimos minutos de uno
de nuestros hermanos muertos en esta lucha y algunas historias y artículos
periodísticos que grafican lo ocurrido.

VERGÜENZA.
Asqueada vergüenza,
desmesurada vergüenza,
vergüenza impotente, feroz,
intranquila vergüenza.
Vergüenza precoz,
Vergüenza madura,
hastiada vergüenza.
Vergüenza despanzurrada.

Hostil vergüenza.
Vergüenza clara, concreta, llana,
legítima vergüenza.
El país se hunde, Sr. Presindente. Ya no agoniza, ni boquea, ni tiene
esperanzas si las mismas manos que lo han llevado a la muerte siguen
manejándolo. Eso se llama mala praxis, Sr. Presindente. Los doctores que
han
atendido a este país el mío -no el suyo ni el de sus secuaces- se han
encargado de extirparle todos sus órganos, lo han vaciado cual si fuera un
pote de dulce al que su gula -y la de sus secuaces- no le ha dejado ni una
mísera cucharada. Ya está. Lo han conseguido, ahora pueden marcharse,
mejor
dicho, DEBEN MARCHARSE. Sé que para muchos no es el momento, que no hay
que
apresurar las cosas, que las elecciones que pide mi pueblo (no el suyo)
son
producto de un reclamo desesperado y no pensado. ¿Y?
Sí, puede ser cierto eso que dicen, pero queremos elecciones YA, queremos
que se vaya (con sus secuaces del PJ, de la UCR, de la UceDe) y dejen en
manos del pueblo la decisión sobre quién debe tomar las riendas de este
estado corrupto, servil a los intereses de los Estados Unidos y demás
organismos internacionales, plagado de infames títeres de mercado,
gobernado
por la sinrazón y el sinsentido. Ese país, que también es el mío pero
sobre
todo el suyo (y el de sus secuaces) se ha agotado. LA GENTE ESTA DICIENDO
¡BASTA! Basta de miseria, usura, hambre, desocupación, injusticia y
marginación. ESTAMOS CANSADOS DE ESTAR CANSADOS. Los que trabajamos día a
día convencidos de que a este país se lo saca a flote con el esfuerzo, el
trabajo y el compromiso, queremos quedarnos a luchar, a pelear, PERO SIN
USTEDES.
Ustedes ya han hecho su parte, GRACIAS POR LOS SERVICIOS PRESTADOS en pos
de
"sacar a este país adelante", "reactivar la economía", "poner en marcha el
aparato productivo", "cortar la corrupción de raíz", "remover y enjuiciar
la
Corte Suprema", "encarcelar a los que se han enriquecido a costa de su
pueblo", etc, etc, etc. YA ESTA, NO HAN CUMPLIDO CON ABSOLUTAMENTE NADA DE
LO QUE HAN PROMETIDO (usted y sus secuaces). Ya es hora de que se vayan
los
Alfonsín, los Menem, los De la Rúa, los Roggero, los Moyano, los Daer, los
Barrionuevo, los Alsogaray, los De la Sota, los Ruckauf y tantos otros que
por cuestión de tiempo no menciono pero que TODOS SABEMOS PERFECTAMENTE
QUIÉNES SON.
Me causa espanto verlos reaccionar horrorizados cuando se los acusa de
proteger los intereses del FMI o los Estados Unidos, siento vergüenza
ajena
viéndolos levantarse de sus generosas bancadas para tomarse a golpes con
los
que no están haciendo mas que llevar el mensaje del pueblo a ese Congreso
nefasto, salvaje y arrodillado, aprobando leyes para seguir beneficiando a
los de fuera, a los mismos que durante décadas nos han venido diciendo qué
hacer y qué no hacer, y que ahora miran para otro lado, y exigen más y más
y
más sangre.
UN PAÍS NO SE CONSTRUYE CON LA SANGRE DE SU PUEBLO, NI CON MIEDO NI CON
COBARDES.

UN PAÍS SE CONSTRUYE CON TRABAJO, EDUCACIÓN, SALUD Y SOBRE TODO DIGNIDAD.

Ustedes insisten en querer limpiar la fachada de esta casa que es mi país
mientras adentro es un desorden, y así no se hacen las cosas.
No estamos planteando que nos aislemos, que cerremos las puertas, pero sí
estamos pidiendo que se atienda PRIMERO, ANTES QUE NADA, EL HAMBRE D ELA
GENTE. Y NO CON SU ASISTENCIALISMO PACATO, sino con TRABAJO.
Usted quizás no sabe, Sr. Presindente, que este país es mucho mas grande
que
la Provincia de Buenos Aires que usted (y sus secuaces) devastaron y
saquearon, hay un país allá afuera, un país bello, fértil, virgen, que
quiere ser trabajado, sembrado, cosechado, que quiere sentir en su tierra
los pasos firmes de nuestros hijos, y no el golpeteo rechoncho de las
rodillas de nuestros gobernantes cada vez que LA COMUNIDAD INTERNACIONAL
viene a decirles cómo tienen que hacer las cosas.

EMPECEMOS YA A CONSTRUIR EL PAÍS DE NUEVO, CON DIRIGENTES NUEVOS, NUEVAS
ESPERANZAS Y NUEVOS RUMBOS.
ECHEMOS A LOS CORRUPTOS ANTES QUE LOS CORRUPTOS NOS ECHEN A NOSOTROS PARA
VENDERLES NUESTRAS TIERRAS, NUESTRAS VIDAS Y NUESTROS HIJOS A LOS
SAQUEADORES DE OCASIÓN.


Luciano Lázaro
DNI 25.486.319


DIARIO CLARIN - 28-06-02

Héctor Alvarez bajó en la estación Avellaneda con doce compañeros del
Movimiento Teresa Rodríguez de Bernal cerca del mediodía. El grupo se
abrió de la columna principal y llegó a la plaza Alsina, sobre la avenida
Mitre, cuando la Policía empezó a reprimir a los piqueteros que intentaban
cortar el Puente Pueyrredón. Ayer, los movimientos de este hombre de 40
años, desempleado, padre de tres hijos y que este mes empieza a cobrar el
Plan Jefes y Jefas de Familia los contaba su compañero, Avelino Martínez.

El hombre de 38 años estaba sentado en la puerta de la guardia del
Hospital Fiorito. Su amigo Alvarez está internado allí y es, según el
parte médico, "el más comprometido" de los ocho internados que quedan.

"Estábamos casi a 300 metros del Puente. La Policía había dicho que iba a
reprimir si lo cortábamos y nosotros estábamos lejos", explicó horas
después de haber dado sangre para su amigo.
"Cuando empezamos a ver que la gente se volvía corriendo, también
corrimos. Nos mezclamos entre la gente. Parecía una cacería. Parecía que
cazaban animales. La mayoría de los heridos son por la espalda".
Antonio, ayer a la mañana, estaba sentado en un banco junto a Martínez. El
era también parte del grupo que se mezcló en la multitud con Alvarez y
Martínez y en su brazo tenía la marca que le dejó la aguja que le extrajo
sangre para su compañero.

"Había gente común que se veía que era del barrio y que corría y otros con
pelo corto que no parecían piqueteros. Uno de sobretodo largo tenía una
itaka. Los que pararon el colectivo eran de ese estilo", explicó. Después
aseguró: "nosotros no tenemos para comer, menos vamos a tener para una
itaka. Algunos piqueteros tenían palos, fierros y piedras, pero armas no
había". Y se preguntaba cuánto vale una itaka, la podemos pagar con los
150 pesos que no nos alcanza para dar de comer a nuestros hijos.

El miércoles cuando los tiros sonaron por toda Avellaneda, el grupo se
separó. "No fuimos a la estación porque nos imaginamos que nos iban a
esperar". Alvarez corrió, una bala lo alcanzó en la calle Brandsen, estaba
a dos cuadras del Hospital Fiorito.
Cuando se recuperó de la operación le contó a Martínez "que había sentido
una picazón en la espalda y que se cayó".
"Pedía una ambulancia, pero fue una familia de la zona la que lo llevó al
hospital", dijo Antonio. A esa hora, la directora del hospital informó que
Alvarez era el que estaba en estado "más comprometido". Pasaba el post
operatorio de un hemoneumotórax (aire y sangre en el tórax) que era
"compatible con una herida de bala", según los términos médicos.


Los principales diarios del exterior compararon los incidentes del
miércoles en Avellaneda con los que precedieron a la caída de Fernando de
la Rúa, en diciembre del año pasado.
"Fueron los hechos de violencia más graves desde diciembre, cuando cayó el
gobierno constitucional", señaló The Financial Times, el más prestigioso
diario de negocios en Londres.

El diario inglés recordó también el antecedente de los saqueos a
supermercados de fin de año y su represión, que costó 27 vidas. Y lo que
vino después: el default y la devaluación.
Por su lado el diario El Mundo de España sostuvo que "La tensión social
que vive hoy Argentina recuerda la que costó la presidencia a Fernando de
la Rúa" y afirmó que "las cargas policiales provocaron dos muertos y
cuatro heridos graves".

"El Gobierno de Eduardo Duhalde -agrega El Mundo, con información de la
agencia Europa Press- ha acusado a los piqueteros de reivindicar la lucha
armada, tras la muerte de dos manifestantes en las afueras de Buenos
Aires".
El Mercurio de Chile tituló: "Violencia vuelve a las calles de Argentina".
Habló después de "los incidentes más graves registrados en los casi seis
meses que lleva Eduardo Duhalde en la presidencia".
El diario chileno ubicó al Bloque Nacional Piquetero en la "izquierda
nacionalista" y recordó que su accionar "se caracteriza por el corte de
rutas".
Todas las ediciones publican fotos de los dos piqueteros muertos.

El País de Madrid, en tanto, relató que la zona del Puente Pueyrredón se
convirtió en "un confuso campo de batalla, durante apenas un cuarto de
hora".
"La violencia dejó un panorama de personas heridas o contusionadas,
autobuses incendiados y cabinas de teléfonos y vehículos arrasados",
señaló.

Las agencias internacionales siguieron también ayer el desarrollo de las
primeras investigaciones por la responsabilidad de la represión y
cubrieron la movilización de repudio a la Plaza de Mayo.

En el temario de la agencia France Press, figuraba este párrafo: "Renació
canto antidictatorial argentino: ''Se va a acabar, se va a acabar, esa
costumbre de matar''".

La agencia Associated Press recogió declaraciones del Premio Nobel de la
Paz, Adolfo Pérez Esquivel, referidas a la violencia de la represión y a
la injusticia del modelo económico. "Este problema no se resuelve con
represión, sino con políticas sociales", señaló el dirigente de derechos
humanos.

"Miles de personas -dijo la agencia EFE- repudiaron en la capital
argentina la muerte de dos militantes de organizaciones de desocupados y
de la izquierda durante los violentos disturbios del miércoles, que según
el Gobierno forman parte de un plan de lucha ''organizado y
sistemático''".


Era previsible: un día después de la violencia en el Puente Pueyrredón, el
Gobierno abrió un debate interno sobre los costos que pagará por las
muertes de los dos piqueteros, las responsabilidades de las fuerzas de
seguridad y los organismos de inteligencia en el episodio, y el rumbo que
seguirá de ahora en más.

Sobre este último punto nunca hubo dudas. La Casa Rosada no piensa
retroceder en lo que, desde muchos sectores, definen como el
"endurecimiento de la política de seguridad". El ministro del Interior,
Jorge Matzkin, pintó ayer esa decisión con el color del respeto a las
leyes: "Vamos a garantizar el derecho de transitar libremente", dijo.
Un análisis que se hacía ayer en el Gobierno remitía al rebote negativo
que tendrá el episodio en el exterior, un frente que le viene dando la
espalda a Eduardo Duhalde desde el inicio de su gestión. "Es negro el
panorama hacia adelante", definió ayer una fuente consultada por Clarín.

Al cabo de un día signado por la marcha sobre la Plaza de Mayo y el
Congreso, quedó claro que la estrategia oficial es machacar con la idea de
que los disturbios del miércoles obedecieron a un plan organizado y
sistemático de un grupo radicalizado. Y trasladar responsabilidades
políticas a la provincia de Buenos Aires, cuya Policía volvió a quedar a
tiro de todas las críticas.

Merece un párrafo lo del "plan organizado". Ayer, desde despachos
oficiales hicieron circular versiones de dudoso asidero sobre los
mecanismos de financiación de estos grupos. Y sobre sus objetivos. La
Secretaría de Inteligencia del Estado, por ejemplo, desplegó sin inocencia
una teoría sobre una supuesta escalada de violencia en ciernes, cuyo
episodio inicial fue el choque del miércoles y su objetivo final sería
derrocar a Eduardo Duhalde el 9 de julio. Justo el Día de la
Independencia.

Ninguno de esos rumores apuntó a sincerar una suerte de reproche político
que ayer se escuchó en Gobierno: muchos de los manifestantes del miércoles
serían beneficiarios, directa o indirectamente, de la ayuda estatal que
baja al conurbano con al forma del Plan Jefes y Jefas de Hogar.
"La verdad es que, aunque ellos no sean beneficiarios directos, en muchos
casos estos muchachos viven en un hogar que recibe el subsidio", analizó
ayer ante este diario un alto funcionario del Gobierno.
Esto tiene una traducción política que no le agrada a ninguno: pudo haber
tenido un alto nivel de organización, pero en algún punto el episodio de
Avellaneda cuestiona la capacidad del duhaldismo para manejar la protesta
social más o menos a su antojo, un dato del que suelen jactarse los
hombres del Presidente.
Algunas voces oficiales con despacho en el ala presidencial de la Rosada
también protestaron por el papel de la SIDE.

Pero en la Secretaría se defienden. "Hace veinte días que sabíamos que se
venía algo fuerte", dicen. También aseguran que se detectaron zonas
preparadas, donde se "entrenarían" (no es casual el término) los
piqueteros más violentos. Y hasta circuló la versión de que en villas del
conurbano se entregaron armas de fuego antes del inicio de la marcha
piquetera a la Capital.

Eso podría explicar por qué el operativo fue tan fuerte. E instala la duda
sobre si la tragedia se podría haber evitado.

Luciano Esteban Lázaro - Argentine - vendredi 28 juin 2002

 

 

Attention danger

Définitions (Larousse):
-drogue: substance pouvant modifier l'état de conscience ; stupéfiant
-stupefiant: substance psychotrope qui provoque l'accoutumance et un état de besoin pouvant conduire à une toxicomanie
-toxicomanie: habitude de consommer une ou plusieurs subtances susceptibles d'engendrer un état de dépendance psychique ou physique
La loi :
En France, la loi sur les usages illicites de drogues date du 31 decembre 1970 . Il faut savoir que quelque soit le produit illicite utilisé-haschish,ecstasy, L.S.D ,heroine... on s''eexpose à des sanctions:
Le traffic est poursuivi et peut donner lieu à de fortes peines: confiscation de biens , 5 à 10 ans de prison selon le cas et/ou 500 000F à 5 000 000 F d'amende,
L'usage simple des drogues figurant sur une liste officielle est interdit. Si on consomme on peut être arreté par la police ,placé en garde à vue jusqu'à quatre jourset presenté au procureur de la Republique. a ce moment -là , le magistrat decide soit d'un jugement par le tribunal (jusqu'à 1 an de prison et/ou 25 000 F d'amende) , soit l'obligation à se soigner (injonction therapetique).
s'enrichir sans pouvoir justifier l'origine de ses ressources en étant en relation habituelle avec un epersonne se livrant au trraffic ou à l'ussage de drogues : 5 ans de prison et 500 000 F d'amende.
Nous sommes tous drogués à quelque chose : alcool ,héroine ,tabac, ecstasy , sexe, pouvoir , sport , stress...
Notre cerveau secrète une molécule , la dopamine , qui nous pousse à rechercher le plaisir.
Alcool , cannabis, héroine, cocaïne ,LSD... tous ces produits influent sur la dopamine. Ces drogues augment la production ou ce qui revient au même ,empechent la dégradation de la dopamine dans le cerveau. La nourriture , l'orgasme , le stress ou l'exercice physique en font de même. Donc toute expérience qui procure du plaisir, déguster un morceau de chocolat, faire l'amour, apprécier un morceau de musique, gagner au jeu.. se traduit par une décharge de dopamine.
Prendre une drogue n'est donc rein d'autre qu'un moyen artificiel d'activer ce système, qui est au fond naturel.
Un truc à connaitre: les neurologues ont observé que chez l'homme comme l'animal, les individus peuvent être classés en deux catégories:
- ceux qui ont tendance à éviter la nouveauté , le stress , les trop vives émotions : les LSS (low sensation seekers , "chercheurs de faibles sensations")
- les autres HSS (high sencation seekers) ces derniers ont plus de tendance a consommer des drogues
La consommation de drogues chez les jeunes ,s'explique principalement par des problemes comme les adultes dus à des difficultés familiales ou sociales mais, aussi par le désir de faire ce qui est interdit. Donc Les jeunes eprouvant le besion de défier l'autorité, c'est une tentation de prendre ce qui est designé comme dangereux.Les drogues repondent a cette attente.
Ce besoin de braver les interdiction se traduit ,par une recherche de valorisation , une personne consommant de la drogue va se sentir supérieur aux autres car elle a fait ce que les autres craignent. En générale les personnes eprouvant des faibles quelque part sont plus exposés à la drogue.
Ou bien c'est pour intégrer un groupe de gens qu'on va se droguer . nous le voyons très bien avec la cigarette , le cannabis , ou bien l'alcool.
Pour les aldultes c'est plus difficille à expliquer , trop de facteurs rentrent en jeux.
Je trouve la facon donc lutte les gouverements du monde, contre les drogues sont unitiles , c'est pas en instaurant des peines d'emprisonnement et des amandes pour les consommateurs ,et les raids mener contre les trafiquant qu'on va stopper ca !
Le but de cette page est de vous informer sur les drogues . En connaissant mieux ce sujet , vous pourriez peut-être d'éviter prendre des drogues dures.

PRODUITS PAR VOIE EFFETS PRINCIPAUX DANGERS LOI Thé,café,boisson à base de cola buccale stimulation intellectuelle et physique légère Risque d'iiritabilité
dependance(+) Vente et usage autorisés Tabac en fumant Excitant maldiespulmonaires , cardiaques,cancers Dependance(++) Vente controlée Medicaments contre l'angoisse,l'insomie buccale détente ,endormissement depend de la dose Vente controlée Alcool(bieres,vin ,aperitifs) buccale detente et/ou excitation,ivresse,euphorie accidents diverses,perte de l'attention et des reflexes. Tres toxique pour le foie ,le systeme nerveux , cancers. Dependance(+++) vente controlée interdit aux mineurs Cannabis en fumant detente et/ou excitation,hallucinations,ivresse L'usage regulier provoque:perte de memoire, perte de l'attention et des reflexes, ivresse , risques d'accidents psychiatriques. dependance psychologique,faible(+) à forte(++) vente et usage interdit Ecstasy buccale excitation, augmentation des sensations,delires , violence accidents physiques divers,troubles cardiaques,risque psychologiques et psychiatriques graves. dependance psychiques(+++) vente et usage interdits L.S.D buccale halllucinations et delires accidents divers, risques psychologiques et psychiatriques vente et usage interdits Colles, solvants nasale detente defonce ,delires accidents cardiaques et pulmonaires,troubles psychiatriques graves. Dependance(++) Vente interdits aux mineurs Heroine nasale
intraveineuse "flash" detente defonce overdoses, accidents dus à la seringue: sida,hepatites etc..
Dependance(+++) Vente et usage interdits cocaine nasale excitation puis depression
L'heroine:
Tient son nom du mot allemand "heroisch" qui signifie efficace. Au debut c'etait un medicament supposé efficient contre la toux et le tuberculose. A l'origine de cette drogue, l'opium ,extrait d'une plante herbacée :le pavot indien. A partir de l'opium, on obtient la morphine. A partir de la morphine ,de l'heroine: un stupefient semi-synthetique,dont le principe actif est le diacétylmorphine . On la trouve sous forme de poudre fine , plus ou moins grise ou brune (Brown sugar) . Chaque dose est vendue en paquet au prix d'environ 600 à 1000 F le gramme . L'heroine se consomme essentiellement en se fumant ;en se snifflant, ou en s'injectant par voix intraveineuse, ce qui provoque l'effet le plus violent , 85% des heroinomane y ont recours. C'est egalement le moyen le plus dangereux pour des raisons de contamination , d'abces et de tranmission de différents virus (sida , hepatites).
Une OD (overdose):
L'âge moyen de mort par OD est de 28.9 ans . Il s'agit d'un coma susceptible d'entrainer une mort par son arrêt respiratoire . L'OD est provoqué par un mauvais dosage , qui peut varier d'un individu à un autre.
Pourquoi héro craint?
- 1er : la dependance
- 2eme: la prison. le consommateur de produits stupefients peut encourir, selon l'article L 628 du code de la santé publique , des peines pouvant aller jusqu'à un an d'emprisonnement et/ou 25000 F d'amende . Si on vous trouve en possesion d'un produit stupefiant vous pourrez encourir 10 ans de prison et/ou 50 millons de francs d'amende . vous ne pouvez faire de l'éloge de l'heroine publiquement sinon vous risquez 5 ans de prison et 500000F d'amende.
- 3eme: contamination par l'utilisation d'une seringue sale , l'echange de seringue peut faciliter la tranmission de virus : 28 % des toxicomanes sont infectés par le VIH, et 70% par des hepatites. Le taux de suicide est aussi tres elevé chez les usagers de drogue.
Les dangers:
- manque de sous , vous serez vite fauché donc la delinquance.
- c'est une des subtances les plus addictives,c'est a dire à forte pouvoir de dependance
- toxique
- on ne sait pas des fois ce que contient exactement un paquet d'heroine : il peut y avoir d'autre substance ce qui augmente la toxicité.
- diminution des capacités intellectuelles, pertes de neurones.
A quoi ressemble les effets de l'heroine dans le temps:
-depart : Prise du produits
-5 mn: L'hero agit au sein du tissu nerveux central et franchit la barriere sanguine du cerveau. La personne ressent brutallement une phase d'excitation puis de plaisir intense. C'est le rush ou le flash .
-10 mn :La pupille rétrécit et ressemble a une tête d'epingle.
-15 mn :Baisse de la température du corps, troubles moteurs . Diminution des sécrétions des glandes salivaires, la bouche devient seche. Diminution des capacités de memorisation, d'attention ,ansi que des performances intellectuelles . Phase de relaxation ,sensation de repli sur soi , mais aussi risques de convulsions avec des vomissements .
-8- 12 H : Les effets "positifs" du produit s'estompent et laissent palce a un vide profond. Pour les accros, c'est le début du manque ,avec baillements ,anxiété, inconfort (comme les cours bien chiant)... Il faut reitérer la prise . Les acharnés sont obligés d'en prendre 10 à 12 fois par jour.
- 24 H : a cause d'une diminution des sécrétions acides , augmentation du temps de vidange gastrique de l'estomac avec constipation et à long terme le diarrhées.
- 48 H : troubles intestinaux et urinaires, hemorragies, affections du poumons, infections sanguines...Pour les accros , l'etat de manque est à son paroxysme.
- 4 jours : les traces d'heroines ont disparu des urines ses effets aussi.
- 2 mois : baisse des capacités sexuelles et , à long terme , impuissance.
- 3 mois : en cas de consommation regulière ,l'action analgésique des opaciés provoque une baisse de production des endomorphines (hormones apaisantes): donc le sujet a mal dans tout le corps, des os aux muscles (abces dentaires, infections diverses...) . Il doit prendre de l'héro non plus pour planer mais pour ne plus souffir.
- 6 mois: si la personne consomme regulièrement de l'héroine, les stigmates cutanés se multiplient (traces de piqures) sur une peau desséchée (très esthetique). Le teint devient cireux et des boutons se multiplient sur tout le visage due a une vasodilation importante. Prurit du nez fréquent.
- 1 an : une étude montre que le nombre moyen d'activité delictueuse d'un heroimane est de 237 . Soit 237 jours ou il sera défoncé , les 108 autres , il n'aura pensé quà ca.
- 1 an 1/2 :bouche pourrie + chicots puants à la place de l'anciennne dentition.
- 2 ans: Bilan: du plongeon plus aucun ami , et décalage complet vis-à-vis de la société. La seule obsession , trouver de l'argent pour acheter sa dose . prostitution , petits rackets, revente pour payer sa consommation ; un avenir de taular.


La cocaïne:
c'est un alcaloïde : elle provient des feuilles du cocaïer, un arbrisseau des Andes, en a mérique du Sud. A partir des diverses transformations chimiques- mises au point au20 eme siecle par Albert Nieman ,scientifique allemnd , on obtient une poudre blanche et compacte : la cocaïne ou coke , Charlie Chaplin ... il faut 500 kg de feuilles de coca poiur faire 1 kg de cocaïne . Elle est souvent vendue coupée avec toutes sortes de produits de même aspect. en tre le talc ,la cafeine , les laxatifs pour bébés et les Dolipran ecrasés, la drogue contient souvent un pourcentage assez faible d'alcacoïdes ( de 3 à 35 ù). en generale les consommateur la sniffe. Elle se depose sur la muqeuse nasale puis franchit la barriere sanguine . On peut la fumer ou se l'injecter.
La cocaïne est un produit tres toxique qui représente un véritable danger au niveau cardiaque . Les symptômes de l'overdose sont l'hypertension , la sudation , la dilatation des pupilles, un coma convulsif . une surdose peut egalement provoquer des accidents vasculaires et cérébraux ,des paralysie et parfois la mort. Puis aussi celui de la nécrose nasale ,lié aux propriété vasoconstrictrices du produit. Certains "grands coké" sont obligés de se faire poser une cloison nasale toute neuve au bout de quelque temps . quant aux consommateurs occasionnels, un autre danger les guette . en sniffant sur une surface douteuse ( cuvette de WC ,tableau de bord de voiture ) , ou en echangeant la même paille , ils s'exposent aux pires infections nasales . mais les plus grandes ravages proviennnent du crack, un dérivé de la cocaïne obtenu grâce a des solvants genre mazout ou gasoil . Beaucoup plus abordable, ses effets sont 5 fois plus violents, entrainant rapidement une dépendance très forte. De plus , la drogue gagne le sang, non plus par la muqeuse nasale mais directement par les alvéole pulmonaires, d'ou une action puissante et extrement dangeureuse. Pour atténuer la violence des effets du crack , on lui associe une consommation d'héroine ou de barbituriques qui acroissent les dangers.
La cocaïne a fait une percée dans les milieux bourgeois a la fin du 19 eme siecle. Le premier a en avoir fait l'apologie fut Sigmund freud , qui voyait dans la cocaïne le remède a tout les maux, et un excellent tonique. Il pensait guerir les morphinomanes en leur injectant de la cocaïne comme méthode de substitution . Ses études s'arreterent le jour où il tua avec ce remede son meilleur ami, Ernst von Fleischl-Marxow , opiomane devenu dependant de la cocaïne qui finit par se suicider. La cocaïne coute entre 500 et 700 francs le gramme.
Dangers:
Avec la cocaïne , un consommateur devient souvent agressif. Sentiment de persécution , angoisse ; il peut avoir des attaques de panique ou de délire proches de la schizophrénie . il peut même commettre malgré lui des actes de violence extrême dirigés contre les autres ou contre lui - même (auto-mutilation , suicide ...). a long terme ,l'usager régulier est obligé d'augmenter les doses pour ressentir les effets euphorisants et pallier aux acces de d'angoisse, car les récepteurs du cerveau sont de mons en moins stimulés. Conséquence : un gros trou dans le compte en banque.
En cas d'utilisation réguliere,elle peut provoquer d'enormes problemes psychiques.
Si la consaommation se fait par voie nasale, il peut y avoir des triubles au niveau du systeme circulatoire , des nécroses nasales avec perforation du cartilage du nez .
Si la prise est par voie intraveineuse c'est encore plus dangereux,car les veines s'abiment tres vite
On peut faire un erret cardiaque par overdose.
Et aussi devenir très vite fou et de manière irreversible.
Les effets de la cocaïne dans le temps:
- 30": sensations d'ecoulement du nez , petits reniflements nerveux.
- 30 min :Le produit est tres puisasnt excitant dy système nerveux cebtral . Il entraine un sentiment d'exaltation et une excitation fébrile , avec augmentation de la force physique et des capacités mentales . Suppression de la fatique et de l'appétit (utile pour un regime). Indifférence a la douleur et euphorie . Dans le temps augmenation de l'actibité cardio-vasculaire.
- 40 min : fin du sentiment de toute puissance. Le consommateur peut devenir nerveux ,irritable , parano et confus. Des tics nerveux apparaissent:clignements d'yeux intempestifs ,deformation de bouche ,sensation de sécheresse dans la bouche ,reniflement et irritation du nez.
- 1 H: la moitié de la dose utilisée est detruite. le sujet peut commencer a ressentir de violents maux de tête et des trmblements . Des sensation de chaud froid assez desagrables et une extreme sudation.es
- 4-8 H: grincement de dents , agitation ,insommie ,confusion mentale ,anxiété ,voire halucinations.
- 36 H: différebts degrés de paranoia et extreme nervosité tandis que les traces du produits s'eliminent du corps.
- 2-3 J : Suite aux privations de sommeil et d'alimentation , le sujet est fébrile et déprimé.
la consommation de drogue ne procure que quelques secondes d'euphorie tandis que la descente dure des heures voires des jours .
La coke revient à 11000$ le kilo pour l'importateur en gros , et dans la revente au detail ,le prix s'élève à 100000$ le kilo , benéfice de 80000$ !!
La cocaïne est la drogue la plus consommé par les plus de 25 ans.
En france on estime à 16000 le nombre d'héroimanes et à 15 millons de francs la somme qu'ils dépensent tous les jours.
Ecstasy et drogue de synthese:
Drogues de synthese:
L'ecstasy est le porte drapeau des nouvelles drogues de synthèse fabriquées par les chimistes dont la molécule active esyt MDMA. la plus consommée aussi , souvent associée aux amphitamines. Viennent ensuite le LSD ,le GHB ,le 2CB ,le DOB.... La dose coute environ 100F
Arrivé sur le marché dans les années 80, l'ecstasy tiuche une populationde jeune dont l'age moyen est 18-30 ans inférieur à celui des autres toxicomanes. Et le pourcentage de jeunes filles supérieur.
L'ecstasy a une réputation de drogue inoffensive et cool , due à la presentation sous forme de pilule qui donne l'illusion d'un dosage bien maitrisé du produit. Et aussi par son ingestion par voie orale qui ecarte ,le risque d'infection par les séringues.
Il faut savoir que plus le produit est pur, plus il est dangereux et que les testing ne serve qu'à savoir la pureté du produit
Dans un seul laboratoire, on peut fabriquer 60000 pilules a l'heure. L'investissement de base nécessaire pour créer un laboratoire de drogues de synthèse requiert 1 million de francs.
Les couts de production d'une pilule de MDMA ou de MDEA avoisinent 70 centimes . A l'achat direct à la sortie du labo, le prix de l'unité varie de 1.70 a 3.50 francs.
Il se peut que les pilules contiennent de l'aspirine, des antibiotiques , de la mort-aux-rats ou n'importe quoi..
Les dangers:
A court terme le consommateur risque l'hyperthermie et la désydratation entrainant la mort
Problemes cardiaques
La consommation de MDMA (principe actif de l'ecstasy) entraine une dégénérescence neuronale.
Entraine des dépressions, des pertes de memoire et une incapacité a réfléchir. ces manifestations peuvent surgir des mois ou des années apres la prose de pilules;
Pour contourner l'interdiction de l'ecstasy ,les chimistes ne cessent d emodifier les molécules de MDMA. Aujourd(hui on trouve 179 dérivés. cela rend les effets encore plusincontrolables car chaque molécules a des effets secondaires différents.
GBH (liquid ecstasy ou fantasy) ,naptisée drogue des violeurs . en poudre ou en granulé, à effet rapide ,le produit est versé dans les biossons . Il a la propriété de faire oublier aux victimes ce qu'elles ont été "chimiquement contraintes" de faire a l'instigation de leurs agresseurs. Les raveurs en consomme parfois pour ses propriétés désinhibitantes , comme substitue a l'ecstasy.
Le cannabis:
Est-il dangereux?
Certains chercheurs disent que oui et d'autre le contraire, les consommateurs sont pour, les parents et les incultes sont contres.
Personnellement je suis pas contre , je trouve même qu'il est préférable de le légaliser ce qui permet de réduire , les delinquances concernant le cannabis.
Sport
L'exercice physique intensif procure une sensation de bien-être. Dans le cerveau cela se traduit par une activité biochimique resemblant à celle provoquée par la morphine . Je confirme cela.
Champignons hallucinogènes
CLASSIFICATION : Champignons
Ils se rencontrent principalement en Amérique, mais aussi en Martinique, dans les îles Caraïbes et en Europe. Mais c'est surtout en Amérique centrale et au Mexique que l'on trouve le plus grand nombre de ces champignons au pouvoir très actif.
Historique, usage
Dans ces écrits du XVIème siècle, le Père Franciscain Bernardino DE SAHAGUN mentionne la présence de champignons magiques connus du peuple aztèque : le TEONANACATL ou champignon divin, ou encore chair des Dieux. Ce champignon magique jouait un rôle culturel au moins 2000 ans avant J.C.

Botanique, chimie
Dans le groupe des champignons hallucinogènes, on trouve 11 espèces de PSILOCYBE, une espèce de STROPHARIA et une espèce de CONOCYBE.
Albert HOFMANN (chimiste laboratoire SANDOZ en Suisse) isole les éléments actifs d'une variété de psilocybe : le PSILOCYBE MEXICANA. Il en extrait notamment la PSILOCYBINE qui représente à l'état pur 0,03% du poids du champignon.
Mode d'usage
Les champignons hallucinogènes sont ingérés frais ou secs. La psilocybine est utilisée oralement ou en injections.
Effets
Une vingtaine de champignons, ou 0,01 gramme de psilocybine sont nécessaires pour obtenir un effet psychoactif.
L'utilisation de champignons hallucinogènes provoque une ivresse de plusieurs heures durant laquelle le sujet est victime d'hallucinations colorées.

Mathieu - 14 ans - Vendredi 19 juillet 2002

 

 

J'ai un fils

Bonjour tout le monde
J'ai un fils qui se prénomme Joevin et j'en suis fier il est beau comme un astre

samedi 6 juillet 2002

 

 

Peace and love

Puisque nul ici ne peut te garantir
un lendemain,
Rends heureux maintenant ton coeur
malade d'amour.
Au clair de lune, bois du vin,
car cet astre
Nous cherchera demain
et ne nous verra plus

Omar Khayyâm - Samedi 25 Mai 2002

 

 

Déclaration

ma chichoune
on dit que dans le monde, nous avons notre double, la personne qui nous
correspond, la personne qui comble la vide que l'on a dans notre coeur,
et moi j'ai trouvé la plus jolie fille, la plus tendre, la plus caline, la
plus attentionné, c'est toi, l'amour de mon coeur, la femme de ma vie,
on s'est donné le plus beau cadeau de l'amour, et comme tu le dis, on
n'oublira jamais.
maintenant le temps a avancé, depuis notre rencontre, et notre relation
aussi... dans les mois qui viennent on va vivre ensemble
et je suis le plus heureux
et maintenant il est vrai que j'aimerai que tu deviennes ma femme, et je te
le demanderai de façon officiel, ne soit pas ému mon amour, je t'aime et je
te le dis régulierement, mais que tu deviennes ma femme serai le pleus beau
moment de ma vie
je t'aime, je t'aime, je t'aime alexa
ton bébé

Cyril - Paris - France - vendredi 21 juin 2002

 

 

Vejaciones

Quiero decir

Quiero decir que no es en vano
la incipiente lucha ni la porfiada bandera
ni la iluminada palabra ni el silencio jocoso
ni la deshabitada verdad y la feroz mentira
Quiero decir que no pasó sin huella la dulzura
ni el solidario encuentro ni la revolución que no llega
ni el sordo galopar de los libertadores
por entre la explosiva urgencia del capital supremo
de transformar como el rey Midas
nuestra tierra próspera y nuestro cielo virgen
en su oro ensangrentado y sus corbatas de seda
Quiero decir que no habré muerto
Para cuando no uno sino miles
se recuesten en el cielo de la libertad soñada
y respiren un aire sin licitaciones
y beban feroces un agua sin propietarios
Quiero decir que no habré muerto
para cuando el todo
vuelva a ser la suma de las partes
y por cada ser se habite un mundo
y en cada mundo reconstruyamos el ser
que descubra sin castigos supremos
su individualidad en masa
su parte del yo y el todo
y camine solitario por un suelo propio
con la serena firmeza
de quien se sabe acompañado
por un espejo de almas
que también se piensan y conciben
como partes de ese todo
y no excluidos o hacinados
por la lengua infame que todo lo lame
y contamina
con su insaciable odio por el odio mismo
con su entrañable palabra que sin decir
todo destruye.

País el tuyo país el mío

Prestame tu luz de medianoche
tu faro que alumbra
cuando la oscuridad no falla
Prestame tu esperanza cierta
que anda y hace camino al andar
tu varilla que mide precisa
los sinsabores los destierros
tambien la tentaciones
Prestame tu lucha
compañero
tu inexorable mirada
de hombre pobre pero sabio
que conoce el paño
y lo bueyes con que ara
que sabe como nadie
de mentiras pan y circo
y pucherocanjevoto
Prestame tu orgullo de argentino
hombre de la tierra la amistad
y el buen vino
Prestame tu patria
de maradonas y rodrigos
tu gambeta tanguera y tu cumbia pasajera
que hace olvido cuando el mundo aprieta
Prestame tu médula de barrio
tu corazón deforme
tu reclamo "golpista"
tu valentía para seguir la calle
que es seguir la vida
Prestame tu dignidad
tu coraje tu lealtad
a pesar de los pesares
Quizás mañana bien temprano
cuando el sol aun esté intentando despertar
detrás de
tu carro
los caballos
el frío y tus arapos
venga asomando
firme y sin tregua
este nuevo país el tuyo
este nuevo país el nuestro

Los otros

Qué hay de extraño
en esta forma putrefacta y dócil
en este entuerto dantesco
de odios y vecindades prójimas

Qué hay de extraño
en este pueril desatino del cancerbero
que nos da tiernamente en la boca
el último veneno que ha creado
Y como flatulencia líquida
nos avergüenza desde adentro hacia fuera
desde afuera hacia dentro
esta remozada vitalidad del ogrus humanus
que vive sus días
entre sábanas de estiércol
con un orgullo de oruga
por su condición de titiritero
del fracaso de los otros
Qué hay de extraño
que vuelvan por más
los trabajadores del descanso
los laburantes del desencanto
los agoreros del destierro
de los (nos) otros
Qué hay de extraño
en que se reconozcan
como parte de una cofradía de elit
en sus trajes putrefactos
y sus bancas robadas
en perfecta ley
El que vive del asalto
de la estafa
y la extorsión
sabe que la competencia
es cruel y es mucha
y así sangrientos y así de burdos
como un congreso de enemas
se devuelven gentilezas y favores
sancionando leyes que sufrirán los otros
esos que alguna vez
querrán ser un pueblo

A no permitir

A no permitir que nos roben la esperanza
que los traidores hagan de la patria
un empréstito un prostíbulo
un desierto creciente
A no permitir que nos roben la osadía
que los bienaventurados señores
nos digan dónde está la puerta de salida
dónde escondieron las sonrisas los abrazos
de este pueblo solidario que está pujando
para parir un país no urgente
sino necesario
A no permitir que nos arrebaten la humildad
la mirada fraterna al que ya nada tiene
la mano firme y bien en alto
las canciones los amores las pasiones
A no permitir que se vengan los de afuera
a recetar remedios contra los males nuestros
A no permitir que nos oscurezcan las mañanas
que regalen como oferta nuestras tardes
si nos compran en pack
los sueños y las noches
A no permitir que devalúen el valor de nuestras vidas
que nos hipotequen los hijos el futuro las semillas
y se derrumben las escuelas los teatros los artistas
y se le de la extremaución a nuestros hospitales
A no permitir que nos quieran distraer
que nos hagan creer que no decimos nada
cuando decimos pueblo
que no hay poder en la protesta
ni propuesta para el cambio
A no permitir
que nos hagan creer que con ellos todo
y sin ellos nada
que nos acorralen la dignidad de mirar bien alto
y responder con un asistencialismo deforme
cuando pedimos trabajo

El violento parto del siglo XXI

Miro con asombro de qué manera la vida
deja caer sus acciones en la bolsa
cómo el riesgo humanidad
se profundiza hasta niveles inhumanos
observo cómo el déficit cero-esperanza
lentamente va haciéndose camino;
sin consuelo y con un dejo de ingenuidad
miro los ojos de mi hija
y creo que mañana quizá vuelva a existir el futuro
porque hoy nos han quitado hasta la vergüenza
de un futuro miserable
En los Estados Unidos ya se habla
sin remordimientos ni memoria
sobre ataques nucleares
En el nuevo mundo globalizado
ahora mas que nunca
producto de eso de que la unión hace la fuerza
embate contra el terrorismo del que ellos
antes que nadie
formaron parte
y se vuelve a decir guerra con la misma frescura
con la que William Bu declaraba vencedores
a los malos de Titanes en el Ring
Así está este mundo hipócrita
fingiendo reconocer al enemigo
en el rostro de un tal Osama
niño prodigio de la nueva madre patria
ahora activo expiatorio y válvula de escape
para reivindicar aquella gran razón
de paz mediante guerra
¿Alguien podría decirme cómo le explico a mi hija
que el mundo civilizado se inventa guerras y enemigos
cada períodos asombrosamente similares
para poder reinstalar debates tales como la pena de muerte
el escudo antimisiles la seguridad interna o la guerra sucia?
casi una aproximación al estado de higiene en el que deben de tener
sus conciencias estos improvisados representantes del nuevo orden mundial
tan fanatizados con sus discursos armamentísticos
como los suicidas que se estrellaron contra las Torres Gemelas
quienes lograron desnudar como un telón
que se levanta en medio de la función
los horrores de la destrucción y el odio en carne propia
a una nación que nunca supo tan rotundamente
qué era eso de llorar en tierra propia
hasta aquel septiembre gris
cuando la muerte les dijo "good morning, good father"
y una página desconocida y oscura comenzó a escribirse
sobre la geografía de hogueras y vanidades
de esta gran (pre) potencia mundial
Me duele el dolor de quienes mueren sin saber porqué
me duele el dolor de quienes quedan a la deriva
por los arrabales de esta vida enjuiciada y condenada a muerte
me duele el dolor de quienes esperan una llamada
que les ratifique el dolor
Me duele como un martillazo en las manos
este mentiroso intento de construcción de un mundo
más seguro y confiable
cuando los que están enarbolando esas banderas
han sido históricamente
los que se han encargado de dejar huérfanos
con hambre y en la más salvajes de las miserias
a cientos de millones de niños
en todo el mundo
Algunos quizá sean los mismos que hoy están dispuestos
a volar en mil pedazos para buscar la tan ansiada venganza
sin saber siquiera que morir de odio
es casi tanto peor como vivir de olvido

Este país deforme

Tengo una cicatriz de punta a punta
tengo una cicatriz de punta en blanco
me duele este país deforme
me duele este país hecho pedazos
Me duele la leche derramada
de los que no quieren hijos y los paren
como cubiletes del ocaso
salen al naufragio de un verano
con mas de una materia
para llevarse a marzo
Y somos como un agua turbia
que fluye sin razón por el riachuelo
embevidos en mugre silencio y desconsuelo
contaminando el suelo el amor
y otros ensayos
Me duelen las sombras
los que sin nada viven
los que con todos sufren
porque no hay ley humana
menos divina
que aplaste
entre unos y otros
el abismo
Me duelen los aviones
que se derrumban de venganza por los vientos
para darle al gran hermano
algo de lo tanto
que nos ha venido dando por el culo

Falta y resto

Verás que todo es mentira
verás que nada es verdad
verás que el mundo se entrevera
en la canción desatinada
de esta cocina llena de humo y cacerolas
que es mi país
Falta que nos roben los orgasmos
las caricias nuevas y los nuevos abrazos
Falta que nos privaticen el amor
nos facturen los minutos de paz en soledad
y nos cobren el derecho
de caminar erguidos
Quiero estatizar la esperanza
reactivar el brillo de tus ojos
devolver al campo las estrellas
y en el medio de mi pecho
palpite un país con alegría
Y que la sociedad no olvide
como supo hacerlo
a los que no eligieron vivir de la limosna
y sin embargo lo hacen
a los que no eligieron crecer en el infame territorio
del asfalto y la pobreza
a los que no eligieron
el olvido
el hambre
el frío
y tantos desencantos

La dignidad y el hambre

Parece que el mundo cerró sus ventanas
Ya nadie espía por la cerradura
mientras desnuda
se queda la luna
Parece que el mundo es un vagabundo indolente
que ya no tiene oficio ni credo ni utopía
Parece que cerraron las fábricas de esperanza
que nadie apuesta a ganador
en el casino del presente
Me pesa a toneladas tu nombre
Respiro tu aroma impregnado en las sábanas
como quien aspira arsénico
sin saber que luego
solo la muerte va
solo la muerte va
Parece que crece el hambre
que los comedores no dan a vasto
y no basta con el pan ni con la leche
La dignidad escasea y eso tambien es hambre
Parece que hasta el mate
tiene gusto a soledad
Y es que el frío entra
por el agujero de un zapato
la sangre brota apenas
con el beso de un alfiler
entre los dedos
Detesto las grandes tragedias
quizá porque de las pequeñas cosas
como renacuajos nacen
las tragedias mas patéticas
los inventos mas trágicos
El frío entra por una ventana mal cerrada
por un país al descubierto
los muebles se cubren de polvo
la muerte nos encuentra en una esquina rota
y hasta la vida surge por error
Entonces me lastimo
¿De dónde viene las grandes tragedias?
¿Será que lo fastuoso
tendrá que ver con lo fatuo?

Porqué no quiero estar acá

Porque no quiero estar acá
entre cadáveres vivientes que se relamen
en sus putrefactas salivas
los úlimos estertores del poder
que nos han robado hace tiempo
y que ahora ya exprimido y destrozado
nos quieren devolver en cómodas cuotas
Porque no quiero estar acá
mirando sin horizonte
cómo nos roban la luna
Porque no quiero estar en este precipicio
que nos hacen creer es un país
esperando caerme
para un lado o para el otro
donde me espera La Bestia
esa que alimentamos durante siglos
con bocados jugosos
como la dignidad la justicia
y nuestra propia patria
Porque no quiero este país
me quedo
elijo quedarme y sumergirme
en sus profundidades
junto con otros tantos que tampoco tienen nombre
ni espadas ni bombas
ni cualidades de héroe
y reclamarle a La Bestia
por la razón y por la fuerza
que nos devuelva ese pueblo
que tan apetitoso estuvo
pero que ya no quiere ser un vómito
un eructo nefasto de los que alquilaron
nuestras vidas nuestro honor y nuestros hijos
a quien pusiera sobre el paño
la mejor baraja
Porque no quiero estar acá
me quedo
sin condiciones ultimátums
ni plazos fijos
Me quedo a sembrar futuro
a cosechar abrazos
a clonar de a miles
mujeres y hombres solidarios
Me quedo para saber cómo es eso
de recuperar lo perdido
para mirar de frente los ojos de mi hija
y ver en ellos
estancadas como para quedarse
toda la alegría y la esperanza
que nos han robado.

Que se vayan todos

Que se vayan todos
los que hacen del dia
un eclipse total
Que se vayan todos
los que hacen de una escuela
un matadero
un espejo sin reflejo
un destino vulgar
Que se vayan todos
los que miran a otro lado
mientras nos vienen a robar
Cuando nos arrebatan de los brazos
la sonrisa de los hijos
y nos secuestran la esperanza
Para eso no hay rescate que valga
ni comandos ni uniformes deformes
Que se vayan todos
los que se sientan a esperar milagros
el toque de un ángel
que haga de nuestro estiércol oro
de nuestro pesimismo la confianza que hace falta
de nuestra inseguridad la cárcel de los que están afuera
Que se vayan todos
los que ven en un color diferente
la certeza del odio
Que se vayan todos
los que votan y sancionan
las leyes que el mercado
impone a costa de este hambre
que ya ni devorarse a si mismo puede
Que se vayan todos
que no quede uno solo
de los que pierden el pelo
la dignidad y el respeto
pero no las mañas
y se queden los que quieran
hacer de este país
no un parche
una encomienda sin destino
sino un paisaje de maizales refulgentes
de campos sembrados de obejas
y esperanza concreta
Que se vayan todos
Y vayan haciendo espacio
que venimos empujando un país
arrebatados pero seguros
y es pesada la carga
pero espalda es lo que sobra
Que se vayan todos
que venimos remando
desde la tierra del nunca jamás
y traemos los sacos llenos
con la memoria
que nos habían robado

Si no llegara a tiempo

Temor de ver la mesa sin los vasos
temor de ver la vida sin abrazos
Temor de ser un quién
un hasta cuándo
temor de oír bocinas y no pasos
Temor de sumergir tus labios en mis labios
y que ya no se desencadenen los roces
y los orgasmos
Temor de naufragar entre la noche
que ya no vengan conmigo los fantasmas
ni se desentiendan de mí los pesados demonios
Temor de que devalúen los encantos
las polleras cortas y los escotes de verano
Temor que devalúe el cielo
y ya no se consigan estrellas
ni lunas de ocasión
Temor de ver un sol a media asta
un mar sin peces ni pescadores
una tierra sin pecado ni pecadores
Temor de confiar al destino o a la suerte
la fecha y hora de mi muerte
temor de no llegar a tiempo
y que por última vez no pueda verte

Hoy me desperté dormido

Sobre la infinitud de cadáveres
Que pueblan mis sucias sábanas sucias,
De estiércoles de amores aguerridos
A la esmeralda pobreza de un suicidio inminente,
Retardado por la tibia esperanza
De que mañana anochezca
Y las luces del alba no me torturen
Con sus ingrávidas sombras castellanas,
Sombras tristes de una ciudad triste.
Hoy me desperté dormido.
Mañana me dormiré despierto,
Y quizás no regrese.
Por la noche esa,
esa misma noche que cae huyendo y no me espera,
siento la sed de la euforia atiborrada de nostalgias,
mi esperma fluye dentro de un cuerpo ausente,
con la mirada puesta sobre la lámpara de llanto
que cuelga al techo de mi existencia temprana.
Puedo ver que ella se entumece un momento y se convierte
En una larva estupefacta que contempla mi huída
Casi con la indiferencia de un perro que mira la aurora.
Alguien clava mi nombre a su nombre,
Alguien se da cuenta que no estoy,
Que ya no llego,
Y digita en el teléfono
Los números ciegos de mi casa oscura,
Y nadie responde,
Nadie responde.

No hay nada peor

que no sentirse en casa.
Volver al barrio
Escupiendo en las baldosas
entristecidas de tus pasos,
a los pasos entristecidos de tus almas,
que no saben encontrarse en el camino
a este esperma frío y desahuciado,
para que unos cuantos brazos
carguen con mis brazos,
en esas manos que nos despiertan
del letargo de la vida
y nos llevan serenos
por el callejón de azules brisas
y verdes llanuras,
cerca de un dios que quizás exista
sin creer de la libertad un absoluto
sino un pequeño atisbo de
esperanza urgente,
de calma anticipada a plazo fijo,
encerrado en el corralito
que son tus ojos
que me miran de a a ratos
como miro tus ojos
desde los ojos de un hombre
que casi pierde todo.
No hay nada peor
que no sentirse en casa.

Me cuesta seguir junto al camino,

Me tienta la muerte.
Me tienta la muerte por cobardía o por hidalgo,
Por desconocimiento o por cansancio,
Pero me tienta
Y no puedo evitarla
Cuando en la noche triste y lejana
Cae como una prostituta
Y me masturba, me lame y me enceguece.
Es que la muerte es tan antigua como la urbe,
Y la urbe casi tanto como las putas.
El tema es que me cuesta seguir,
Seguir emancipado, rebelde y encaminado,
Productivo y atolondrado.
Me cuesta, y no quiero que se enfurezcan
Quienes están como amarrados
A la vida que me arrastra
Hacia ese abismo que es la muerte,
La muerte encantadora y final,
La muerte que me llama
Sin descansar un instante.

Luciano Lazaro - Argentine – Mardi 11 juin 2002

 

 

Une petite histoire

c'est l'histoire de deux patates qui se promène et il y a un camion qui passe et qui en écrase une et l'autre dit oh purer

Chris le guiichoux - 15ans - dimanche 16 Juin 2002

 


La pastèque

Les principales caractéristiques de la pastèque
Très riche en eau (92 %), la pastèque est un fruit juteux
et remarquablement désaltérant. Elle se situe parmi les
fruits les moins riches en glucides : elle en renferme en
moyenne 6,5 g aux 100 g (seuls, le citron et la groseille,
avec 3 à 5 g de glucides aux 100 g, en contiennent moins).
Cependant, sa saveur est douce et sucrée. Cela est lié
pour une part à sa faible teneur en acides organiques
(moins de 0,3 g aux 100 g), et à la nature même de ces
acides : il s'agit essentiellement d'acide malique (plus
de 85 % du total), dont le goût acide est beaucoup moins
marqué que celui de l'acide citrique (plus courant dans la
plupart des autres fruits). La saveur sucrée de la
pastèque découle également de la nature de ses glucides :
dans la pastèque, le saccharose constitue 40 % du total
glucidique, et le fructose 37 %. Or, le pouvoir sucrant du
fructose est élevé (1,3 à 1,7 fois celui du saccharose).
Le glucose, de saveur moins sucrée (0,75 fois le pouvoir
sucrant du saccharose), et qui dans les fruits est en
général aussi abondant que le fructose, ne représente que
23 % du total des glucides de la pastèque. Cette
répartition des glucides favorise la perception de la
saveur sucrée du fruit.
Du fait notamment de sa faible teneur en glucides, la
pastèque est un fruit peu énergétique : 30 kcalories aux
100 g. Ainsi, elle est moins calorique que la fraise ou la
framboise, pourtant considérées comme des fruits
particulièrement "légers" de ce point de vue !
L'apport vitaminique de la pastèque est très diversifié.
Comme la plupart des fruits, elle fournit une quantité
appréciable de vitamine C : 11 mg aux 100 g (avec des
teneurs pouvant varier entre 6 et 31 mg). La pastèque est
aussi une source non négligeable de vitamines du groupe B,
ainsi que de provitamine A (dont la teneur moyenne est de
l'ordre de 0,30 mg, mais qui peut atteindre dans certains
cas 0,70 à 0,80 mg aux 100 g). On relève enfin un peu de
vitamine E (0,1 mg aux 100 g).
La teneur en minéraux est peu élevée dans la pastèque :
environ 400 mg au total. Fruit à croissance rapide, la
pastèque ne concentre pas fortement les matières
minérales. On y trouve néanmoins plus de 100 mg de
potassium aux 100 g, 10 mg de magnésium, et de petites
quantités de calcium, de phosphore, ainsi que différents
oligo-éléments (fer, zinc, cuivre, manganèse, etc.).

Marco - jeudi 4 Juillet 2002

 

 

AIMER

Aimer comme on aime demain
Aimer des souvenirs d'hier.
Le verbe aimer est un refrain
Où la raison se désaltère.
L'amour est un vent de soleil
Captif d'un lac d'éternité :
Sur les rives rose-vermeil
L'oiseau-lyre vient y chanter.
Aimer par un beau mois de Mai
S'accorder au diapason;
S'aimer et finir jamais,
S'aimer jusqu'à la déraison.
Aimer! le dire et le chanter,
A tous les vents, à tous les temps.
Et le crier, le chuchoter,
Le murmurer en s'éveillant.
Aimer jusqu'à la dissidence
Dans une hutte ou un palais.
A toi seule fais allégeance
D'obéissance et de respect.
Aimer, aimer à s'avilir
Aimer, aimer jusqu'à douter.
Surtout jamais de te trahir
Aimer à ne le regretter.

Alex - Saint-Cyr sur Loire - France - dimanche 7 Juillet 2002

 

 

Encore une fois

Ph j'aurais voulu te tenir encore une fois
recommencer
effacer les erreurs
Ph j'aurais voulu t'aimer
encore une fois
ne plus avoir peur
Ph j'aurais voulu te bercer encore une fois
te faire oublier tes frayeurs
Ph j'aurais voulu t'épouser
encore une fois
et te chanter les vagues la mer Paris Marseille
Ph j'aurais voulu t'écouter
encore une fois
si t'avais pas toujours une pompe dans le bras

Albertine - 9 Juin 2002

 

 

Zéro(s)

zéro objet(s)
zéro élément(s)
zéro nouveaux messages
dans ma boîte aux lettres élec-
tron-
ique
*
« vous n’avez pas de nouveaux messages »
m’informe une voix trompeuse-
ment
féminine
*
au début
donner l’illusion
au début
seulement
d’une continuité
continens
« de ce qui est continu »
*
continuité de terre
ou plutôt
« un ensemble d’abord
maritime
où quelques îles continentales
dérivent »
*
au début
une histoire de plaques
rencontres
glissements
écartements
télescopages
dérives
*
plaques
écarter
plaques
télescoper
plaques
sinon Terre
augmenter
de rayon
Christophe Colomb
découvrir Amérique
au début
une vitesse
au début seulement
une vitesse relative
*
subductions
des zones de convergences
& zéro objet(s)
zéro élément(s)
zéro nouveaux messages
dans ma boîte aux lettres élec-
tron-
ique
*
un système d’échangeur
jeu de signes
une trame complexe
espaces de transferts
de stockages
le chiffre
un
clignote sur
le répondeur
philips
de ma ligne
fixe
*
lithosphère
flotte
sur
flotte
asthénosphère
des courants de convection
& fossés de rupture
grâce au mode
archivage
j’ai conservé la voix
de Claire
et la fonction « écouter les messages archivés »
(presser la touche 3)
me permet de le passer
en boucle
*
écouter
voix
de Claire
Christophe Colomb
découvrir
Amérique
contrepartie
de l’accroissement des océans
télescoper plaques
sinon
Terre
augmenter son rayon
faire monde
une trame complexe
des fossés de rupture
si la Terre était parfaitement
sphérique
homogène et immobile
la pesanteur serait la même en
chaque points
de sa surface
continens
« de ce qui est continu »
*
une différence
de fonction
& zones de convergences
un système d’échangeur
mon forfait Wanadoo
une spécialisation
des compétences
un sens de migration
la théorie de Wegener
sur la dérive
des continents
le globe
& « l’atelier unique »
tel que décrit par
Adam Smith
espace rêvé
le monde n’est qu’une échelle
parmi d’autre
*
au début
un ensemble
au début
maritime
mémoire brève
mode archivage
Christophe Colomb
découvrir Amérique
abonnement SFR
une voix
archivée
ce qui reste
de Claire
mon forfait Wanadoo
deux tapis roulant
« hypothétiques »
écarter
plaques
télescoper
plaques
*
une construction
originale
« espace vécu, espace appris »
reposant sur l’unification
des lieux
un processus
où l’espace
se retire
un temps enfin réel
zéro objet(s)
zéro élément(s)
zéro nouveaux messages
dans ma boîte aux lettres élec-
tron-
ique
*
faire monde
quatre manières
successives
de faire
monde
ne jamais sous estimer
la solitude et l’angoisse
de la mort
des abonnés SFR
découvrir Amérique
effacer voix de Claire
la fonction « écouter les messages archivés »
(presser touche 3)
ne m’autorise plus
à écouter
voix de Claire
faire monde
quatre manières
successives
de faire monde
effacer voix
de Claire
mon forfait Wanadoo
vitesse élémentaire
vitesse
proche de la vitesse
des ondes
le chiffre
un
clignote sur
le répondeur
philips
de ma ligne
fixe

 

Cyrille Martinez - jeudi 6 juin 2002

 

 

Hello !

Je voudrais passer un bonjour a toutes les personnes qui ont contribuer a la construction de cette page
Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello! Hello!
bon ben kespere que jai oublié personne! lol!

Phaxs - 8 Juin 2002

 

 

Industria Nacional

Esto lo está mandando la gente de Aerolíneas.
Por que no probamos ?
Es un ejercicio humano-cívico que seguro nunca hicimos.
Si copiamos la forma de vestir, la forma de hablar, si creemos ser
norteamericanos o europeos, por qué no copiamos su forma de ejercer sus
derechos?
En USA si aumenta el pollo, no lo compra ni la mujer del gerente de Ford,
ni la del recolector de residuos, lo tienen que tirar ó bajar de precio,
qué piensan que hace el famoso MERCADO ?
Probemos !!!
Si están de acuerdo, háganlo pasar y si no disculpen, lean Caras y Gente,
vean a Hadad y que su Dios los ayude.
Hoy el tema urgente es Aerolíneas Argentinas pero:
Cuál es nuestra petrolera de bandera??????
Hay alguna proveedora de servicios de bandera???????
Sí, de banderas extranjeras. Argentino solo nos quedó el mástil sobre el
cual podemos sentarnos dejando que nos saqueen como a los indígenas de
1492 o retomar la celeste y blanca y, sin ningún acto de violencia,
ejercer el derecho que como ciudadanos tenemos para elegir.
Los empresarios (españoles o no) no son buenos ni malos, son empresarios y
administran su dinero de la manera más conveniente para ellos. La rivalidad
no es argentino - ibérica, sino pueblo - empresas transnacionales y pueblo
- corrupción.
Qué pasa si nos ponemos de acuerdo y nos decidimos a que el día 20/06/02,
día de la insignia patria la defendemos haciendo que YPF no facture un
solo centavo?
Qué pasa si entre las 20 y las 21 Hs. de ese día no utilizamos energía
eléctrica y tampoco utilizamos los teléfonos familiares ni celulares?
Qué pasa si en vez de dejar a los chicos viendo la TV les explicamos que
nos están metiendo la mano en el bolsillo y le damos un ejemplo de lo que
un pueblo puede hacer si se organiza?
Puede que no pase nada. Pero puede que nos demos cuenta de quienes somos y
como estamos siendo tratados.
Lo seguro es que no vamos a provocar la quiebra de ninguna empresa ni
ahuyentar capitales, queremos que se queden pero que también nos respeten.
Si ahora que lo leíste te parece que estamos locos y que no podemos hacerle
frente a las grandes potencias, ojalá tengas tu pasaporte al día.
Si crees que a la Argentina hay que arreglarla desde adentro, si ves que
los políticos que los argentinos votamos en sucesivas elecciones nos están
llevando a que la única bandera que flamee en nuestro país sea la de
remate, prendete y difundí este mensaje para que el 20/06/02 no depositemos
un solo centavo en las arcas de YPF y para que no usemos energía eléctrica
ni hablemos por teléfono de 20 a 21 Hs.
El 21 hablamos

Luciano Lazaro - Argentine - 24 Mai 2002

 

Que se vayan todos

Que se vayan todos
los que hacen del dia
un eclipse total

Que se vayan todos
los que hacen de una escuela
un matadero
un espejo sin reflejo
un destino vulgar

Que se vayan todos
los que miran a otro lado
mientras nos vienen a robar

Cuando nos arrebatan de los brazos
la sonrisa de los hijos
y nos secuestran la esperanza

Para eso no hay rescate que valga
ni comandos ni uniformes deformes

Que se vayan todos
los que se sientan a esperar milagros
el toque de un ángel
que haga de nuestro estiércol oro
de nuestro pesimismo la confianza que hace falta
de nuestra inseguridad la cárcel de los que están afuera
Que se vayan todos
los que ven en un color diferente
la certeza del odio
Que se vayan todos
los que votan y sancionan
las leyes que el mercado
impone a costa de este hambre
que ya ni devorarse a si mismo puede
Que se vayan todos
que no quede uno solo
de los que pierden el pelo
la dignidad y el respeto
pero no las mañas
y se queden los que quieran
hacer de este país
no un parche
una encomienda sin destino
sino un paisaje de maizales refulgentes
de campos sembrados de obejas
y esperanza concreta
Que se vayan todos
Y vayan haciendo espacio
que venimos empujando un país
arrebatados pero seguros
y es pesada la carga
pero espalda es lo que sobra

Que se vayan todos
que venimos remando
desde la tierra del nunca jamás
y traemos los sacos llenos
con la memoria
que nos habían robado

Luciano Lazaro - Argentine - 28 Mai 2002

 

 

Une date à plusieurs exemplaires !!

Moi, je vous envoie une date : le 12 Mai ! Je ne sais pas pourquoi !12.5

12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5
12.5STOP !!!!!!
Passons au 13 Mai !
Je rigole !

Francois Daudon – France - 25 Mai 2002


une tite blague:

c'est tendrillon qui va voir sa marraine car elle trouve qu’ elle a une trop petite poitrine. la marraine lui dit:"chaque fois qu’une personne te dira pardon, tes seins pousseron de 2 cm.
Toute fiére, tendrillon sort et une personne la bouscule et lui dit pardon. Elle regarde sa poitrine qui pousse de 2 cm.
Pour fété l’évenement elle decide de se payer un resto chinois.
En entrant un serveur chinois la bouscule et lui dit "mille foi pardon chere demoiselle".
Le lendemain dans le journal en gros titre:"UN SERVEUR CHINOIS ÉCRASÉ PAR 2 MONGOLFIERES"
looooooooooooooool
bonne chance pour la suite

Maurice Chekroun – France - 1 Juin 2002

 

 

Por Eduardo Galeano

Eduardo Galeano
La máquina
Sigmund Freud lo había aprendido de Jean-Martin Charcot: las ideas pueden
ser implantadas, por hipnotismo en la mente humana.
Ha pasado más de un siglo. Mucho se ha desarrollado, desde entonces, la
tecnología de la manipulación. Una máquina colosal, del tamaño del planeta,
nos manda repetir los mensajes que nos mete adentro. Es la máquina de
traicionar palabras.
El presidente de Venezuela, Hugo Chávez, había sido electo, y reelecto por
abrumadora mayoría en comicios mucho más transparentes que la elección que
consagró a George W. Bush en Estados Unidos.
La máquina dio manija al golpe de Estado que intentó voltearlo. No por su
estilo mesiánico, ni por su tendencia a la verborragia, sino por las
reformas que propuso y las herejías que cometió. Chávez tocó a los
intocables. Los intocables, dueños de los medios de comunicación y de
casitodo lo demás, pusieron el grito en el cielo. Con toda libertad
denunciaron el exterminio de la libertad. Dentro y fuera de fronteras, la
máquina convirtió a Chávez en un "tirano", un "autócrata delirante" y un
"enemigo de la democracia". Contra él estaba "la ciudadanía". Con él, "las
turbas", que no se reunían en locales sino en "guaridas".La campaña
mediática fue decisiva para la avalancha que desembocó en el golpe de
Estado, programado desde lejos contra esta feroz dictadura que no tenía ni
un solo preso político. Entonces, ocupó la presidencia un empresario, votado
por nadie. Democráticamente, como primera medida de gobierno, disolvió el
Parlamento. Al día siguiente, subió la Bolsa; pero una pueblada devolvió a
Chávez a su lugar legítimo. El golpe mediático sólo había podido generar un
poder virtual, como comentó el escritor venezolano Luis Britto García, y
poco duró. La televisión venezolana, baluarte de la libertad de información,
no se enteró de la desagradable noticia.
Mientras tanto, otro votado por nadie, que también llegó al poder por golpe
de Estado, luce con éxito su nuevo look: el general Pervez Musharraf,
dictador militar de Pakistán, transfigurado por el beso mágico de los
grandes medios de comunicación. Musharraf dice y repite que ni se le pasa
por la cabeza la idea de que su pueblo pueda votar, pero él ha hecho voto de
obediencia a la llamada "comunidad internacional", y ése es el único voto
que de veras importa, al fin y al cabo, a la hora de la verdad.
Quién te ha visto y quién te ve: ayer Musharraf era el mejor amigo de sus
vecinos, los talibanes, y hoy se ha convertido en "el líder liberal y
valiente de la modernización de Pakistán".
Y a todo esto, continúa la matanza de palestinos, que las fábricas de la
opinión pública mundial llaman "cacería de terroristas". Palestino es
sinónimo de "terrorista", pero el adjetivo jamás se adjudica al ejército de
Israel. Los territorios usurpados por las continuas invasiones militares se
llaman siempre "territorios en disputa". Y los palestinos, que son semitas,
resultan ser "antisemitas". Desde hace más de un siglo, ellos están
condenados a expiar las culpas del antisemitismo europeo y a pagar, con su
tierra y con su sangre, el holocausto que no cometieron.
Concurso de agachados en la Comisión de Derechos Humanos de la Organización
de Naciones Unidas, que apunta siempre al sur y nunca al norte. La comisión
está especializada en disparar contra Cuba, y este año le ha tocado al
Uruguay el honor de encabezar el pelotón. Otros gobiernos latinoamericanos
lo han acompañado. Ninguno dijo: "lo hago para que me compren lo que vendo",
ni: "lo hago para que me presten lo que necesito", ni: "lo hago para que
aflojen la cuerda que me aprieta el pescuezo". El arte del buen gobierno
permite no pensar lo que se dice, pero prohíbe decir lo que se piensa. Y los
medios han aprovechado la ocasión para confirmar, una vez más, que la isla
bloqueada sigue siendo la mala de la película.
En el diccionario de la máquina, se llaman "contribuciones" los sobornos que
los políticos reciben, y "pragmatismo" las traiciones que cometen. Las
"buenas acciones" ya no son los nobles gestos del corazón, sino las acciones
que cotizan bien en la Bolsa, y en la Bolsa ocurren las "crisis de valores".
Donde dice "la comunidad internacional exige", debe decir: la dictadura
financiera impone. "Comunidad internacional" es, también, el seudónimo que
ampara a las grandes potencias en sus operaciones militares de exterminio, o
"misiones de pacificación". Los "pacificados" son los muertos.
Ya se prepara la tercera guerra contra Irak. Como en las dos anteriores, los
bombardeadores serán "fuerzas aliadas" y los bombardeados "hordas de
fanáticos al servicio del carnicero de Bagdad". Y los atacantes dejarán en
el suelo atacado un reguero de cadáveres civiles, que se llamarán "daños
colaterales". Para explicar esta próxima guerra, el presidente Bush no dice:
"El petróleo y las armas la están necesitando, y mi gobierno es un oleoducto
y un arsenal". Y tampoco dice, para explicar su multimillonario proyecto de
militarización del espacio: "Vamos a anexar el cielo, como anexamos Texas"
Nada de eso: es el mundo libre el que debe defenderse de la amenaza
terrorista, aquí en la tierra y más allá de las nubes, aunque el terrorismo
haya demostrado que prefiere los cuchillos de cocina a los misiles.
Y aunque Estados Unidos se oponga, como también se opone Irak, al Tribunal
Penal Internacional que acaba de nacer para castigar los crímenes contra la
humanidad.
Por regla general, las palabras del poder no expresan sus actos, sino que
los disfrazan; y eso no tiene nada de nuevo. Hace más de un siglo, en la
gloriosa batalla de Omdurman, en Sudán, donde Winston Churchill fue cronista
y soldado, 48 británicos ofrendaron sus vidas. Además, murieron 27 mil
salvajes. La corona británica llevaba adelante a sangre y fuego su expansión
colonial, y la justificaba diciendo: "estamos civilizando Africa a través
del comercio". No decía: "estamos comercializando Africa a través de la
civilización". Y nadie preguntaba a los africanos qué opinaban del asunto.
Pero nosotros tenemos la suerte de vivir en la era de la información, y los
gigantes de la comunicación masiva aman la objetividad. Ellos permiten que
se exprese, también, el punto de vista del enemigo. Durante la guerra de
Vietnam, pongamos por caso, el punto de vista enemigo ocupó 3 por ciento de
las noticias difundidas por las cadenas ABC, CBS y NBC.
La propaganda, confiesa el Pentágono, forma parte del gasto bélico. Y la
Casa Blanca ha incorporado al gabinete de gobierno a la experta publicitaria
Charlotte Beers, que había impuesto en el mercado local ciertas marcas de
comida para perros y de arroz para personas. Ella se está ocupando, ahora,
de imponer en el mercado mundial la cruzada terrorista contra el terrorismo.
"Estamos vendiendo un producto", explica Colin Powell.
"Para no ver la realidad, el avestruz hunde la cabeza en el televisor",
comprueba el escritor brasileño Millor Fernandes. La máquina dicta órdenes,
la máquina aturde. Pero el 11 de septiembre también dictaron órdenes,
también aturdieron, los altavoces de la segunda torre gemela de Nueva York,
cuando empezó a crujir.
Mientras huía la gente, volando escaleras abajo, los altavoces mandaban que
los empleados volvieran a sus puestos de trabajo. Se salvaron los que no
obedecieron.

Luciano Lazaro - Argentine - 30 Mai 2002

 

 

Amour, divin rôdeur

Amour, divin rôdeur, glissant entre les âmes,
Sans te voir de mes yeux, je reconnais tes flammes.
Inquiets des lueurs qui brûlent dans les airs,
Tous les regards errants sont pleins de tes éclairs...
C'est lui ! Sauve qui peut ! Voici venir les larmes !...
Ce n'est pas tout d'aimer, l'amour porte des armes.
C'est le roi, c'est le maître, et, pour le désarmer,
Il faut plaire à l'Amour : ce n'est pas tout d'aimer !

L'homme juste

Le Juste restait droit sur ses hanches solides :
Un rayon lui dorait l'épaule ; des sueurs
Me prirent : " Tu veux voir rutiler les bolides ?
Et, debout, écouter bourdonner les flueurs
D'astres lactés, et les essaims d'astéroïdes ?
" Par des farces de nuit ton front est épié,
Ô juste ! Il faut gagner un toit. Dis ta prière,
La bouche dans ton drap doucement expié ;
Et si quelque égaré choque ton ostiaire,
Dis : Frère, va plus loin, je suis estropié ! "
Et le juste restait debout, dans l'épouvante
Bleuâtre des gazons après le soleil mort :
" Alors, mettrais-tu tes genouillères en vente,
Ô Vieillard ? Pèlerin sacré ! barde d'Armor !
Pleureur des Oliviers ! main que la pitié gante !
" Barbe de la famille et poing de la cité,
Croyant très doux : ô coeur tombé dans les calices,
Majestés et vertus, amour et cécité,
Juste ! plus bête et plus dégoûtant que les lices !
Je suis celui qui souffre et qui s'est ré volté !
" Et ça me fait pleurer sur mon ventre, ô stupide,
Et bien rire, l'espoir fameux de ton pardon !
Je suis maudit, tu sais ! je suis soûl, fou, livide,
Ce que tu veux ! Mais va te coucher, voyons donc,
Juste ! je ne veux rien à ton cerveau torpide.
" C'est toi le Juste, enfin, le Juste ! C'est assez !
C'est vrai que ta tendresse et ta raison sereines
Reniflent dans la nuit comme des cétacés,
Que tu te fais proscrire et dégoises des thrènes
Sur d'effroyables becs-de-cane fracassés !
" Et c'est toi l'oeil de Dieu ! le lâche ! Quand les plantes
Froides des pieds divins passeraient sur mon cou,
Tu es lâche ! Ô ton front qui fourmille de lentes !
Socrates et Jésus, Saints et Justes, dégoût !
Respectez le Maudit suprême aux nuits sanglantes ! "
J'avais crié cela sur la terre, et la nuit
Calme et blanche occupait les cieux pendant ma fièvre.
Je relevai mon front : le fantôme avait fui,
Emportant l'ironie atroce d e ma lèvre...
- Vents nocturnes, venez au Maudit ! Parlez-lui,
Cependant que silencieux sous les pilastres
D'azur, allongeant les comètes et les noeuds
D'univers, remuement énorme sans désastres,
L'ordre, éternel veilleur, rame aux cieux lumineux
Et de sa drague en feu laisse filer les astres !
Ah ! qu'il s'en aille, lui, la gorge cravatée
De honte, ruminant toujours mon ennui, doux
Comme le sucre sur la denture gâtée.
- Tel que la chienne après l'assaut des fiers toutous,
Léchant son flanc d'où pend une entraille emportée.
Qu'il dise charités crasseuses et progrès...
- J'exècre tous ces yeux de Chinois à bedaines,
Puis qui chante : nana, comme un tas d'enfants près
De mourir, idiots doux aux chansons soudaines :
Ô Justes, nous chierons dans vos ventres de grès ! UN BONJOUR A TOUTE LA CONDAMINE, A LUANDA, A L'AFRIQUE ET A LA FRANCE!

Hugues Chavignon - 02 Juin 2002


 

Pourquoi que des mots?

Quand j'ai vu cette page, je me suis dit: que des mots, aucun nombre! Ce n'est pas juste, pourquoi les mots auraient le monopole? Alors, pour rétablir l'équilibre, j'offre des nombres, des nombres, des nombres... Tous les nombres de 0 à 3333. Pourquoi 3333? Lisez, lisez, ou plutot, comtez, la réponse est à la fin.
Donc, c'est parti:0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506 507 508 509 510 511 512 513 514 515 516 517 518 519 520 521 522 523 524 525 526 527 528 529 530 531 532 533 534 535 536 537 538 539 540 541 542 543 544 545 546 547 548 549 550 551 552 553 554 555 556 557 558 559 560 561 562 563 564 565 566 567 568 569 570 571 572 573 574 575 576 577 578 579 580 581 582 583 584 585 586 587 588 589 590 591 592 593 594 595 596 597 598 599 600 601 602 603 604 605 606 607 608 609 610 611 612 613 614 615 616 617 618 619 620 621 622 623 624 625 626 627 628 629 630 631 632 633 634 635 636 637 638 639 640 641 642 643 644 645 646 647 648 649 650 651 652 653 654 655 656 657 658 659 660 661 662 663 664 665 666 667 668 669 670 671 672 673 674 675 676 677 678 679 680 681 682 683 684 685 686 687 688 689 690 691 692 693 694 695 696 697 698 699 700 701 702 703 704 705 706 707 708 709 710 711 712 713 714 715 716 717 718 719 720 721 722 723 724 725 726 727 728 729 730 731 732 733 734 735 736 737 738 739 740 741 742 743 744 745 746 747 748 749 750 751 752 753 754 755 756 757 758 759 760 761 762 763 764 765 766 767 768 769 770 771 772 773 774 775 776 777 778 779 780 781 782 783 784 785 786 787 788 789 790 791 792 793 794 795 796 797 798 799 800 801 802 803 804 805 806 807 808 809 810 811 812 813 814 815 816 817 818 819 820 821 822 823 824 825 826 827 828 829 830 831 832 833 834 835 836 837 838 839 840 841 842 843 844 845 846 847 848 849 850 851 852 853 854 855 856 857 858 859 860 861 862 863 864 865 866 867 868 869 870 871 872 873 874 875 876 877 878 879 880 881 882 883 884 885 886 887 888 889 890 891 892 893 894 895 896 897 898 899 900 901 902 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923 924 925 926 927 928 929 930 931 932 933 934 935 936 937 938 939 940 941 942 943 944 945 946 947 948 949 950 951 952 953 954 955 956 957 958 959 960 961 962 963 964 965 966 967 968 969 970 971 972 973 974 975 976 977 978 979 980 981 982 983 984 985 986 987 988 989 990 991 992 993 994 995 996 997 998 999 1000 1001 1002 1003 1004 1005 1006 1007 1008 1009 1010 1011 1012 1013 1014 1015 1016 1017 1018 1019 1020 1021 1022 1023 1024 1025 1026 1027 1028 1029 1030 1031 1032 1033 1034 1035 1036 1037 1038 1039 1040 1041 1042 1043 1044 1045 1046 1047 1048 1049 1050 1051 1052 1053 1054 1055 1056 1057 1058 1059 1060 1061 1062 1063 1064 1065 1066 1067 1068 1069 1070 1071 1072 1073 1074 1075 1076 1077 1078 1079 1080 1081 1082 1083 1084 1085 1086 1087 1088 1089 1090 1091 1092 1093 1094 1095 1096 1097 1098 1099 1100 1101 1102 1103 1104 1105 1106 1107 1108 1109 1110 1111 1112 1113 1114 1115 1116 1117 1118 1119 1120 1121 1122 1123 1124 1125 1126 1127 1128 1129 1130 1131 1132 1133 1134 1135 1136 1137 1138 1139 1140 1141 1142 1143 1144 1145 1146 1147 1148 1149 1150 1151 1152 1153 1154 1155 1156 1157 1158 1159 1160 1161 1162 1163 1164 1165 1166 1167 1168 1169 1170 1171 1172 1173 1174 1175 1176 1177 1178 1179 1180 1181 1182 1183 1184 1185 1186 1187 1188 1189 1190 1191 1192 1193 1194 1195 1196 1197 1198 1199 1200 1201 1202 1203 1204 1205 1206 1207 1208 1209 1210 1211 1212 1213 1214 1215 1216 1217 1218 1219 1220 1221 1222 1223 1224 1225 1226 1227 1228 1229 1230 1231 1232 1233 1234 1235 1236 1237 1238 1239 1240 1241 1242 1243 1244 1245 1246 1247 1248 1249 1250 1251 1252 1253 1254 1255 1256 1257 1258 1259 1260 1261 1262 1263 1264 1265 1266 1267 1268 1269 1270 1271 1272 1273 1274 1275 1276 1277 1278 1279 1280 1281 1282 1283 1284 1285 1286 1287 1288 1289 1290 1291 1292 1293 1294 1295 1296 1297 1298 1299 1300 1301 1302 1303 1304 1305 1306 1307 1308 1309 1310 1311 1312 1313 1314 1315 1316 1317 1318 1319 1320 1321 1322 1323 1324 1325 1326 1327 1328 1329 1330 1331 1332 1333 1334 1335 1336 1337 1338 1339 1340 1341 1342 1343 1344 1345 1346 1347 1348 1349 1350 1351 1352 1353 1354 1355 1356 1357 1358 1359 1360 1361 1362 1363 1364 1365 1366 1367 1368 1369 1370 1371 1372 1373 1374 1375 1376 1377 1378 1379 1380 1381 1382 1383 1384 1385 1386 1387 1388 1389 1390 1391 1392 1393 1394 1395 1396 1397 1398 1399 1400 1401 1402 1403 1404 1405 1406 1407 1408 1409 1410 1411 1412 1413 1414 1415 1416 1417 1418 1419 1420 1421 1422 1423 1424 1425 1426 1427 1428 1429 1430 1431 1432 1433 1434 1435 1436 1437 1438 1439 1440 1441 1442 1443 1444 1445 1446 1447 1448 1449 1450 1451 1452 1453 1454 1455 1456 1457 1458 1459 1460 1461 1462 1463 1464 1465 1466 1467 1468 1469 1470 1471 1472 1473 1474 1475 1476 1477 1478 1479 1480 1481 1482 1483 1484 1485 1486 1487 1488 1489 1490 1491 1492 1493 1494 1495 1496 1497 1498 1499 1500 1501 1502 1503 1504 1505 1506 1507 1508 1509 1510 1511 1512 1513 1514 1515 1516 1517 1518 1519 1520 1521 1522 1523 1524 1525 1526 1527 1528 1529 1530 1531 1532 1533 1534 1535 1536 1537 1538 1539 1540 1541 1542 1543 1544 1545 1546 1547 1548 1549 1550 1551 1552 1553 1554 1555 1556 1557 1558 1559 1560 1561 1562 1563 1564 1565 1566 1567 1568 1569 1570 1571 1572 1573 1574 1575 1576 1577 1578 1579 1580 1581 1582 1583 1584 1585 1586 1587 1588 1589 1590 1591 1592 1593 1594 1595 1596 1597 1598 1599 1600 1601 1602 1603 1604 1605 1606 1607 1608 1609 1610 1611 1612 1613 1614 1615 1616 1617 1618 1619 1620 1621 1622 1623 1624 1625 1626 1627 1628 1629 1630 1631 1632 1633 1634 1635 1636 1637 1638 1639 1640 1641 1642 1643 1644 1645 1646 1647 1648 1649 1650 1651 1652 1653 1654 1655 1656 1657 1658 1659 1660 1661 1662 1663 1664 1665 1666 1667 1668 1669 1670 1671 1672 1673 1674 1675 1676 1677 1678 1679 1680 1681 1682 1683 1684 1685 1686 1687 1688 1689 1690 1691 1692 1693 1694 1695 1696 1697 1698 1699 1700 1701 1702 1703 1704 1705 1706 1707 1708 1709 1710 1711 1712 1713 1714 1715 1716 1717 1718 1719 1720 1721 1722 1723 1724 1725 1726 1727 1728 1729 1730 1731 1732 1733 1734 1735 1736 1737 1738 1739 1740 1741 1742 1743 1744 1745 1746 1747 1748 1749 1750 1751 1752 1753 1754 1755 1756 1757 1758 1759 1760 1761 1762 1763 1764 1765 1766 1767 1768 1769 1770 1771 1772 1773 1774 1775 1776 1777 1778 1779 1780 1781 1782 1783 1784 1785 1786 1787 1788 1789 1790 1791 1792 1793 1794 1795 1796 1797 1798 1799 1800 1801 1802 1803 1804 1805 1806 1807 1808 1809 1810 1811 1812 1813 1814 1815 1816 1817 1818 1819 1820 1821 1822 1823 1824 1825 1826 1827 1828 1829 1830 1831 1832 1833 1834 1835 1836 1837 1838 1839 1840 1841 1842 1843 1844 1845 1846 1847 1848 1849 1850 1851 1852 1853 1854 1855 1856 1857 1858 1859 1860 1861 1862 1863 1864 1865 1866 1867 1868 1869 1870 1871 1872 1873 1874 1875 1876 1877 1878 1879 1880 1881 1882 1883 1884 1885 1886 1887 1888 1889 1890 1891 1892 1893 1894 1895 1896 1897 1898 1899 1900 1901 1902 1903 1904 1905 1906 1907 1908 1909 1910 1911 1912 1913 1914 1915 1916 1917 1918 1919 1920 1921 1922 1923 1924 1925 1926 1927 1928 1929 1930 1931 1932 1933 1934 1935 1936 1937 1938 1939 1940 1941 1942 1943 1944 1945 1946 1947 1948 1949 1950 1951 1952 1953 1954 1955 1956 1957 1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969 1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2026 2027 2028 2029 2030 2031 2032 2033 2034 2035 2036 2037 2038 2039 2040 2041 2042 2043 2044 2045 2046 2047 2048 2049 2050 2051 2052 2053 2054 2055 2056 2057 2058 2059 2060 2061 2062 2063 2064 2065 2066 2067 2068 2069 2070 2071 2072 2073 2074 2075 2076 2077 2078 2079 2080 2081 2082 2083 2084 2085 2086 2087 2088 2089 2090 2091 2092 2093 2094 2095 2096 2097 2098 2099 2100 2101 2102 2103 2104 2105 2106 2107 2108 2109 2110 2111 2112 2113 2114 2115 2116 2117 2118 2119 2120 2121 2122 2123 2124 2125 2126 2127 2128 2129 2130 2131 2132 2133 2134 2135 2136 2137 2138 2139 2140 2141 2142 2143 2144 2145 2146 2147 2148 2149 2150 2151 2152 2153 2154 2155 2156 2157 2158 2159 2160 2161 2162 2163 2164 2165 2166 2167 2168 2169 2170 2171 2172 2173 2174 2175 2176 2177 2178 2179 2180 2181 2182 2183 2184 2185 2186 2187 2188 2189 2190 2191 2192 2193 2194 2195 2196 2197 2198 2199 2200 2201 2202 2203 2204 2205 2206 2207 2208 2209 2210 2211 2212 2213 2214 2215 2216 2217 2218 2219 2220 2221 2222 2223 2224 2225 2226 2227 2228 2229 2230 2231 2232 2233 2234 2235 2236 2237 2238 2239 2240 2241 2242 2243 2244 2245 2246 2247 2248 2249 2250 2251 2252 2253 2254 2255 2256 2257 2258 2259 2260 2261 2262 2263 2264 2265 2266 2267 2268 2269 2270 2271 2272 2273 2274 2275 2276 2277 2278 2279 2280 2281 2282 2283 2284 2285 2286 2287 2288 2289 2290 2291 2292 2293 2294 2295 2296 2297 2298 2299 2300 2301 2302 2303 2304 2305 2306 2307 2308 2309 2310 2311 2312 2313 2314 2315 2316 2317 2318 2319 2320 2321 2322 2323 2324 2325 2326 2327 2328 2329 2330 2331 2332 2333 2334 2335 2336 2337 2338 2339 2340 2341 2342 2343 2344 2345 2346 2347 2348 2349 2350 2351 2352 2353 2354 2355 2356 2357 2358 2359 2360 2361 2362 2363 2364 2365 2366 2367 2368 2369 2370 2371 2372 2373 2374 2375 2376 2377 2378 2379 2380 2381 2382 2383 2384 2385 2386 2387 2388 2389 2390 2391 2392 2393 2394 2395 2396 2397 2398 2399 2400 2401 2402 2403 2404 2405 2406 2407 2408 2409 2410 2411 2412 2413 2414 2415 2416 2417 2418 2419 2420 2421 2422 2423 2424 2425 2426 2427 2428 2429 2430 2431 2432 2433 2434 2435 2436 2437 2438 2439 2440 2441 2442 2443 2444 2445 2446 2447 2448 2449 2450 2451 2452 2453 2454 2455 2456 2457 2458 2459 2460 2461 2462 2463 2464 2465 2466 2467 2468 2469 2470 2471 2472 2473 2474 2475 2476 2477 2478 2479 2480 2481 2482 2483 2484 2485 2486 2487 2488 2489 2490 2491 2492 2493 2494 2495 2496 2497 2498 2499 2500 2501 2502 2503 2504 2505 2506 2507 2508 2509 2510 2511 2512 2513 2514 2515 2516 2517 2518 2519 2520 2521 2522 2523 2524 2525 2526 2527 2528 2529 2530 2531 2532 2533 2534 2535 2536 2537 2538 2539 2540 2541 2542 2543 2544 2545 2546 2547 2548 2549 2550 2551 2552 2553 2554 2555 2556 2557 2558 2559 2560 2561 2562 2563 2564 2565 2566 2567 2568 2569 2570 2571 2572 2573 2574 2575 2576 2577 2578 2579 2580 2581 2582 2583 2584 2585 2586 2587 2588 2589 2590 2591 2592 2593 2594 2595 2596 2597 2598 2599 2600 2601 2602 2603 2604 2605 2606 2607 2608 2609 2610 2611 2612 2613 2614 2615 2616 2617 2618 2619 2620 2621 2622 2623 2624 2625 2626 2627 2628 2629 2630 2631 2632 2633 2634 2635 2636 2637 2638 2639 2640 2641 2642 2643 2644 2645 2646 2647 2648 2649 2650 2651 2652 2653 2654 2655 2656 2657 2658 2659 2660 2661 2662 2663 2664 2665 2666 2667 2668 2669 2670 2671 2672 2673 2674 2675 2676 2677 2678 2679 2680 2681 2682 2683 2684 2685 2686 2687 2688 2689 2690 2691 2692 2693 2694 2695 2696 2697 2698 2699 2700 2701 2702 2703 2704 2705 2706 2707 2708 2709 2710 2711 2712 2713 2714 2715 2716 2717 2718 2719 2720 2721 2722 2723 2724 2725 2726 2727 2728 2729 2730 2731 2732 2733 2734 2735 2736 2737 2738 2739 2740 2741 2742 2743 2744 2745 2746 2747 2748 2749 2750 2751 2752 2753 2754 2755 2756 2757 2758 2759 2760 2761 2762 2763 2764 2765 2766 2767 2768 2769 2770 2771 2772 2773 2774 2775 2776 2777 2778 2779 2780 2781 2782 2783 2784 2785 2786 2787 2788 2789 2790 2791 2792 2793 2794 2795 2796 2797 2798 2799 2800 2801 2802 2803 2804 2805 2806 2807 2808 2809 2810 2811 2812 2813 2814 2815 2816 2817 2818 2819 2820 2821 2822 2823 2824 2825 2826 2827 2828 2829 2830 2831 2832 2833 2834 2835 2836 2837 2838 2839 2840 2841 2842 2843 2844 2845 2846 2847 2848 2849 2850 2851 2852 2853 2854 2855 2856 2857 2858 2859 2860 2861 2862 2863 2864 2865 2866 2867 2868 2869 2870 2871 2872 2873 2874 2875 2876 2877 2878 2879 2880 2881 2882 2883 2884 2885 2886 2887 2888 2889 2890 2891 2892 2893 2894 2895 2896 2897 2898 2899 2900 2901 2902 2903 2904 2905 2906 2907 2908 2909 2910 2911 2912 2913 2914 2915 2916 2917 2918 2919 2920 2921 2922 2923 2924 2925 2926 2927 2928 2929 2930 2931 2932 2933 2934 2935 2936 2937 2938 2939 2940 2941 2942 2943 2944 2945 2946 2947 2948 2949 2950 2951 2952 2953 2954 2955 2956 2957 2958 2959 2960 2961 2962 2963 2964 2965 2966 2967 2968 2969 2970 2971 2972 2973 2974 2975 2976 2977 2978 2979 2980 2981 2982 2983 2984 2985 2986 2987 2988 2989 2990 2991 2992 2993 2994 2995 2996 2997 2998 2999 3000 3001 3002 3003 3004 3005 3006 3007 3008 3009 3010 3011 3012 3013 3014 3015 3016 3017 3018 3019 3020 3021 3022 3023 3024 3025 3026 3027 3028 3029 3030 3031 3032 3033 3034 3035 3036 3037 3038 3039 3040 3041 3042 3043 3044 3045 3046 3047 3048 3049 3050 3051 3052 3053 3054 3055 3056 3057 3058 3059 3060 3061 3062 3063 3064 3065 3066 3067 3068 3069 3070 3071 3072 3073 3074 3075 3076 3077 3078 3079 3080 3081 3082 3083 3084 3085 3086 3087 3088 3089 3090 3091 3092 3093 3094 3095 3096 3097 3098 3099 3100 3101 3102 3103 3104 3105 3106 3107 3108 3109 3110 3111 3112 3113 3114 3115 3116 3117 3118 3119 3120 3121 3122 3123 3124 3125 3126 3127 3128 3129 3130 3131 3132 3133 3134 3135 3136 3137 3138 3139 3140 3141 3142 3143 3144 3145 3146 3147 3148 3149 3150 3151 3152 3153 3154 3155 3156 3157 3158 3159 3160 3161 3162 3163 3164 3165 3166 3167 3168 3169 3170 3171 3172 3173 3174 3175 3176 3177 3178 3179 3180 3181 3182 3183 3184 3185 3186 3187 3188 3189 3190 3191 3192 3193 3194 3195 3196 3197 3198 3199 3200 3201 3202 3203 3204 3205 3206 3207 3208 3209 3210 3211 3212 3213 3214 3215 3216 3217 3218 3219 3220 3221 3222 3223 3224 3225 3226 3227 3228 3229 3230 3231 3232 3233 3234 3235 3236 3237 3238 3239 3240 3241 3242 3243 3244 3245 3246 3247 3248 3249 3250 3251 3252 3253 3254 3255 3256 3257 3258 3259 3260 3261 3262 3263 3264 3265 3266 3267 3268 3269 3270 3271 3272 3273 3274 3275 3276 3277 3278 3279 3280 3281 3282 3283 3284 3285 3286 3287 3288 3289 3290 3291 3292 3293 3294 3295 3296 3297 3298 3299 3300 3301 3302 3303 3304 3305 3306 3307 3308 3309 3310 3311 3312 3313 3314 3315 3316 3317 3318 3319 3320 3321 3322 3323 3324 3325 3326 3327 3328 3329 3330 3331 3332 3333

Pourquoi 3333? Parceque 3 est un chiffre porte-bonheur. Alors, 3333, c'est un nombre qui apporte 4 fois plus de chance, non? Comme ça, Cette page pourra grandir 4 fois plus encore... Et puis, si j'avais pris un nombre comme 1000, ça n'aurait pas été intéressant. Au moins, avec 3333, j'étais sûr que vous liriez et compteriez jusqu'au bout. Je me suis trompé? Et non!

Texte (et nombres!) de Ryujakk Frijil - vendredi 3 mai 2002

 

 

PARA PENSAR

Dos Preguntas... muy interesantes
Pregunta 1
Si conocieras a una mujer embarazada, que padece de sífilis y tiene 8 hijos, 3 de ellos sordos, 2 ciegos y uno con retraso
mental, le recomendarías practicarse un aborto? Pregunta 2
Se va a elegir a un nuevo líder mundial, tu tienes la oportunidad de votar por el.
Hay 3 candidatos, a continuación te presentamos algunos hechos conocidos en la vida de los mismos:
Candidato 1: Ha sido asociado con políticos corruptos. Consulta a varios astrólogos. Tuvo 2 amantes. Fuma y toma
entre 8 y 10 martinis al día.
Candidato 2: Ha sido despedido en 2 ocasiones de su trabajo. Duerme hasta medio día. Consumía opio en la universidad y
todas las noches se toma una botella de whiskey de un cuarto.
Candidato 3: Es un héroe de guerra condecorado. Es vegetariano, no fuma y toma cerveza ocasionalmente. No se le conocen relaciones extramaritales.
Por cual de los tres candidatos votarías?
Elige tu respuesta....y revisa las respuestas abajo
Piensa detenidamente...


El Candidato 1 es Franklin D. Roosevelt
El Candidato 2 es Winston Churchill
El Candidato 3 es Adolph Hitler
Por cierto, la respuesta a la pregunta : Recomendarías que esta mujer se practicase un aborto? Si respondiste sí, acabas
de matar a Beethoven. Interesante , no crees?
Piensa antes de juzgar a alguien.
Recuerda: El arca de Noe fue construida por amateurs...
El Titanic por profesionales.
para pensar no???

Ana Maria - mercredi 17 avril 2002

 

 

Martín Fierro 2002

Muchas cosas pierde el hombre
que a veces las güelve a hallar
pero les voy a contar
y es güeno que lo recuerde
si al banco usted lleva verdes
jamas lo güelve a encontrar.
Paisano yo soy cantor
y ansí como tal les digo
que entono con alarido
porque canto con dolor
dispués del Fondo acreedor
tengo el canto dolorido.
Yo era gaucho de fusta
fortachón y bien morrudo
compadrón y testarudo
hasta que un día fui al banco
hoy me siento, le soy franco
reverendo pelotudo
Yo era gaucho guitarrero
con espuela y boleadora
fogoneaba hasta la aurora
mas ya no soy lo que era
ahora tengo espumadera
y toco la cacerola
En la inmensidad del paisaje
el gaucho siente abandono
va pensando en bajo tono
viejas dudas que lo aquejan
yo pregunto, si me dejan
adónde me meto el bono
Yo tenía flor de rastra
con monedas y adornitos
mateaba bien despacito
afilando la cuchilla
hoy tengo hasta la bombilla
adentro del corralito
Me molesta este Antonito
bailando como babieca
la Bolocco es una trepa
y Zulemita da calambre
pensar que hay gente con hambre
y estos están viva la pepa
Mas les ruego no confundan
al país con los bandidos
aunque estemos abatidos
esta tierra nos abraza
no dejemos nuestra casa
por un par de malnacidos
Un poeta

Llazaro - mercredi 17 avril 2002

 

 

A mediter !!!!!!!!!!

Tout à fait de circonstance à l'heure actuelleVieux poeme (1933) de Bert Brecht:

Wer zu Hause bleibt, wenn der Kampf beginnt Und leasst andere kaempfen
fuer seine Sache Der muss sich vorsehen: denn
Wer den Kampf nicht geteilt hat
Der wird teilen die Niederlage.
Nicht einmal den Kampf vermeidet
Wer den Kampf vermeiden will: denn
Es wird kaempfen fuer die Sache des Feinds
Wer fuer seine eigene Sache nicht gekaempft hat.

Traduction de Marco (Bildgen):

Celui qui reste a la maison quand la lutte commence, Et qui laisse les
autres lutter pour sa cause
Doit faire attention: car
Celui qui n'a pas partage la lutte
Va partager la defaite.
Meme ceux qui veulent eviter la lutte Ne vont pas l'eviter: car
Vont lutter pour la cause de l'ennemi ceux Qui n'ont pas lutte pour
leur propre cause.
Pas mal.....
Il était une fois quatre individus qu'on appelait :
-Tout le monde
-Quelqu'un
-Chacun
-Et Personne
Il y avait un important travail à faire
Et on a demandé à Tout le monde de le faire.
Tout le monde était persuadé que Quelqu'un le ferait.
Chacun pouvait l'avoir fait
Mais ce fut Personne qui le fit.
Quelqu'un se fâcha car c'était le travail de Tout le monde !
Tout le monde pensa que Chacun pouvait le faire
Et Personne ne doutait que Quelqu'un le ferait.
En fin de compte, Tout le monde fit des reproches à
Chacun parce que Personne n'avait fait
Ce que Quelqu'un aurait pu faire
MORALITÉ
Sans vouloir engueuler Tout le monde
Il serait bon que Chacun
Fasse ce qu'il doit
Sans nourrir l'espoir que
Quelqu'un le fera à sa place
Car l'expérience montre que
Là où on attend Quelqu'un
Généralement on ne trouve "Personne ."

Viel Dominic - lundi 22 avril 2002

 

Es un suspiro

Es un suspiro,
es un aliento
que sale cuando respiro
confundiendo lo que siento
con un deseo, con un lamento
que en cualquier momento
va a acabar conmigo.
--------------
Qualité de l´aire
qualité du vent
c´est sa presénce
en tout moment;
et toi, comme l´aire de tous les jours,
portes l´amour
qui enveloppes tout dedans mon coeur.

Cosas en que pensar....

"Creo que aunque viviésemos doscientos años, habría puertas nuestras que
seguirían cerradas (...) a lo mejor, las puertas que uno puede abrir quizá
no sean suficientes para poder expresar de una forma completa quién eres"
[José Saramago: "El amor posible"]
Y otra cita más,
"La lluvia no vuelve hacia arriba.Cuando la herida duele, duele la cicatriz"
[Bertolt Brecht]

Mar salada – Madrid - 16 de Abril 2002

 

 

la vida
La vida, como el comentario de algo que no alcanzamos
Y que esta ahi, al alcance del salto que no damos.
Cortazar.

JBR – Espagne - lundi 29 avril 2002

 

 

Había una vez...

Había una vez una isla donde habitaban todas las emociones y todos los
sentimientos humanos que existían. Convivian por supuesto el temor, el odio,
la sabiduría, el amor, la angustia, todos estaban ahí.
Un día, el Conocimiento reunió a los habitantes de la isla y les dijo:
- Tengo una mala noticia para darles: la isla se hunde.
Todas las emociones que vivian en la isla dijeron:
-¡No, cómo puede ser! ¡Si nosotros vivimos aqui desde siempre!
El conocimiento repitió:
-La isla se hunde.
-¡Pero no puede ser! ¡Quizás estás equivcado!
-Yo nunca me equivoco- aclaró el conocimiento-. Si les digo que se hunde, es
porque se hunde.
-¿pero qué vamos a hacer ahora?- preguntaron los demás.
Entonces el Conocimiento contestó:
- Bueno, hagan lo que quieran pero yo les sugiero que busquen la manera de
dejar la isla...hagan un barco, un bote, una balsa o algo para irse porque
el que permanezca en la isla desaparecerá con ella.
- ¿no podrías ayudarnos? -preguntaron todos, porque confiaban en su
capacidad.
- No, dijo el Conocimiento..La Previsión y yo hemos construido un avión y en
cuando termine de decirles esto volaremos hasta la isla más cercana.
Las emociones dijeron:
- ¡No! ¡Pero no! ¿Y nosotros?
Dicho esto, el Conocimiento se subió al avión con su socia y llevando como
polizón al Miedo, que como no es zonzo ya se habia escondido en el avión,
dejaron la isla.
Todas las emociones se dedicaron a construir un bote, un barco, un
velero...todos...salvo el Amor.
Porque el Amor estaba tan relacionado con cada cosa de la isla que dijo:
-Dejar esta isla...después de todo lo que viví aquí...¿Cómo podría yo dejar
este arbolito, por ejemplo...? ahhh...compartimos tantas cosas.
Y mientras cada uno se dedicaba a construir una manera de irse, el Amor se
subió a cada árbol, olió cada rosa, se fue hasta la playa y se revolcó en la
arena como solía hacerlo en otros tiempos, tocó cada piedra...y quiso pensar
con esa ingenuidad que tiene el Amor:
"Quizás se hunda un ratito y después.."
Pero la isla...la isla se hundía cada vez más.
Sin embargo, el Amor no podía pensar en construir, porque estaba tan
dolorido que sólo podía llorar y gemir por lo que perdería.
Y otra vez tocó las piedritas, y otra vez se arrastró en la arena y otra vez
se mojó los piecitos.
-Después de tantas cosas que pasamos juntos...-le dijo a la isla.
Y la isla se hundió un poco más...
Hasta que finalmente, de ella sólo quedó un pedacito. El resto había sido
tapado por el agua.
Recién en ese momento el Amor se dio cuenta de que la isla se estaba
hundiendo de verdad y comprendió que si no conseguía irse el Amor
desaparecería para siempre de la faz de la Tierra. Así que entre charcos se
dirigió a la bahía, que era la parte más alta de la isla. Fue con la
esperanza de ver desde allí a alguno de sus compañeros y pedirles que lo
llevaran.
Buscando en el mar vio venir el barco de la Riqueza y le hizo señas, y la
Riqueza se acercó un poquito a la bahía.
-Riqueza, vos que tenés un barco tan grande, ¿no me llevarias hasta la isla
vecina?
Y la Riqueza contestó:
-Estoy tan cargada de dinero, de joyas y de piedras preciosas que no tengo
lugar para vos. Lo siento- y siguió su camino sin mirar atrás.
El Amor se quedó mirando, y vió venir a la Vanidad en un barco hermoso,
lleno de adornos, caireles, mármoles y florcitas de todos los colores que
llamaba muchísimo la atención.
El Amor se estiró un poco y gritó:
-Vanidad....Vanidad...lleváme con vos.
La Vanidad miró al Amor y le dijo:
-Me encantaría llevarte pero...tenés un aspecto...¡estás tan desagradable,
sucio y desaliñado...perdón, afearías mi barco! - y se fue.
Y cuando pensó que ya nadie más pasaría vio acercarse un barco muy pequeño,
el último, el de la Tristeza.
-Tristeza, hermana- le dijo. Vos que me conoces tanto, vos sí me vas a
llevar ¿verdad?
Y la Tristeza le contestó:
-Yo te llevaría, pero estoy tan triste que prefiero seguir sola. -y sin
decir más se alejó.
Y el Amor, pobrecito, se dio cuenta de que por haberse quedado ligado a
estas cosas que tanto amaba iba a hundirse en el mar hasta desparecer.
Y el Amor se sentó en el último pedacito que quedaba de su isla a esperar el
final...Cuando de pronto, escuchó que alguien lo chistaba:
- Chst...Chst...Chst...
Era un viejito que le hacia señales desde un bote de remos.
El Amor dijo:
-¿A mi?
-Sí, sí -dijo el viejito- a vos. Vení conmigo, yo te salvo.
El Amor lo miró y dijo:
-Mirá, lo que pasó fue que yo me quedé...
-Yo entiendo-dijo el viejito sin dejarlo terminar-, subite, yo te voy a
salvar.
El Amor subió al bote y empezaron a remar para alejarse de la isla, que en
efecto terminó de hundirse unos minutos después y desapareció para siempre.
Cuando llegaron a la otra isla, el Amor comprendió que seguía vivo, que iba
a seguir existiendo gracias a este viejito, que sin decir una palabra se
habia ido tan misteriosamente como habia aparecido.
Entonces, el Amor se cruzó con la Sabiduría y le dijo:
-Yo no lo conozco y él me salvó, ¿cómo puede ser? Todos los demás no
comprendían que me quedara, él me ayudó y yo ni siquiera sé quién es...
La Sabiduría lo miró a los ojos y dijo:
-Él es el Tiempo. Y el Tiempo, Amor, es el único que puede ayudarte cuando
el dolor de una pérdida te hace creer que no podés seguir.
Desconozco su autor

Ana Maria – Argentine - jeudi 9 mai 2002

 

 

Es una invitación a la reflexión

Siempre me opuse a parte de la campaña realizada en El Libano, y me
manifeste, inclusive conductualmente, no solo desde la palabra, para salir de ese pais.
Pertenezco al movimiento "Paz Ahora" que apoya la creación de un Estado Palestino, no desde ahora, sino desde hace muchos años.
Considero que la ocupación israelí de territorios es inmoral, e inclusive se contrapone con mis valores humanos, e inclusive ideología política, aunque debemos recordar que fué resultado de una guerra iniciada por tres países árabes en 1967 (Jordania, Siria y Egipto).
Considero también que la ocupación crean situaciones en las cuales nos vemos todos obligados a conducirnos de manera despiadada, hasta diria, inhumana,lejana a nuestros valores éticos.
Todo esto no evita que no pueda entender la falta de comprensión, e inclusive a veces, de un desequilibrio hasta intencional de las normas usadas, hasta diría, de "doble moralidad" frente a lo que ocurre en el
conflicto israelí-palestino.

Algo parecido a: actos asesinos contra la comunidad hebrea es aceptada, o por lo menos, no tiene la repercusión que reciben otros grupos humanos.
Veáse la cantidad de información, tiempo de transmisión en los medios de comunicación, diarios, televisión, CNN.
Los invito a los que lo deseen, a una "lectura empática y activa" para
comprender mejor lo que trato de transmitir.

Hace sólamente 20 meses atrás, estábamos casi al final de un proceso que deberia terminar en la creación de un estado palestino, la devolución del 97% de los territorios y un cambio de tierras entre los dos países por el 3% restante. Jerusalén Oriental iba a ser la capital del nuevo país Palestina, e inclusive, la mayoría de las instituciones religiosas, incluye la Iglesia del Santo Sepulcro, bajo jurisdicción palestina.
Era parte del programa propuesto por Bill Clinton, y fue justamente Yaser Arafat el que no lo aceptó.
Al otro día, fue tiroteado uno de los barrios linderos a Beit Yala, un suburbio de Belén. "Simplemente", tiros a las casas, a ciudadanos, niños, mujeres, ancianos (y también adultos, y varones!!! porque también nosotros tenemos derecho a la Vida!!)
Pregunta número 1:
Pueden imaginarse cuáles fueron nuestras emociones, afectos, conductas,frente a una situación así???
Israel no respondió frente a esta situación, y durante DOS MESES SEGUIDOS fue tiroteado ese barrio con todo las implicaciones emocionales, comunitarias, etc.
Pregunta número 2:
Qué haría vuestro pueblo, vuestro gobierno, si por ejemplo tirotearan desde Palermo a Plaza Italia, de manera indiscriminada, sin ningún motivo???
Desde setiembre del 2000 hasta hoy, decenas de actos terroristas y suicidas. En omnibuses, colectivos, salones de fiesta, sinagogas, cientos de muertos, cientos de mutilados, cientos de familias afectadas, cientos de huérfanos, cientos de madres llorando por sus hijos, otros por sus esposas, etc.
Pregunta 3:
Qué debe hacer un país, un pueblo, cuando masacran a su gente, de esta
manera, sin ser ellos, las víctimas, los responsables directos de la
situación política actual???
Hace dos meses, en un Bar Mitzva, festejo semejante a la Primera Comunión para los cristianos, un terrorista suicida asesinó a decenas de niños y adultos religiosos ortodoxos.
Hace menos de tres semanas, en la noche de Pesaj, la Pascua judía, un terrorista se suicidó, matando a 23 personas, hiriendo gravemente a decenas, y mutilando a otro tanto.
Pregunta 4:
Qué haría un país, supongamos que adoptó la religión católica, apostólica romana, si un suicida musulmán extremista, en la Noche de Navidad masacra a decenas de feligreses, o sólamente individuos que resuelven congregarse en ese día sagrado???
La cuestión en el Medio Oriente puede analizarse a distinto nivel:
a. conflicto que ocurre por la ocupación de territorios palestinos y edificación israelí en esos territorios
(
recuerden que yo personalmente me opongo ideológica y conductualmente a esto).
b. Conflicto entre distintas culturas y "civilizaciones". La occidental y oriental, que se expresa en conflictos locales y globales.
El ataque a los Gemelos en Nueva York puede ser comprendido también en el marco de ese conflicto de culturas, y no sólamente frente al odio a Estados Unidos.
Nos olvidamos que en Afganistán (musulmana) fueron destruídos Budas enormes???
Que en India existen conflictos entre los hindúes y los musulmanes???
Irán tiene interés de crear la Revolución Musulmana en todo el mundo.
Este es un conflicto global, no sólo local.
Estimula el conflicto israeli palestino, contrabandean armas, etc.
Seguro Uds. recuerdan el barco lleno de armas, inclusive katiushot, misiles, que fueron descubiertos por Israel hace 2 meses atrás.
Pregunta 5:
Qué debe hacer un país, un pueblo, que por tener una religión determinada, ha sido y sigue siendo perseguido, por esa característica???
Cómo puede entenderse la explosión de los edificios de la Comunidad Judía en Buenos Aires, y de la Embajada de Israel en Argentina???
Cómo puede explicarse que luego de 10 años y de 8 años no se hayan
encontrado a los culpables???
El Jizbala ha disparado en esta semana, cerca de mil , si!! 1000 misiles al norte de Israel. Cuando Israel no ocupa ni un metro cuadrado libanes, y el Gobierno y el ejercito del Libano no mueven ni un dedo para impedirlo.
Pregunta 6:
Para no ser repetitiva, que debería hacerse, cuando se debe defender a la población???
Hace tres semanas, un suicida explotó en un restaurant árabe en Haifa, matando, entre otras, a dos argentinos, Carlos Vagman y Carlos Yerushalmi.
Pregunta 7:
Afecta a los argentinos, que una barbaridad así sea realizada, "sólo" por haber decidido encontrarse, dos ex ciudadanos argentinos, para abrazarse, como amigos???
Para que tengamos una idea, la cantidad de muertos israelíes en estos últimos meses es como si en Inglaterra hubieran matado a 5000 ciudadanos, en USA 25.000 y en la India, 100.000!!
Pregunta 8
Qué harían en otros países, si hubieran matado a miles de ciudadanos,proporcionalmente a la población actual???
Qué hizo los Estados Unidos en Afganistán, a decenas de miles de kms!!! contra los pobres afganos, por
"sólo unos pocos miles" de víctimas en Los Gemelos???
Por qué ellos pueden hacer este tipo de cosas, cuando su existencia no está en peligro, e Israel, no puede hacer lo que todo PAIS RESPONSABLE DEBERIA HACER por sus ciudadanos, cuando te matan en tu propia casa???
En las batallas mantenidas en Ramalah, los cuarteles de Arafat, fueron encontradas planchas y billetes de dólares y shekelim (la moneda israelí) falsificados!! Millones de moneda falsa que podría debilitar aún más la economía israelí, endeble por los acontecimientos de 18 meses de violencia terrorista.
Pregunta 9
Qué haría por ejemplo, la Argentina, si en la época del litigio con Chile, por el Río Encuentro (o a la inversa) si el otro país falsificara su moneda para debilitar su economía!!??
O nos olvidamos que dos países sudamericanos casi entran en guerra por el resultado de un partido de fútbol???
O sea que por esto si se puede luchar, pero POR LA VIDA, EL DERECHO A ELLA, LA DIGNIDAD, EL DEJAR DE SER VICTIMAS PARA PASAR A SER PROTAGONISTAS DE NUESTRA PROPIA HISTORIA, PARA ELLO, NO????
La Iglesia de la Natividad, que ha sido visitada decenas de veces por mí y mis hijos, pues vivimos a sólo 2 kms vía aérea, fué ocupada por terroristas palestinos, no por fuerzas israelíes!!
Los sacerdotes, monjas y curas que están allá, son REHENES, están secuestrados por los terroristas!!!
Los que utilizan ese lugar tan sagrado para el cristianismo, son éllos.
Los que hacen sus necesidades, fuman, comen, dentro, son éllos.
Los que violan las leyes internacionales, de que no se combate dentro y
desde lugares sagrados, quiénes son???
Pregunta 10
Y si es así, por qué se critica sólamente o especialmente a los israelíes, cosa comprensible, y no a aquellos que no respetan la religión del otro??
En Belén habían alrededor de 80.000 cristianos, el número ha bajado de manera significativa, algunos hasta emigraron fuera de la Autoridad Palestina, por temor a que sean discriminados, cosa que no ocurrió bajo el "gobierno" israelí.
Qué creen que siente ese sacerdote o esa monja que están como rehenes, y que se imagina que les ocurrirá al otro día si no les dan refugio obligado, a los terroristas????
Señores ciudadanos del mundo!!
Yo me opongo al liderazgo de Sharón,
su estilo de conducción, pero no fué él el que produjo la masacre de Sabra y Shatila, en el Líbano, sino milicias cristianas, cómo venganza por la cantidad de muertes, violaciones, etc. producidos por los palestinos a los cristianos en el Líbano.
Esto fue demostrado en investigaciones, no sólo gubernamentales, sino también, en investigaciones académicas.
Alguien recuerda cuál fué la reacción del mundo mientras cientos de
cristianos eran masacrados en El Líbano ?? Alguién recuerda alguna reacción del Vaticano frente a las violaciones de mujeres cristianas árabes???
Señores!!
No es la violencia, de ninguna parte, la que puede solucionar el conflicto israelí palestino, sino un diálogo entre líderes y PUEBLOS que quieran realmente la PAZ, no que el otro pueblo desaparezca!!.
Pero qué estamos esperando?? Que nos sigan masacrando, como ocurrió en Europa en la segunda guerra mundial???
Qué sigamos aceptando que nos
"lleven como corderos al matadero???"
Qué pidamos que los "que no somos judíos" vengan a defendernos???
Qué como en la Diáspora, debamos suplicar a las fuerzas policiales "no judías" que nos defiendan???
Es que el mundo prefiere "llorar por el holocausto judío" en vez de observar como decidió el NUNCA MAS, ser autónomo, independiente, y auto-defenderse???
Es que se prefiere al judío dócil, "cobarde", que agacha la cabeza, en vez de aquél que quiere ser
RESPONSABLE DE SU PROPIO DESTINO!!???
Es que la lucha por nuestra continuidad como pueblo y país, requiere que solucionemos el conflicto militar, como si fuera un torneo de Caballeros, en la Epoca de Robin Hood, o tenemos el derecho de utilizar nuestra capacidad militar y estrategia para impedir que nos masacren impunemente en los colegios, festejos, sinagogas???
Tienen idea cuántos soldados nuestros han muerto por seguir creyendo en
nuestros valores éticos y no utilizamos TODA la capacidad bélica??? En vez de que los hijos de este pueblo, que nacieron para ser LIBRES y AMAR LA VIDA!!!, luchén peligrando su vida, utilizaríamos la tecnología sofisticada israelí, aviones potentes, se evitarían muertes innecesarias de esos hijos, pero si nos conduciríamos como los americanos en Afganistan y la NATO en Kosovo, habrían miles y miles de víctimas inocentes, niños, mujeres, ancianos palestinos cosa inaceptable en nuestra ética!!
Señores !!
Si hay algo que no podemos perdonar, es que nos obligan a matarlos!!! Si hay algo que no podemos perdonar, es que los hijos de este pueblo, que considero también mio, que fueron educados con valores universales y éticos, deban realizar actos que no nacieron para ello, sino para la libertad, la creatividad, la auto-realización.!!
Si hay algo que no podemos perdonar, es que nos obligan a cambiar nuestros valores humanos!!!
Si hay algo que no podemos perdonar, es que nos obligan a retroceder,económica y socialmente, decenas de años atrás, en vez de invertir los presupuestos en educación, salud, comunidad, ciencia.....
Este mail, en realidad un GRITO!! es una invitación a la reflexión, a la comprensión, a evitar la discriminación religiosa....
Les envío un saludo, la que aún no ha perdido la Esperanza de un mundo mejor y creativo.

Carmen Garrido Fernandez - Madrid - jeudi 25 avril 2002

 

Contribution Suisse...

Salut!
Mon message n'est pas long mais représente un grand besoin pour tout le monde...

ARRETONS LA VIOLENCE ET ERADIQUONS LA HAINE!

Un problème ne peut se résoudre par un des deux moyens précités...

Méditer...

Raph - Suisse - dimanche 5 mai 2002

 

 

Utopie

pourquoi tant de guerre sur cette terre quand la vie est si belle
mais je crois et j'en suis pratiquement sur que cela sert des interets financiers a certains pays
je veux une terre sans guerre et une terre propre
mais malheureusement mon voeu est utopique
grosse bise atous les peuples est a toutes les religions

Maurice Chekroun - dimanche 7 avril 2002

 

 

Avanti!

Si te postran diez veces, te levantas
otras diez, otras cien, otras quinientas:
no han de ser tus caídas tan violentas
ni tampoco, por ley, han de ser tantas.
Con el hambre genial con que las plantas
asimilan el humus avarientas,
deglutiendo el rencor de las afrentas
se formaron los santos y las santas.
Obsecación asnal, para ser fuerte,
nada más necesita la criatura
y en cualquier infeliz se me figura
que se mellan los garfios de la suerte...
¡Todos los incurables tienen cura
cinco minutos antes de su muerte!Più Avanti!

No te des por vencido, ni aún vencido,
no te sientas esclavo, ni aún esclavo;
trémulo de pavor, piénsate bravo,
y acomete feroz, ya mal herido.
Ten el tesón del clavo enmohecido
que ya viejo y ruin, vuelve a ser clavo,
no la cobarde estupidez del pavo
que amaina su plumaje al primer ruido.
Procede como Dios que nunca llora;
o como Lucifer, que nunca reza;
o como el robledal, cuya grandeza
necesita del agua y no la implora...
¡Que muerda y vocifere vengadora,
ya rodando en el polvo, tu cabeza!
(Almafuerte)Pedro B. Palacios,

Ivan Tomasevich - Argentina - mercredi 10 avril 2002

 

 

 

Poème

Voici un sonnet écrit par moi et mes amies lors d'une visite au chateau d'azay-le-rideau :
Amitié ou amour c’ est pour toujours
Il faudra choisir ce qui fera votre bonheur
Pour que votre coeur s’ ouvre telle une fleur
Afin qu’ elle s’ épanouisse à la lueur du jour
Amour ou amitié c’ est à tout jamais
Encore faut-il qu’ ils ne soient pas volatiles
Et ne finissent pas tel un jeu futile
Ainsi ces instants passés restent gravés pour l’ éternité
Et lorsque plus tard on se souvient
De ces inoubliables moments lointains
Dans notre esprit s’ installe la mélancolie
Il ne faut pas rester dans la solitude
De peur de sombrer dans la lassitude
Jusqu’à en oublier le goût de la vie.

Julie, Ophélie, Priscilla, Anne, Mélanie et Noemie - France - dimanche 5 mai 2002

 

 

¡QUEDA PROHIBIDO!

Queda prohibido llorar sin aprender, levantarte un
día sin saber que
hacer, tener miedo a tus recuerdos.
Queda prohibido no sonreír a los problemas,
no luchar por lo que quieres,
abandonarlo todo por miedo,
no convertir en realidad tus sueños.
Queda prohibido no demostrar tu amor,
hacer que alguien pague tus dudas y mal humor.
Queda prohibido dejar a tus amigos,
no intentar comprender lo que vivieron juntos,
llamarles solo cuando los necesitas.
Queda prohibido no hacer las cosas por tí mismo,
no creer en Dios y hacer tu destino,
tener miedo a la vida y a sus compromisos,
no vivir cada día como si fuera un último suspiro.
Queda prohibido echar a alguien de menos sin
alegrarte,
olvidar sus ojos,su risa,
todo porque sus caminos han dejado de abrazarte,
olvidar tu pasado y pagarlo con tu presente.
Queda prohibido no intentar comprender a las personas,
pensar que sus vidas valen más que la tuya,
no saber que cada uno tiene su camino y su dicha.
Queda prohibido no crear tu historia,
dejar de dar las gracias a Dios por tu vida,
no tener un momento para la gente que te necesita,
no comprender que lo que la vida te da, también te
lo quita.
Queda prohibido no buscar tu felicidad,
no vivir tu vida con una actitud positiva,
no pensar en que podemos ser mejores,
no sentir que... sin tí,
este mundo no sería igual.
Pablo Neruda - Argentina - lundi 15 avril 2002 - 16:32
Participar, tal vez...
LLevo todo el día desconcentrado, no he dormido bien,
no me encuentro a gusto conmigo mismo.
En realidad, es mi mundo laboral el que me inquieta,
¿por qué, tardan tanto las ideas en hacerse realidad?,
por qué siempre vamos muchos pasos detrás de ellas.
Persiguiéndolas.
"De paso, el pensamiento es estar siempre de paso, de
paso...", dice la canción, pero la gravedad nos ancla.Desde la rutina de la Biblioteca, rodeado de libros,
con un refresco en la mano, he llegado hasta vuestra
página y me ha parecido un buen intento de expresarse,
de desnudarse un poco.
Sólo su voz me ha calmado un poco y el recuerdo de sus
abrazos, lo cotidiano estabiliza mi espíritu.
Estoy enamorado, y todos creíamos que era suficiente,
pero el anclaje me obliga ha seguir avanzando, seguir
luchado, conseguir nuevas metas.
Os mando toda la fuerza para que vuestra página siga
creciendo.
Un abrazo,

JL Medel - Madrid – España - 9 abril de 2002

 

 

El amor

No sabíamos que el huésped estuviese herido.
¿Has visto cómo dificultosamente exhalaba de
su pecho la respiración después de beber la
tercera copa? Las rosas de su corona cayeron
al piso, perdiendo los pétalos.
Algo inmenso lo quema. Créeme, yo sé por qué te
lo digo. El ladrón reconocer las huellas de un ladrón.
Calímaco
Trato de recoger los pétalos de las flores de mi corona, y siento la mirada de miles de desflorados, al tiempo que pistilos, estambres, estigmas y otras anatomías botánicas se confunden en mis manos. Junto las propias y también algunas ajenas.
En el piso, las huellas forman un cúmulo que nadie ve, que todos ignoran y que todos sufren.
Sobre la mesa, la gente las luce sintéticas, descoloridas y, los más audaces, ya las tienen marchitas. El espectáculo no es alentador.
„En mi tiempo...‰, suelen comenzar las historias de flores resplandecientes de vida. „¿Y ahora qué? ¿Es el fin?‰, parecen ser preguntas prohibidas, tácitamente respondidas con el silencio de algunos.
Sigo luchando por reconstruir mi maltrecha corona, pero el pegatodo de sentimientos es muy difícil de conseguir y aún más complicada su aplicación.
Los pétalos no encajan exactamente y es esto lo que le da variación, es esto lo que la distingue de la plástica inmutabilidad de las sintéticas.
Los pétalos de las flores de mi corona cambian de lugar cada vez que la reconstruyo. Esto me da la idea de poder cambiarlas sin esperar a que caigan. Me ilumina los ojos esta esperanza. La comento. „Esinútilnoeslomismonosirveparanada‰, es la respuesta que dejan caer. Por mi parte, prefiero no recogerla. La dejo mezclarse con las huellas imborrables nunca recogidas.
¿Cómo han llegado a esto? ¿Cuántas veces habrán caído esas flores? ¿Cuántas veces habrán sido redistribuidos esos pétalos?
Las coronas sintéticas se han puesto de moda mientras el cúmulo de huellas sigue creciendo a mis pies. Y mientras más de moda están aquellas, menos son los que se agachan a recoger sus pétalos. Y ya son muchos los que pasaron de la tercera copa y saben de lo que hablo. Ladrones retirados, condenados a sentir el dolor de ese rigor mortis inmenso que los quema.
¿Mis rosas? Luchando por sentir en sus verdes pasajes, la savia de los sentimientos.

Leandro - Argentine - mercredi 10 avril 2002

 

Participación

Te escribo estas letras, amada
en simple poema de amor
como una dulce canción
de una tierra lejana
para que todos sepan la razón
y escuchen como a ave cantora
que sólo eres tú, Fabiola
la dueña de mí corazón

Oscar Castillo - Madrid – España - jeudi 4 avril 2002

 

 

Para meditar...

Por largo tiempo me parecía que la vida estaba a punto de comenzar- la vida de verdad.
Pero siempre habrá algún obstáculo en el camino, algo que resolver primero, algún asunto sin terminar, tiempo por pasar, una deuda que pagar. Entonces la vida comenzará. Hasta que me di cuenta de que estos obstáculos eran mi vida Nos convencemos a nosotros mismos de que la vida será mejor después de casarnos, después de tener un hijo, y entonces después de tener otro. Entonces nos sentimos frustrados de que los hijos no son lo suficientemente grandes y que seremos más felices cuando lo sean. Después de eso nos frustramos por que son adolescentes (difíciles de tratar). Ciertamente seremos más felices cuando salgan de esta etapa. Nos decimos que nuestra vida estará completa cuando a nuestro esposo(a) le vaya mejor, cuando tengamos un mejor carro o una mejor casa, cuando nos podamos ir de vacaciones, cuando estemos retirados. La verdad es que no hay mejor momento para ser felices que ahora. Si no es ahora, cuándo? Tu vida siempre estará llena de retos. Es mejor admitirlo y decidir ser felices de todas formas. No hay un camino a la felicidad. La felicidad "Es" el camino. Así que, atesora cada momento que tienes, y atesóralo más cuando lo compartiste con alguien especial, lo suficientemente especial para compartir tu tiempo, y recuerda que el tiempo no espera por nadie... Así que deja de esperar hasta que termines la escuela, hasta que vuelvas a la escuela, hasta que bajes 5 Kilos, hasta que tengas hijos, hasta que tus hijos se vayan de casa, hasta que te cases, hasta que te divorcies, hasta el viernes por la noche, hasta el domingo por la mañana, hasta la primavera, el verano, el otoño o el invierno, o hasta que mueras, para decidir que no hay mejor momento que este para ser feliz... la felicidad es un trayecto, no un destino. ¡Trabaja como si no necesitaras dinero, ama como si nunca te hubieran herido, y baila como si nadie te estuviera viendo! Simplemente, SE FELIZ!!! Tantas cosas que tenemos y no nos damos cuenta??? Revisa tu vida y medita en ella. ¿Porque no eres feliz? Si puedes mirar los cielos y ver el vuelo de los pájaros, Si puedes sentir el aroma de las flores escuchar el canto de los pájaros, el murmullo del río, el sonido del mar, Si puedes ir y venir por tus´propios pasos, Si puedes amar a tus hermanos, Revisa tu vida, ¿Por que no eres feliz?, Cíñete con la fe, vive con la esperanza, trabaja con alegría (NO TE PREOCUPES DE HASTA CUANDO DURARA ESE TRABAJO), búscate en la soledad, aprende todos los días, cultiva tu espíritu ama a DIOS, Revisa tu vida, ¿Porque no eres feliz?

Dieter Pieckenstainer – Rosario - Argentine - mercredi 10 avril 2002

 

 

Poema 20

PUEDO escribir los versos más tristes esta noche.
Escribir, por ejemplo: "La noche está estrellada,
y tiritan, azules, los astros, a lo lejos".
El viento de la noche gira en el cielo y canta.
Puedo escribir los versos más tristes esta noche.
Yo la quise, y a veces ella también me quiso.
En las noches como ésta la tuve entre mis brazos.
La besé tantas veces bajo el cielo infinito.
Ella me quiso, a veces yo también la quería.
Cómo no haber amado sus grandes ojos fijos.
Puedo escribir los versos más tristes esta noche.
Pensar que no la tengo. Sentir que la he perdido.
Oir la noche inmensa, más inmensa sin ella.
Y el verso cae al alma como al pasto el rocío.
Qué importa que mi amor no pudiera guardarla.
La noche está estrellada y ella no está conmigo.
Eso es todo. A lo lejos alguien canta. A lo lejos.
Mi alma no se contenta con haberla perdido.
Como para acercarla mi mirada la busca.
Mi corazón la busca, y ella no está conmigo.
La misma noche que hace blanquear los mismos árboles.
Nosotros, los de entonces, ya no somos los mismos.
Ya no la quiero, es cierto, pero cuánto la quise.
Mi voz buscaba el viento para tocar su oído.
De otro. Será de otro. Como antes de mis besos.
Su voz, su cuerpo claro. Sus ojos infinitos.
Ya no la quiero, es cierto, pero tal vez la quiero.
Es tan corto el amor, y es tan largo el olvido.
Porque en noches como ésta la tuve entre mis brazos,
mi alma no se contenta con haberla perdido.
Aunque éste sea el último dolor que ella me causa,
y éstos sean los últimos versos que yo le escribo

Pablo Neruda – Chile - Martes 9 de Abril - 2002

 

 

No sufro

No sufro locura por Aurora, solo disfruto de ella
rapido o lento??como tu prefieras, pero mejor lento y en pleno calor que si
no me da gases...unas birrillas antes??en el bar?con risas!
Gracias Aurora por haberte conocido, eres fantastica!!

Henri Chinaski - vendredi 5 avril 2002

 

 

No olvides lo esencial

Cuenta la leyenda que una mujer pobre, con un niño en los brazos, pasando
delante de una caverna, escucho una voz misteriosa que alla dentro le
decia: "Entra y toma todo lo que desees, pero no te olvides de lo
principal. Recuerda algo: Despues que salgas, la puerta se cerrara parasiempre. Por lo tanto, aprovecha la oportunidad, pero no te olvides de lo principal..."
La mujer entro en la caverna y encontro muchas riquezas. Fascinada por el
oro y por las joyas, puso al niño en = el piso y empezo a juntar,
ansiosamente, todo lo que podia en su delantal . La voz misteriosa hablo
nuevamente: "Tienes solo ocho minutos" ;. Agotados los ocho minutos, la
mujer, cargada de oro y piedras preciosas, corrio hacia fuera de la
caverna y la puerta se cerro...
Recordo, entonces, que el niño quedo alla dentro y la puerta estaba
cerrada para siempre. La riqueza duro poco y la desesperacion, siempre. Lo
mismo ocurre, a veces, con nosotros. Tenemos unos 80 años para vivir, en
este mundo, y una voz siempre nos advierte: "Y no te olvides de lo principal!"
Y lo principal son los valores espirituales, la oracion, la vigilancia, la
familia, los amigos, la vida. Pero la ganancia, la riqueza, los placeres
materiales nos fascinan tanto, que lo principal siempre se queda a un lado.
Asi agotamos nuestro tiempo aqui, y dejamos a un lado lo esencial: "Los tesoros del alma!". Que jamas nos olvidemos que la vida en este mundo, pasa rapido y que la muerte llega inesperadamente. Y que cuando la puerta de esta vida se cierra para nosotros,= de nada valdran las lamentaciones.
Pensemos en un momento que es lo principal en la vida..!!

Ana Maria - Argentine - lundi 15 avril 2002 - 16:00

 

 

Su perfume

Todavia puedo sentirla cerca al pasar el aroma retenido de su perfume en mis manos, y ver sus ojos.. su cabello oscuro a veces rojo.
Tan cerca pero lejos... tanto que da miedo siquiera rozarla pues podria romperse y convertirse solo en un reflejo... en un recuerdo.
Algo que tienes prohibido y no tendras pero que siempre estas esperando, atento y con la mano siempre tendida para dar...
Dulce y llena el aire y esta noche mis sueños.. como su risa.

dimanche 12 mai 2002

 

 

LE RUISSEAU

Beaucoup d'eau à passé sous les ponts
et puis aussi énormément de sang
Mais au pied de l'amour
coule un grand ruisseau blanc
Et dans le jardin de la lune
où tout les jours c'est la fête
ce ruisseau chante en dormant
Et cette lune c'est ma tête
où tourne un grand soleil bleu
Et ce soleil c'est tes yeux
Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple.
Même si le bonheur t'oublie un peu, ne l'oublie jamais tout à fait

GRAFFITI

Il n'y a pas cinq ou six merveille dans le monde, mais une seule : l'AMOUR
Ils s'aimaient
Ils riaient
Ils riaient en disant Je t'aime
Ils riaient
C'était d'eux mêmes
Même si vous ne le voyez pas d'un bon œil
Le paysage n'est pas laid, c'est votre œil qui peu être est mauvais

LE TENDRE ET DANGEREUX VISAGE DE L'AMOUR

Le tendre et dangereux visage de l'amour
M'est apparu un soir âpres un trop long jour
C'était peu être un archer avec son arc
ou bien un musicien avec sa harpe
Je ne sais plus
Je ne sais rien
Tout ce que je sais c'est qu'il m'a blessée
peu être avec une flèche
peu être avec une chanson
Tout ce que je sais
c'est qu'il m'a blessé
blessé au cœur et pour toujours
Brûlante trop brûlante
blessure de l'amour.

LES OMBRES

Tu es là en face de moi dans la lumière de l'amour
Et moi je suis là en face de toi avec la musique du bonheur
Mais ton ombre sur le mur guette tous les instants de mes jours et mon ombre
à moi fait de même épiant ta liberté
Et pourtant je t'aime et tu m'aimes comme on aime le jour et la vie ou l'été
Mais comme les heures qui se suivent et ne sonnent jamais ensemble nos deux
ombres se poursuivent comme deux chiens de la même portée détachés de la même
chaîne mais hostiles tous deux à l'amour uniquement fidèles à leur maître à
leur maîtresse et qui attendent patiemment mais tremblant de détresse la
séparation des amants qui attendent que notre vie s'achève et notre amour et
que nos os leur soient jetés pour s'en saisir et les cacher et les enfouir et
s'enfouir en même temps sous les cendres du désir dans les débris du temps

UN BEAU MATIN

Il n'avait peur de personne
Il n'avait peur de rien
Mais un matin un beau matin
Il croit voir quelque chose
Mais il dit Ce n'est rien
Et il avait raison
Avec sa raison sans nul doute
Ce n'était rien
Mais le matin ce même matin
Il croit entendre quelqu'un
Et il ouvrit la porte
Et il la referma en disant Personne
Et il avait raison
Avec sa raison sans nul doute
Il n'y avait personne
Mais soudain il eu peur
Et il compris qu'il était seul
Mais qu'il n'était pas tout seul
Et c'est alors qu'il vit
Rien en personne devant lui ....Pour vous donner envie de lire du JACQUES PRÉVERT

Dominique - Apt - vendredi 12 avril 2002

 

 

Pequeña historia

En un pueblo pequeño de Argentina, vivía la quinta hija de una familia de ocho hermanos.
Aprendió a leer solita y desde antes de lo normal. Es que todos leían en su casa: papá, mamá. las hermanas mayores..todos. Entonces la niñita pensó que era buena idea ser como los demás y allá fue, hacia libros desconocidos, palabras sin diccionario y sin pronunciación.
Una tarde lluviosa, la nena lloró y consiguió que las hermanas mayores le permitieran leer un cuento, pues a eso jugaban: a leer un cuento de hadas cada una.
Se había enamorado de uno, que contaba como la compasión de una bella criatura había convertido a lo feo en bello, a la bestia en prìncipe.
Llena de alegría comenzó por el principio: el tìtulo. Como ja`más había oído las palabras que pronunciaría, las dijo como creía que debían sonar...Así fue que la beldad se convirtió en "beldad" y el monstruo en "menstrúo".
Las carcajadas de sus hermanas no le permitieron continurar.....y la niña huyó corriendo y tapándose los oídos para no escuchar más las risas burlonas que la siguieron fuera del comedor y más allá.

Cecilia – Argentine - mercredi 10 avril 2002

 

 

ITXUSURIA. LA FRANJA DEL SILENCIO.

En la cultura vasca profunda, aparece una palabra con la que se hace referencia a una zona, a un espacio sagrado familiar llamado ITXUSURIA.
ITXUSURIA es el nombre que se da a la gotera del tejado, algo así como goteral de las ánimas, y hace referencia a esa franja de tierra que rodea el caserío, a la faja de terreno delimitada por el dibujo depositado sobre la tierra por las gotas de lluvia al desprenderse de los labios de los aleros de las casas. En este sitio, en este lugar perteneciente al limite, era costumbre enterrar a los niños que mueren sin bautismo.
La huerta, el jardín, el contorno y la casa misma tiene caracteres de panteón domestico.
__________________________
Dans la culture vasque tradicionelle, un mot apparait avec lequel on fait reference a une zone, a une espace familier sacré appellé ITXUSURIA.
ITXUSURIA c'est le nom qu'on donne aux gouttières du toit, quelque chose de style "la gouttière des âmes", et cela fait reference à cette franche de terre qui entoure la maison rurale, a cette ceinture de terrain delimitèe par le dessin fait sur la terre par les gouttes de pluie qui tombent de l'avant-toit. A cet endroit qui appartient a la delimitation, il etait habituel d'enterre les enfants morts sans être baptisés.
Le potager, le jardin, le contours et la prôpe maison, prenaient tous le caractère de panthéon domestique.
___________________________
In der alten baskischen Kultur erscheint ein Wort, das Bezug nimmt auf eine Zone, einen vor der Familie geehrter Raum: ITXUSURIA.
ITXUSURIA es ist der Name des Streifens Boden, der das Haus unter der Tropflinie der ausladenden Dachkante umschliesst, baskissch auc Rinne der Seele gennannt. An diesem Ort, an dieser Grenze wurden die ungetauften Kinder begraben.
Das Grundstück, der Garten, der Umschwung und das Haus selber haben den Character eines Familientempels oder Grabmals. Rafael

Leonardo Setién - Laredo - España - 8 de abril de 2002

 

 

Solidarité

loin des organisations internationales,
loin des administrations,
loin des structures diplomatiques,
qui phagocitent la générosité,
et détournent le don au profit des structures,
oubliant, rançonnant les gens
qu'elles doivent servir;
loin des heurts identitaires,
loin des guerres affichées ou souterraines,
économiques ou de conquête,
travaillons tous
pour que les jeunes d'aujourd'hui
protégés par leur innocence
apprennent à se défendre
en donnant.

Anne Marie - mercredi 3 avril 2002

 

 

XI Tras sombras prohibidas (único testigo: tu luna)

I
La tierna luna
cabalga sobre tu frágil espalda
esperando que alguien la libere
de tanta soledad tatuada en la que vive.
Siento celos de ella,
quiero indultarla como a un preso
y descubrirte tras luces,
y sentirte tras sombras.
Hoy morirán esperanzas
de ver morir al sol
y no verte a mi lado sentir.
Mañana sanarán heridas
de ver morir mi soledad
fundiéndose en ti.
Y este dolor
es el que me grita tu nombre,
el sabor amargo
el que me desnuca contra el desespero.
La magia
me hará llegar a tu albergue
y esta vida, mi vida
tan paralela a tu alma, sin ti es matadero.

II
Quiero escribir poemas de amor
por todo tu cuerpo desnudo,
ahogar cualquier lágrima anterior
y ahogarme en tus besos tan pobre iluso.
Quiero dibujar señuelos de placer,
y tan solo en un segundo
sonreír cuando el último suspiro
me escuche decir que te quiero.
Quiero abrazarte y soñar realidades,
mentirle al viento, respirar del aire mudo
que agotado nos suplica perdón,
alimentarnos del amor, que nunca estuvo,
y quizás inventemos,
al ritmo de tambores, ritmos tuyos,
y sentir cualquier pasión cristalina
e invitarla a volar con nosotros al cielo.
Quiero reprimir mi inocencia,
no soy yo, en mi garganta, un nudo,
enloquecer con delicadeza,
maldecir miradas del mundo,
que observan envidiosas tras rincones.
Romper tus miedos, quebrar tus escudos,
ceñirte de escabrosas fantasías
y deshacer de lo prohibido el hielo.
Quiero acariciarte,
en mis labios los tuyos,
refugiarnos en lo más oscuro
de sueños, ilusiones, paredes y muros,
y encontrar tras tu ombligo la hoguera insaciable.
Delirar, en mi mente, estás tu, en tu cuerpo yo sudo
ríos desbordados que apagan penas
y arrojan quimeras que ahora siento.
Llegar a lo más alto, y después
sentirme a tu lado, sentir
que el infierno se ha congelado.
Y despertar muerto, con mi fuego
extinguido entre tus brazos.
No haber nada en la nada,
solo estar tú, tal vez yo también.
Convertirme en la escarcha que reposa en tu alma
en este amanecer borracho de pasión.
Ambos latiendo del mismo corazón ...

III
Morir una vez al día es poco,
y mucho el dolor de cada muerte,
en cada muerte una lágrima,
y cada lágrima me hace ser mas fuerte
para esperarte en estas tierras de barro,
estancado de tanto quererte
y de amarte desde la poesía mas hermosa,
hasta el lamento mas inerte.
Cerrar los ojos
para en mi interior lograr verte
escondida entre mis escombros
de desamparos alegres.
Pensar en tu claridad,
y notar que a deshora amanece,
tan pronto como mi alma suspira
y se condensa por no tenerte.
En silencio me sincero,
soy mudo, pero a gritos te espero,
y dejar que sean las nubes las que te griten
que simplemente, te quiero.

Sergio Segarra Miró - Valencia - España - vendredi 12 avril 2002

 

 

No puedo más.

A partir de ahora voy a tener que mirarte con los ojos
cerrados. Tu imagen me provoca y hace aparecer espejismos que me cuesta
descifrar. ¿Qué quieres decirme?¿Y qué te diría yo?. No lo sé. Tantas
cosas...un millón de pensamientos, ideas espontáneas que me gustaría
lanzarte e increíblemente resumibles a dos. Mis ojos se cansan de mi porque
me engañan. Mis palabras , mis iniciativas me abandonan hartas ya de mi
actitud. Todo mis sentidos huyen de mi y confabulan para buirlarse de todo
para cuanto fueron empeñados. Pero dejaron a uno en el camino, uno que por
su pura esencia va expandiéndose como una sombra, lo cubre todo, lo borra
todo y crece, crece, crece...

la platanera - Madrid - 7 Abril 2002

 

 

PLUS JAMAIS CA

Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Ah non, non, plus jamais ça, seulement voila là
Il semblerait que des cas d'amnèsie caractèrisèe soient relevès,
Tendant ‡ prouver qu'avec facilité,
Les erreurs du passé peuvent se renouveler
Et faire l'affaire des supporters de la croix de fer
Le bras tendu en l'air, le sigle rebelle en banniére
Boom boom bang, bang shoote-moi ça, double "R",
Avec plaisir, je les shoote dans la tête, même à terre
National est ce front, international est l'affront
Voila pourquoi je fais front, fronçant les sourcils
Quand le sènile s'amuse à faire un score de 25% dans ma ville
Non plus jamais ça, stoppons tout ça
Stoppons l'hémorragie, cérébrale est l'embolie
Vous avez compris, vous avez saisi: ressaisissez-vous,
La jeunesse se doit d'être à l'heure au rendez-vous
Fixè, en effet, pour pisser sur la flamme tricolore
Le putain d'ètendard du parti des porcs.
Moi? Trop hardcore? Mais j'aimerais les voir morts!
Je rêve parfois de les voir en victimes martyrs dans un film gore
Oui, oui, vous avez compris qui je suis,
Je combats ceux dèrangès par "les odeurs et les bruits"
Car on est tous las de ce retour au même schèma
Auquel on avait déjà répondu: plus jamais ça!
Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Ah non cette fois non, pas question, ils n'auront pas de pardon,
Ni d'indulgence, quand ma faction passe à l'action
Tous furibonds prêts à bouffer ces tronches de cons
Ah non, cette fois non, je leur fais encore front
Nationale est la lobotomie que nous acceptons
De toi, mais aussi de toi, vous qui restez sans voix
Pendant que ces pourris s'octroient continuellement le droit
De tenter de morceler la populace par leurs idèes,
Puis d'essayer d'amputer certains éléments de notre passé
Alors ne laissons pas le temps prendre les devants
Ne laissons pas le temps aller en refermant
Toutes les blessures de ce cas de figure
Qui n'en avaient pas simplement l'allure, mais qui furent:
L'apogée d'une idéologie de mort
Que fut l'èpuration ultra-ethnique dés lors,
De nos jours cette banniêre est encore là,
Assurèe par les nouveaux butors...
Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Les honneurs, la patrie, les conquêtes et les colonies,
On a déjà vu le rèsultat de ces conneries
Alors va-t-on continuer à se laisser manoeuvrer
Par la haine malsaine d'un dèsèquilibrè mental?
Je vous rappelle qu'il prône la sègrègation raciale
Je vous rappelle encore que cet homme n'est pas normal
Et ce, depuis la dèconvenue de la guerre d'AlgÈrie
Qu'il n'a pas digèrèe
Mais nous, on s'en bat les couilles, on n'était pas là
Et on est tous las de ce retour au même schèma
Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Mathèmatiquement c'était sùr, ce passè chargé d'injures
Mais, ce qui est plus sûr pour le futur
C'est qu'on aura droit à ce même climat
à ce même climat, à ce même climat
Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Mais on est tous las de ce retour au même schèma
Mais on est tous las de ce retour au même schèma

DJ Aydree - 19 ans - Bienne - Suisse

 

 

Allons-y !!!

Comme l'éléphante, longue attente, deux ans, rouler dans le liquide amniotique, attendre, longue, si longue liste; la plus longue attente, la plus longue page web... Je suis là, nous sommes ensemble et séparés, j'aimerais que nous nous donnions tous la main, les touches courent et pour l'instant le symbole demeure, aller plus loin, j'aimerais... L'éléphanteau dans deux ans viendra, Afrique, Asie, attente et espérance...

Mathias - jeudi 4 avril 2002

 

Pourquoi statistiquement parlant, je suis condamné à être célibataire !

La France est selon l'INSEE est un pays de 58 520 688 habitants, ce qui la place aux alentours du 23ème rang mondial. Sa population, toujours selon l' INSEE se divise de la manière suivante : il y 14 381 440 d'habitants âgé de 0 à 19ans, les personnes âgés de 20 à 39 ans sont quant à eux : 16 467 740 habitants, en ce qui concerne les 40-59 ans ils sont 15 193 381, pour ce qui est des 60-74 ils sont 7 973 216, enfin pour ce qui est des personnes âgés de plus de 75 ans et encore en vie ils sont : 4 504 911.
Etant âgé de 19 ans et étant par la même occasion un individu de sexe masculin célibataire la tranche d'âge qui m'intéresse et celle des 17-25 ans, analysons donc sa population… la tranche d'âge des 17-25 ans est composé de 6 919 862 filles et garçons soit : 3 410 711 filles pour 3 509 151 garçons ce qui fait un surnombre de garçon de 98 440 garçons qui n'ont pas statistiquement la possibilité d'avoir une " petite copine " et malheureusement j'en fais parti !
Mais non décidé à me laissé découragé aussi vite, je me suis dis que dans une fourchette aussi large (17-25 ans) il se pouvait qu'il y ait à l'intérieur une tranche d'âge ou l'on observe le phénomène inverse. C'est ainsi que j'ai décidé d'étudié la répartition fille/garçon pour chaque tranche d'âge à l'intérieur de la fourchette 17-25 ans voici ce qu'il en ressort :
Pour les personnes âgés de 17 ans il y a : 408 642 garçons pour 389 721 filles soit 51,2%de garçon et 48,8% de fille, si vous avez compris le principe vous devinerez que mes chances statistiques d'avoir une copine âgé de 17 ans sont négatives.
Ce n'est pas grave, j'ai peut-être mes chances avec une fille qui à plus d'expérience… Les personnes âgé de 18 ans sont quant à eux 415 420 garçons pour 396 021 filles
Ce qui représente 51,2% de garçon et 48,8% de fille mais chance pour cette tranche d'âge ne pas plus encourageante que pour la précédente.
Les filles de 19 ans sont quant à elles 397 568 pour 414 094 garçon soit une fois de plus un pourcentage de garçon supérieur à celui des filles, cela ce répète pour la tranche d'âge de 20 ans : 50,9% de garçon pour 49,1% de fille. 21 ans : 50,7%de garçon pour 49,3% de fille !!!!
La première fille que je rencontre et qui se plaind d'être célibataire je lui met direct un coup de boule !Y a plein de garçon , y a juste à se servir !
Il n'est pas bon d'être un garçon célibataire en France ! cependant, on remarque que plus l'âge augmente plus le pourcentage de repartions fille garçon diminue jusqu'à la tranche d'âge de 30 ans ou le phénomène s'inverse.
De là s'offre à moi diverses solutions, la première est : il va falloir que je m'intéresse à la gérontophilie (chez les personnes âgé de plus 100 ans on observe seulement 12.7% de garçon ce qui fait plus 85% de " fille " si l'on peu dire, libre …) cette solution gérontophilienne est je vous l'accorde pas des plus excitante je la met donc de côté en cas de destruction atomique de la terre ou au cas ou dans un accident d'avion, je m'écraserais sur un île étrangement habité par des personnes âgé qui auraient été déposé la mystérieusement par de extraterrestres mais là les statistique d'une guerre atomique additionné à ceux que je prenne l'avion auxquelles j'ajoute la probabilité qu'il s'écrase, et ce près d'une île qui ne serait habité que de vieux sont proche de 0% autant dire que j'ai plus de chance de rencontrer une fille de mon âge que de me faire " une vielle " (c'est vulgaire je vous l'accorde mais c'est pour éviter les répétitions) qui se serait fait enlever par des extraterrestre avant d'assister au crash de mon avion.
Une solution autre serait un appel à la compassion des internaute du monde entier, en organisant une sorte d'appel au plus offrant, les gain de cette opération humanitaire pourrait servir à me payer une intervention chirurgicale qui me permettrais d'améliorer quelque peu mon apparence physique qui pour l'instant n'est pas des plus avantages. J'imagine déjà le mail d'appel à la compassion qui humidifierait les yeux des internautes du mondes entier :
" Aujourd'hui, en France un homme, un jeune homme, vie seul. Nous sommes tous au courant de la tragique histoire de Quasimodo, vous ne voulez pas que cela recommence parce qu'il y en marre maintenant de ces comédies musicales ! Vous avez entre vos mains le destin d'homme, d'un jeune homme, qui n'attend que vos dons pour s'envoler vers Rio de Janeiro et rencontrer le plus grand chirurgien esthétique du monde le docteur Chico do Samba qui a plus de 12545875 opérations à son actif.
Alors pour qu'il puisse partir au Brésil et rencontrer de charmante brésilienne en string à la sortie de l'hôpital lorsqu'il sera un play-boy adulé et qu'il se fera appelé KEN envoyez vos dons"
Je doute fort de la générosité des internautes pour ce type d'opération humanitaire mes chance d'obtenir assez d'argent pour le voyage au Brésil, l'opération, et les filles en string brésilien sont encore plus nul que le fait que je rencontre une fille dans ma tranche d'âge. En effet le montant d'une telle opération s'élève selon mes calcules à 12 millions de dollars.
Malheureusement pour chaque solutions les statistiques sont contre moi, je dois donc me résoudre à rester célibataire, et après tout c'est pas plus mal. Etre célibataire à beaucoup d'avantage, tout d'abord on peu dormir en diagonal, on peut… A non en fait je n'en vois pas d'autre avantage, et c'est pas si bien que ça d'être célibataire, j'en est marre, de me confier à mon chien, d'avoir personne d'autre que lui pour me réchauffer les pieds, et en plus il me répond même pas quand je lui parle encore hier il m'a carrément ignorer préférant déterrer un os qu'il avait enterré le 10 mai 1981 (le soir de l'élection de François Mitterrand).
Vous en concluez donc que mon chien à plus de 21 ans.

Julien Courlans - France - vendredi 12 avril 2002

 

Un soir de spleen ...........

Et bien, c'est un homme qui écrit à sa dame:

ma chère femme,

Comme je ne pense pas te parler de ces choses directement car tu as tendance à rougir, j'ai rassemblé les statistiques suivantes que je soumets à ta considération.

Pendant l'année, j'ai essayé 365 fois et j'ai réussi 36 fois, ce qui fait une moyenne de .....1 fois tous les 10 jours.

Je te donne les faits suivants qui en sont les causes:
* les enfants pouvaient être réveillés 17 fois

* il faisait trop chaud: 15 fois

* il faisait trop froid: 5 fois

* tu était trop fatiguée 52 fois

*tu était endormie ou il était

techniquement impossible

* c'était trop tôt 5 fois

* c'était trop tard 10 fois

* la fenêtre était ouverte, on pouvait nous entendre 9 fois

* tu avais mal à la tête 9 fois

* tu avais mal au dos 25 fois

* tu avais mal aux articulations 5 fois

* tu avais trop mangé 10 fois

* tu n'avais pas envie 21 fois

* les enfants commençaient à crier 7 fois

* il y avait un programme intéressant à la télé 2 fois

* tu avais été chez le coiffeur 17 fois

* tu revenais d'une soirée 9 fois

*le jour n'était pas convenable 18 fois
--------------------
TOTAL ...................................... 329 FOIS

Dans les 36 cas précédemment cités où j'ai eu de la chance et du succès, il y a eu cependant quelques problèmes :

* 21 fois tu me demandais de terminer rapidement

* 2 fois tu as détourné mon attention en me signalant que le plafond était sale

* 1 fois tu m'as dit être dérangée par un moustique

* 12 fois j'ai du te réveiller pour te dire que j'avais fini.

JE TE QUITTE,
TON MARI !!!!!!!!

Céline - 27 ans - Lyon - vendredi 12 avril 2002

 

voici un petit texte dur a prononcer.

kiki la cocotte
kiki la cocotte et koko le concasseur de cacao.kiki la cocotte aimait koko le concasseur de cacao.Or le marqui caracolant conquis par les coquets cacas de kiki la cocotte offrit a kiki la cocotte un coquet caraco kaki a clo de caracul.
Quand koko le concasseur de cacao s'appercut que kiki la cocotte avait recu du marquit caracolant un coquet caraco kaki a col de caracul, koko conclut je clos mon caquet, je suis aussi concasseur.
je c sa a pas beaucoup de sens mei sje tire ca d'1 journal qui m'a fait decouvrir votre page web interressante.
c un bonne idee de cree un page web ou tout le monde peut y partciper.
sur a + ciao

vendredi 5 avril 2002

 

 

QUIERO UN MUNDO JUSTO, DONDE TODOS VIVAMOS DIGNAMENTE. NO A LA GLOBALIZACION ECONOMICA.

Hermanos
No hace mucho tiempo, dos hermanos que vivían en granjas adyacentes tuvieron un conflicto. Este fue el primer conflicto serio que tenían en 40 años de cultivar juntos hombro a hombro, compartiendo maquinaria e intercambiando cosechas y bienes en forma continua.
Esta larga y beneficiosa colaboración termino repentinamente. Todo comenzó con un pequeño malentendido y fue creciendo hasta llegar a ser una diferencia mayor entre ellos, hasta que explotó en un intercambio de palabras amargas seguido de semanas de silencio.
Una mañana alguien llamo a la puerta de Luis. Al abrir la puerta, encontró a un hombre con herramientas de carpintero:
"Estoy buscando trabajo por unos días", dijo el extraño, "quizás usted requiera algunas pequeñas reparaciones aquí en su granja y yo pueda ser de ayuda en eso".
"Si", dijo el mayor de los hermanos, "tengo un trabajo para usted".
Mire al otro lado del arroyo en aquella granja, ahí vive mi vecino, bueno, de hecho es mi hermano menor. La semana pasada había una hermosa pradera entre nosotros y el tomo su maquinaria y desvió el cauce del arroyo para que quedara entre nosotros. Bueno, el pudo haber hecho esto para enfurecerme, pero le voy a hacer una mejor. ¿Ve usted aquella pila de desechos de madera junto al granero? Quiero que construya una cerca, una cerca de dos metros de alto, no quiero verlo nunca más."
El carpintero le dijo: "Creo que comprendo la situación. Muéstreme donde están los clavos y la pala para hacer los hoyos de los postes y le entregare un trabajo que lo dejará satisfecho."
El hermano mayor le ayudo al carpintero a reunir todos los materiales y dejó la granja por el resto del día para ir por provisiones al pueblo.
El carpintero trabajo duro todo el día midiendo, cortando, clavando. Cerca del ocaso, cuando el granjero regresó, el carpintero justo había terminado su trabajo. El granjero quedo con los ojos completamente abiertos, su quijada cayó. No había ninguna cerca de dos metros!!! En su lugar había un puente, un puente que unía las dos granjas a través del arroyo!!! Era una fina pieza de arte, con todo y pasamanos.
En ese momento, su vecino, su hermano menor, vino desde su granja y abrazando
a su hermano le dijo: "Eres un gran persona, mira que construir este hermoso puente después de lo que he hecho y dicho !!".
Estaban en su reconciliación los dos hermanos, cuando vieron que el carpintero
tomaba sus herramientas y se marchaba. "No, espera!", le dijo el hermano mayor. "Quédate unos cuantos días. Tengo muchos proyectos para ti", le dijo el hermano mayor al carpintero...
"Me gustaría quedarme", dijo el carpintero, "pero tengo muchos puentes por construir"...
Una lección que aprendí de mi padre...
Nuestra familia siempre ha estado dedicada a los negocios. Mis seis hermanos y yo trabajamos en el negocio de mi padre, en Mott, Dakota del Norte, un pequeño pueblo en medio de las praderas.
Comenzamos a trabajar haciendo diferentes oficios, como limpiar el polvo, arreglar las repisas y empacar, luego progresamos hasta llegar a atender a los clientes.
Mientras trabajábamos y observábamos, aprendimos que el trabajo era más que un asunto de supervivencia o para hacer una venta.
Recuerdo una lección de manera especial. Era poco antes de Navidad. Yo estaba en segundo de secundaria y trabajaba en las tardes, organizando la sección de los juguetes.
Un niño de cinco o seis años entró en la tienda. Llevaba un viejo abrigo marrón, de puños sucios y ajados. Sus cabellos estaban alborotados, con excepción de un copete que salía derecho de la coronilla. Sus zapatos gastados, con un único cordón roto, me corroboraron que el niño era pobre... demasiado pobre como para comprar algo. Examinó con cuidado la sección de juguetes, tomaba uno y otro, cuidadosamente los colocaba de nuevo en su lugar.
Papá entró y se dirigió al niño. Sus acerados ojos azules sonrieron y un hoyuelo se formó en sus mejillas, mientras preguntaba al niño en qué le podía servir. Este respondió que buscaba un regalo de Navidad para su hermano.
Me impresionó que mi padre lo tratara con el mismo respeto que a un adulto. Le dijo que se tomara su tiempo y mirara todo. Así lo hizo.
Después de veinte minutos, el niño tomó con cuidado un avión de juguete, se dirigió a mi padre, y dijo: "¿Cuánto vale ésto, señor?". "¿Cuánto tienes?", preguntó mi padre.
El niño estiró su mano y la abrió. La mano, por aferrar el dinero, estaba surcada de líneas húmedas de mugre. Tenía dos monedas de diez, una de cinco y dos centavos -Veintisiete centavos.
El precio del avión elegido era de tres dólares con noventa y ocho centavos.
"Es casi exacto", dijo mi padre, ¡Venta cerrada!. Su respuesta aún resuena en mis oídos. Mientras empacaba el regalo pensé en lo que había visto.
Cuando el niño salió de la tienda, ya no advertí el abrigo sucio y ajado, el cabello revuelto ni el cordón roto. Lo que ví fue un niño radiante con su tesoro.
Reflexión: "Rico no es el que tiene más... Rico es el que menos necesita."

Confiar en la Alegría
En la época de Buda vivió una anciana mendiga llamada "Confiar en la Alegría". Esta mujer observaba cómo los reyes, príncipes y demás personas hacían ofrendas a Buda y sus discípulos, y nada le habría gustado más que poder hacer ella lo mismo.
Así pues, salió a mendigar, y después de un día entero sólo había conseguido una monedita. Fue al vendedor de aceite para comprarle un poco, pero el hombre le dijo que con tan poco dinero no podía comprar nada. Sin embargo, al saber que quería el aceite para ofrecérselo a Buda, se compadeció de ella y le dio lo que quería. La anciana fue con el aceite al monasterio y allí encendió una lamparilla, que depositó delante de Buda mientras le expresaba este deseo: "No puedo ofrecerte nada más que esta minúscula lámpara. Pero , por la gracia de esta ofrenda, en el futuro sea yo bendecido con la lámpara de la sabiduría. Pueda yo liberar a todos los seres de sus tinieblas. Pueda purificar todos sus obscurecimientos y conducirlos a la Iluminación".
A lo largo de la noche se agotó el aceite de todas las demás lamparillas, pero la de la anciana mendiga aun seguía ardiendo al amanecer cuando llegó Maudgalyalyana, discípulo de Buda, para retirarlas. Al ver que aquella todavía estaba encendida, llena de aceite y con una mecha nueva, pensó: "No hay motivo para que esta lámpara permanezca encendida durante el día", y trató de apagarla de un soplido. Pero la lámpara continuó encendida. Trató de apagarla con los dedos, pero siguió brillando.
Trató de extinguirla con su túnica, pero aun así siguió ardiendo. El Señor Buda, que había estado contemplando la escena, le dijo: "¿Quieres apagar esa lámpara, Maudgalyalyana? No podrás. No podrías ni siquiera moverla, y mucho menos apagarla. Si derramaras todo el agua del océano sobre ella, no se apagaría. El agua de todos los ríos y lagos del mundo no bastaría para extinguirla. ¿Por qué no?
Porque esta lámpara fue ofrecida con devoción y con pureza de mente y corazón. Y esa motivación la ha hecho enormemente beneficiosa".
La Leyenda
Cuenta la leyenda que un hombre oyó decir que la felicidad era un tesoro. A partir de aquel instante comenzó a buscarla.
Primero se aventuró por el placer y por todo lo sensual, luego por el poder y la riqueza, después por la fama y la gloria, y así fue recorriendo el mundo del orgullo, del saber, de los viajes, del trabajo, del ocio y de todo cuanto estaba al alcance de su mano.
En el recodo del camino vio un letrero que decía: "Le quedan dos meses de vida".
Aquel hombre, cansado y desgastado por los sinsabores de la vida se dijo: "Estos dos meses los dedicaré a compartir todo lo que tengo de experiencia, de saber y de vida con las personas que me rodean".
Y aquel buscador infatigable de la felicidad, sólo al final de sus días, encontró que en su interior, en lo que podía compartir, en el tiempo que le dedicaba a los demás, en la renuncia que hacía de sí mismo por servir, estaba el tesoro que tanto había deseado.
Comprendió que para ser feliz se necesita amar; aceptar la vida como viene; disfrutar de lo pequeño y de lo grande, conocerse a sí mismo y aceptarse así como es; sentirse querido y valorado, pero también querer y valorar; tener razones para vivir y esperar y también razones para morir y descansar.
El cariño, la ternura y la comprensión... que son instantes y momentos Entendió que la felicidad brota del corazón, con el rocío de la plenitud y bienestar; que está unida y ligada a la forma de ver a la gente y de relacionarse con ella; que siempre está de salida y que para retenerla hay que gozar de paz interior.
Finalmente descubrió que cada edad tiene su propia medida de felicidad. Y en su mente recordó aquella sentencia que dice:
"Cuánto gozamos con lo poco que tenemos y cuanto sufrimos por lo mucho que anhelamos".

Erica Sabrina - mercredi 10 avril 2002

 

 

Mensaje

Desde la ciudad de La Plata, Argentina, les envío algunos escritos que he
estado enviando en cadena desde hace unos meses, tratando de concientizar y
hacer reflexionar a mis compatriotas sobre la situación abismal en la que
esta mi querido país.
Un abrazo
Luciano Lázaro
Escribo lo que pienso y pienso lo que escribo desde el lugar de un
ciudadano como tantos, que no tiene auto ni casa ni acciones ni dólares ni
dinero acorralado. Que lo único que tiene es su trabajo, con el que gana
un sueldo que apenas alcanza para poder subsistir pero que alcanza al fin
y al cabo, que tiene una hija pequeña, una esposa que es licenciada en
Comunicación pero que gana 380 pesos mensuales distribuyendo recetas
farmacéuticas, que paga sus servicios lo mas puntual posible, que vive sin
pedirle favores a nadie ni agachándose ante cualquiera que tenga un
poquito mas de poder, como lamentablemente hacen muchos de mis compañeros
y de la gente que conozco.
Lo mío no es ni mas ni menos válido que lo de nadie, simplemente es mi
historia, y que quiero contar como demarcación de territorio, como ese
marco histórico para decir lo que quiero decir desde mis 25 años bastante
mas agitados que los de un madrileño, un londinense o un californiano.
Siento que este país ignora al ciudadano como yo, al que le preocupa el
bienestar de la masa y no solo la propia, al que sin tener nada en el
corralito le llega el atropello y la privación de libertades para con este
sector hasta ese momento privilegiado de la sociedad, que pudo no sin
esfuerzo ahorrar algún que otro dinero para un futuro posible. Al que le
duele la miseria de los que nunca se tutearon con palabras como depósito,
plazo fijo, caja de ahorro o cuenta corriente y que también son
argentinos, también están acorralados pero no desde hoy ni desde ayer ni
desde el tan mentado y a destiempo "fin de la convertibilidad", sino que
han sido llevados lentamente desde hace décadas por militares, peronistas,
radicales, populistas, liberales, sindicalistas, empresarios locales,
multinacionales, organismos internacionales, etc, etc. hacia un abismo
intrínsecamente perverso, sintetizado en una simple pero tremendamente
operativa palabra: MODELO.

Nuestros políticos, los legítimos representantes de los reclamos y
necesidades de la población, miran para otro lado cuando una voz como la
nuestra se alza entre la multitud que hace colas para comprar moneda
extranjera, saquea comercios o asesina por monedas, porque los que no
estamos ni de una vereda ni de la otra, sino que tratamos de pensar y
hacer un futuro posible por igual para todos no les convenimos; sí los que
hundiendo aun mas al país apuestan a la devaluación de nuestra moneda como
salvataje individual o devastando los sueños, el esfuerzo y hasta la vida
de otro ser humano que trabaja en su pequeño local o almacén de barrio.

Nosotros, los que no queremos irnos, los que aun sueñan con un país en
serio, no les convenimos a esos porteros del reino del revés, a los que
hacen cumplir a rajatabla y bajo cualquier costo las leyes de este modelo
que sencillamente ha fracaso, esta muerto, no tiene punto de regreso.
Porque este modelo de exclusión ya no calma su apetito feroz con el hambre
y la sangre de los que nada tienen, sino que ahora va por mas, ahora va
por los que recién hace unos meses han caído en la cuenta de que este país
esta en crisis, y cuando digo crisis digo tambien de valores, crisis moral
y crisis de altura, porque hoy mas que nunca han quedado a la intemperie
los enanos del pensamiento, esos que pululan en las calles, radios,
periodícos y programas de televisión, esos que se han enriquecido gracias
a los mismos políticos a los que hoy acusan tibiamente, los que con su
dedo inquisidor marcan todo lo malo que se esta haciendo pero que no dicen
que la única salida posible que tiene nuestra patria enferma es el fin de
ese modelo bastardo que tantos réditos les ha dado, porque saben que el
fin del modelo implica el fin de una era plagada de negociados, pactos de
silencio, listas de desaparecidos, listas a desaparecer, coimas, cuentas
en Suiza o tentadoras ofertas de desmemoria y olvido.

Esto es lo que no nos dicen, lo que intentan ignoremos o pasemos por alto
cuando llegue ese bendito día en el que podamos volver a votar a
conciencia, sin los partidismos que nos han demorado en la historia ni los
falsos argumentos de los que se valen cuando dicen que el pueblo no puede
gobernar.

Apuesto a que seamos muchos mas los que sumemos de a palabras o acciones
concretas un poco mas de claridad, verdad y justicia a este país solidario
que intentamos parir.


"Debes ser el cambio que quieres ver en el mundo..." (Mahatma Gandhi)
Además de cacerolear a los políticos corruptos, a los empresarios
evasores, a los sindicalistas traidores, a los jueces ladrones y a los
banqueros traficantes, hagamos un cacerolazo algún día por esta sociedad
argentina hipócrita que, contribuyendo con sus pequeñas acciones
cotidianas, ha generado la dirigencia infame que queremos cambiar. A los
que no les importa nada de nada y solo piden salir de la cadena de mail --
A los que sacan a cagar a los perros en la vereda y en las plazas y no les
importa un pito el derecho de los demás; a los que no se comprometen ni
siquiera con su consorcio, ni con su barrio, ni con los 15 millones de
pobres; a los que se callan la boca cuando ven una injusticia en la calle;
a los periodistas que están más comprometidos con la empresa que les paga
que con la verdad objetiva y la investigación; a los que transgreden todas
las normas de tránsito y ponen en peligro la vida de los demás; a los que
coimean; a los que reciben coimas; a los colectiveros que llevan a sus
pasajeros como ganado y a los pasajeros-ganado que miran para otro lado
con tal de llegar rapidito a casa y no tener problemas; a los que buscan
la ventaja de los contactos para acelerar un trámite personal; a los que
tiran la basura en la calle a cualquier hora y la dejan en cualquier
lugar; a los fumadores que te echan el humo en la cara; a los que
estacionan los autos en las veredas impidiendo el paso de la gente; a los
que sólo critican sentados cómodos en casa y mirando la televisión; a los
que arrojan desperdicios en la playa, la montañay el mar; a los taxistas
que roban a sus pasajeros; a los que se matan por un asiento en el
colectivo o en el tren; a los que no ceden el asiento a ninguna embarazada
o persona mayor y se hacen los distraídos; a los que piensan que ALGUIEN
tiene que resolver esto sin preguntarse ¿que puedo hacer yo?; a los que
alguna vez dijeron "algo habrá hecho"; a los que siempre dijeron "¿yo?
Argentino!"; a los argentinos fanfarrones cuando van al exterior; a los
argentinos racistas y xenófobos que odian a bolivianos, paraguayos y
chinos, pero descienden de españoles, italianos, judíos, alemanes, etc.; a
los que se escapan por Ezeiza sin haberlo intentado todo; a los cobardes;
a los miedosos;a los que nunca hablaron; a los que nunca se equivocaron
porque tampoco nunca hicieron nada; a los medios de comunicación que se
rasgan las vestiduras hablando de moralidad y promueven la prostitución
desde sus clasificados; a las mayorías que nunca reaccionan contra los
"grupitos violentos de siempre"; a los que invaden las canchas de fútbol;
a los policías que sostienen redes de corrupción desde sus paradas en las
esquinas; a los que están en contra del aborto pero conocen donde se
aborta mejor y sin riesgos; a los que comulgan los domingos y el resto de
la semana odian al prójimo más que a si mismos; a los administradores de
consorcios que cobran su "mordida" a espaldas de los vecinos; a los
ventajeros; a los que se quedan con los vueltos; a los que fabrican
porquerías a bajo costo y mala calidad y se quejan de la competencia; a
los que sacan el carnet de conducir gracias a "un amigo en la
Municipalidad"; a los comerciantes que ocupan las veredas como si fueran
de su propiedad y a los vecinos que no se quejan; a los ciudadanos que no
hicieron lo suficiente; etcétera, etcétera, etcétera....
¿Qué hicimos o qué no hicimos para tener lo que tenemos? No alcanza ni con
todas las cacerolas de la Argentina si no cambiamos las reglas de la
convivencia que aceptamos hasta ahora.

Porque no quiero estar acá
Porque no quiero estar acá
entre cadáveres vivientes que se relamen
en sus putrefactas salivas
los úlimos estertores del poder
que nos han robado hace tiempo
y que ahora ya exprimido y destrozado
nos quieren devolver en cómodas cuotas
Porque no quiero estar acá
mirando sin horizonte
cómo nos roban la luna
Porque no quiero estar en este precipicio
que nos hacen creer es un país
esperando caerme
para un lado o para el otro
donde me espera La Bestia
esa que alimentamos durante siglos
con bocados jugosos
como la dignidad la justicia
y nuestra propia patria
Porque no quiero este país
me quedo
elijo quedarme y sumergirme en sus profundidades
junto con otros tantos que tampoco tienen nombre
ni espadas ni bombas
ni cualidades de héroe
y reclamarle a La Bestia
por la razón y por la fuerza
que nos devuelva ese pueblo
que tan apetitoso estuvo
pero que ya no quiere ser un vómito
un eructo nefasto de los que alquilaron
nuestras vidas nuestro honor y nuestros hijos
a quien pusiera sobre el paño
la mejor baraja
Porque no quiero estar acá
me quedo
sin condiciones ultimátums
ni plazos fijos
Me quedo a sembrar futuro
a cosechar abrazos
a clonar de a miles
mujeres y hombres solidarios
Me quedo para saber cómo es eso
de recuperar lo perdido
para mirar de frente los ojos de mi hija
y ver en ellos
estancadas como para quedarse
toda la alegría y la esperanza
que nos han robado.
Los que no eligieron
Verás que todo es mentira,
Verás que nada es verdad,
Verás que el mundo se entrevera
En la canción mediocre de esta cocina
llena de humo que es mi país.
Falta que nos roben los orgasmos,
Las caricias nuevas y los nuevos abrazos,
Falta que nos privaticen el amor,
Nos facturen los minutos de paz en soledad,
Y nos cobren el derecho
de caminar erguidos.
Quiero estatizar la esperanza,
Reactivar el brillo de tus ojos,
Devolver al campo las estrellas
Y que en el medio de mi pecho
palpite un país con alegría.
Quiero que la sociedad no olvide
como supo hacerlo
a los que no eligieron vivir de la limosna
y sin embargo lo hacen,
a los que no eligieron crecer en el infame territorio
del asfalto y la pobreza,
a los que no eligieron el olvido,
el hambre, el frío y el sinsentido. Quiero decir que no es en vano
la incipiente lucha ni la porfiada bandera
ni la iluminada palabra ni el silencio jocoso
ni la deshabitada verdad y la feroz mentira
Quiero decir que no pasó sin huella la dulzura
ni el solidario encuentro ni la revolución que no llega
ni el sordo galopar de los libertadores
por entre la explosiva urgencia del capital supremo
de transformar como el rey Midas
nuestra tierra próspera y nuestro cielo virgen
en su oro ensangrentado y sus corbatas de seda
Quiero decir que no habré muerto
Para cuando no uno sino miles
se recuesten en el cielo de la libertad soñada
y respiren un aire sin licitaciones
y beban feroces un agua sin propietarios
Quiero decir que no habré muerto
para cuando el todo
vuelva a ser la suma de las partes
y por cada ser se habite un mundo
y por cada mundo se construya el ser
que descubra sin castigos supremos
su individualidad en masa
su parte del yo y el todo
y camine solitario por un suelo propio
con la serena firmeza
de quien se sabe acompañado
por un espejo de almas
que también se piensan y conciben
como partes de ese todo
y no excluidos o hacinados
por la lengua infame que todo lo lame
y contamina
con su insaciable odio por el odio mismo
con su entrañable palabra que sin decir
todo destruye.
A no
A no permitir que nos roben la esperanza
que los traidores hagan de la patria
un empréstito un prostíbulo
un desierto creciente
A no permitir que nos roben la osadía
que los bienaventurados señores
nos digan dónde está la puerta de salida
dónde escondieron las sonrisas los abrazos
de este pueblo solidario que está pujando
para parir un país no urgente
sino necesario
A no permitir que nos arrebaten la humildad
la mirada fraterna al que ya nada tiene
la mano firme y bien en alto
las canciones los amores las pasiones
A no permitir que se vengan los de afuera
a recetar remedios contra los males nuestros
A no permitir que nos oscurezcan las mañanas
que regalen como oferta nuestras tardes
si nos compran en pack
los sueños y las noches
A no permitir que devalúen el valor de nuestras vidas
que nos hipotequen los hijos el futuro las semillas
y se derrumben las escuelas los teatros los artistas
y se le de la extremaución a nuestros hospitales
A no permitir que nos quieran distraer
que nos hagan creer que no decimos nada
cuando decimos pueblo
que no hay poder en la protesta
ni propuesta para el cambio
A no permitir
que nos hagan creer que con ellos todo
y sin ellos nada
que nos acorralen la dignidad de mirar bien alto
y responder con un asistencialismo deforme
cuando pedimos trabajo
El trabajoso parto del Siglo XXI
Miro con asombro de qué manera la vida
deja caer sus acciones en la bolsa,
cómo el riesgo humanidad
se profundiza hasta niveles inhumanos,
observo cómo el déficit cero-esperanza
lentamente va haciéndose camino;
sin consuelo y con un dejo de ingenuidad
miro los ojos de mi hija
y creo que mañana quizá vuelva a existir el futuro,
porque hoy nos han quitado hasta la vergüenza
de un futuro miserable.
En los Estados Unidos ya se habla
sin remordimientos ni memoria
sobre ataques nucleares.
En el nuevo mundo globalizado,
ahora mas que nunca
producto de eso de que la unión hace la fuerza
embate contra el terrorismo del que ellos
antes que nadie
formaron parte,
y se vuelve a decir guerra con la misma frescura
con la que William Bu declaraba vencedores
a los malos de Titanes en el Ring.
Así esta la cosa, así está este mundo hipócrita
fingiendo reconocer al enemigo
en el rostro de un tal Osama,
niño prodigio de la nueva madre patria
ahora activo expiatorio y válvula de escape
para reivindicar aquella gran razón
de paz mediante guerra.
¿Alguien podría decirme cómo le explico a mi hija
que el mundo civilizado se inventa guerras y enemigos
cada períodos asombrosamente similares
para poder reinstalar debates tales como la pena de muerte,
el escudo antimisiles, la seguridad interna o la guerra sucia,
casi una aproximación al estado de higiene en el que deben de tener
sus conciencias estos improvisados representantes del nuevo orden mundial,
tan fanatizados con sus discursos armamentísticos
como los suicidas que se estrellaron contra las Torres Gemelas,
quienes lograron desnudar como un telón
que se levanta en medio de la función,
los horrores de la destrucción y el odio en carne propia
a una nación que nunca supo tan rotundamente
qué era eso de llorar en tierra propia
hasta aquel septiembre gris
cuando la muerte les dijo "good morning, good father"
y una página desconocida y oscura comenzó a escribirse
sobre la geografía de hogueras y vanidades
de esta gran (pre)potencia mundial.
Me duele el dolor de quienes mueren sin saber porqué,
me duele el dolor de quienes quedan a la deriva
por los arrabales de esta vida enjuiciada y condenada a muerte,
me duele el dolor de quienes esperan una llamada
que les confirme lo ya sabido, lo ya llorado.
Me duele como un martillazo en las manos
este mentiroso intento de construcción de un mundo
más seguro y confiable,
cuando los que están enarbolando esas banderas han sido, históricamente,
los que se han encargado de dejar huérfanos,
con hambre y en la más salvajes de las miserias
a cientos de millones de niños
en todo el mundo.
Algunos quizá sean los mismos que hoy están dispuestos
a volar en mil pedazos para buscar la tan ansiada venganza,
sin saber siquiera que morir de odio
es casi tanto peor como vivir de olvido.

Luciano Lázaro - mercredi 10 avril 2002

 

Ma cotisation...!!!

Un petit chaperon rouge allait voir sa grand-mère quand
tout a coup elle voit un grand méchant loup tapi derrière
une souche :
- "Ciel que vous avez de grands yeux !", lui dit-elle.
Et le loup s'enfuit sans demander son reste.
Un peu plus loin sur son chemin, le petit chaperon rouge
revoit le loup cache derrière un arbre :
- "Ciel que vous avez de grandes oreilles !", lui dit-elle.
Et le loup de s'enfuir à nouveau.
Un peu intriguée par ce comportement, le petit chaperon
rouge poursuit néanmoins son chemin.
Au bout de 2 km, elle revoit le loup, cache cette fois
derrière une borne kilométrique :
- "Ciel que vous avez de grandes dents !", lui dit-elle.
Alors le loup se met à hurler :
- "Mais tu vas me laisser chier tranquille, oui !?!

"Cela se passe dans le frigo, dans le bac a oeufs. 10 oeufs
sont à l'intérieur...
Le premier oeuf, le plus a gauche, regarde l'œuf le plus à
droite et dit à son voisin :
- Dis, regarde l'œuf au bout, t'as vu la gueule qu'il a !!
Le 2eme œuf regarde et s'étonne :
- Purée, oui, t'as raison ...
Et le 2ème oeuf se retourne vers le 3eme et lui dit :
- Dis, t'as vu la gueule de l'autre au bout ?
- Oh purée... c'est pas possible...
Et il se retourne vers le 4eme oeuf et lui dit :
- Eh ! Regarde l'œuf du bout, il tire une de ces gueules
- Ouais...
Et ainsi de suite jusqu'au 8ème :
- Dis, tu as vu ton voisin, il n'est pas bien...
Le 9ème oeuf se retourne et regarde son voisin... Il
regarde alors le 8ème oeuf et lui répond :
- T'es con, c'est un kiwi !


toma - dimanche 7 avril 2002

 

 

La platanera

No puedo más. A partir de ahora voy a tener que mirarte con los ojos
cerrados. Tu imagen me provoca y hace aparecer espejismos que me cuesta
descifrar. ¿Qué quieres decirme?¿Y qué te diría yo?. No lo sé. Tantas
cosas...un millón de pensamientos, ideas espontáneas que me gustaría
lanzarte e increíblemente resumibles a dos. Mis ojos se cansan de mi porque
me engañan. Mis palabras , mis iniciativas me abandonan hartas ya de mi
actitud. Todo mis sentidos huyen de mi y confabulan para buirlarse de todo
para cuanto fueron empeñados. Pero dejaron a uno en el camino, uno que por
su pura esencia va expandiéndose como una sombra, lo cubre todo, lo borra
todo y crece, crece, crece...

nonimus somons - Madrid - 7 Abril 2002

 

 

La paix

À ce moment-là, quand le monde entier vit et voit l'horreur de ce qui se passe en Palestine, je crois que Moustaki n'aura aucun problème à nous prêter sa chanson... et il ne voudra pas recevoir ses droits d'auteur...
Par la colombe et l'olivier,
Par la détresse du prisonnier,
Par l'enfant qui n'y est pour rien,
Peut-être viendra-t-elle demain.
Avec les mots de tous les jours,
Avec les gestes de l'amour,
Avec la peur, avec la faim,
Peut-être viendra-t-elle demain.
Par tous ceux qui sont déjà morts,
Par tous ceux qui vivent encore,
Par ceux qui voudraient vivre enfin,
Peut-être viendra-t-elle demain.
Avec les faibles, avec les forts,
Avec tous ceux qui sont d'accord,
Ne seraient-ils que quelques-uns,
Peut-être viendra-t-elle demain.
Par tous les rêves piétinés,
Par l'espérance abandonnée,
À Hiroshima, ou plus loin,
Peut-être viendra-t-elle demain,
La Paix!
Moustaki

Víctor - Valencia - Espagne - lundi 8 avril 2002

 

L'Amour

Mon coeur
Ça fait 4 mois aujourd'hui que j'ai fait ta connaissance sur le net. Et je ne pensais vraiment pas que l'on en serait là aujourd'hui. Notre histoire sort du commun. Tout va très vite, et au début ça me faisait peur. Mais plus maintenant. J'ai trouvé en toi l'homme de ma vie. Tu es mignon (et ça je te l'ai dit de suite quand j'ai reçu ta photo), tu es attentionné, doux. Bref, je suis tombée amoureuse d'un homme dont je ne connaissais pas l'existence il y a 4 mois. Maintenant je suis sur un petit nuage, même si nos séparations sont de plus en plus difficiles à gérer émotionnellement. Ce week-end restera gravé dans nos mémoires et nos coeurs.
Je t'aime Cyril

Alexa - mercredi 3 avril 2002

 

Histoire de con

Aujourd'hui j'ai pris conscience que j'étais
un "con".
Évidemment on va me dire qu'on m'avais prévenu par des
phrases du type:
"Seb, c'est con"
Ou plus direct:
"Seb, t'es vraiment con tu sais ?"
Mais on ne l'accepte jamais complètement, on se dit:
"Certes je suis un 'con', mais... TOUT EST RELATIF !!"
Bein ouais, ça viens pas de moi cette formule, c'est
Einstein.
Il m'arrive parfois aussi de penser qu'on est tous le con
de quelqu'un.
Oui Seb, tu as raison, mais toi, tu es le con
de nombre de gens !!
C'est vrais qu'après réfléxion, ça fais
un sacré paquet de gens "nombre".
Alors je regarde autour de moi,
tout étonné de me découvrir une nouvelle nature,
et là, soudain,je m'offusque:
"Mais, mais... MaiS vOuS êTeS vRaiMeNt TOuS DES
CONS ma parole !!"
Et oui, et c'est à cet instant que j'ai
découvert que j'étais entouré de gens de la même
espèce:
des CONS !
Et, rassuré, je remercie Dieu, Allah ou autre
de m'avoir foutu parmis les miens, oui... les CONS
Ou plus communément appelés les ÊTRES HUMAINS !
Pour preuve: on ne cite pas
"l'erreur est avant tout de nature très conne",
on préfère substituer habilement cette logique par:
"L'erreur est humaine"

Noooz (un con apprécié de chacun) - lundi 8 avril 2002

 

 

BAZILE ET L’OBJET

Il était une fois, un bureau dans lequel , sur une étagère on pouvait voir une marionnette en bois .Elle portait un drôle de chapeau ,ses cheveux étaient en ficelle , et on avait fabriqué ses bras et ses jambes avec de la corde blanche au bout de laquelle des boules en bois formaient les mains et les pieds du pantin.
Pierre ,l’enfant de la maison l’avaient appelé « Bazile ».
Bazile était toujours heureux, et au dessous de ses yeux noirs et de son petit bout de nez, il avait un éternel sourire , qui avait été peint d’un simple trait rouge .Mais pourtant il s’ennuyait énormément dans cette pièce remplie de dossiers, de cartons ,et d’objets très utiles comme des stylos, des classeurs, une agrafeuse, ou un carnet de rendez-vous .
Hélas, Bazile ne pouvait jamais jouer avec eux , car ces objets ne savaient faire qu’une seule chose : « travailler » !
Bazile se réveille ce matin de très bonne humeur. Il a envie de s’amuser , regarde autour de lui et observe une fois de plus l’étrange objet gris, triste , froid et silencieux qui est à côté de lui .
« Bonjour dit Bazile comment tu t’appelles ? »
Tout à coup Bazile voit quelque chose qui s’écrit sur l’objet, et il peut lire :
- Je suis un « ORDINATEUR » .
- Veux-tu jouer avec moi ?
- Sûrement pas ! Moi, je suis sérieux, je travaille !
- Et bien !, tu n’es pas drôle !Et Bazile, déçu revient à sa place , sur l’étagère.
Le lendemain matin il décide de forcer l’ordinateur à s’occuper de lui. Il regarde les touches et voit sur l’une d’elles « Entrée » .
- Bon, se dit-il, je vais aller me promener ; il saute sur la touche et disparaît dans le ventre de l’objet . Au début c’était très drôle ! Il trouve tout plein de routes, de chemins , de sentiers , et les prend les uns après les autres , mais très vite il se perd comme dans un labyrinthe . Bazile commence à avoir peur et veut à tout prix sortir de cet endroit . Il aperçoit alors une petite raie de lumière , se dirige vers elle et passe le tête par un petit trou et se trouve juste à côté d’une touche où il peut lire « Echap ».
Vite ! Il appuie dessus et sort, cherche à regagner son étagère ; mais l’ordinateur furieux, agite toutes les touche en même temps et Bazile horrifié se rend compte que son ennemi cherche à le faire sauter sur la touche « Supprime !.
Dans un dernier effort, il réussit à sortir de cet endroit et essouflé et le cœur battant, il s’asied dans son coin .
Quelques jours s’écoulèrent sans que Bazil ne bouge. Il avait eu bien trop peur !
Mais la curiosité et l’ennui le poussèrent une fois de plus à tenter de se faire un ami.
Il dit à l’ordinateur : « Je suis désolé de t’avoir dérangé, mais je voudrais tant avoir un ami.
Alors il se passa quelque chose de magique, l’ordinateur s’alluma et sur son écran Bazile vit apparaître un grand sourire. A partir de ce jour-là Bazile et l’ordinateur devinrent les plus grands amis du monde.
Bazile était toujours enfermé dans son bureau et ne voyait que le gris des classeurs, le noirs des stylos,et le blanc des feuilles . Un jour Bazile demande à son ami : «Qu’est-ce que c’est une couleur ?Est-ce que c’est vrai qu’il y a du rouge, du jaune , du bleu, du vert ?
Alors , l’ordinateur dessine une prairie d’été toute verte,avec des coquelicots, un ciel d’azur,où brille un magnifique soleil, et dans le petit coin de son écran quelques gouttes de pluie ; et Bazile émerveillé voir apparaître plein de demi cercles de toutes les couleurs .
A partir de ce jour là Bazile restait devant ce paysage des journées entières à rêver.
Un jour on lui mit à côté de lui une poupée de chiffon. « Cela te fera de la compagnie avait dit l’enfant de la maison. »
Elle était si jolie que Bazile en tomba éperdument amoureux.Alors, pour la dernière fois, l’ordinateur dessina son paysage , et Bazile saisissant la main de sa princesse, l’emmena dans son rêve.
Pierre chercha longtemps, longtemps dans le bureau sans trouver les deux jouets .
Personne ne sut jamais que dans le cœur de l’ordinateur se promenaient un pantin de bois et une poupée de chiffon la main dans la main sous un magnifique arc-en-ciel.

Catherine ARIAS (mère de Guillaume!!) écrivain en herbe - jeudi 11 avril 2002

 

 

Anges

Tourné vers toi
Mon regard se noie
Tu es toujours en mon esprit
Laisse moi, je t'en prie
Du temps pour comprendre
Et pour enfin apprendre
Les raisons de mon amour
Pour toi et pour toujours
Encore une fois, oui encore une fois
Révélation, perfection
Regarde moi, ne m'oublie pas...
Regarde moi, ne m'oublie pas...
Dernière cigarette
Nouveaux regards
Le scénario se répète
Et je me lance au gré du hasard
Mais tu me manques
Tu n'es pas là
Alors je me planque
Et ainsi ce sera
Encore une fois oui encore une fois
Révélation, perfection
Regarde moi, ne m'oublie pas...
Regarde moi, ne m'oublie pas...
Peut-être un jour
Nous nous retrouverons
Et ferons l'amour
Sans tourner en rond
Ton simple sourire
M'écartera des soupirs
D'une vie sans fin
Anges nous serons
Amis nous resterons.
Encore une fois oui encore une fois
Révélation, perfection
Regarde moi, ne m'oublie pas...
Regarde moi, ne m'oublie pas...

FX - jeudi 11 avril 2002

 

 

"LE SECRET D'ADEENE"

CHAPITRE 1
Il est 7h20 ;le réveil sonna quand tout à coup, une main se jeta sur le bouton pour stopper ce bruit infernal. Cette main blanche suivie d'un bras fin pas très musclé laissait apparaître le visage innocent d'un garçon de dix-huit ans. La suite ne se fit point attendre, ses pieds se posèrent vivement sur le sol. Le garçon se mit debout, il était de taille moyenne et assez mince. Comme d'habitude, il se dirigeait vers la salle de bain, pour y faire sa toilette quotidienne, et se regarda dans le grand miroir, il était brun au cheveux courts coiffés en brosse et en arrière. Juste après, il alla dans la cuisine pour déjeuner et retourna dans sa chambre pour s'habiller et mettre ses chaussures. Une fois fin près, il dit :
"Maman, tu viens fermer !".
Un pied dehors et ça y était, le chemin du lycée avait été entamé. Il faisait relativement beau. Plusieurs voitures se croisaient sur cette route de l'est. Tout à coup, une montre retentit, c'était celle du garçon qui annonçait qu'il devait mettre son masque à oxygène.
En effet, nous sommes dans la ville d' ARCANA, capitale de NORPHET, et toutes les cinq heures, un gaz émane d'une usine chimique fabricant de l'oxygène pour la ville car celle-ci est recouverte d'un ciel de métal qui n'est autre qu'une vulgaire plaque empêchant tous les déchets nucléaires stagnant dans le ciel, de pénétrer. Chaque ville a son ciel et son oxygène. Pour aller de ville en ville, on utilise des tunnels passant à plus de cinquante mètres sous terre. Tout ceci, à cause de l'explosion de la seule centrale nucléaire du monde, située sur SIDERA, une ville à l'extrême sud de la carte qui alimentait toute la planète. Cette centrale mesurait près de cents kilomètres de long pour cinquante de large. Le garçon se nommait Marty et il sortit de son sac, un masque à oxygène formé de deux tuyaux noirs partant de chaque côté de la tête pour finir derrière celle-ci .
"Heureusement que le gaz n'imprègne pas les vêtements !" dit un passant en croisant Marty.
De là où habitait Marty, la route était courte pour aller au lycée, il fallait environ cinq minutes, pas plus, pour entrer dans ces murs de béton que tous les enfants détestent. Mais si seulement, ces cinq minutes n'étaient pas dangereuses, car à chaque coin de rue, le danger est permanent, des bandes de loubards errent dans ces rues et guettent des être faibles pour leur voler leurs masques car l'oxygène est précieux. Il faut recharger les masque chaque semaine et cela revient chére. C'est vrai que la ville est alimentée en oxygène et n'est pas sous l'effet permanent du gaz contrairement à d'autres villes et à d'autres cités. Mais pour cet air, dans notre ville, il y a un inconvénient, ce gaz, vient tous les cinq heures et reste un quart d'heure, mais ce quart d'heure coûte chaque jour, des dizaines de morts.
Huit heures tapantes, le gaz commençait à se faire ressentir par les cris atroces des habitants effrayés, mais Marty continua son chemin vers le lycée.
8h05, la sonnerie se faisait entendre pour faire savoir qu'il était l'heure d'aller en classe.
Les salles étaient isolées contre le gaz, on ne pouvait y accéder qu'avec la carte "Pass" et seulement pendant les heures de cours.
Pendant le cours, Marty reçut un papier froisse dans le dos, il le ramassa et le lut. Dessus, il y était écrit :
"La prochaine fois, ce sera un couteau !"
Le papier était signé Rouarc.
Ce Rouarc était le dur dans la classe et dans le lycée, c'était le patron, celui que tout le monde respectait et mais lui, ne respectait personne, surtout pas Marty, qui était la risée du lycée.
Tous les matins, avec aucune envie d'aller au lycée, Marty se levait en sachant qu'il allait soit se faire frapper, soit se faire "emmerder".
10h00, c'était la pause. Après quelques misères faites à Marty, les élèves descendirent dans la cour pour se défouler; quant à Marty, il resta dans les couloirs et se mit à la vitre pour regarder une fille qu'il aimait en secret. Elle s'appelait Jaune, elle avait vingt ans, elle était brune et avait les cheveux doux comme de la soie. Elle était coiffée au carré, elle avait des yeux bleu turquoise et ils étaient si beaux qu'on pouvait les admirer pendant des heures entières. Elle faisait la même taille que Marty.
Il ne pouvait même pas l'approcher car elle avait la plus haute réputation du lycée et lui la plus basse. La réputation était ce qu'il y avait de plus important dans le lycée et si quelqu'un avec une haute réputation sortait avec un qui en avait une plus basse il y perdait la sienne. La réputation se classait par cartes de couleur allant de la couleur blanche à la noire qui était la plus basse et seul un élève portait la carte noire, cet élève était Marty. Jaune, elle, portait la blanche et Rouarc celle en or. La carte en or était unique et celui qui la portait, était considéré comme le roi et pouvait fréquenter des personnes portant des cartes de n'importe quelle couleur. En un mot, Jaune était"Intouchable" sauf pour ceux qui portaient une carte blanche et ils étaient très peu nombreux.
Chaque jour, à chaque pause, Marty la regardait en s'imaginant, un beau jour lui tenir la main et sortir avec elle.
C'était la fin de la pause, et il fallait retourner en classe pour travailler jusqu'à midi. Tout le monde savait qu'à treize heures, il y aurait la prochaine traversée de gaz et qu'elle ferait encore plusieurs morts.
En milieu de cours, le beau rêve de Marty se coupa par la phrase que Rouarc lui avait adressée :
"Tu as les cinq cents Stains(monnaie courante)que je t'ai demandés ?
-Non, je ne te les apporterai jamais" répliqua aussitôt Marty.
Après cette phrase, un court silence régna dans la classe annonçant un grand malheur. En effet, Rouarc ayant très mal pris la réponse de Marty, il dit d'une voie grave et menaçante :
"La carte noire parler comme ça à la carte en or !, ça mérite une correction. A treize heures, tu mourras !" s'exclama Rouarc à Marty qui avait lui même très peur car il savait que Rouarc était capable de tuer quelqu'un.
12h00,fin des cours.
"Ah ! c'est enfin fini." Dit à voie haute un élève.
"Ouep !, t'as raison, j'en pouvais plus d'elle" lui répondit son copain en parlant de la prof. D'un coup, Tek, le meilleur copain de Rouarc leur dit :
"hé, les mecs !, Rouarc a piqué sans qu'il le sache, le masque à oxygène à l'autre pignouf de Marty, on va rire."
Les deux collègues se regardèrent et l'un d'eux dit :
"C'est vache, tu crois qu'il va lui rendre ?
-J'sais pas mais si quelqu'un le dit à Marty, Rouarc le tuera."
Après avoir mangé, tous les lycéens ç'étaient réunis dans la cour pour se réconforter avant la traversée mortelle du gaz.
Aussi, Marty, vint se joindre à eux. Il se demandait pourquoi, contrairement à l'habitude, les élèves le regardaient comme un chien battu.
Toutes les montres se mirent à sonner et tous les élèves ouvrirent leur sac quand Marty cria :
"Mon masque, j'ai perdu mon masque !"
Une voie plus haute que toutes les autres répondit :
"C'est ça que tu cherches ?" c'était Rouarc et il tenait le masque de Marty dans ses mains.
"Rends-le moi !" cria Marty pendant que l'on voyait la gaz se rapprocher à grands pas.
"J'ai dit que tu mourrais, alors 'crève' !" hurla Rouarc avec un ton de sadisme dans sa voix.
Marty n'avait jamais vu ça, certaines personnes du lycée suppliaient Rouarc de lui rendre son masque. Alors, dans un geste de bonté, Rouarc jeta le masque dans la poubelle.
La fumée n'était pus qu'à quelques mètres du lycée quand Marty se mit à courir en direction de la poubelle. La fumée fit ravage, et personne ne sut ce qui ç'était passé pour Marty, alors, un élève alla à la poubelle puis ouvrit le couvercle et vit Marty courbé dedans avec son masque sur la tête, il était sauvé mais ses vêtements étaient pleins de crasse et de déchets. Beaucoup se moquaient de lui, certains par méchanceté, d'autres pour faire comme tout le monde car personne n'avait le droit d'éprouver un sentiment de gentillesse pour l'élève à la carte noire.
Le reste de la journée se passa sans encombres particuliés.
17h00, sortie des cours.
Marty grouillait d'envie de rentrer chez lui pour continuer sa potion.
Depuis plusieurs années, il essayait de fabriquer une potion pour le rendre plus fort que le commun des mortels. Il avait baptisé cette potion Adéène, ce nom n'existait pas mais il lui était venu à l'esprit dans un rêve étrange. Malheureusement, il manquait un seul ingrédient pour que cette potion fasse effet, et malheureusement, il ne savait pas lequel c'était.
Après plusieurs essais non concluants, Marty laissa tout tomber et alla se coucher. Avant de s'endormir, Marty pensait à Jaune et à la réaction qu'elle avait eue aujourd'hui, elle avait éprouvé un peu de peine pour lui.
Tout d'un coup, Marty bondit de son lit et cria :
"L'amour, voilà l'ingrédient qui manquait à ma potion."
Après quelques minutes de réflexion, Marty se demandait comment il pouvait faire pour mettre l'amour en bouteille, il pensait que son projet qui lui avait pris tant de temps allait tomber à l'eau.
22h30, la traversée de gaz de dix huit heures ç'était bien passée et il restait trente minutes avant la prochaine. Marty mit son masque et s'endormit.

CHAPITRE 2
Non loin de là, hors de notre système solaire, un être pour le moins étrange s'approchait à une vitesse vertigineuse. Cet être avait forme humaine mais néanmoins, il n'était pas normal car il se déplaçait dans l'espace sans aucun appareil volant, il n'avançait qu'avec la force de son corps. Sa peau était bleue et rugueuse. Il naviguait dans un seul but qu'il ne s'arrêtait pas de marmonner :
"Il faut que je trouve l'élu, la réincarnation d'Adéène, et que je le tue avant qu'il ne prenne possession de tous ses pouvoirs."
Il savait sur quelle planète chercher, elle se nommait KAÏA.
Notre extraterrestre encore inconnu continuait son chemin quand il vit cette grande sphère lumineuse formée de terre et d'eau. Il savait que ce n'était pas celle qu'il cherchait car elles n'était pas aussi belle. Sur la planète qu'il essayait de trouver, les continents n'étaient pas au nombre de six mais d'un et l'eau n'était pas bleu mais rouge à cause de tout le sang versé et des débris de villes détruites par l'explosion de la centrale nucléaire. Malgré cela, il décida d'aller quand même y faire une halte.
Cette planète comportait environ cinq milliards d'habitant.
Un pied posé par terre et il savait qu'aucun habitant de cette planète ne pouvait rivaliser avec lui. Il alla vers la première ville qui venait à lui. Il resta immobile pendant quelques minutes dans les airs en plein milieu de la ville. Les voitures s'arrêtaient provoquant des accidents; les émeutes s'accumulaient, certaines personnes étaient effrayées par cet être bizarre, d'autres, étaient fascinées par ce phénomène car pour la première fois, ils voyaient un extra terrestre. Toutes les fenêtres situées sur les immeubles des alentours étaient ouvertes.
Soudain, l'étranger se mit à parler :
"Mon nom est Spectra" Sa voix résonna dans toute la ville avec un tel ton de sadisme que les terriens comprirent que c'était la fin pour eux et tentaient de s'enfuir mais en vain.
Tout à coup, Spectra leva ses mains et se mit à crier. Une aura lumineuse apparut autour de lui et des rayons jaillirent de ses mains pour aller s'écraser sur le sol. Une énorme explosion se fit ressentir dans la galaxie ainsi que des cris de douleurs. Quelques instant après, cette planète était rayée de l'univers. Spectra se dirigea aussitôt vers un autre système solaire. Avançant toujours dans l'espace, Spectra se rapprochait de plus en plus de KAÏA marmonnant sans cesse son but.

CHAPITRE 3
Sur KAÏA, tout se passait comme d'habitude et les journées n'avaient rien de plus que les autres. La vie était paisible et les jours s'écoulaient tel un sablier jusqu'au jour où Rouarc voulut recommencer à voler le masque de Marty sauf que cette fois-ci, tout le monde était au courant et seul Marty ne le savait pas. Certains élèves étaient contre ce projet diabolique et voulurent avertir notre héros mais pour les en empêcher, Rouarc dit à ses amis:
"Si quiconque parle, faites le taire!"
De son coté, Spectra se rapprochait de KAÏA jusqu'à l'avoir en vu. Dès que cela se produisit, il marmonna:
"Enfin, je vais pouvoir trouver la réincarnation d'Adéène et la tuer"
Sans plus attendre, Spectra se mit en route vers la planète.
Sur KAÏA,
dans l'après-midi, à la récréation, la sirène qui annonçait l'arrivée du gaz retentit et avec affolement, Marty ne trouva pas son masque et alla voir tout de suite Rouarc qui était debout au milieu de la cour entrain de ricaner.
"Rend moi mon masque, vite!
- Hors de question, souviens-toi de ce que je t'avais dit, je t'avais dit que la prochaine fois, je ne te rendrais pas ton masque, il fallait te méfier."
Jaune regarda Marty avec pitié et supplia Rouarc de lui rendre le masque mais celui-ci persistait à refuser. Le gaz faisait son arrivée et tout le monde se réfugia autour de la cour sauf Marty qui resta au milieu lorsque le gaz passa.

CHAPITRE 4
C'en était fini de Marty, le gaz s'était évaporé et son corps était immobile, gisant par terre sans aucun signe de vie.
Ce fut quand même un choc pour les élèves car malgré tout, ils avaient un coeur mais seul Rouarc était ravi et manifesta sa joie par des cris de victoire.
Jaune entendit ces rires et se jeta sur Rouarc pour le frapper. Elle pleurait pour la mort de Marty et dit:
"Tu n'as pas honte de ce que tu as fait?, tu as tué un pauvre garçon sans défense, il était déjà assez malheureux comme ça avec ces stupides cartes de couleur, personne ne lui parlait et personne ne devait avoir de sentiment pour lui mais il ne méritait quand même pas la mort."
Après ce discours, beaucoup d'élèves furent d'accord avec Jaune mais sans que quiconque aît le temps de parler, un rayon rouge s'écrasa dans le sol pour former un trou entouré d'une fumée épaisse et lugubre. Fort heureusement, il n'y eut aucun blessé. La fumée s'éparpilla laissant apparaître Spectra.
Tout le monde fut terrifié. Spectra vit le corps de Marty sur le sol et cria:
"C'est pas beau ça, je n'est pas besoin de tuer Adéène, il est déjà mort, alors, pour ne pas repartir les mains vides je vais exterminer tous les habitants de cette planète en commençant par vous."
Les élèves essayaient de partir mais c'est avec regret qu'ils découvrirent que le lycée était déjà entouré d'un dôme de force.
Spectra dit:
"Pour que ce champ de force disparaisse, il faudra me tuer, mais laissez-moi rire; quand je vois votre énergie, je pense qu'il faudrait un miracle pour que vous soyez sauvés."
Plein de fierté, Rouarc se jeta sur Spectra pour se battre avec lui mais celui-ci le repoussa avec un léger coup de coude d'une force si puissante qu'il le fit tomber dans les pommes. Tour à tour, les élèves les plus courageux se succédaient pour affronter le terrible Spectra mais tous tombaient face aux coups de ce dernier. Quand ce fut au tour de Rb, un des seuls amis de Marty, Spectra sut que c'était la fin pour tous car Rb avait beau être malin et rapide, il n'était pas assez résistant. Au bout de quelques secondes, Rb tomba lui aussi sous les coups du monstre. Mais tous, jusqu'au dernier firent face avec courage.
Pendant ce temps, Jaune était courbée sur Marty...

CHAPITRE 5
Pendant ce temps, dans l'esprit de Marty, il y avait un deuxième Marty mais d'un plus grand gabarit et avec les cheveux bleus, ce nouveau garçon se déplaçait dans la pensée de notre héros tout en lui contant son histoire:
"Écoute-moi, à ta naissance, les dieux m'ont placé dans ton esprit afin de ramener la paix sur KAÏA le jour où un démon tenterait de posséder la terre. Zeus, Adéène, c'est à dire moi, dieu de la force, suivi de tous les autres, t'avons choisis car tu as le coeur pur.
- Pourquoi n'avez-vous pas choisi un autre garçon ?
- C'est simple, un enfant au coeur pur est très rare, il y en a un tous les mille ans, et c'est sur lui que les dieux fondent leurs espoirs. Mon devoir est de te rendre surhumain le moment venu.
- Pourquoi ton nom m'est-il venu à l'esprit quand j'étais petit?
- C'est ton subconscient qui agissait sans le savoir car lui ne sait pas que c'est ta destinée de faire régner la paix. Il est vrai que pour déclencher le processus il faut une potion que tu as déjà inventée et que tu as déjà bue.
- C'est vrai, j'ai inventé cette potion mais il me manque un ingrédient que je ne peux pas mettre en bouteille, cet ingrédient, c'est l'amour.
- Tu n'as pas besoin de le mettre en bouteille, cet ingrédient est déjà présent...
- Mais où?
- Contre ton corps; allongé sur toi, entrain de pleurer ta mort.
- Je suis mort?
- Malheureusement, oui mais ton esprit vit encore, si tu le veux, tu peux sauver KAÏA ainsi que ses habitants.
- Mais comment puisque je suis mort?
- Grâce à moi, je peux te donner le pouvoir qui t'est dû et qui te fera revivre le temps du combat contre Spectra. Mais après, tu retourneras dans le monde des morts.
- Moi je veux bien mais je n'y arrive pas, je n'arrive pas à me réveiller pour tuer ce monstre.
- C'est parce que tu veux retrouver ton enveloppe charnelle, il ne faut pas, il faut que ta colère se déclenche, alors là, tu retrouveras ton corps quelque peu transformé.
- C'est-à-dire transformé?
- Comme moi Actuellement.

CHAPITRE 6
Dans le dôme de force, le chagrin et la peur de mourir se faisaient ressentir mais, malgré la méchanceté de Spectra, aucun élève n'avait encore succombé.
Spectra, se dirigea vers Marty pour vérifier s'il était bien mort mais Jaune se trouvait sur le chemin puisqu'elle pleurait la mort de notre héros mais elle ne resta pas longtemps face à Spectra, car elle aussi, voulait tenter de supprimer ce monstre mais il porta son coup avec une telle violence que Jaune alla percuter un poteau.
Un cri de douleur suivi de pleurs résonna dans toute la cour.
Le ciel s'oscurçit petit à petit. Au bout de quelques minutes, il faisait complètement nuit ce qui n'était pas normal car c'était l'après-midi. Le vent commença à souffler et des éclairs apparurent dans le ciel. Ce fut le déclic pour Marty:
"AAAAAHHHHHHHHHHHHH!!!!!!!!!
-Mais qu'est-ce que ce cri, que çe passe-t-il?" S'écria Spectra
Spectra se retourna et vit Marty métamorphosé. Il avait les cheveux bleus, les yeux rouge vif, comme s'ils étaient étincelants, sa carrure était devenue impressionnante, ses habits étaient à moitié déchirés laissant apparaître un torse musclé, et, son visage n'avait plus l'air gentil et innocent; au contraire, il avait l'air d'un vampire assoiffé de sang mais en réalité, c'était la réincarnation du dieu de la force.
"Tu n'aurais jamais dû attaquer les habitants de cette planète, maintenant, tu vas devoir le payer de ta vie.
- Mais tu es mort, comment çe fait-il que tu sois revenu à la vie?
- Tu n'es qu'un ignorant, tu aurais dû savoir que de briser l'amour de deux êtres peut parfois attirer les pires ennuis à celui qui l'a fait. Quand tu as frappé Jaune, cela a déclenché en moi une colère si profonde, que toute la haine que j'avais accumulée depuis tant d'années à cause de ces cartes, a explosé et c'est cela qui a permis à mon corps de revivre. Les dieux ont placé en moi toute leur confiance car j'ai le coeur pur et je ne vais pas les décevoir, je vais t'exterminer, prépare-toi."
Seuls les nerfs animaient le corps de Marty qui sans attendre courut vers Spectra à une vitesse dépassant l'imagination pour lui infliger la sentence des dieux. Avant même que Spectra n'eût le temps de bouger, Marty lui donna un coup de poing en plein ventre avec tant de force que Spectra s'agenouilla de douleur.
Le combat qui jugerait le sort de la planète KAÏA avait commencé.

CHAPITRE 7
Les deux adversaires se regardaient dans les yeux en attendant le bruit qui déclencherait la lutte. Un éclair résonna et le combat commença. Spectra se jeta sur Marty mais celui-ci évita l'assaut et riposta avec une série de coups de pied que Spectra n'eut aucun mal à parer. Les élèves terrifiés et stupéfiés regardaient la bataille acharnée entre notre héros et le monstre.
Le temps s'écoulait et le combat devenait de plus en plus violent. Les coups se portaient avec une telle rage de vaincre qu'ils en laissaient des fissures dans le sol. Les yeux des élèves ne suivaient plus leurs mouvements mais ne voyaient que la force que dégager chaque coup porté. Elle était telle que chaque choc provoquait des éclairs. Tout a coup, Marty percuta le mur mais se releva aussitôt pour contre-attaquer et c'est sans mal qu'il reprit le combat. Quelques instants après, ce fut au tour de Spectra de s'écraser au sol mais au moment où il alla pour se relever, Marty lui sauta dessus et aligna coups de poing sur coups de poing avec une telle violence que Spectra s'enfonçait petit à petit dans le sol, mais ce dernier ne mit pas longtemps pour se dégager. Le combat durait déjà plus de deux heures quand la fatigue des combattants se fit ressentir à cause des coups qu'ils se donnaient avec plus de lenteur. Malgré cette baisse de violence, les deux adversaires ne lâchaient pas prise et aucun ne laissait de répit à l'autre car chacun savait que s'il baissait sa garde une seconde, l'autre en profiterait pour lui porter un coup mortel. Cela faisait déjà cinq heures que Marty combattait et le gaz commençait à arriver. Il savait très bien qu'il ne gagnerait pas mais malgré tout, il essayait de tenir bon en attendant le gaz.
Tout a coup, les montres se mirent à sonner et malgré leur peur, les élèves sortirent leurs masques.
Spectra et Marty se donnaient des coups simultanément montrant que personne n'avait le dessus sur mais le combat durait......
Le gaz arriva cachant le spectacle aux élèves. Au bout d'un quart d'heure, la vue fut rétablie laissant, gisant sur le sol, le corps de Spectra.

CHAPITRE 8
A la mort de Spectra, tous les plus grands savants du monde associèrent leurs connaissances pour analyser son corps afin de trouver un gène, pouvant éventuellement servir d'antidote contre certaines maladies, mais contre toute attente, ils découvrirent un atome capable de remplacer l'oxygène et reproductible à l'infini au contact du vent. Deux ans plus tard, les oiseaux chantaient, le ciel était de nouveau visible, la mer bleue et la nature avait repoussé.
Jaune marchait au bord d'une falaise, dans la rosée du matin vêtue d'une robe annonçant les beaux jours, avec un bouquet de fleurs dans les mains. Elle chantonnait un air mélancolique. En haut de la falaise, elle s'agenouilla dans l'ombre d'un grand chêne et parla à voix basse avant de poser son bouquet sur une dalle en marbre surmontée d'une croix sur laquelle apparaissait le nom de Marty.
FIN.

"LE RETOUR DE MARTY"

CHAPITRE 1
Marty ouvrit les yeux. Il était allongé dans un lit au centre d'une chambre pas comme les autres, elle avait l'air sophistiqué mais à en juger l'apparence, c'était une chambre de fille. Il se leva brusquement, son cerveau embrumé, avait de vagues souvenirs de son combat contre Spectra. Affolé, Marty se précipita vers la fenêtre pour voir où il était mais son élan fut coupé par une fine voix de fille:
"Calme toi, c'est fini, tu es à l'abri ici.
- Où suis-je? Qu'est ce que je fais ici? Et Spectra?
- Détends-toi, je vais tout t'expliquer. Tout d'abord, je m'appelle Fanny, j'ai dix-huit ans, comme toi, et...
- Comment je suis arrivé ici?
- J'y viens, c'est moi qui suis venu te chercher. Sur mes livres d'histoires, ton nom est cité ainsi que ton âge et la ville dans laquelle ton combat a eu lieu. Tu es une vraie légende. Mais j'ai modifié l'histoire car après avoir longtemps enquêté sur toi, j'ai découvert que tu aurais dû mourir et les autorités auraient dû retrouver ton corps. C'est là que j'interviens. Mon père est un grand inventeur et aussi l'homme le plus riche de la planète grâce à ses inventions. Il a créé un prototype de machine à voyager dans le temps mais il ne sait pas encore qu'elle marche. j'ai utilisé cette machine pour retourner à ton époque pendant la traversée de gaz, durant ton combat contre Spectra, pour te sauver et te ramener ici. Là où j'ai modifié le passé, c'est que les autorités ne t'ont pas retrouvé du tout et t'ont déclaré mort. J'espère que tu as compris toute l'histoire?
- Oui mais à t'entendre, je serai dans le futur!
- Exact, soixante-quinze ans après ce fameux jour.
- Sur quelle planète suis-je car sur la mienne, il n'y a pas de soleil?
- Nous sommes toujours sur KAÏA mais les savants ont trouvé sur le corps de Spectra un gène capable de remplacer l'oxygène, d'où les suppressions des plaques métalliques.
- Normalement, j'aurais dû mourir après ce combat. comment se fait-il que je sois encore vivant?
- Le monde a bien changé en soixante-quinze ans, c'est vrai que tu aurais dû mourir car tu ne vivais plus mais ici, le potentiel de vie s'achète très cher. Ainsi, n'importe qui peut retrouver la vie s'il est mort depuis moins de deux heures...
- Mais comment se fait-il que l'on puisse acheter de la vie?
- Une nouvelle loi a été votée disant que tout condamné à mort doit donner le potentiel de vie qui reste en lui. Cette vie est stockée dans une immense urne appeler L'urne de vie.
- Mais pourquoi m'as-tu ressuscité?
- Pour deux raisons
- Lesquelles?
- La première est que ma grand-mère m'a beaucoup parlé de toi quand j'étais petite, car elle te connaissait. Depuis, je t'ai toujours admiré. La deuxième est pour que tu puisses t'entraîner afin de contrôler et d'augmenter ton potentiel énergétique.
- Dans quel but?
- Sauver une nouvelle fois l'humanité."

CHAPITRE 2
Après quelques heures, Marty c'était remis de ces émotions car il avait appris que la grand-mère de Fanny était Jaune. Il en savait un peu plus sur ce qui s'était passé mais néanmoins, il demanda à Fanny de lui expliquer de quoi il devait sauver l'humanité. Fanny lui répondit:
"Un des savants ayant examiné le corps de Spectra a réussi, avec des prélèvements d'ADN, à cloner ce dernier en un nombre infini d'exemplaire aussi fort que l'originale. Seulement, personne ne sait ou ils sont cachés mais le savant menace de tous les faire sortir s'il n'est pas proclamé maître du monde.
- Où peut-on le trouver?
- Il habite le château à la sorti de la ville, tout là haut dans la montagne. Il s'appelle Luther. Il ne faut pas se fier à son apparence car s'est un simple humain mais il détient le sort de notre planète entre ses mains.
- Mais pourquoi la ville est si calme?
- C'est sa ville et il ne veut pas l'abîmer.
- O.K., j'y vais!"
Marty se précipita vers la porte quand Fanny cria:
"Attends, tu cours au suicide, il faut d'abord que tu t'entraînes."
Après l'avoir raisonné, ils partirent tout les deux dans la forêt pour s'entraîner au calme.
Au centre de la forêt, Marty traça un pentagramme et s'agenouilla au centre. Il commença à se concentrer. Petit à petit, il s'élevait dans les airs. Une aura se forma autour de lui. Il était en harmonie avec la nature afin de retrouver la paix avec son esprit. Deux jours s'étaient passé, il était toujours en transe, sans bouger, dans les airs avec la même concentration. Encore deux jours plus tard, il posa les pieds au sol. Fanny couru vers lui pour lui demander si tout aller bien. Marty lui expliqua qu'il était entré en contact avec Adéène pour qu'il lui prête sa force.
Maintenant, l'entraînement pouvait commencer.

CHAPITRE 3
Pendant ce temps, dans le château de Luther:
"Ca y est, les clones sont près à combattre."
Luther était debout au centre d'une pièce tellement grande que l'on ne voyait aucuns murs. La seule sortie, était une trappe située au plafond. Cette trappe ne pouvait s'ouvrir qu'avec la télécommande que Luther tenait dans ses mains.
Quelques minutes après, Luther était remonté à la surface. L'entrée de cette trappe était située en face de son trône. Après s'être assis, il appuya sur un bouton et dit:
"N°1, N°2, êtes vous près?
- Oui maître, nous sommes près."
N°1 et N°2 était des clones de Spectra.
"La fille de ce fou d'inventeur nous a ramené un gamin qui peut se révéler très dangereux pour nous. S'il arrive à augmenter son niveau d'énergie, il peut nuire à nos plans. Allez me les tuer et ramener moi leurs dépouilles.
- Oui maître nous y allons."
Les deux clones sortirent du château. Luther laissait paraître sur son visage un air sadique.
"Ah! Ah! Ah! Ah! Ils n'ont aucune chance, même s'ils parviennent jusqu'à moi, ils mourront face à mes clones."CHAPITRE 4
Après un rude entraînement, Marty, épuisé, retourna chez Fanny où cette dernière l'attendait avec impatience.
"Ca y est, mon entraînement est fini."
Peu Après ces mots, une explosion ravagea la partie Sud de la ville. Aussitôt, Marty sauta par la fenêtre et y alla. En effet, l'entraînement de Marty avait pour but de pouvoir utiliser certain
pouvoirs sans devoir se transformer et gaspiller de l'énergie inutilement, mais aussi à apprendre de nouvelles techniques le rendent donc beaucoup plus fort qu'avant.
Marty arriva au sud de la ville. Il pouvait voir dans les airs, ceux qui avaient fait ça; c'était deux clones. Il essaya de se cacher mais les clones le repérèrent. Un combat sans merci allait commencer.
Pendant ce temps, Fanny était en route pour rejoindre Marty. Elle y arriva et remarqua que le combat avait déjà commencé.
Marty se tenait debout tenue par un des clones et attaquer par l'autre. Au moment où Spectra n°1 alla pour frapper Marty, il se vit interrompre par un coup d'épée qui lui coupa le bras. Marty profita de cet instant pour se dégager de Spectra n°2 en le déséquilibrant. Il remercia, étonnait, Fanny pour son aide et lui dit de partir pour le laisser combattre seul. Fanny dit:
"Hors de question !, moi aussi, je me suis entraîné pour les tuer.
- Bon ! très bien !, occupe toi de celui à qui tu as coupé le bras.
- Ok ! "
Fanny fonça pour donner de nouveau un coup d'épée mais son adversaire contra le coup. Fanny enchaîna avec un coup de pied mais Spectra n°1 para. Malgré que les deux adversaires enchaînaient les coups alternativement, Fanny n'avait pas le dessus.
De son coté, Marty est l'autre clone, se battaient à armes égales quand Marty sauta très haut dans les airs et tendit ses paumes vers Spectra n°2. Un grand rayon sortit de ses mains et alla percuter le clone qui éclata en mille morceaux.
Marty regardait Fanny qui combattait avec acharnement. Elle avait repris largement le dessus. Soudain, sans même savoir pourquoi, un rayon tomba du ciel et tua Spectra n°1.
Marty et fanny, stupéfiaient, regardèrent vers le ciel. Leurs membres se glacèrent de peur par leurs visions.

CHAPITRE 5
Ils virent un clone différent des autres. Il était plus grand et avait l'air aussi plus fort. Avant même de réagir, il apparut devant eux et leurs parla :
" Je suis un clone de type 2.
- De type 2 !
- Oui, je suis Spectra en amélioré si vous préférez. Je m'explique. Je suis plus rapide, plus fort et j'ai plus de pouvoir que l'original. "
Il finit tout juste sa phrase que Fanny l'attaqua. Elle se vit repousser par l'aura que dégageait Spectra. Fanny se releva et l'attaqua de nouveau. Cette fois-ci, le combat était plus équilibré mais Spectra gardait nettement le dessus. Pendant ce temps, Marty se mit droit, poings en avant et jambes écartées. Soudain, il se transforma. Une aura gigantesque émanait de lui, arrêtant le combat entre Spectra et Fanny.
" Maintenant, je vais te tuer " dit Marty.
Un long combat commença entre Marty et Spectra rappelant celui qui avait eut lieu sur KAÏA il y a longtemps. Néanmoins, celui-ci était différent dans le sens où les deux adversaires étaient beaucoup plus forts.
Le combat durait déjà depuis plus de vingt minutes quand Marty se fit jeter au sol, blessé par les coups de Spectra. Fanny alla le voir pour l'aider mais il n'avait pas dit son dernier mot. Marty dit à Fanny de s'écarter et dirigeât ses mains vers le ciel. Elles se touchaient laissant un léger espace entre les deux paumes. Une boule d'énergie ce format. Il l'a jeta sur Spectra qui dit :
" Tu compte m'avoir avec une boule aussi lente, tu es optimiste. "
Il sauta pour l'éviter mais la boule le suivait. Il avait beau partir dans tous les sens, la boule le suivait toujours. Soudain, Spectra fonça sur Marty et à la dernière seconde, le contourna. La boule se dirigeait en direction de Marty qui était battu. Cela provoqua une grande explosion.

CHAPITRE 6
La fumée disparue laissant sur le sol un énorme trou dans lequel étaient couché Marty et le clone. Fanny pleurait croyant Marty mort quand elle entendit une faible voie crier " à l'aide ".
C'était Marty qui contrairement au clone avait survécu.
La nuit tombée, Marty, recouvert de bandage, était allongé dans le lit de Fanny qui veillait à ses coté. Quand Marty ouvrit les yeux, les premiers mots qu'il dit furent :
" Il faut vite en finir, demain, j'attaquerai le château de Luther.
- Laisse moi venir avec toi !
- Si tu veux, dans l'état où je suis, je ne peux pas refuser de l'aide. Mais avant, laisse moi te dire que je suis fière de toi car tu es vraiment très forte pour une fille.
- Merci, ça me touche vraiment. Ma grand-mère avait raison sur ton sujet, elle me disait que tu étais un être sensible, gentil et très mignon. "
Il y eut un long moment de silence quand Fanny dit :
" Tu sais, si jamais demain nous devons mourir, je voudrais que tu saches que... Je t'aime ! "
Pendant que Fanny prononça son dernier mot, elle se jeta dans les bras de Marty et l'embrassa.
Le lendemain, ils partirent en direction du château. Rien ne pouvait les arrêter. Sur le chemin, ils rencontrèrent des clones de type 1 qui très vite, tombaient sous leurs coups. Apres quelques heures de marche, ils arrivèrent devant le château. Ils entrèrent.

CHAPITRE 7
Marty et Fanny arrivèrent enfin devant le trône de Luther. Personne ne l'avait jamais vu en vrai. C'était un homme comme un autre si ce n'est qu'une télécommande était suspendue en permanence à sa main.
" Je ne pensais pas que vous arriveriez jusqu'à moi, mais vos efforts auront été inutiles car n'oubliaient pas que je détiens la télécommande dans ma main.
- tu ne t'en sortiras pas comme ça...
- minute ! Je sais que tu pourrais me tuer en une fraction de seconde mais je ne t'ai pas dit un truc. La trappe que tu vois devant toi, c'est là que j'ai caché tous les clones. Cette trappe mène dans une salle située sous terre qui est si grande, que tu ne peux pas voir le fond. Alors, si jamais tu me tu, la trappe s'ouvrira automatiquement car des capteurs sont reliés de la télécommande a mon cœur. Tu ne voudrais tout de même pas que les habitants de cette planète meurent à cause de toi ?"
Fanny et Marty se regardèrent. Ils étaient désespérés.
Marty parlait par télépathie :
" Écoute, il nous reste une possibilité. Je vais quand même tuer Luther...
- Mais les monstres vont sortir !
- Peut être pas, dès que la trappe s'ouvrira, je sauterai dans le trou et je refermerai la trappe derrière moi car elle ne se ferme que de l'intérieur.
- Mais tu vas mourir !
- Mieux vaut moi que toute la planète
- Non ! Je ne peux pas te laisser faire ça. Je viens avec toi pour..."
Marty donna un coup sur la nuque de Fanny pour l'endormir afin qu'elle ne puisse pas venir avec lui :
" Je suis désolé mais je mourrai seul.
- Ah ! ah ! ah ! Que c'est touchant ! Je n'ai pas compris pourquoi tu l'as assommée mais ça l'empêchera de te voir mourir.
- Luther !
- Quoi ?
- Adieu !
- Comment..."
Marty bondit sur Luther et le tua d'un seul coup. Son cœur s'arrêta donnant une impulsion au centre de la télécommande qui ouvrit la trappe. Marty sauta dedans et atterris au centre de la gigantesque pièce qui abritait les clones. Marty regarda autour de lui et vit des cocons à perte de vue renfermant des clones de type 2.
Il savait que ça allait être la fin. Tout à coup, une sonnerie retentit déclenchant le processus d'ouverture des cocons. Marty pensa que cette sonnerie était du probablement à la mort de Luther.
Marty tomba à genou. Il priait le ciel de l'aider. Soudain, pendant que des milliers de ces monstres s'approchaient de lui, il pensa à la seule solution qui lui resté.

CHAPITRE 8
Marty s'éleva petit à petit dans les airs, une aura se formait autour de lui, sa force vitale se mélangeait à son potentiel énergétique formant ainsi de la force pure. Il pensait :
" Adieu Fanny, adieu Jaune. Pourquoi tout cela m'arrive-t-il, pourquoi moi ?, Pour les gens qui mon tant haïs, devrais-je me sacrifiait ?"
Soudain Marty cria :
" Adéène ! , Prête-moi ta force une dernière fois..."
Des éclairs jaillirent du corps de Marty. Une vague de force pure tourbillonnait autour de lui attirant les innombrables clones pour les tuer. Il poussait des cris de douleur atroces en se vidant de toute étincelle de vie qu'il y avait en lui. Cette énergie traversait la salle dévastant tout sur son passage tel un ouragan de feu.
Dix minutes après, les cadavres des clones gisaient sur le sol. Marty restait immobile dans le ciel, plus aucun signe de vie ne l'habitait. Quelques instants après, il s'écrasa au sol et se brisa comme une vulgaire statue de pierre. Au même moment, Fanny cria :
"Nonnnnnnnnnnnn !"
Ce fut la fin de Marty. Dix ans plus tard...
Fanny marchait dans le centre ville où la paix avait été rétablie. Le château de Luther avait été transformé en musée en l'honneur de Marty. Fanny continuait de marcher quand un petit enfant cria :
" Maman, ne marche pas si vite !"
Fanny se retourna et dit :
" Excuse-moi Marty, j'étais pensive."
En effet, le petit enfant était bien le fils de Marty et Fanny. Connaissant tout sur lui, Fanny était heureuse à l'idée de pensée que le garçon à la carte noire était devenu maintenant un héros.
" Repose en paix ! , Maintenant, tu es libre." Dit-elle.
FIN

 

"Come From Heaven"

CHAPITRE 1

Il y a bien longtemps, j'ai d'abord été humain. Comme tous, je vivais ma vie normalement. J'étais fiancé à une magnifique fille, elle s'appelait Ludi et elle était si belle que lorsque je la regardais, je tombais chaques fois sous son charme. Elle était blonde avec de jolis yeux verts et de beaux cheveux longs. Nous devions nous marier car nous étions fous l'un de l'autre mais mon destin en décida autrement un soir où nous revenions du cinéma. Nous vîmes, au loin un homme, apparemment d'un certain âge, tomber et ne pas se relever. Nous nous dépêchions d'aller l'aider lorsque derrière nous, surgit cinq hommes armés de couteaux ; cela devait êtres des voyous. Ils devaient avoir tué le vieil homme et comme nous avions été témoins, il était clair qu'ils ne nous laisseraient pas partir, ou du moins, pas vivant. Nous étions paniquées et ne savions que faire. Sans avoir le temps de réagir, l'un d'eux planta son couteau dans le ventre de Ludi. Je la vis s'écrouler là, devant moi. Son dernier mot fut mon nom " Marty ". Impuissant j'ai essayé de me battre mais en vint. Je me souviens avoir reçu deux coups de couteaux, puis, plus rien...

J'ai repris conscience sur un bateau ou je vis enfin la tête de mes agresseurs. Ils me jetèrent à l'eau.
Je me laissais couler, entraîner par les plombs qui m'attachaient. Plus je descendais, plus le fond de l'eau devenait foncé jusqu'à ne plus rien y voir. L'air me manquait mais dans un dernier souffle de vie, avec mes dernières réserves, j'ai crié...

CHAPITRE 2

Je me suis réveillé dans un monde dévasté, un monde de ruine, un monde ou toute vie avaient l'air d'avoir disparu. Ma colère était cependant encore présente et la haine envahissait mon corps, je n'étais plus moi-même. Je me suis d'abord levé, puis j'ai marché sans savoir vraiment pourquoi ni ou je me rendais, j'étais comme attiré par une puissance mystérieuse.
Je n'avais plus la notion du temps, je me souviens avoir marché des heures entendant sans cesse des cries atroces mais sans jamais croiser personne. Je ne savais vraiment pas ou j'étais, je continuais de marcher lorsque je fut interrompu par un genre de moine vêtu de noir. Je ne savais pas qui c'était ni ce que c'était car ses mains étaient bleu terne et ne comportaient que quatre doigts ou devrais-je dire " griffes ".
" Qui es-tu ? Ou suis-je ? Et Ludi ? Pour...
-Tais-toi !
-Mais...
-Fermes là et écoutes moi ! "
Il avait une voix très grave qui résonnait à des kilomètres, elle me faisait peur...
" Mon nom est Consciousness'angel et je suis là pour t'aider...
-Pour m'aider ? ! Mais ou suis-je ? Et Ludi ?
-Tu es mort (il y eut deux minutes de silence)
-Mort...
-Oui mais rassures-toi, tu n'es pas en enfer.
-Mais ou suis-je alors ?
-Dans une dimension parallèle, hors du temps.
-Mais comment je suis arrivé ici ?
-Lorsqu'une personne meurt, son âme traverse cette dimension pour rejoindre le paradis ou l'enfer, j'ai stoppé la tienne et te voilà.
-Mais qui es-tu exactement et pourquoi avoir stoppé mon âme ?
-Je suis l'ange de la conscience, un ange banni du paradis et de l'enfer. Mon rôle est de réparer les injustices...
-c'est à dire ?
-Il peut arriver qu'une erreur de temps se produise et que la destinée d'une personne en soit modifier mais cela n'arrive qu'une fois tous les milles ans. Tu aurais du avoir une vie normale avec Ludi mais tu es mort par erreur.
-Par erreur ?
-Oui, tu ne devrais pas être ici et c'est là que j'interviens.
-Comment ? Et Ludi alors ?
-Justement ! Je vais te renvoyer dans ton monde car Ludi à survécu et ceux qui t'ont hotté la vie vont essayer de la tuer pour de bon. Comme il ne peut y avoir deux erreurs, tu devras les en empêcher.
-Mais comment ?
-Regardes-toi et tu comprendras ! "J'ai d'abord regardé mes mains, elles ressemblaient au siennes sauf que j'avais mes cinq doigts. Mon visage n'avait pas changé si ce n'est le fait qu'il était blanc et deux ailes m'avaient poussée dans le dos. On aurait pu les comparer à celle d'une chauve-souris. J'étais un démon.
Je vis le moine s'éloigner lentement, il me parla encore avant de disparaître mais sa dernière phrase me resta dans la tête :
"Il te reste une chance de redevenir humain mais tu devras la découvrir ..."

CHAPITRE 3

Je vis mon corps se rematérialiser dans le ciel, au-dessus la mer, à l'endroit où j'étais mort. Mes grandes ailes dépliées me maintenaient dans les airs. C'était la nuit et deux semaines c'étaient écoulé depuis le drame. J'avais encore conscience de qui j'étais mais je pouvais me transformer, perdre ma personnalité à la moindre émotion forte. Je l'ai su lorsque j'ai repensé pour la première fois au crime.
Je me souviens avoir volé une bonne partie de la nuit avant de me rendre chez Ludi. Elle venait de sortir de l'hôpital. Je ne savais pas comment me manifester, lui dire que j'étais en vie, lui dire que je l'aimais et la serrer dans mes bras alors je suis resté là, sur le toit à veiller la maison jusqu'au matin avant de me cacher dans la montagne jusqu'au soir d'après.
La nuit, je dormais sur le toit de sa maison et la journée, je me cachais sur le celui de son lycée. Je la regardais, triste, elle devait probablement encore penser à moi gardant un espoir de me retrouver vivant car mon corps était porté disparu. Je pleurais de la voir dans cet état, je n'avais envie que d'une chose, c'était d'aller la voir, pour la consoler mais il ne fallait pas que je me fasse voir.
En fait, le jour était le plus dure car cacher des ailes de près de deux mètres était difficile. J'aurais tout donné pour lui dire seulement deux mots, la voir mais j'étais un démon et je lui aurais sûrement fait plus peur que plaisir.
Durant presque un mois je l'ai surveillais mais rien ne se passait. Nous souffrions tous les deux.

CHAPITRE 4

Un soir, Ludi sortit du lycée plus tard que d'habitude en raison de son cour de danse. Il faisait nuit. En sortant du bus, près de chez elle, un homme semblait la suivre. J'étais sur un toit à surveiller de près la situation quand mon doute se confirma. En effet, je venais de remarquer, dans la rue où passait Ludi pour rentrer chez elle, que trois autres personnes l'attendaient. Je les avais reconnus, c'était eux, mon corps commença à trembler. Ludi, méfiante, accélérait le pas mais soudain, à la hauteur des trois autres, elle compris ce qui l'attendait, elle essaya de s'enfuir mais celui qui la suivait bloqua le passage :
" Quelle idée d'habiter une rue si sombre ma petite...
-Pourquoi moi ? Qu'est-ce que vous me voulez ?
-Ton silence ! On t'a ratée la première fois, on t'aura cette
fois-ci !"
Ils commencèrent à sortir les couteaux, Ils formaient un cercle autour d'elle. Le premier s'avança lentement vers elle quand soudain je me suis jeté sur lui, envahi par la haine. Il se retrouva plaqué au sol. Ludi ne voyait qu'une sorte d'ombre d'apparence humaine mais avec de gigantesques ailes. Elle savait que j'étais là pour l'aider mais néanmoins elle était pétrifiée car comme j'étais de dos, elle ne m'avait pas reconnu. J'avais changé, je n'étais plus moi-même, je ne savais plus discerner le bien du mal. L'homme qui était derrière elle Parvint à s'enfuir mais les trois autres, paralysée par la peur restaient immobile sans parler mais l'un d'eux, me reconnu :
" Mais...on t'a tué !t'es mort ! "
J'étais resté sans voix sur ces paroles et surtout sur le mot " mort " moi qui me croyais encore vivant. Ludi, se releva et partie en courant, pleurant toute les larmes de son corps. Maintenant qu'elle n'était plus là, je pouvais m'occuper d'eux...
Je n'ai pas le souvenir de ce qui c'est réellement passé par la suite, je ne pourrais pas dire si ces trois là sont encore en vie à l'heure actuelle. Je pense que c'est à cause de ma transformation. Le démon qui sommeillait en moi à probablement du prendre totalement le contrôle de mon corps et de mon esprit. Je me souviens seulement m'être réveillé dans la montagne où je m'étais caché la première nuit.

CHAPITRE 5

"...on t'a tué !...t'es mort ! " Voilà la phrase qui défilé en boucle dans la tête de Ludi. Elle n'avait rien raconté à ses parents. Elle était couchée dans son lit, elle repensait à ce qui c'était passé tout à l'heure, à ce sauveur. Elle s'imaginait que c'était peut-être un ange gardien mais cette phrase la travaillait. La silhouette qu'elle avait vue, bien que déformé, lui semblait familière. Elle avait bien une idée mais bon!, dans sa tête, elle était impossible.
Je la regardais, du toit de la maison d'en face, avec mes yeux, à travers ceux du démon que j'étais. Je me sentais toujours aussi amoureux. Je la regardais s'endormir quand me vint une idée, j'avais trouvé comment me manifester.
Quand j'étais encore en vie, j'avais l'habitude, de temps en temps, de lui déposer une rose sur le rebord de sa fenêtre.
Le lendemain, en trouvant la rose, elle avait comprit, ses doutes étaient fondés. Elle se doutait de mon identité mais comment l'expliquer. Elle paraissait avoir retrouvé le sourire et l'espoir de me revoir mais la tristesse l'habitait toujours. Elle décida de ne rien dire à personne car qui la croirait ?
Au fond de moi, j'étais heureux de mon action mais j'avais quand même peur de me présenter devant elle, peur de sa réaction.

Mon corps venait d'être retrouvé au bord d'une plage, traîné par les courants. C'était les titres du journal. Du haut de mon toit, je la vis s'effondrer dans la cour.

CHAPITRE 6

Sans savoir comment, alors que je regardais Ludi du haut de mon toit, je réapparus dans l'autre dimension, en face du moine...
Le monde me semblait différent, beaucoup moins vaste. Je continuais de regarder autour de moi quand Consciousness m'adressa la parole :

" Je vois que tu as remarqué !
-Oui, quelque chose est différent mais je n'arrive pas trop à savoir quoi, on dirait que cet endroit est plus petit que la dernière fois.
-En effet, le monde parallèle rétréci.
-Mais pourquoi ? Est-ce normal ?
-Pas du tout ! C'est pour ça que je t'ai fait revenir. La dimension rétrécie à grande vitesse et risque bientôt de disparaître si tu n'empêche pas la deuxième erreur du temps de ce produire.
-Comment puis-je faire ?
-Ludi doit absolument rester en vie, c'est notre seule chance !
-Mais elle l'est, alors pourquoi le monde rétréci quand même ?
-Ceux qui t'ont tué vont tout faire pour éliminer Ludi. Il risque d'attaquer à tout moment donc il faut que tu interviennes si tu veux que le monde parallèle soit sauvé.
-D'accord ! Renvoies-moi sur terre et je les en empêcherai ! "
Le moine se retourna et commença à marcher. Je le regardais partir attendant qu'il me renvoi sur terre lorsqu'une question me revint :
" La dernière fois, tu m'avais dit qu'il me restait une chance de redevenir humain, comment dois-je faire ?
-Je ne peux rien te dire, sinon tu ne redeviendras jamais le garçon que tu étais. Je peux juste te donner un indice...
-Lequel ?
-N'hésite pas à mourir de nouveau "
Il se retourna encore une fois et continua son chemin. Je me demandais ce qu'il entendait par " mourir de nouveau ".
Je réapparus sur la terre quelques jour plus tard, au-dessus de la mer, au même endroit que la dernière fois. Il faisait encore nuit mais le soleil n'allait pas tardait à se lever. Par réflexe, je me regardais et je vis que j'avais " évolué ". Mes ailes étaient plus grandes et mon visage plus monstrueux. Je devenais un démon.

CHAPITRE 7

J'étais déterminé, je n'avais pas l'intention de laisser tomber, je voulais redevenir un humain et sentir de nouveau la chaleur dégagée par l'amour que me portait Ludi.
Il était environ midi et je me trouvais sur le toit du lycée, mon corps tremblait, je ne savais pas pourquoi. La cause venait peut-être de ma mutation. Soudain, je vis, au loin, une dizaine d'hommes cagoulés armés de fusils. On aurait pu croire à des forces spéciales mais il en était autre. Mon regard se baissa et je vis Ludi, c'était sa récréation.
Je ne pensais pas qu'ils attaqueraient en pleine journée à une heure de pause mais lorsqu'ils franchirent le portail d'entré, je savais que tout aller se jouer dans la prochaine heure.
L'un d'entre eux gardait le portail, un deuxième coupa la ligne téléphonique générale du lycée car situé en colline, c'était leur seul lien vers l'extérieur. Les huit autres montaient lentement le chemin menant vers la cour. Je les regardais avancer, attendent le moment pour agir. Ma seule envie était de leur sauter dessus avant qu'ils atteignent la cour mais mon corps restait bloqué et mes ailes ne voulaient pas bouger. Impuissant, je regardais les élèves ignorants le danger qui les menaçait.
Une fois dans la cour, Ils tirèrent des coups de feu en l'air. Il n'y eut plus un bruit, Ludi compris de suite que c'était pour elle qu'ils étaient là.
Je parvint enfin à me lever mais j'avais énormément de mal à bouger..." Je dois la sauver ".

CHAPITRE 8

" Je crains devoir tuez tout le monde ! ". A l'écoute de ces mots prononcés par le chef de la troupe, les élèves commençaient à paniquer. Ils commençaient à avancer vers Ludi puis le chef pointa son arme dans sa direction. Ludi parvint à parler malgré la peur.
" Pourquoi me harceler, pourquoi moi, qu'est ce que j'ai fait ?
-Tu as vu nos visages et tu serais, par conséquent, capable de nous reconnaître, tout simplement.
-Pourquoi tous ces risques pour moi ?
-Quels risques ?
-Eh bien, venir en pleine journée tuer quelqu'un !
-Regardes bien où est situé ton lycée...c'est la campagne ! Qui veux-tu qui intervienne ? mes hommes gardent l'entrer, les lignes téléphoniques sont coupées et les portables ne captent pas !, seul un miracle pourrait vous sauver..."
Il s'avança doucement jusqu'à avoir son arme sur le front de Ludi. Il s'apprêtait à tirer...
" S'il te plaît, ne me tue pas ! ", Ludi pleurait...Je crois que se sont ses pleurent qui déclenchèrent ma mutation finale.
Je commençais à perdre le contrôle de mon corps, mes membres se durcissaient et un masque, celui du démon, recouvrait mon visage. Je n'étais plus moi...j'étais lui...le démon...
J'apparut d'un coup, derrière le chef, mes ailes totalement dépliées et fou de rage. Il me tira dessus, la balle me traversa et la douleur me fit crier. Il n'y avait plus que les nerfs qui habitait mon corps. Je lui sauta dessus tel un animal, je n'avais plus rien d'humain. Je lui trancha la gorge d'un coup de griffe.
Je les tuais comme ça un à un lorsqu'un coup de feu retenti. Un cri s'en suivit, c'était la voit de Ludi. Je me retourna et je la vis étendu sur le sol dans une flaque de sang. Par réflexe, j'avais lâché ma proie pour sauter sur le tireur et le tuer. Un par un, ils étaient tous morts...

CHAPITRE 9

J'étais calmé, je me tenais debout devant le corps de Ludi sous les yeux ébahies et stupéfiés des élèves. Mes ailes se mirent au repos, mon masque se rétracta et mon corps redevint comme le jour de ma résurrection. Je me mit à crier :
" Consciousness ! je suis désolé, je n'ai pu empêcher la deuxième erreur du temps. Ludi va mourir et le monde avec elle. Pourquoi ? "
Je m'accroupis sur Ludi lorsque je la sentis bouger ses lèvres:
" Mon amour, je suis encore en vie mais je commence à ne plus sentir mon corps...Néanmoins, je suis heureuse car j'aurais vécu assez longtemps pour te revoir une dernière fois...
-Ne meurt pas, je t'en supplie, je dois te sauver...AIDES-MOI CONSCIOUSNESS ! ! ! ! "
Le moine noir apparu derrière moi :
" Ne te retournes pas et concentres toi...ferme les yeux et penses à ce que je t'ai dis, tu en as le pouvoir "
Ces paroles restaient floues et je repensais à sa phrase... "n'hésites pas à mourir de nouveau "
" Ludi, tu vas vivre, je te le jure, je donnerai tout ce que j'ai pour que tu vives. " Soudain je fis le rapprochement...celui de donner ma vie pour sauver la sienne.
Je pris Ludi dans mes bras et la serra très fort. Je me concentra pour transmettre mon énergie dans son corps. Une aura de lumière blanche nous entoura et mon apparence redevenait celle d'un humain au fur et à mesure de l'échange de l'énergie.

CHAPITRE 10

Ma vie s'était éteinte. Ludi pleurait ma mort. Elle pensait qu'il était injuste que je meurs à sa place.
Consciousness marcha vers Ludi :
" Ecoutes ! J'étais en communication avec les dieux...ils sont d'accord pour laisser une deuxième chance à Marty. Il devrait retrouver la vie d'un instant à l'autre.
-Merci !
-Je vous prédis une vie heureuse. Vous aurez deux enfants et une belle maison. Vous aurez des moments difficiles mais la force de votre amour vous aidera à surmonter les épreuves...Maintenant, je dois retourner dans mon monde..."
Consciousness disparu dans un nuage de fumée laissant Marty dans les bras de Ludi...
FIN

 

"J'ai le coeur déchiré..."

J'étais à genou, je pleurais, mes larmes coulaient, j'en avais marre...marre de ces attaques extérieures qui vous ronge le coeur, qui provoque la peur et la terreur, qui font penser à la seule issue possible...la mort.
C'est difficile lorsque l'on n'a plus rien, aucun moyen de défense à cet affront déloyal qui termine toujours par la défaite. Je ne connais aucune armes capable de vaincre ce sentiment a moins de ne pas avoir de coeur.
J'essaie pourtant de lutter, de me dire que ce n'est rien, que ca va aller mieux, que tout va peut-être s'arranger mais ce n'est que foutaise ! Je perds tout le temps, je n'ai pas le choix, je n'ai pas choisit, c'est comme ca, c'est tout !
C'est dur de retenir ces larmes dans ces cas là. Je croyais que je pourrais avoir une vie heureuse mais je m'aventurais sur un terrain que je ne connaissais pas.
Il faut que j'ouvre les yeux sur cette vérité, ma vie n'a plus aucun sans. J'aimerais mourir car je ne peux plus vivre avec ce sentiment.
Bien sur je pourrais attendre que cela passe mais la blessure est trop profonde pour qu'elle puisse se refermer un jour, et puis je n'ai rien pour me raccrocher au goût de vivre. C'était la seule personne pour qui je concevais la vie, pour qui je pouvais tout donner et ne rien refuser.
De plus, je croyais que lorsque l'amour s'installer quelque part, il ne repartait pas...je l'aimais et je l'aime toujours. Je l'aimerai même dans mes autres vies mais...elle ma quitté...

 

"Oublier..."

Je n'aime pas faire partager la tristesse qui m'habite lorsque j'ai des soucis ou des ennuis, c'est pour cela que je m'arrange toujours pour que les gens rient autour de moi car leurs rires me permettent d'oublier...oui, pour oublier ce mal qui vie en moi, ce mal qui fait que je ne serais jamais heureux. J'ai toujours pensé que ce n'est pas cette âme qui aurait du habitait ce corps, mon corps. Je m'arrange toujours pour oublier le mal, celui que me font les autres car celui que je possède me ronge assez comme ça. Oublier, c'est un mot qui m'est approprier car sans cela, je me demande comment je vivrai. C'est dur d'oublier mais je pense avoir trouvé un moyen...le courage. Ce dernier me manque, peut-être qu'un jour, je l'aurai. Demain sera un jour nouveau car j'ai décidé d'avoir ce courage, la volonté d'oublier la douleur qui me ronge sans cesse tous les jours, chaque minute et chaque seconde surtout depuis que tu m'as quittée mon amour. Pourtant, j'ai décidé de me relever, de résister, de combattre...mais je crois qu'il n'existe qu'une solution. Je pris les escaliers puis je suis monté tout en haut, et de là, je suis tombé, avec le courage, pour oublier."Triste Destinée..."
Je marchais dans la colline, sous une douce pluie, d'un pas très lent. Je m'arrêtais de temps en temps pour regarder le ciel gris puis je continuais mon chemin vers le sommet.
Malgré la pluie, il ne faisait pas très froid mais mon regard, lui, était glacé. Tout en haut, je me suis appuyé sous le grand chêne qui dominait la falaise pour regarder la mer. Elle était agitée et ses vagues s'écrasaient sur les rochers. Je me levais, avançant doucement vers le bord de la falaise. Je me sentais bien, tout seul, pensent à mon destin et ce qu'il deviendrait...
Des larmes commençaient à naître dans mes yeux ; c'était plus fort que moi, il fallait que je pleure car les sentiments qui m'habitaient en ce moment devenaient de plus en plus dure à garder. Je pensais à ce que j'allais faire, à mon avenir. Je me disais que je ne pourrais pas savoir ce que le futur me réserverait car je n'en ai plus maintenant qu'elle ma quitté.
Maintenant, il est trop tard pour reculer car je voyais le sol se rapprocher à grande vitesse."Un rêve d'enfant..."
Je me suis toujours imaginé pouvant un jour sauver une personne, une ville ou le monde en échange de ma vie. Depuis ma plus tendre enfance, je ne pensais qu'à ça, agir en héros. Mais j'ai toujours manqué de courage et de volonté, j'ai toujours eu peur que l'on se moque de moi et de cette idée car qu'est ce qu'un enfant pas très musclée pourrait sauver ? De plus, la situation ne s'est jamais présenté et je ne pensais pas qu'elle se présenterait un jour. Pourtant, il a fallu d'une journée pour que ces terroristes débarquent dans le lycée.
La police était là, impuissante face aux armes braquées sur les élèves, spectateur de la scène, attendant le bon moment pour agir. La tension se faisait de plus en plus forte et personne ne tentait quoi que ce soit. Soudain, Un terroriste posa son armes sur la tempe d'une élève et menaça les flics de la tuer s'ils ne les laissaient pas partir. Je regardais tout ça, pensant sans cesse à mon rêve d'enfant, je me disais que c'était peut-être l'occasion. Sans savoir comment ni pourquoi, me laissant guidé par mon corps et ma pensée, je me suis mit à courir vers le terroriste en criant...le coup de feu était partit...
Suite à ça, la police en profita pour s'emparer à leur tour de leurs armes afin de tuer tous les terroristes.
Quelques instant plus tard, la sirène des pompiers retentissait, un homme courraient, des couvertures dans les mains. Une des couvertures servies pour la fille, qui était choqué par la scène qui venait de ce passer. Elle s'appelait Ludivine et j'étais vraiment très amoureux d'elle.
La deuxième couverture servie a recouvrir mon corps...mon rêve s'était réalisé.

Jerome Arnoux - 23 ans - mardi 9 avril 2002

 

 

CARTA DE UN SUICIDA

Al lado de un cadáver que se había suicidado, se encontró la siguiente carta:
No culpo a nadie de mi muerte. Me quité la vida porque en dos días más que viviera no sabría quién soy en este mar de lágrimas.
Le explicaré a Vd. Sr. Juez:
Tuve la desgracia de casarme con una viuda, ésta tenía una hija, de haberlo sabido esto nunca lo hubiera hecho. Mi padre, para mayor -desgracia era viudo, se enamoró y se casó con la hija de mi mujer, de manera que mi mujer era suegra de mi padre, mi hijastra se convirtió- en mi madre y mi padre al mismo tiempo era mi yerno.
Al poco tiempo mi madrastra trajo al mundo un varón, que era mi hermano, pero era nieto de mi mujer, de manera que yo era abuelo de mi hermano.
Con el correr del tiempo mi mujer trajo al mundo otro varón y como herma-no de mi madre era cuñado de mi padre y tío de su hijo. Mi mujer era sue-gra de su propia hija. Yo era padre de mi madre, y mi padre y su mujer -son mis hijos, mi padre y mis hijos son hermanos y mi mujer es mi abuela ya que es madre de mi madre y, además, yo soy mi propio abuelo.
Ya ve Sr. Juez dejo esta vida de barullos porque yo no sé quién soy.

Antonio Lafuente - mardi 9 avril 2002


 

Une nouvelle pierre

Bonjour,
Il faut qu’on écrive la page Web la plus longue du monde
Je veux bien y apporter ma pierre.
Il faut qu’on …
Il faut qu’on …
D’accord, mais c’est qui le « qu’on » ?

Attention malgré tout, a ne pas construire la page qui risque de boucher le port de Marseille
P’tain con

Daniel - lundi 1 avril 2002

 

 

Doutes

À mon coeur insensible
Coupable de ne laisser place à l'amour
Ce sentiment que depuis toujours j'espère de connaître,
Ses infimes manifestations sont trop fugasses
Pour m'encourager à persévérer.
Au risque de me mentir à moi-même
L'Affection que j'éprouve à ton égard
Est d'une profonde sincérité.
L'Amour en revanche
Me paraît parfait illusion.
Et si ce que je connais mérite d'en porter le nom,
Dans mon esprit les doutes m'en dissuadent.
Pourtant je donnerai plus que je n'ai
Pour t'aimer toi qui le mérite tant,
Qui me touche et me séduis.
Tel la précarité de l'écriture crayonnée
Mes turpitudes s'envolent
Quand tes yeux avouent m'aimer.
Dialogue
Tes calins me manquent,
Mes carresses sur ta peau aussi.
Tes rares compliments me réjouissent,
Mes tentations sur ton corps autant.
Tes yeux rendent amoureux les miens,
Mes mains aprécient la chaleur des tiennes.
Tes joues sont les plus douces à froller,
Mes rêves le sont encore plus.Aveuglément
Je ne veux plus réfléchir,
Je veux agir comme un enfant passionné par sa vie.
Raisonner est adulte,
c'est s'obliger à s'appliquer une droiture.
Mais l'aléatoire est plus dangereux car imprévisible.
Je veux de nouveaux être esclave de mes sentiments et
passions,
Non plus de ma raison
toujours faussé par l'ignorance aliant l'homme.
Considerons la justesse du hasard
et appliquons la même philosophie.
Plaçons ce qui régis depuis toujours l'Univers
au dessus de notre réfléxion.
Le hasard a toujours mieux fais que l'Homme.

Noooz - samedi 30 mars 2002

 

Absoluto Relativo

Nada es ABSOLUTO.
Todo es RELATIVO.
Cuando lo entendamos, creceremos.

La vida es como una via.
Subidas, bajadas.
Rectas, curvas.
La via es como la vida.


Fuerza y sigan el proyecto.

Yuyi. - Argentina - vendredi 29 mars 2002

 

 

Le chemin

Je ne pourrais jamais laisser ce chemin.
Je suis perdu dans toi, tu l'en sais.
Si tu me faire mal ou tu me libere,
c'est ecrit en mon coeur brisé.
Bien tôt notre chemins seront partir.
Mais je t'aimerai pour toute ma vie.

De Manuel à Rachel - Quebec - 30-mars 2002

 

 

Souvenez

Souvennez Europe
les chemins sont a deux vies
le siecle que commence
resemble ce q'a finni
les chemins sont a deux vies
respetez les immigrants

Juan – Uruguay - vendredi 29 mars 2002

 

 

Una Golondrina

Una golondrina
Una golondrina
Dos golondrinas
Dos golondrinas
Tres golondrinas
Tres golondrinas
Cuatro golondrinas
Cuatro golondrinas
Cinco golondrinas
Cinco golondrinas
Seis golondrinas
Seis golondrinas
Hacen media docena de golondrinas
y si a esa media docena de golondrinas le quitamos el rabo.
Hacen media docena de golondrinas sin rabo
Siete golondrinas ...
Al-rufet

OSCAR MEMBRADO FERRERES - 5 de Mayo

 

 

Sur mon toit

Sur mon toit , des etoiles , je suis la voile du vent ou la toile du ciel , percés de petits trou lumineux ou de breche eclatante .Des fois un nuage ou deux sortent de ma cheminer....Les trou se bouche et tombe des gouttes plus humide et mouillé que des larmes ! La tristesse de se monde est que sous mon toit je suis sec et heureux , dehors je devien trempé et triste .....Restons groupé formons l'unité puiske personne ni croi et que personne ne la fait !

Valentin VENDALSQUAD – 16 ans - mercredi 27 mars 2002

 

 

Signos de Amor

Desde Salto Argentina

Signos de amor


Tienes que encender una luz aunque sea pequeña
Si ella se apaga este mundo será una tiniebla
Tienes que arriesgarte a creer y no cerrar mas tu puerta
Vale la pena su brillo aunque sea pequeña.

No permitas que la noche invada tu vida
Hay mucha belleza en vos para que este escondida
No le niegues a los otros tus ojos, tu amor, tu voz, tu alegría,
No te quites la libertad ni borres tu sonrisa.

Tienes que atreverte a vivir de una forma distinta
Llenarte los ojos de amor y sembrar cada día
Y veras como cambia este mundo
Cuando sin temor abras al fin tu puerta
Y mantengas prendida tu luz por pequeña que sea.

Y cuando la obscuridad te lastime muy dentro
Deja brillar tu candil que puede ser eterno
Solo podrás ser feliz si te atreves a amar sin medida y sin tiempo
Manteniendo la lama encendida a pesar de los vientos

Si quieres te ayudo a cuidar tu pequeña chispa
Hasta que sea llamarada que de fuerza y vida
Hasta que tu corazon sea un signo de amor para el que camina
Y seamos muchos los que tengamos la luz encendida.

Cordiales saludos

Antonio Manuel Soto-Quiroga - mercredi 27 mars 2002

 

 

Voila une p'tite blague!!!

A la english:
Pourquoi les gens crient-ils devant une crème glacée???
Parce que <<I SCREAM!!!!!>>

Johann RABESON - mercredi 27 mars 2002

 

 

TE QUIERO

Hoy me he econtrado con esta web de la que no sabia nada... Leyendo el articulo del el periodico El Mundo en su version digitial me tropece con ella y decidi incluir "algo" para al menos colaborar de alguna manera en un proyecto que me parece fantastico puesto que pretende lo que pocos pueden o quieren ver, tantas voces sin mirar de quien son. Lo voy a hacer de una forma que ultimamente se ve poco en cualquier sitio al que mires, diciendo TE QUIERO. La historia ya es larga y aun ni siquiera se ha empezado a escribir y tan poco sé si se escribira algo mas, pero le digo TE QUIERO a esa chica que me tiene enamorado, a Lucia. Bueno al final no es tan dificil :)

mercredi 27 mars 2002

 

 

Pensez au gens que vous aimez

Sachez penser et dire ces quelques phrases aux gens que vous aimez
Quand tu verseras une larme,
Quand tu lanceras un cri d’alarme,
Quand tu seras fatiguée,
Quand tu seras tannée,
Je serai toujours là pour t’encourager.
Quand tu auras besoin d’une oreille pour t’écouter,
Quand tu auras besoin d’une main pour te relever,
Quand tu auras besoin d’un câlin pour t’apaiser,
Je serai toujours là pour te consoler.
Quand la vie te décevra,
Quand un grand mur se dressera devant toi,
Quand tu auras peur de foncer,
Je serai toujours là pour t’aider.
Quand le soleil s’éteindra dans ton âme,
Quand tu croiras que la vie perd son charme,
Quand les idées noires te désarment,
Je serai toujours là pour te tendre la main.
Quand tu seras devant trop de détours,
Quand tu ne trouveras plus le chemin du retour,
Quand tu chercheras le Nord dans le jour
Je serai toujours là pour te guider.
Quand, un jour, la chance te souriras,
Quand le ciel se dégagera pour toi,
Quand ton sourire resplendira,
Je serai toujours là pour rire avec toi
Quand tes rires se changeront en fou-rires,
Quand une simple fleur te fera sourire,
Quand le bonheur emplira ton cœur,
Je serai toujours là pour cultiver ce Bonheur.
Si tu as besoin de moi,
Peu importe l’heure qu’il sera,
Peu importe le temps qu’il fera,
OUI, JE SERAI TOUJOURS LÀ. POUR TOI !!!

Viel samedi 23 mars 2002

 

 

S'il vous plait... Signez-moi un contrat en or !

Tout a vraiment commencé il y a quelques années, à une époque où j'étais jeune et innocent. A cette époque, en classe de quatrième, j'avais étudié une version abrégée des "Misérables" de Victor Hugo. Séduit, je décidais de continuer dans cette voie et me lançais, quelque temps plus tard, dans la lecture de Notre-Dame de Paris. Grand romantique, je décidais de hisser ce livre au sommet de mon podium littéraire et d'en faire mon livre préféré. C'est sur que ça fait mieux que "Martians, go home !" de Frederic Brown.
Quelle ne fut pas ma déception, quand quelques années plus tard, Richard Cocciante eut l'étrange idée d'ajouter le chef d'oeuvre à son répertoire, je tombais de bien haut. A partir de ce jour, quand on me demandait quel était mon livre préféré, et que je disais, fier de mon choix : "Notre-Dame de Paris !", on me répondait : "Ah bon, comme la comédie musicale ? Ils en ont fait un livre ? Trop bien, faut que je le trouve ! (sic)"
Déçu, je décidai de retourner à mes lectures d'enfance, que je pensais être à l'abri du monde musicalo-commercial des adultes et remettais, tout en haut du podium, le livre qui n'aurait jamais du quitter cette place : "Le Petit Prince", de St-Exupery.
Vous devinez la suite ?
Vous allez me dire : "Non ? Quand même pas ?"
ET BIEN SI !
Jeudi 28 mars, 17h19, station "Félix Faure" sur la ligne 8, tout s'accélère. Je rentre du lycée, où j'ai passé brillamment (hum) mon épreuve d'allemand du bac blanc, avant un détour chez mon médecin : un journée bien remplie. Quand soudain, pour une raison qui m'échappe, j'ai la mauvaise idée de lever les yeux de ma lecture ("Des fleurs pour Algernon" de Daniel Keyes), je tombe sur l'horreur absolue collée contre un mur, déguisée en affiche publicitaire pour passer incognito.
Une publicité gigantesque me regarde droit dans les yeux. On y voit la silhouette un petit personnage avec une écharpe, dont la coupe de cheveux n'est pas sans évoquer celle du héros de Dragon Ball Z.
"Mmm ?"
Mes yeux glisse sur le côté à la recherche d'un sens à donner à cette affiche que je n'avais encore jamais vue. Je tombe sur un titre : "Le Petit Prince".
"Tiens ! Comme le livre de St-Exupery !"
Toujours aucun sens, je continue à chercher. Mon regard remonte jusqu'à une inscription, tout en haut de l'affiche. Un peu plus sombre, il me faut une demi seconde de plus pour la déchiffrer : "Richard Cocciante".
"Horreur ! C'est le nom de celui qui a ruiné mes goûts littéraires !"
Et, tout d'un coup, deux neurones se frôlent dans mon cerveau, associant les deux images : Les deux inscriptions font parti de la même affiche. Incrédule, je ne vois pas quel peut être le rapport entre des deux entités diamétralement opposées. L'angoisse commence à m'envahir, et je cherche rapidement quelque chose pour me rassurer, pour me convaincre que ce que je vois n'est qu'un délire de mon imagination, qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter.
"D'après l'oeuvre d'Antoine de St-Exupery."
Je perds connaissance.
Deux heures et dix neuf minutes plus : dîner. J'ai le malheur d'avoir une mère fan de l'émission de Laurent Ruquier : "On a tout essayé." Première invité : Anna Galvada, auteur du recueil de nouvelles apparemment best-seller "Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part". La pauvre semble perdue entre tous ces humoristes de seconde classe qui tente tant bien que mal de tirer une blague douteuse de son oeuvre. Elle se force à sourire par moments et, quand elle s'enfuit horrifiée du plateau, elle a du dire en tout et pour tout sept mots.
Ruquier et son sourire de vendeur d'aspirateurs annoncent les invités suivants, transformant à cette occasion mon sang en azote liquide : Les deux acteurs qui interpréteront l'aviateur et le Petit Prince dans la nouvelle comédie de Richard Cocciante. Les susnommés arrivent. A ma gauche, un croisement entre Alain Delon et un curé de campagne à l'accent québécois. A ma droite, un skater de 13 ans aux cheveux laqués, à l'air niais, grand champion du dernier tournoi de Pokémon à Palavas-les-flots.
Heureux fidèles de l'émission que nous sommes, nous avons la chance de voir en a-van-pre-miai-re le clip de "On aura toujours rendez-vous", qui est à St-Exupery ce que "Belle" est à Victor Hugo.
NIIIARRRRRHHHH
Un soupçon de raison atteint au dernier moment mon esprit troublé : envoyer le poste de télévision par la fenêtre ouverte ne changera en rien cette infamie intersidérale. Et puis, je pourrais blesser quelqu'un.
Je rebranche le poste.
Et sombre dans un profond désespoir. Que faire ? Abandonner à nouveau un chef d'oeuvre aux experts-comptables de chez seconde/Universal ? Pas question : dès le début du spectacle, je serais devant le Casino de Paris chaque soir de représentation, et je jetterais des pavés sur l'odieux édifice jusqu'à ce qu'il s'effondre.
AUX AAAAARMES !
Je m'imagine déjà, dans quelques années, m'entendant répondre : "Ah bon, comme la comédie musicale ? Ils en ont fait un livre ? Ouah, trop moche les dessins, alors que Jeff il était trooooop mignon !"

Cuarcan Latz - 17 ans – Paris - jeudi 28 mars 2002

 

 

Le cercle vicieux des cheveux

Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.
Pourquoi s'arrache-t-on les cheveux? Parce qu'on est stressé.
Pourquoi est-on stressé? Parce qu'on doit travailler.
Pourquoi doit-on travailler? Pour gagner de l'argent.
Pourquoi doit-on gagner de l'argent? Pour s'acheter des perruques.
Pourquoi s'achête-t-on des perruques? Parce qu'on perd ses cheveux.
Pourquoi perd-t-on ses cheveux? Parce qu'on se les arrache.

Morale de ce paragraphe: C'EST A S'ARRACHER LES CHEVEUX!!!!!

Johann RABESON – 14 ans – Villeurbanne- jeudi 28 mars 2002

 

 

La letra de eurovisión (spain)

Estoy feliz de encontrarme hoy aquí
y no me preguntes más porque
ya corre en mis venas la pasión
y brilla en mi una ilusión
siento algo nuevo en mi interior
que me lleva a ti
un camino por hacer
sin nada que esconder
Europe's living a celebration
todos juntos vamos a cantar
Europe's living a celebration
nuestro sueño una realidad
no se oirán jamás las voces que no
nos dejen dar el paso final
si existe en nosotros la pasión
y brilla una luz en tu interior
ahora el tiempo nos cambió
y será para siempre
no dejes por favor
lo dice el corazón
Europe's living a celebration
todos juntos vamos a cantar
Europe's living a celebration
nuestro sueño una realidad
no nos dejes amor
ni digas adiós
y crece, va creciendo, la fuerza y la ilusión
Europe's living a celebration
todos juntos vamos a cantar
Europe's living a celebration
nuestro sueño una realidad
Europe's living a celebration
nuevos tiempos, la necesidad
Europe's living a celebration
es tu fiesta y no hay vuelta atrás

(Extraido de Operación Triunfo TVE)
Transcrito por el_libre
28-03-2002(Europe's living a berberecho)


 

l'histoire

il a deux petits enfants qui avaient tout
ce qu'un roi pouvait désirer. Des fruits,des légumes
et leur père pêchait beaucoup de
poissons. Ils étaient très heureux.
Un jour un cyclone avaitout ravagé.
ALORS ils décidèrent de construire un bateau
ils naviguèrent tout une semaine,et ils trouvèrent une île
ILS VÉCURENT TRÈS HEUREUX

Les gaulois


Il y avait trés longtemps les Gaulois et les Romains
mais,Jule César était si puissant qu'il avait réussit
à envahir la gaule il avait aussi, battu Versingédorix à cette
époque là.
Jule César était le plus fort avec ses garde.

Tarak – 8 ans – Marseille - samedi 23 mars 2002

 

Hola a tod@s!

Hola gente,acabo de conocer este proyecto y no podía dejar pasar la
oportunidad de participar en él.Da gusto colaborar con una página web en la
que se reúnen tantas personas con el mismo objetivo:hacer de este mundo un
lugar un poco mejor para tod@s,sin exclusión social y respetando los
derechos humanos.
¡qué pena que los de arriba no lo tengan tan claro como nosotros!
Saludos desde Talavera de la Reina, Toledo.

Mª.arántzazu Gutiérrez González - jeudi 28 mars 2002

 

 

GUERRIERS DU HIP HOP

On voit tout on sent tout on refléchi pour devenir des Guerriers du hip
hop on fait notre possible dans la music pour representer les momes, la
famille toujous dans la norme A la trezégué je vais ballader les civil avec
mon SLK.

Odey du 143 - samedi 23 mars 2002

 

 

FUTURO

Esto que voy a contar dudo que alguien lo crea, pero, igualmente lo haré para quien no sea tan suspicaz y le interese conocer mi aventura. Tengo un amigo investigador y científico que ha pasado la mayor parte de su existencia en experimentos, que no tienen nada de terrorífico sino de ciencia pura. Este amigo a quien llamaremos Dr. Luaserin, me llamo un día por teléfono y me pidió que fuera a visitarlo, que tenia interés de hablar conmigo. Pero me dijo que fuera un día de noche, mejor dicho de tardecita para conversar, con la condición que al dic siguiente dispusiese de veinticuatro horas libres.
Como era mitad de semana espere que llegara el sábado y me encamine a su casa, tenia su estudio y laboratorio en toda una planta de apartamentos en lo más céntrico de la ciudad, mejor dicho en la ultima planta de un edificio de quince pisos. Cuando llegue me estaba esperando pues le había anunciado mi llegada, después de saludarnos y sentados en cómodos sillones ante un buen café y copas de coñac, comentamos la situación mundial de actualidad, pero viendo que mi amigo vacilaba le pregunte:
-Querido Luaserin ¿por qué estoy aquí?.
-Bien- me dijo bruscamente- te gustaría vivir por 24 horas en el año 11974 o sea trasladarte a lo que será este mundo, este Montevideo dentro de diez mil años.
En principio no supe que responderle porque lo que había dicho me dejo sin expresión alguna.
-Escucha siguió diciendo él, tu sabed que mis estudios y todo lo que hago no es mera fantasía sino que son trabajos serios.
-Si- respondí- no es de un día que nos conocemos y a pesar de que hay muchos que dudan de tus investigaciones hay otros muchos que respetan tus trabajos, pero tendrás que reconocer que lo que me has manifestado, deja en mi sino miedo, dudas.
-Eso- dijo- lo esperaba, no podría ser de otra manera, claro que no puedo en un día o en semanas ilustrarte de mis trabajos, aparte de que no los comprenderías, pero en razón de la confianza y a la amistad que nos une, puedo decirte que he logrado con mis experimentos trasladar a un semejante al futuro, es decir, no corporalmente, si no su espíritu, que llegando al futuro que le destino, toma su cuerpo aparentemente material igual al que va a quedar en custodia en mi laboratorio.
-NO tratare- le dije- de comprender el mecanismo de la translación, pero si te pregunto por el riesgo del retorno.
-Eso también lo he estudiado y no serias tú el primer ser viviente que viajo al futuro, lo he realizado con monos y gatos y su retorno se ha cumplido con la mayor puntualidad, solamente que hasta hoy solo puedo darles a mis viajeros un plazo de 24 horas para vivir en el futuro.
-Tu me pedías el día de mañana para iniciar ese viaje, solo te ruego que esperes una semana para que me acostumbre a la idea, y el sábado próximo estaré a tu disposición.
-De acuerdo no puedo obligarte y comprendo tus inquietudes, pero te recomiendo aunque no es necesario, que no comentes de esto con nadie.
-Otra cosa- le pregunte- porque no sos tú el que haga el viaje que me propones.
-La verdad es que quisiera ser yo el que pudiese ir, pero tengo que quedarme en el laboratorio para controlar todo lo relacionado con el experimento, y preciso una persona de confianza que me cuente la verdad de lo que vio.
Nos despedimos hasta el próximo sábado y volví a mi casa pensativo en lo que tenia que ver con la propuesta de Luaserin. Soy soltero no tengo nada ni nadie por quien preocuparme, y pase la semana estudiando las consecuencias de ese experimento, cuando llego el viernes estaba decidido a ponerme en manos de mi amigo. Llego el sábado, almorcé opíparamente en el mejor restaurante, después fui al cine y a la peluquería y cuando salí estaba dispuesto a la gran aventura. Llegue a casa de Luaserin medio tarde y me estaba esperando con impaciencia, cuando me vio con mi mejor traje ya no dudo que estaba dispuesto.
Serian las 20 horas y me dijo:
-Nos queda una hora para charlar y a las 21 empezamos los preparativos, por otra parte ya esta todo dispuesto ya que contaba contigo y a las 22 comienzas tu viaje.
-De acuerdo, que tengo que hacer, a donde voy.
-Simplemente vivir 24 horas en ese año y después contarme lo que has visto.
-Perfectamente como ves estoy a tu disposición.
Fue transcurriendo el tiempo en el cual me di cuenta perfectamente que me hablaba de cosas triviales para no ponerme en un estado de animo que fuera perjudicial a mi misión. A las 21 horas se levanto sin apuro y me invito a pasar al laboratorio, era este una sala no muy grande y sin ninguna aparatosidad como me había imaginado, en el centro una especie de diván algo más grande que los comunes, con fundas inmaculadamente blancas, a su lado un mueble con unos aparatos cuajado de botones, pero de un tamaño que me hizo pensar en transistores.
-Querido- dijo Luaserin- primeramente dame un abrazo y te ruego no tengas ningún temor.
Nos abrazamos y entonces me hizo reclinar en el diván, me dio un comprimido que tome y estuve como dos segundos consciente, viendo como manipulaba unos cables que me iba poniendo en mi cabeza, torso y tobillos, luego del laboratorio no recuerdo nada más.
Habíamos sincronizado nuestros relojes y Luaserin me había dicho que a las 23 estaría en mi destino. Efectivamente no recuerdo como pero de repente me vi parado en una calle inmensa, mire mi reloj y eran las 23 horas, levante la vista por que siendo esa hora pensé que era de noche y efectivamente era noche, pero había una claridad aparentemente artificial, que no se veía de donde procedía, edificios de una majestuosidad imponente se veían por todos lados, gente que iba y venia y coches que pasaban en todas direcciones, lo primero que me llamo la atención era que todos los coches eran iguales, tanto los que iban como los que venían, como así también los que estaban parados y ninguno de ellos tenían matriculas.
Sin saber que hacer empecé a caminar, en una esquina vi una especie de café, entre, había en mesas del fondo 4 o 5 personas y en una del frente solamente un hombre como de 40 años, me senté en una mesa cerca de él y espere, transcurrió cierto tiempo y nadie acudió a atenderme, me dirigí entonces al hombre que estaba solo y le pregunte:
-Perdón señor ¿quién atiende aquí?
-¿Cómo?
-Si, quien me puede servir un café.
-Me extraña su pregunta, pero lo tiene que hacer Ud. Mismo.
-¿Yo mismo?.
-Si señor veo que Ud. Esta un poco sorprendido y eso debe tener alguna razón, espere, yo mismo le traeré el café.
Se levantó, fue a un anaquel en la pared, oprimió un botón y volvió con una especie de cafetera, me pidió que me sentara en su mesa y sirvió café para los dos.
-Me llama la atención- me dijo- su actitud, pero todo tiene su razón de ser.
-Antes que nada- le dijo- me voy a presentar- y le di mi nombre y continué –se va a extrañar, pero quiero hacerle una pregunta.
-Ud. Dirá-
-¿En que año estamos?.
Sin asombrarse rescindió:
-Agosto de 11974.
-Escuche- dije entonces yo- Ud. Me va a tomar por loco y no me va a creer lo que le voy a decir.
-Un momento- me interrumpió- yo le voy a creer todo lo que me diga, por que en el año que vivimos la mentira no existe, nadie puede mentir.
-¿Y que diría Ud.? Si yo le digo que acabo de llegar recién, del año 1974.
-Que le puedo decir, nada, y ahora comprendo su actitud del principio, no puedo dejar de creer en sus palabras porque para nosotros en la actualidad es común y corriente trasladarnos a cualquier punto del futuro y del pasado, y dígame, por cuanto tiempo piensa pasar en este año.
-Solamente 24 horas.
-Porque tan poco tiempo.
Entonces le hable de amigo Luaserin y sus experimentos, y que por ahora sus resultados solo le permitían trasladar a u ser por 24 horas.
-Y cual es su misión en este tiempo- me pregunto.
-Ver todo lo que pueda y después contarlo.
-Perfecto, entonces le invito a estar conmigo estas 24 horas y le mostrare y le contare todo lo que pueda en ese tiempo.
Le agradecí y acepte, a continuación le hice la siguiente pregunta.
-¿Estamos en el Uruguay, verdad?.
-No estamos en Montevideo.
-Pero Montevideo es la capital de Uruguay.
-Era, el Uruguay no existe, existe Montevideo y todas las ciudades que eran del Uruguay como punto de referencia siguen con el mismo nombre, pero el Uruguay no existe.
-¿Fue conquistado?.
-No, no fue conquistado, le explicare, no existe el Uruguay ni otros que antes se denominaban países, como ser Norte América, Francia, Rusia, Bulgaria y todos los demás que se leen en libros muy viejos, lo que pasa es que ya no hay lo que se llamaba fronteras, ahora es todo el mundo una sola comunidad.
-Me deja asombrado, pero quien lo gobierna.
-Nadie.
-¿Cómo nadie?
-Nadie, absolutamente nadie, hemos llegado a una etapa que no necesitamos gobierno.
-Pero no existe un hombre fuerte, un caudillo que se haga respetar por todos.
-En la actualidad nos respetamos todos unos a otros, ahora antes de seguir conversando vamos para mi casa a cenar y allí continuamos.
-Le acepto, por que no se a donde dirigir mis pasos, pero permítame que yo pague el café.
-¿Pagar?, aquí no se paga nada.
-No entiendo.
-Claro, no se paga.
-Pero el dueño de este local que dirá.
-No hay dueño.
-Que no hay dueño.
-Bueno, los dueños somos todos.
-Pero en algún lugar hay que dejar el dinero de la consumición.
-Dinero, papeles o monedas, eso lo he visto en museos cuando era chico, ahora escúcheme, todos trabajamos unos para los otros, por ejemplo yo soy panadero, con otros compañeros fabricamos el pan para tanta cantidad de edificios que nos corresponden, cuando terminamos lo colocamos en estantes y quien lo precise, pasa a retirarlo, y esos que lo retiran, unos son sastres, otros plantan verduras, otros hacen zapatos y así en todos las ramas y lo dejan a la vista del que lo precisa en tiendas especiales de cada ramo y cada cual toma lo que necesita.
-Y los ladrones no se aprovechan de ello.
-Ladrones no existen, para que iban a robar, dinero no hay, por lo tanto no hay bancos, si roban alguna mercadería, para que la quieren, nadie se las pueden comprar porque el que precisa algo va y lo toma simplemente.
-Y si roban oro por ejemplo.
-El oro es como el plomo o el aluminio, metal nada mas, que se utiliza para fabricar algo para lo cual sea necesario, ya las joyerías por ejemplo sirven para tomar lo que se precise y lo que queda no tienta a nadie, si se precisa un anillo o una joya va y la elige, lo que sobra si alguien lo toma sin precisarlo no lo pueden comerciar, lo amontonarían en su casa para nada.
Salimos a la calle y se dirigió al auto más próximo y me invito a subir.
-Como sabe que este es su auto si son todos iguales.
-Este auto no es mío y a su vez todos los que ve lo son.
-Explíqueme.
-Yo tome este auto como podía haber tomado cualquiera, cuando lleguemos a casa lo dejo en la puerta y si alguno que pasa lo precisa o algún vecino lo quiere utilizar lo toman y lo dejan en la puerta donde van y ahí queda otra vez a disposición, si yo necesito otra vez un coche salgo a la calle y tomo el primero que vea libre, que siempre hay.
-¿Y quien pone la nafta?.
-La nafta ya no existe, el coche lleva un carbón especial que lo mantiene en actividad por el termino de unos diez años, mas o menos, y en ese ínterin las fabricas siguen produciendo y cuando retiran una unidad, la reponen con otra o varias, según la necesidad de la población.
En ese momento comenzó a llover e inmediatamente de todos los edificios que eran de la misma altura y cada uno abarcaba una manzana, emergieron como una especie de sombrillas transparentes que cubrían todo el techo del edificio y algo mas, y lo más asombroso es que cada una de esa especia de paraguas se ensamblaban entre sí formando una gran cúpula bajo la cual quedó toda la ciudad protegida. Llegamos a la casa de este ocasional amigo, que vivía en un séptimo piso, pasamos a un amplio salón confortablemente amueblado, donde lo esperaba la familia, la señora y tres hijos de aproximadamente 18, 15 y 10’ años el menor, este ultimo se llamaba Juancito. Después de las presentaciones la señora sirvió un aperitivo y se retiro con los hijos a preparar la cena.
-De todo lo que he visto- le dije- se me llena la cabeza de preguntas.
-Estoy a su disposición, puede preguntar todo lo que desee, sé que su tiempo es limitado y no me extraña su inquietud.
-Por lo que he visto la Intendencia de aquí debe de tener una buena organización para mantener las calles tan impecables y los edificios tan bien cuidados como se los ven.
-No existe Intendencia hace ya mucho tiempo, simplemente hay equipos de hombres que eligieron esa labor, que juntos con arquitectos que los instruyen se encargan de toda la limpieza y mantenimiento de la ciudad o de las ciudades porque en todo el mundo ocurre lo mismo, y su trabajo es compensado como los otros, toman lo que necesitan.
-Pero entonces, oficios y carreras como ser policía, jueces, soldados, abogados, etc. en que contribuyen.
-Ninguna de esas actividades existen en la actualidad, la policía no tiene razón de ser, abogados tampoco porque no hay a quien defender y jueces porque no hay a quien condenar, al eliminarse las fronteras y no haber gobiernos, que no se necesitan, no hay soldados, ni coroneles, ni generales, no existen los ejércitos, todo ese material humano ahora es obrero, labrador, arquitecto, en fin cada uno hace lo que le gusta de acuerdo a su capacidad, pero lo hace.
-Y entonces, ¿qué hacen con las armas?.
-Con todas las armas que había en el mundo, tanques, cañones, aviones, fusiles, en fin todas y hasta el más simple revolver, todo eso que hubo una vez, como material bélico, se junto y se fundió y con ello hicieron el puente transoceánico que une ahora América con Europa.
En ese momento entro la señora anunciando que la cena estaba lista, nos trasladamos a un amplio comedor donde estaba la familia reunida, y goce de un asado exquisito, que después me entere estaba echo con energía solar concentrada, y no note la diferencia con nuestro asado criollo.
En la mesa conversamos de cosas comunes, le pregunte al mayor de 18 años si estudiaba y me contesto que para el próximo año se recibía de medico cirujano.
-¿Cómo puede ser que a los 19 años puedas llegar a medico cirujano?.
-Mi padre me hablo de Ud. y comprendo su asombro, pero es que el lapso de tiempo de donde Ud. viene y el actual, los conocimientos se han trasmitido de generación en generación como en los seres irracionales, por instinto, sino fuera así, tardaríamos años en tener los conocimientos para llegar a esta etapa superior, seguimos estudiando los nuevos adelantos y descubrimientos que van surgiendo en los últimos tiempos.
Después le pregunte al hijo de 15 años, mejor dicho a la hija ya que era una niña, sobre su vocación.
-Yo espero solamente, con la enseñanza de mi madre, ser una buena ama de casa, tengo novio y espero para el próximo año, formar un hogar.
-En mi año –dije yo- se forman hogares todos los días, pero existe el problema de la vivienda, ¿tu ya tienes la solución?.
Entonces tomo la palabra el padre.
-En la actualidad ese problema no existe, para los nuevos hogares el equipo de arquitectos y de obras siempre tiene a disposición 10 manzanas con sus correspondientes apartamentos dispuestos a instalar a cualquier novel pareja. Los novios recorren la ciudad y llevan a su nuevo hogar todo lo necesario, muebles, vajilla, etc., todo lo que es necesario en el hogar, y como ellos trabajan para la comunidad todo queda saldado.
-Luego le pregunte al menor por sus aspiraciones.
-Yo- dijo –seguiré la apasionante carrera de historiador.
Sé que es una carrera interesante, pero después vi que era en realidad apasionante como luego se vera.
-Y les queda muy lejos la escuela y centros de estudios.
-En este mismo edificio, cada manzana tiene una planta, la mitad de escuela primaria y la otra mitad los estudios secundarios, en cuanto a las Facultades hay en el centro de cada ciudad un grupo de 10 manzanas donde se agrupan todos los estudios superiores.
Después de cenar y mientras tomaba café con el dueño de casa, seguimos conversando hasta que la señora se presento y me anuncio que podía pasar a descansar en un apartamento especial que tenían destinado para huéspedes. Me retire y me encontré en un saloncito con un escritorio en el cual había papel y útiles para escribir, lo cual aproveche para tomar apuntes de lo que había visto hasta el momento, después pase a otro aposento donde había una cama confortable y a un lado de esa pieza un baño inmaculado, el cual utilice para darme una buena ducha y después me acosté, tardé algo en dormirme pero como ya era algo tarde y las emociones del día me habían fatigado, al cuarto de hora dormía profundamente.
Serian las 8 de la mañana cuando me despertaron unos golpes dados en la puerta, al principio no recordé donde estaba, pero al pasar la vista en derredor enseguida me acorde de mi aventura. Me levante y fui ha abrir, en la puerta estaba el dueño de casa con un señor con túnica blanca, nos saludamos y mi anfitrión me dijo:
-Le voy a presentar al medico del edificio que esta haciendo la ronda diaria para controlar el estado de salud de todos los que viven aquí, y Ud. no podía ser menos, lo va a examinar.
-Perfecto, me adapto a las costumbres.
El doctor con una sonrisa me hizo un examen completo.
-Lo encuentro perfectamente- manifestó –solamente un poco nervioso, pero esto es comprensible debido a su viaje, del cual estoy enterado por nuestro amigo, por lo tanto no le receto nada, por ser una reacción normal. Dicho esto el doctor se retiro luego de saludarnos, para seguir con su misión.
-Me puede explicar – le dije a mi anfitrión –esto de las visitas diarias del doctor.
-La explicación es la siguiente, como hay muchos oficios y carreras que ya no existen, como le explique anteriormente, hay otros que han proliferado, ya que al no haber soldados, policías, etc. ese caudal de hombres se ha desbordado en carreras más útiles, por lo cual pudimos llegar ha instalar en cada manzana un piso, con su correspondientes quirófano, y todo lo necesario a un sanatorio, por lo cual si alguna persona del edificio se enferma es trasladada al sanatorio del edificio, donde es tratada de inmediato, los enfermos no son muchos debido a la precaución diaria de hacer un examen a cada persona, y ahora vamos a desayunar.
-Le acepto porque he despertado con mucho apetito.
-Como mi señora salió a retirar de las tiendas los alimentos para el almuerzo y los chicos se fueron a estudiar, vamos hasta el ultimo piso que hay una cafetería y allí desayunamos y puede contemplar la ciudad. Subimos al ultimo piso y entramos en un amplio salón que ocupaba toda la planta, el cual era completamente de vidrio o algo parecido y mirando al exterior me di cuenta que esos vidrios eran una especie de prismáticos a través de los cuales se vía de cerca toda la ciudad. Nos sentamos en una mesa, mi compañero fue hasta el centro del salón y apareció en un minuto trayendo dos fuentes con el desayuno mas completo que he visto.
Lo primero que note es que ese salón giraba lentamente sobre un eje, lo que permitía ir observando toda la ciudad sin moverse del asiento. En uno de esos giros reconocí a nuestro cerro con su fortaleza como yo lo conocía, pero aparecía dentro de una inmensa, como diré, copa de vidrio, y pregunte la razón.
-Hemos tratado de mantener todo lo que sean monumentos históricos protegidos de la acción del tiempo, no solamente la fortaleza del cerro esta así protegida, por ejemplo, la Catedral, la Iglesia del Cerrito y monumentos, en fin todo lo que Ud. conoce y otras realizaciones que se hicieron a partir de 1974, están protegidas en la misma forma.
En eso estabamos cuando vi pasar por el cielo y en actitud de aterrizar una especie de lo que nosotros llamamos platos voladores, se lo señale y le dije.
-Eso que va ahí, en nuestro año nos tiene intrigados y preocupados, porque los vemos hace unos años y no hemos podido encontrarles explicación, los hemos bautizado con el nombre de platos voladores u OVNI, que quiere decir: Objetos Voladores No Identificados.
-Eso dijo son nuestros discos del tiempo, en que viajan nuestros historiadores, que están confeccionando la Historia del Mundo, y lo quieren hacer con la mayor, mejor dicho, con la total veracidad de los hechos. En estos momentos varios equipos de historiadores están en esa misión, unos están en la época de Atila, otros en la de los Faraones, como así también en la época napoleónica y hasta en la prehistórica y más allá todavía hasta llegar al origen del mundo, pero no es una historia escrita, sino filmada, cuando esto este terminado, lo que demandara mucho tiempo todavía, al final, si Ud. quiere estudiar la historia de Grecia, de la China, etc. ira a cualquiera de las grandes bibliotecas filmadas que se están construyendo en varias partes del mundo y tomara la parte de historia que le interese, Ud. mismo la proyectara y se enterara de lo que desea.
-Admirable, pero ¿porque esos viajeros de la historia no se hacen conocer, cuando viajan a otra época?.
-La razón es muy simple, ¿Ud. les creería?.
-La verdad que no.
-Precisamente para evitar pánico o malas interpretaciones, y en salvaguarda de ellos mismos, porque si al bajar en su época y presentarse y no les creen, como tenemos el mismo aspecto que Uds. podrían confinarlos en algún lugar de donde nunca podrían volver si les destruyen sus naves.
-Estoy de acuerdo, porque con mi amigo Luaserin hemos convenido en que esta aventura mía y sus trabajos no van a ser revelados por el momento, por la misma razón de que nadie lo creería.
-Bien si quiere ahora podemos ir a dar un paseo por la ciudad.
-Pero Ud. no tiene que ir a su labor.
-No tengo ningún problema porque hoy temprano llame a mis compañeros y les dije que no iba, nada me preguntaron porque es normal que alguien por alguna razón falte y como no existe la mentira no es necesario decir porque no se va, se avisa simplemente para que mi lugar sea ocupado inmediatamente por otra persona que su trabajo no sea una necesidad inmediata. Bajamos a la planta baja y mi compañero me llevo a una gran sastrería, que estaba cerca y me dijo que eligiera ropa y me cambiara.
-Pero yo aquí no he hecho ningún trabajo para merecer tomar algo.
-Ud. es huésped del mundo y por lo tanto esta todo a su disposición.
Entre en una habitación después de elegir ropa de mi medida y me cambie completamente.
-Que hago con la ropa que me saque le dije.
-Puede echarla en ese tubo que ve a la izquierda.
-Que hacen con ella.
-Vuelve a fabricas textiles que están fuera de la ciudad y se vuelven por distintos procesos a nuevos hilados.
A continuación subimos a uno de los coches que estaban estacionados y empezamos a recorrer la ciudad, como me había dicho todos los monumentos y casas históricas que yo conocía los volví a ver con sus cúpulas protectoras. Así fui viendo la Plaza Independencia con el monumento a Artigas que una gran cúpula lo protegía, como así también la casa de Gobierno y la puerta de la Ciudadela.
Llegamos al puerto en el cual no se veía barco ninguno anclado pero en tierra si, a lo largo de los muelles estaban los barcos que yo conocía todos cubiertos con su copa de cristal.
-¿No hay barcos circulando en la actualidad?.
-No eso también es anticuado, los que Ud. ve son como museos que son visitados por el pueblo y los estudiantes.
-Y como se transporta la mercadería de un país, perdón, de un punto a otro del globo.
-Por grandes discos supersónicos, que en poco tiempo si de cualquier parte del mundo nos piden alguna mercadería que escasee o si nosotros precisamos, con una llamada directa y al instante estamos dispuestos a enviar o recibir lo necesario, ya que los excedentes de cualquier parte siempre están embalados y prontos para su traslado.
Después de recorrer varios puntos de la ciudad le pregunte:
-No veo camiones ni ningún transporte para trasladar comestibles a las tiendas, o camiones lecheros, ¿cómo es eso?.
-Todo lo que se cultiva en el interior o exterior de estos territorios, viene por vías subterráneas que transportan automáticamente a un gran deposito también subterráneo, y de allí parten otros ductos para cada establecimiento, la leche viene de las granjas, donde de cada una ya sale pasteurizada por lactoductos, que llegan también al gran deposito donde se envasa automáticamente y parte junto con los otros productos a cada tienda.
-Maravilloso, si lo contara en 1974, nadie me iba a creer.
-Todavía nos quedan unas dos horas y media para el almuerzo, donde le gustaría ir a tomar el aperitivo.
-No sé, lo dejo a su elección.
-Porque no elige Ud. Tokio, Paris, Roma, New York, Moscú, donde Ud. quiera.
-Pero ¿no dijo Ud. que tenemos solamente dos horas y media antes del almuerzo?.
-Eso dije.
No pregunte nada porque pensaba verlo por mis propios ojos.
-¿Qué le parece Pekín?- le pregunte.
-Perfectamente, vamos hasta el Disco Puerto.
En unos minutos estuvimos en un lugar inmenso donde se veian grandes cantidades de lo que yo seguiré llamando platos voladores.
-¿No hay aviones?.
-Ellos como los barcos son anticuados, vamos a elegir uno chico con capacidad para dos personas.
-¿Y quien lo maneja?.
-¿El disco?, puedo ser yo o Ud. es indiferente.
Llegamos al pie del disco y subimos por una escalera que desapareció en cuanto subimos.
-¿Con este disco se puede también viajar en el tiempo?.
-No esos son discos especiales, estos son solamente para trasladarnos de un punto a otro del hemisferio.
Me hizo sentar en un cómodo asiento y frente a nosotros una especie de tablero lleno de botones, debajo de cada cual estaban anotadas todas las grandes ciudades que yo conocía.
-Ahora- dijo –busque el botón correspondiente a Pekín y oprímalo, están por orden alfabético y le será fácil ubicarlo.
Efectivamente en pocos segundos vi el botón correspondiente a esa ciudad y oprimí el botón. Una especie de vértigo me vino pero fue cuestión de segundos por que enseguida se me paso, la velocidad era tan grande que no pude apreciar nada de este viaje, que habrá durado diez minutos o menos y de pronto el disco se detuvo.
-Llegamos- me dijo.
Ya nada me asombraba, descendimos por la escalera que se había deslizado como por arte de magia. La ciudad, o sea Pekín era y no era de las mismas características que Montevideo, las manzanas eran un edificio solo como había visto allá, pero la arquitectura era del clásico estilo chino, le pregunte por este hecho que me llamaba la atención.
-Tiene que saber que a pesar de nuestros adelantos, las costumbres de cada pueblo no se han perdido y para no hacer tan uniforme nuestro mundo hemos querido que cada región mantenga sus primitivas características.
Subimos a un auto de los que había y que eran iguales a los que vi en Montevideo, las calles se encontraban llenas de gente, con la clásica vestimenta china, las fisonomías no habían cambiado en la raza amarilla, aunque también se veía gente que era de otras latitudes, europeos, africanos, americanos, etc. Nos dirigimos a un amplio local que por lo visto ya conocía mi compañero.
-¿Ya ha estado en Pekín?.
-Una parte de nuestra enseñanza media tiene un programa en el cual el estudiante visita todas las grandes ciudades, y de vuelta a su lugar de origen tiene que presentar un escrito con todo lo que vio, de lo cual los profesores sacan el grado de observación de cada uno.
Nos sentamos, en cada mesa había una especie de bar individual, con las mejores bebidas de todo el mundo y variedad de platillos para acompañarlas.
-Aquí hay cierta variedad de costumbres, por ejemplo, nos servimos y hay un equipo de trabajo que no sirve, pero cuando uno se retira se encargan de volver a llenar las botellas y limpiar, por que el trabajo que han elegido es ese.
Me asombro un poco estar tomando un aperitivo para el medio día en un punto que por la diferencia de horario con Montevideo, no era la hora apropiada, pero el local estaba casi lleno de gente que hacían lo mismo, pero la mayoría se veía provenían de otros puntos de la tierra.
-Allá en América- me dijo –no se planta mas arroz, todo el arroz que se consume en el mundo, procede de lo que era antes la China y el Japón, ellos no fabrican mas telas, para toda la gama de gustos para cualquier región se fabrica en lo que era antes Inglaterra, con técnicos de cada lugar, la seda china se fabrica en ese lugar con especialistas chinos y así de cada lugar van especialistas para cada gusto.
Habíamos estado mas de una hora conversando, mejor dicho, él contestando mis incansables preguntas y como no habíamos cambiado la hora, al mirar el reloj vimos que eran como las doce en Montevideo.
-Vamos a recorrer un poco la ciudad, que hace tiempo que no vengo y a las doce y cuarenta y cinco podemos emprender el regreso.
Subimos al coche y recorrimos buena parte de Pekín, donde los monumentos y edificios antiguos estaban protegidos en la misma forma que ya había visto en Montevideo, cerca de la hora de partir nos dirigimos al Disco Puerto.
-Nuestro disco ya no esta- manifesté.
-¿Nuestro?.
-Bueno es un decir.
-Ese disco en este momento estará en cualquier parte del mundo, alguien que lo preciso lo tomo simplemente, pero vea que cantidad hay, elija el que quiera.
Me gusto uno color naranja y se lo señale.
-Este- me dijo –lo podríamos tomar sin ningún inconveniente, pero es para cuatro personas, tomaremos uno para dos, por si alguien precisa en de cuatro. Estuve de acuerdo viendo lo razonable de su observación, y subimos a uno mas chico para dos personas, nos acomodamos, apretamos el botón que decía Montevideo y a los pocos minutos descendimos allí. Cuando llegamos a su casa estaban terminando de arreglar la mesa y nos sentamos a almorzar, entrando yo ha hacer preguntas que me interesaban.
-Un aspecto de esta época- le dije –y que me interesa saber, porque he visto Iglesias Católicas, templos de Confucio o de Buda, etc. es el estado de la religión en la actualidad.
-Bueno es un poco largo de contar, pero todavía tenemos tiempo, empezare por decirle que las distintas religiones se mantiene con sus costumbres, pero con grandes variantes que más adelante le explicare, ahora tiene que saber que todas las religiones están acordes en una cosa y es el grado de adelanto de las ciencias actuales, por lo cual se han puesto de acuerdo que cuando nuestros historiadores que recorren el pasado hayan concluido su obra, que por otra parte, demandara mucho tiempo todavía, quien sabe si nuestros hijos y nietos lo llegaran a ver, cuando se termine ese trabajo se estará en contacto con la verdad y las religiones que están fundadas en falsedades serán anuladas y se volcaran a la verdadera o si hay varias que estén con la verdad se estudiara la forma de fusionarlas en una sola, que será para todos sin distingos, ¿me explico?.
-Perfectametne, pero continué que es apasionante.
-De las variantes que han sufrido las religiones le diré lo que ha pasado, con lo que antiguamente se llamaba Iglesia Católica Apostólica Romana, o sea el cristianismo, sus bases siguen siendo las mismas, pero por ejemplo el Papa o sea el representante de Cristo que es Dios, en la tierra no existe como Ud. lo conoce. En la actualidad el representante de Cristo es humilde, como dicen que era Cristo, no usa joyas, ni pedrerías, ni oropeles, como cuando residía en el Vaticano, no es trasladado de un lugar a otro en su solio, conducido en los hombros de sus semejantes, ya que se ha llegado a una etapa en que todos los hombres son iguales y no tienen que, como animales, conducir a otro hombre cargado. Por otra parte El Vaticano existe como monumento histórico bajo su cúpula protectora, el representante de Dios en la actualidad es el elegido entre los mas capacitados pero también entre los más humildes, no existen mas cardenales ni obispos, ni ningún rango de esa naturaleza, no existe el protocolo como existía antes, ahora son todos padres, además se termino el elegirlo solamente de la raza de los que eran –de lo que se llamaba Italia- y que si hubo de algún otro lugar fueron muy pocos, si es que los hubo, desde hace un largo lapso de tiempo el representante de Dios ha sido elegido de distintas regiones, como ser, hubo de Tokio, Budapest, La Paz, Caracas, Ottawa, Oslo, en fin de cualquier parte del mundo, si tenia las condiciones necesarias y hasta hubo de la ciudad de Dolores en lo que fue Uruguay. Estos representantes no gobiernan, aconsejan con su sabiduría, lo que es acatado o estudiado y discutido, si hay algo que no satisface, reconociendo el error que hubiese de cualquier parte, y siempre llegando a un común acuerdo. Otra cosa que tiene que saber, que dicho representante no vive en El Vaticano, sino que guía a sus feligreses desde su lugar de origen. En la actualidad el representante de Dios esta radicado en Musumba, una ciudad secundaria de lo que fue el Congo Belga en África y desde allí dispensa sus consejos. Esto es, a grandes rasgos, las modificaciones más sustanciales, lo mismo puede decirse de las demás religiones.
A todo esto eran las quince horas, y nos fuimos a descansar por espacio de una hora y media, que es la costumbre. Cuando me desperté, por que dormí profundamente, después de tomar algunas notas, serian las diecisiete horas aproximadamente, tomamos un refrigerio y mi amigo me invito a realizar una recorrida por las ciudades del interior de lo que había sido Uruguay, me quedaban cinco horas y le pregunte si teníamos tiempo.
-En cinco horas sobra tiempo, podríamos ir en discos locales, en los cuales los botones indican las principales ciudades, pero para apreciar un poco mas podemos tomar coches especiales que desarrollan una velocidad de 50 kilómetros por minuto.
-¿Y con esa velocidad no se producen choques o vuelcos fatales?.
-De ninguna manera, porque para ir a cualquier ciudad hay tres carreteras para ir y tres para venir, la primera hay que ir a 50 kilómetros por minuto, la segunda a 75 y la tercera a 100, según la necesidad y urgencia que haya.
-Pero habrá servicio de asistencia para casos de accidentes, para trasladar a accidentados o enfermos.
-No, no hay porque en cada ciudad o pueblo por más sencillo esta equipado con servicio asistencial como el que vio en Montevideo, y a cada kilómetro, como la población tiene mucho material humano, hay un puesto de socorro, cuyos integrantes son rotados diariamente para que puedan disfrutar de lo que deseen. Un medico, un cirujano y una enfermera están dos días en un puesto, después viene otro equipo y el que se fue tiene cinco días libres para estudiar los nuevos adelantos y viajar o descansar de acuerdo a sus deseos.
En esto hablo la señora.
-Bueno, no vuelvan tarde porque como el señor emprende el retorno pronto, voy a preparar la cena mas temprano que de costumbre.
-Querida, a las veinte estaremos de vuelta, ¿esta bien?.
-Perfectamente.
Salimos, tomamos un auto común y nos trasladamos a un lugar en que había gran cantidad de coches iguales al que íbamos, pero de un color mas claro.
-Los coches parecen iguales.
-Aparentemente, estos que Ud. ve son de un potencial 100 veces mas que el que nos trajo.
Bajamos y tomamos un coche de esos, que se puso en marcha silenciosamente, en cuatro minutos y medio estuvimos en la ciudad de Carmelo, en donde aminoro la marcha para poder apreciar la ciudad, que en todo, salvo algunos aspectos, eran similares a los de Montevideo, pero en menor extensión. Continuamos y en pocos minutos estuvimos en Paysandú, Rivera, Salto. etc. en cada lugar bajaba la velocidad para contemplar mejor el sitio, después de visitar la mayoría de las ciudades principales se dirigió a Rocha y de ahí a Punta del Este, donde paramos para tomar un aperitivo. Punta del Este y toda la costa que parte desde Carrasco hasta el Chuy se había mantenido como costa balnearia, que así se denomina, con una infinidad de chalet, que no tienen dueños, son utilizados por cualquiera, de cualquier parte del mundo y de esta zona, que tuviese días libres y quisiera descansar y disfrutar del mar.
Sentados en la terraza de un chalet que elegimos y del cual mi compañero trajo bebidas, seguí con mi curiosidad.
-Dígame, en todo nuestro recorrido no he visto ningún cementerio.
-No existen.
-No comprendo.
-Le diré, en la actualidad, no crea que no tenemos sentimientos, se ha estudiado y se ha reconocido que el cariño humano es sublime, pero mientras los seres están vivos, se los quiere y se los respeta, pero cuando dejan esta vida, seguimos pensando en el alma del que se fue, el cuerpo muerto es materia orgánica simplemente, no existe velatorio ni flores, las flores son para adornar los hogares o para obsequiarlas a los seres vivos, que es cuando pueden disfrutarlas. Los cuerpos; para terminar este tema que a Ud. le parecerá macacabro, pero nosotros lo hemos aceptado por unanimidad; son incinerados y sirven de fertilizantes, y nos imaginamos que renacen en los campos en alimentos y flores y siguen permaneciendo a nuestro lado.
-Otra pregunta, en estos territorios no se llego a descubrir petróleo.
-Si, hubo una época en que las torres del oro negro, como le llaman Uds. poblaban gran parte de este territorio, pero hace mucho, muchísimo tiempo que la fuerza de que disponemos es en base al almacenamiento de la energía solar, ya que la era atómica también quedo en el pasado.
-Ud. me dijo que no existían mas barcos, ahora mirando el mar se me ocurre preguntar, como efectúan la cosecha de peces.
-Con discos especiales que recorren el mar y ubican los bancos de peces y por un sistema de succión recogen lo necesario, dejando los que no se precisan, para que se reproduzcan, después de haber tomado lo necesario el mismo disco hecha al mar alimentos especiales par los que quedan.
Limpiamos todo, guardamos las botellas y emprendimos el viaje de regreso.
-Hay un equipo móvil- me dijo –que recorre continuamente estos chalet reponiendo bebidas y alimentos para las próximas personas que lleguen.
Eran las veinte y quince minutos cuando llegamos a su casa y nos esperaba la señora para servirnos la cena.
Mientras cenábamos fue él quien me preguntó, ya que los historiadores no pensaban; en común acuerdo con los sabios del momento y aceptado por todos; contar nada de sus estudios hasta que no finalizara, por si algo fallaba.
-Dígame, ¿cómo es el mundo en la época en que Ud. vive?.
Le conté entonces, nuestra realidad actual, sus luchas, sus odios y los ríos de sangre que corrían, por la envidia, el egoísmo, la lucha por el poder, etc. Estuve hablando no se por cuanto tiempo y cuando mire el reloj quede alarmado, faltaba un minuto para las veintidós, que era la de mi partida y no quise interrumpir porque en ese momento él le preguntaba a su señora:
-Charlando no me di cuenta de preguntarte por Juancito que no lo veo en la mesa.
-Fue- contesto la señora –con un amigo hasta el planeta Marte a ver una película histórica que estrenaban hoy, de la conquista del hombre, no se en que Galaxia, pero estará de vuelta antes de las once de la noch................
FIN

Héctor O. Cuello - jeudi 28 mars 2002 - 1:39

 

 

Déclaration

Bonjour
je voudrais mettre quelquechose sur la page web
ce n est pas tres long mais c'est ce qui représente le +
de choses pour moi :
Estelle,je t'aime

Paul 14 ans - jeudi 28 mars 2002 - 19:07

 

 

DJ shadow
mixer

perdu au fin fond du puit des terreurs....
je cherche désespérément votre lumière...
en me cognant sur tous les pics sortant
des parois.....tourne tourne en bizarre dans
cette perte totale de symétrie...les eaux
se soulèvent avec furies...j'essaye inlassablement
de passer la terre qui nous sépare...tendez moi la main...
tirez moi vers vous...donnez moi un baiser...enlacez moi
de tout vos petits bras dodus....imaginer....tout imaginer..
dans le noir des peurs.....je suis un ange cloué au sol.....
les ailes arrachés, les yeux crevés.... avec dans la bouche
ma langue pissant tout le sang du monde...l'écrasant
de toutes mes dents pour oublier la douleur
de ne pouvoir vous toucher du bout des doigts......
...mon âme vous réclame....mon corps vous demande
douloureusement................ma bouche ruisselant
de sang, ne vous oublie pas..toute ouverte a attendre
vos baisers...j'ai faim....................................
...............j'ai faim.........................................
...............de tout votre amour.......................
je vous entend murmurer tout ce bonheur
à mon sexe.............................................
nos bouches se rencontrent dans l'harmonie
du gout et du corps......j'aime à me plonger
dans votre désir......les étoiles du monde
sont gardées précieusement au fond de
votre corps....j'adore les savourer du
bout de ma langue........ce sont les miennes,
ce sont les votres.....formidable de symétrie
..............."alchimie suave"...................... juste une tristesse jetant sa douleur au regard des
enfants...perdus dans la flaque de sang coulant
a leur sexe....plante le couteau dans l'oeil de celui qui
pleure, cache lui sa misère...par la lame blanche..qui l'ébloui
sortira jaillissant un flot de désespoir...innondant de toute
sa noirceur la ville si bleu...que le ciel en devint electrique....ramparts
rouge de cri..femmes hurlant dans les fosses de chair...la semence ne sort
plus..il fait trop froid.....aujourd'hui....la maladie qui loge au fond de
nos
coeurs se manifeste de toute sa violence...courir pour échapper au
commencement
..mais les cris t'enserrent comme une camisole de peur...ne plus bouger..se
laisser oublier par la pluie...fondre sous elle.....devenir la
mer.......couler
dans la pourriture vaginale de ma trop vieille mère......retourner.......
au fond des marécages...respirer....enfin..un peu de vie...! alors....c'est un petit peu compliqué....
"ce serait un livret d'une dizaine de pages....
mêlant texte, dessins, photo......
alors...:"le sujet ce serait "l'élaboration
du subconscient chez le foetus......."
c'est a dire... "essayer de retranscrire une
relation entre le monde exterieur et le monde
embryonnaire..." tout serait imaginer par
le futur bébé....Lorsqu'il entend un bruit
il retranscrit, decode ce message pour
s'en créer une vision.........Mais attention
"si il entend une musique venant des
abysses céleste....il n'imaginera pas un objet
concret, mais un ensemble imaginaire du monde
environnant..."
vous avez un bien joli coeur......pompeur de sang et d'emotions......
mon ventre se noue à l'approche de vos messages.........................
"le soleil est caché par cette colonne de chair s'élevant du
ventre de toutes les meres..........je ne voie plus.... je suis retourné
dedans le ventre de la terre, pour sentir ce slip qui me tient chaud depuis
la naissance" c'est un extrait de mon petite livre pour adultes...
j'espère que votre coeur ne cessera de voler au dessus de tous ces
poteaux qui nous barrent la vue................ mais....mais.....tu es moi...ou je suis toi....ou bien
suis je ton contenu....ou toi ma contenante.....?
ça me rappelle dans le ton et les mots , des petits texte
que j'ai écrits dans un coin d'urine........"vous touchez le
soleil avec votre langue, belle demoiselle de bonheur.."
un jour...! tu me feras fremir de douleur oubliée.....
encore...encore.......!!!! ma demoiselle... donné
moi encore de votre lait..................
ma gueule piaille devant ce téton proéminent....
laisser couler tout au fond de ma gorge, vos mots
si sucrés.... les retours de guerre seront toujours pire que la guerre elle
même.....La solitude m'écrasera au fond des marées sans vases
...tu deviendras une petite statue d'argile sentant la mère Gaïa...
et tout recommenceras, en mieux, en nettement moins bien...
mais tout recommenceras....y croire ....suffira a faire pleurer
les arbres de lassitude.....ils se sont perdus....et ne se retrouveront jamais...
peut être que lorsque 2 corps malades se seront enlacés au pied de
ces pics de granit......."j'aimerais tant que tu me serres contre ton ventre....!"
Seule dans ma chambre. Rien à faire. Tourne en rond. Les murs de ma prison
s'épaississent de minutes en minutes.
Assise sur le rebord de mon lit, j'observe la fumée de ma cigarette qui
monte toute droite puis se scinde et décrit d'étranges torsades et volutes
d'un bleu diaphane comme si elle contournait un obstacle
invisible.D'étranges colonnes torses, des lianes, qui cherchent vainement
à se couler à quelque chose de solide. Sans succès. Épuisées de leurs
folles montées, elles terminent leurs courses en se diffusant dans l'air
ambiant, jusqu'à disparaître complètement. Minuscules particules qui se
fondent dans l'atmosphère en s'y mélangeant pour ne plus faire qu'un. non non... c'est juste une petite
panne de l'internet...................
Et si même vous m'aviez blessé...
je serais en train de lécher avec
une langue de bonheur...vos
blessure faite sur mon pauvre
coeur gonflé de soleil...
vous écrire ne me suffit pas..........!
j'aimerais vous vour à travers ces serrures gothique...
pour ne laisser passer que vos reflets de pureté....
Etre là assis à vous épier dans votre plus simple appareil...
sang battant, sexe enorme de désir, reniflant chacun
de vos mouvements....... ouvrez la porte, s'il vous plaît...!
je murmurrai à votre oreille délicate....
les louanges d'une vie se levant d'une terre
crevant sous les talons des médiocres....Enlacer
de tous mes menbres votre corps vibrant, sous
des caresses trop intimes..... Le soleil, les oiseaux,
le temps.......mort, comme celui que j'etais
plus vivant que le jour pointant aux usines...je vous
attends dans votre impasse de bonheur....... petite journée d'amour .........
je n'en puis plus.....il me tarde de
vous voir devant mon petit corps...
vous êtes ma vierge souillé par la semence du Père....
reve de génèse, effondrer ces cités de verre.... et
se dresser inlassablement au dessus de tous ces décombres...
langue contre langue, nous nous plongerons dans nos couleurs marines...
je te le promet tu ne te noieras pas.......eaux oxygénée de palpitation
et de déraison..... à armes égales......!
Le pouvoir du feu
contre celui de la chair....
je vous laisse le choix des armes
mademoiselle.....
il n'y aura ni vainqueur, ni vaincu...
juste de la béatitude.......
ça me fais peur, de vous savoir à armes égales
....vous entitée féminine...moi..à genoux
comme une trop pâle copie d'homme, à
lorgner à travers toutes les serrures de votre
corps.......je vous lèches mademoisell, je vous lèches
de toute ma langue.....je vous avales...entièrement...
et vous donnerais naissance, dans le plus pure
des moments passé avec vous....
vous etes tres jolie, mais la robe est de trop...
"ce n'est qu'un dérail qui se déchire"
partir sur cette petite barque vers le
grand large...
se lancer de tout son corps à la face des monstres
d'angoisses surgissant des eaux les moins
profondes.......y parait que les trésors sont justes
sous leurs pattes.... j'ai cru sentir le vent des chérubins .... je vais vous laisser .....je pars.......tot aujourd'hui...
je me mets à vos épaules, et dépose naivement
un petit baiser en votre bouche....
a demain.....et reposez vous.... le grand jour...
jour beau comme une enfant, qui se couche
sur le ventre, avec dans les yeux toute la
tendresse du monde...
Journée de liberté permise...sortie de taule ce matin,
pour me retrouver entre vos ongles sanguinolant
de bonheur..............mon costume perd son fil,
ma pensée s'envole vers la boue des étoiles....
ce soir.....sera un autre monde. mettez mettez votre corps glaciale de solitude
tout au fond de ma gueule.......
je vous réchauffrais de toute ma vie....
je suis un squale d'amour, perdu dans le
temps, recherchant inlassablement une proie
à suçotter... j'aime à vous lire.....
laisser palpiter en moi
les néons jaune de l'urine...
être un immense vide bite, qui se
perd dans la blancheur du café
de la "morgue".... j'ai trouvé......
Laissez palpiter en moi les néons jaunes de
l'urine, se laisser innonder bouche ouverte
de toute la crasse du monde.....tendez moi votre
bras, que je puisse m'y enrouler, comme cette
fumée qui s'échappe de nos cigarettes trop petites,
et me dresser de toute ma laideur, pour venir m'écraser
dans le fond du fond...il fait noir ici...trop noir......
je ne vous vois plus....
j'aimerais bien faire une p'tite sieste...."trop chaud ici" etre dans vos bras, m'enrouler autour de votre corps
"non"...".non".."non"...il faut aller à la chasse...pour
ramener plein de sous...........................................
ce soir nous nous verrons..et vous donnerais toute
ma joie.....je prendrais votre magnifique regard dans
ma petite poche et l'emmènerais partout ou je vais...... je viendrais vous retrouver....à 20h30....
belle isabelle, je sens mon corps palpiter
au sentir de votre regard sur
la laideur du Monde...seul contre vous, perdu
en une masse de chair dans le bide du monstres
des mers d'angoisse....au fait, sont trésor est
ici...dans ce ventre tout chaud....
ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.......
dormir...dormir..encore contre votre ventre..me laisser
couler sous vos caresses....ne penser à rien..savourer
tout ces instants de béatitude.....ne m'en veuillez pas
si un ocean de bave se forme en votre nombril........
avec pour seule terre....votre petit ilot métallique......
terre de refuge
après le déluge baveuleste........voulez vous y recréer
le monde avec moi.......?????????
tant que j'ai mes petits crayons, je ne suis
jamais à la porte....................................
je vous attendrai, dessinant le monde....et
ses laideurs....recroquevillé dans les bras étouffant
de votre charmante voisine...je boirai à son
sein tout l'alcool tombant dans la gorge des hommes
perdus............matrice des comptoirs de zinc....
statuette clignottante d'eau de mort.....c'est un
cauchemar que je me prépare....cauchemar...
pour me réveiller et vous voir au travers de
deux énormes seins poilus....."qu'est ce que j'écris moi....!"
vous serez ma vision d'espoir dans ce monde de
ténèbres....help.......help......je n'ai plus soif......
le lait d'urine m'écoeure....je vomis sur elle le sourire
au lèvres...et les yeux globuleux...... délivrez moi
vite de ses dents ....elle commence à me bouffer le
ventre et tous les trésors qui s'y trouvent..............
c'est drole..je n'ai pas mal........je vous vois à crier...
à vous débattre pour m'enlever à elle....plus rien ne réagis....
je suis mort ......dans les bras de votre voisine.....................
"j'ai pas envie de bosser......"
je ne vais pas tarder non plus.......
fermez vos yeux pétillants de vie et
posez, la tete sur mon bas ventre.....
griffez moi de tous vos ongles...creusez
en moi...et blotissez vous ou bon vous semblera.....
je pose sur vos petites joues...ma langue de miel.....
siestez bien belle petite brunette...
la photo de classe s'est bien passée.....?
vous n'avez pas attrapée le petit oiseau
entre vos dents félines........bondir de toute
votre majestée au dire .......souriez bande
de gens heureux.....!....
je vous aime tous...bande de cons......je vous aime tous.....!!!
non....c'est vous que j'aime.........vous pressez encore
contre moi..comme le fruit de tout mes désirs.......l'arbre
est grand...tres grand.....assé pour deux....assé pour une vie....
je vous y vois grimper et me chaparder quelques fruits
bien mures...................croquez les....le jus en coule à flots
le long de votre corps .........voyez moi à genoux..boire
tout ce nectar à vos lèvres...........................................
hmmmmm...urine sucrée......descendant au plus profond
de ma gorge.......vous me fécondez..madame.....
oui...tres...tres bien réveillé......
votre calin du petit matin
etait un réel délice.......
je vous renvoie le petit texte.......
la photo de classe s'est bien passée.....?
vous n'avez pas attrapée le petit oiseau
entre vos dents félines........bondir de toute
votre majestée au dire .......souriez bande
de gens heureux.....!....
je vous aime tous...bande de cons......je vous aime tous.....!!!
non....c'est vous que j'aime.........vous pressez encore
contre moi..comme le fruit de tout mes désirs.......l'arbre
est grand...tres grand.....assé pour deux....assé pour une vie....
je vous y vois grimper et me chaparder quelques fruits
bien mures...................croquez les....le jus en coule à flots
le long de votre corps .........voyez moi à genoux..boire
tout ce nectar à vos lèvres...........................................
hmmmmm...urine sucrée......descendant au plus profond
de ma gorge.......vous me fécondez..madame.....
si j'étais à vos côtés..dans ce gros frigo.....
je me serrais ouvert le ventre et vous aurez réchauffé
de toutes mes entrailles.......odeur de merde....texture gluante....
sperme de vie...............primaire........waffff...je suis
un gros animal a apparence humaine.....le ciel me coule dans les yeux...
je vous pleure.....ma petite chatte ronronnante....de soumission....... salut mec.....
tu vas faire un p'tit tour chez mathilde ce soir....?
demande lui de poser apres quelques jocos......et
attarde toi sur un détail du corps...genre le pubis...
ou les tétons....!
pour les champis..je sais pas si y a moye....! mais je vais
demander à mon livreue de petit pain..si y connait des gens...
tu vas aller chez Cabi...?
gaffe à la chair fraiche mec....ça va te rendre fou......au fait tu découpes
des femelles ou des mâles.......c'est important de savoir..une nuit tu pourrais découper ta famille
dans t'en rendre compte.......sauf "marine...cela va de soi...!
tu pourras toujours mettre ça sur la folie...les reves bizarre et tout et tout.......
le grand mechant loup s'adapte..mec...des fois tu hulules sans aucune raison.....
et bouffes a meme le célophane, les morceaux de beefsteack qui sont
juste apres la lumiere froide...du frigo....................................................;
le sang te dégouline au fond de la gorge.......ça t'excite........ça te plait...encore...encore....
de la chair chaude maintenant.....une p'tite pute qui traine sur le bors d'une route ........
ça se voit pas quand il n'u en a plus........le meurtre parfait....pas de mobile..pas de lien.....
a + mec
gregoire doud.....
je crois que je me suis degotté un bon p'tit
plan kif.................le livreur de coca..........
par contre shampi pas encoer demandé....
te baigner dans la viande familiale....revenir
dedans le ventre de ta mère........commencement....
recommencement....ne parle plus....ne pisses plus...
ne chies plus...enfermes toi....tu retournes à l'etat foetal...........
viens teter mon gros sein.......je te donnerais du lait
rouge.......
la vie est pas trop mal.....hier j'ai bouffé une bonne
p'tite tartiflette....faite par madame Isabelle..........
salut mec......
greg
----- Original aujourd'hui je vous parlerais de fleurs...de ciel...de soleil...
d'étoiles.....de vie....! vous me remplissez de vie céleste.....
ma beauté vient de vous.........je me sens icroyablement
vivant lorsqe vous me serrez dans vos bras.....envie d'enlacer
le soleil...d'apprivoiser ses flammes......de laisser courir la
joie sur cette boule de plasma......de diffuser la lumière des étoiles.....
de vous aimer au coeur des enfers.....ne le dites à personne...mais
le cerbère est un tres bon ami...............on peut rentrer sans avoir
tous les péchés du ciel sur les
épaules........................................
je ne sais pas ce qui nous arrive ou de quelle planète nous venons........
mais j'adore...tout ce qui s'offre à moi.....je vous retourne une phrase
que vous avez écrites auparavant..."pourquoi ne vous ai je pas rencontré plus tot.......!
fleur s'élevant au dessus de toute la misère humaine..je suis accroché à vos
pétales rougeoyantes de soleil.....j'aime à voir le ciel bleu...........
je ne penses qu'à vous....ça m'agace rudement....!!!!!!!!!!!!!!! je suis un trop vieux marin pour me saouler de
souvenirs.......crever la gueule ouverte.....regarder
les autres s'envoler sur les marées trop hautes....je lève les yeux...
en pleurant sur le ciel...il n'y a plus d'épaules....pour étaler
ma morve....malade d'une vie trop longue...mettre fin à rien....
se laisser couler au fond de la vase.....amuser la terre de toute
ma souffrance...la sentir m'enserrer doucement....je bloques...
je ne veux plus crever...trop tard ...perdu trop loin au fond des marées....
je ne tiens plus.......mes poumons inspirent toute la boue....la
terre me chie dans la bouche.....je vomis ma vie....plus rien...!
tout recommencer........avec vous madame....juste avec votre amour......
nous sommes nus allongés sous ces arbres en fleuris de croix rouge...et
de bulle bleu.................guéris de tout........
je mets de petites gouttes de votre parfum
tout autour de moi............je frottes doucement
la petite fiole....et..prouuuuuuf vous apparaissez
devant mes petits yeux brillants de religion......
vos lèvres s'approchent des miennes...et là je me
réveilles...la bouche collée à l'écran..................! je vous attends sous l'arbre de métal....
une fleur de plastique dans la main droite
et un coeur sanguinolant dans l'autre....
venez vite en cette saison ses fruits...font
un mal d'homme quand ils tombent........!!
vous me manquez.........! vous aussi m'avez manqué madame.......!
il me plairait de m'enlacer de toutes
mes lianes autour de votre corps.............
et serrer, serrer de toute la madame
nature...force originelle........qui me sort
du bout des doigts....caresses de feuilles
baisé de sèves...joie du soleil qui nous chauffe..
ce soir...que faites vous....?????.................. vous etes dans ma bouche...je claque des langues
et me tord les dents de ne pas vous embrasser.....
mardi...mercredi...oulalalalalalalalala jeudi......vendrediiiiiiiii enfin
je vous verrais et vous toucherais...... mes caresses vous aident elles à franchir le
mur des brumes matinales....mademoiselle...?
vous paraissez sous elles, la vierge ronronnant
sous les doigts d'un ange sans ongles....... Le ciel
se remplit de l'odeur d'urine...votre sexe s'ouvre à
mon sexe.....je suis en vous...au plus profond de votre
ventre...à la limite de la douleur....et ce pour
les siècles et les siècles........AMEN L'univers se tiendra debout, tout à coté de nous.....
à regarder de l'autre cote de l'infini....la lumiere n'y va plus
depuis que dieu y a défequé....on ne peut y sentir
que la pourriture des siècles et des siècles ...une de
ces odeur qui vous piquent la langue rouge de bonheur....
on ne peut plus la rentrer dans notre bouche...elles sont
trop grosses...gonflées par la gangrène de nos mots criés
à la volée des hommes....ciel d'eau.....terre de mousse.....
coeur de sang......on se fait avaler de partout.....perdu dans
les nuages de sperme...le soleil ne nous réchauffe plus......enfer
de ciel...a jamais figé dans le bleu de la glace...on restera entremelés
à jamais...sous la huée infernale des enfants malades de Dieu...... je me couche de tout mon sexe sur votre ventre...
sentir votre coeur palpiter....taper de toute
sa violence organique sur mon god de chair........
celui que j'aime a me faire manger par vos
serrures.....clé de sang pour un corps de lumiere....
lorsque je la rentre doucement...votre chaleur
se met toute entière en mon ame fou de vous...OUI......
je suis en perpétuelle excitation à vous penser....
rien ne peu m'empecher de rever à vous..je
ne veux plus me reveiller ...etre à jamais dans votre
merveilleux univers de douleur amoureux...je suis un
soleil batard lapant tout le bonheur du monde......
je suis demain......toujours demain, attendant la folie
dans cette imaginaire perdu, pendant à la langue du
vieux con barbu.....dieu est vivant, mais perdu dans l'océan
de son slip
cathédrale de chair...recouvrant le ciel...
la lumiere ne passe plus...le noir s'étend
dans la bouche des gens.....liquide jaunatre coulant
de leurs dents...bavez toutes vos angoisses...pissez
les déféquez tout ce qui vous barre la vue.......riez
a perdre vos dents.....ressentez la mort cavaler le long
de votre bras...venant se perdre dans un coin de votre sexe
de lumiere...jalouse de vie....boite de chair et de poil.....
.....enfermée dans des camisoles de morale.....nos esprits coulent dans les
fleuves
d'interrogation..... la fin... ne rien savoir de plus...
je bois votre amour au sexe des anges...!

Gregoire dalle - Paris...10eme - lundi 25 mars 2002

 

 

Ma participation an spagnol.

Puedo volar e irme,
puedo aparecer en tus sueños y
en ellos, junto a ti, reirme,
puedo llevarte en mi alfombra
y ser la luz que
hace tu sombra,
ser el silencio
que guarda tus secretos
o la leve brisa
que escucha tus lamentos,
quizás pueda ser el viento
que lleve a un lugar lejano
tu suave aliento.
Puedo estar en tu suspiro
en el justo momento
en que te miro.
Tambien quisiera ser (y no puedo)
en tu boca un caramelo.
Puedo decirte que no
te quiero,
y creerías que es mentira
porque sabes lo que siento
cuando tú me miras.

Dedicado a alguien que busco y que (a éste pas) jamás encontraré.

RauBeN - jeudi 29 mars 2002

 

 

Algún día

Algún día las llamas del infierno
quemaran las nubes que bañan nuestras cabezas
en días como hoy.
Algún día no habrá dioses que adorar
ni demonios que temer.
Algún día, solo quedaran hombres y mujeres
poblando un mundo regido
por la fuerza de la razón y el pensamiento.
Algún día seremos libres.
Algún día seremos nosotros.

Marcos Feijoo Ruano - mercredi 27 mars 2002

 

 

Alors Marseille qu'est-ce que tu dis ?

Mettre en ligne la plus longue page'ouèbe du monde. Honnêtement je me suis demandé pourquoi... J'ai été voir leur site. Un quartier qui veut vivre, mais à voix haute. Des latins, pour sûr. Des mâtins, enragés. Sont-ils fiables, déjà qu'ils changent le saint en 5, alors que la tradition, et l'exemple disent de changer l'eau en vin! Et pas en vain. Pour la fête. Bon. J'admets. Je veux bien y aller de mon écot. Mais mettre des mots pour boucher du vide … Utile ? pas sûr. Agréable? Pour qui.… Des mots ça se lit, ça se sent, ça se pense au moins. Ah oui, j'écris depuis l'Alsace. C'est important, vous verrez. Donc des mots. Plus des mots. Comme des pierres. Plus des pierres. Ça fera pas une cathédrale tout ça. Juste un tas de cailloux; Le plus gros tas de cailloux. Mais des cailloux. Un Carnac en puissance. J'imagine déjà les thèses sur la question dans deux cents ans : "Le tas de mots de Saint Mauront : reconstruction hérméno-plastique - Doctorat des États Unis du Nord Terrien en Sciences Inutiles et humaines". Sans oublier les nouveaux pontifes "Le divin message du tas de mots de Saint Mauront aux éditions magnéto photoniques de l'Age d'Or". D'ailleurs on dira TdM5M. Faut dire que ça sera connu des archéologues. Si ça a du sens.
Mais comment mettre du sens. J'ai pas de sujet, pas de lien avec les autres. J'ai connu un provençal, un gars du Sud. Pensez : il était né tellement au-dessous de Mulhouse que quand il parlait de Souffelwerheirseim ça devenait "Soufeleu et le verrheyeursèèèmeux". Il disait qu'après la création, Dieu avait un sac rempli d'odeurs, de couleurs, de lumière en trop, et qu'en les versant au hasard, il avait créé la Provence. Là, j'optimise. Il était vraiment du Sud : plus bas que le Sungau!! Donc, pour dire ça, il lui fallait vingt minutes. Sans compter le banquet arrosé avant. Et avant le banquet l'apéro. Mais si le coeur n'y était pas, si l'ambiance ne ni ne na : motus et bouche cousue. Bref, un type du Sud. Tout en taches d'ombres qui sont des fois violettes, des fois pas. En résumé Dieu avait fait un tas. Qui, disait-il, était le coeur du beau de la joliesse du plaisir du monde : la Provence. En faisant un tas. Alors un tas de mots : ça pourrait marcher?
Chez nous, en Alsace, on l'aurait rangé ce tas. Déjà à sa place. Là où on met les tas. Les plus petits en un, puis les moyens, ensuite les gros et les énormes. Et on aurait trié le tas pour qu'il soit propre. Puis on aurait affiché le permis d'avoir un tas. Sur un panneau devant. En français à la ville. Avec le nom du tasseur dans les villages. Et un panneau : "attention au tas". Pas pour les gens, qu'allez donc le journal leur aurait déjà dit. Pour que les petits Spaetze, comment vous dites déjà... ah ! les oiseaux sachent que le matériel à nid était livré au parc, allée B, tilleul 28. Parce que pour nous le Tilleul, c'est un peu l'Olivier pour vous. Linden, ça se dit. Ses fruits pendent comme des pleurs et des rires jaunes et tombent dans des tasses que nous buvons sur la Lindenplatz - rue des Tilleuls-, ou bien dans un lieu, place, café qu'importe, nommé Unterlinden : sous les tilleuls. Tiens j'y pense, les tilleuls ont leur feuilles en tas sur leur tas de branches. Et c'est beau, quand l'abeille chante dans le pollen avec l'air qui embaume le sucre des tisanes à venir. Découverte!!!! En tas, ça n'a pas de sens, mais ça peut être beau.
Seulement voilà. Il en faut des mots. Qu'ai-je à dire à ces gens de Marseille? Qu'à Stroßburi, on attend sur le bus? L'accent ne passera pas. Ils sont tellement loin de nous : 1000 km au moins ! Peuventils saisir l'âme des frontières? L'arrière-grand-mère est née française par hasard. Alsace Française. Devenue allemande, elle a mis au monde un grand-père allemand, qui sur ses dix-huit ans a porté le casque à pointe contre la France. Bien obligé quand le reste de la famille est surveillé par la Polizei. Et puis il est redevenu français. Il a fallu un acte de réintégration. Document officiel : nécessaire pour que ses enfants, aujourd'hui en 2002, prouvent qu'ils sont français.Son fils, en 40, a été mobilisé de force, une mitraillette sur le ventre de la grand-mère, au cas où... Il est devenu un "malgré nous", comme on dit. Dans le Reich, malgré nous, pour sauver la peau de la famille. Déserteur au plus vite. Certains arrétés. Dautres arrétés par le Reich, puis re-arrétés par l'armée rouge destination Sibérie.... Les mots d'Alsace sentent la cannelle et le muscat, et une mémoire méprisée. L'Alsace ne veut pas être autonome. Elle a dépassé ce stade. Elle écoute son coeur. Plutôt que de dire quelque chose à Marseille et si ...
Marseille : toi, dis-nous tes multiples couleurs ! Nous sommes une frontière vivante, depuis le moyen-âge déjà. Nos grands parents, nos parents ont appris les uns l'allemand, les autres le français. Dans les villages, dans les couloirs de la fac, au supermarché du coin, on s'apostrophe en Alsacien. Comme en famille. L'Europe ? Io !!! On a déjà l'expérience! Alors, crois-nous, quartier de Marseille, qu'importe la langue officielle dans laquelle tu remplis les formulaires, qu'importe l'ordre établi par d'autres, qu'importe tes soucis. Garde ton âme. Dis-nous : pour qui bat ton coeur?
Et tu feras d'un tas de mots l'alphabet du chaos, la grammaire du silence. Un immense chant qui étonnera Notre-Dame de la Garde. Un peu comme Babel, mais en mieux.
Alors Marseille qu'est-ce que tu dis ?

Jean DEVRIENDT - Strasbourg - mardi 5 mars 2002

 

 

Le Clown

Il était une fois un petit garçon qui allait à l'école. Tous ses copains voulaient faire un grand métier, hors lui, il voulait faire le métier de clown. Tout le monde se moquait bien de lui. Le soir même, il rêva, et il rêva qu'il était dans un cirque. Dans ce cirque, un clown l'accompagnait. Il visita tout le cirque, et participa à des ateliers. Par exemple, un dompteur lui appris à dompter les animaux, et en cadeau lui offrit un morceau de la panoplie de clown. Comme ça, il alla dans tout le cirque et, à la fin de la visite, il se retrouva avec la panoplie entière.
Quand il se réveilla, il était habillé avec la panoplie sur lui, il était habillé en clown.
Il alla s'inscrire dans un stage de cirque. Dans ce stage, tout le monde le félicita. Alors il alla faire des répétitions. Il joua ensuite dans les plus grands cirques du monde. Il gagna beaucoup d'argent de poche. Il fit ensuite le métier de clown et il gagna beaucoup plus d'argent que ses copains.
Ses copains avaient la bouche clouée.

Pauline - 11 ans - Marseille – 21 mars 2002

 

 

Il y a

Il y a
Que l'hiver partira.
Il y a
Que l'été reviendra
Il y a
Que l'été est là
Il y a
Que l'été s'en ira
Il y a
Que l'hiver reviendra
Bien aimé le temps n'a-t-il pas de rève le temps d'une conjugaison
C'est déja une autre saison

Amel – 7 ans – Marseille - 4 mars 2002

 

 

Histoire de Finlande

Il était une fois une ville qui s'appellait Marseille, où une petite fille qui s'appellait Zahiat qui avait neuf ans. Elle habitait au rez de chaussée du bâtiment A5. Elle était partie en Finlande avec 10 enfants et cinq adultes. Il y avait un garçon qui s'appellait Ahlmi, qui est tombé dans la neige.

Zahiat - 8 ans et demi - Marseille – 4 mars 2002

 

 

La nuit

J'aime la nuit quand le ciel est rose
Mais je n'aime pas quand le ciel change de couleur parce que ce n'est pas beau.
Mais il y en a qui aiment le ciel quand il change.
Mais les gens changent d'avis des fois.
Mais ce n'est pas possible pour moi.

Monaicha – 8 ans – Marseille - 4 mars 2002

 

 

La Fée

J'ai trouvé une fée
Qui pleurait
Je l'ai consolée
Et elle est partie
Parmis les étoiles
Et par terre
Une étoile de mer
Et une perle
Tous les jours
Je confie mes secrets
À ces petits objets.

Tanafassa - 10 ans – Marseille - 4 mars 2002

 

 

Séréna et Samantha

Il était une fois une petite fille qui s'appelait Séréna. Elle était très riche, elle collectionnait les photos de toute sa famille. Elle avait des albums entièrement consacrés aux membres de sa famille : ses grands parents paternels, ses grands parents maternels, toutes ses tantes, tous ses oncles et leurs enfants.
En plus elle voudrait être photographe, mais ses parents sont tellement riches qu'ils disent comme ça : "Séréna tu dois être la femme du Duc Narçois. C'est un très bon parti, en plus tu seras quand même rentière."
"Mais peu importe s'ils ne veulent pas que je fasse photographe, je me marrierai." disait Séréna, la fille de la Duchesse et du Duc Montnay.
Sa mère Rébecca n'allait pas souvent chez sa sœur Aurore.
"Donc je ne pourrai pas avoir d'album sur elle et sa fille Samantha qui n'a plus de père parce qu'il est mort, donc ils ne sont pas très riche. Sa mère travaille très dur et son salaire est bas. Parfois quand je vais en ville avec Frani ma gouvernante qui est très gentille, je passe chez Samantha mais je ne le dis pas à Mamilie (maman) parce qu'elle ne les aimait pas et j'en profitait pour les prendre en photo.
Sa mère a été virée parce qu'elle ne nettoyait pas les dix chambres à l'heure, donc j'ai décidé de les aider en leur apportant de quoi se réchauffer, manger et un peu d'argent.
Un jour Mamilie a vu que j'avais un album rempli de photos d'elles, elle s'est mise en colère et elle m'a privée de sortie hors des entourages. Quand j'ai raconté tout ça à papili (papa), il a dit :" À oui mais c'est ça". Et là j'était très étonné et j'ai dit : "Quoi ? " Il a dit : "Ta mère ne les aide pas parce que quand elles étaient jeunes, Aurore était plus gâtée qu'elle."
Un jour j'ai dissuadé ma mère du contraire et maintenant elles habitent chez nous et je fais comme si Samantha était ma sœur.

Haffousouata - 10 ans – Marseille - 4 mars 2002

 

 

Aminata a volé les clés de la voiture.

Le vendredi (10.08.91) à la Belle de Mai, un monsieur conduisait sa voiture. Puis il s'est garré, mais avait oublié ses clés.
Aminata a vu les clés, elle a ouvert, elle a prit les clés, puis elle a refermé la voiture et elle a laissé les clés. Puis elle repartit en classe comme si de rien était.
Le monsieur est revenu, il a vu que c'était ouvert, il n'a plus vu ses sous, il est parti à la police et après il a porté plainte.
6 mois plus tard on a retrouvé la victime, la victime s'appelle Aminata, puis la police lui a interrogé, elle a dit c'est pas vrai et la police la relacha.
Mais la police a douté, puis la police a couru derrière elle et la police l'a rattrapée. La police l'a interrogée, elle a 1 mêtre 72, porte une gourmette, des boucles d'oreilles en or, des chaussures bleues et rouges, un pantalon noir, un tricot gris, une veste bleue et plutôt les cheveux courts bruns. Elle est restée toute la nuit en prison et le lendemain ses parents l'on cherchée et ils sont partis à la police. La police a raconté à ses parents qu'elle n'était pas venue parce qu'elle a volé un million d'€uros dans la voiture de monsieur Jérémie. La police a dit aussi à ses parents qu'elle serait interrogée demain par le juge.
Puis un mois plus tard elle a été relachée, mais elle n'a pas payé, mais le monsieur a toujours dit à ses parents que leur fille mourrait si elle ne payait pas son million d'€uro. Mais comme ils n'ont pas payé, le monsieur est parti à l'école d'Aminata et lui a dit : "Tu sera morte".
Dix mois plus tard la tata a vu Aminata morte dans les toilettes de l'école, elle a crié et appela la directrice qui appela les pompiers, la police et ses parents.
2 mois plus tard on a trouvé la victime et les empreintes qui montraient qu'om l'avait tuée avec du parfum dans les yeux, aussi avec les ciseaux volés de la maîtresse.
7 mois plus tard on a voulu interroger monsieur Jérémie et on l'a retrouvé mort.

Zaïna - 10 ans – Marseille - 5 mars 2002

 

 

Chocolat l'Ourson.

Chocolat, l'ourson habite dans le bois.
Comme il a faim, il décidde d'aller pêcher quelques poissons dans la rivière.
"Pas moyen d'attraper un ou deux."
S'exclame t-il tristement sous le regard amusé de ses copains.
Les abeilles disent à chocolat l'ourson :
"Nous allons te préparer un peu de miel."
Elles se mettent immédiatement au travail.
Les abeilles apportent à l'ourson un gros bol de miel.
Chocolat est très très heureux et les invite à partager son repas et ensuite joue avec ses amis.

Mohamed – 11 ans – Marseille - 5 mars 2002

 

 

Félix Pyat

143 Félix Pyat, prends ça au sérieux
Crois que je suis Momo
Deux ans de survie
Et j'ai tout capté
Les immeubles pourris
Les rats envahissent les rues
Rues remplies de déchets
Quelle serait ma vie
Si ce quartier n'est pas lavé
Une vie dure
Brouillard noir et poluant
Si tu ne comprends pas
Vois du côté voiture
Cessez ces vols, les bizz de shit
Nous nous détruirons par cette fumée
Se cacher pour vendre
Jusqu'à en arriver aux cavales
Se faire rechercher
Chercher à se sucider
Trop de familles pleurent, gars !
143 dans le treize trois
Félix Pyat marqué de tous ceux qui sont tombés
Que Dieu veille sur les mômes qui restent
Mec, n'oublies pas le respect
Respect à tous ceux qui croient en Dieu
Dieu vous guidera dans le droit chemin.

Mohamadi alias Momo du KMC - 14 ans – Marseille - 5 mars 2002

 

 

Hiver

Hiver vous n'etes qu'un vilain!
Eté est plaisant et gentil…
Ete revêt chant, bois et fleurs
De sa livrée de verdure et de maintes autres couleurs…
Mais vous, hiver, vous etes plein
De neige, vent, pluie, et grisaille
Hiver, vous n'etes qu'un vilain!

Catherine – 8 ans – Marseille – 6 mars 2002

 

 

Nuage

Nuages
Visages
Du vent
Nuages
Rivages
Mouvants
Nuages
Mirages
Vivants
Nuages
La Plage
Printemps
Nuages
Je nage
Dedans

Zayat - 8 ans – Marseille – 6 mars 2002

 

 

Ding Dong

C'est la cloche du vieux manoir, du vieux manoir qui sonne le retour du soir. Le retour du soir ding ding dong.

Mazna – 8 ans et demi– Marseille – 6 mars 2002

 

 

Le Gateau

Pate sablée
200 grammes de fraises et de framboises
Du sucre et du beurre
Prendre les fraises les laver et les couper. Les mettre dans un bol et les saupoudrer. Prendre la pate sablée et étalez là. Prendre une tourte mettre la pate dans la tourte, piquez la pate mettre le contenu du bol sur la pate mettre au four 15 vingt minutes.

Nathalie – 7 ans - Marseille – 6 mars 2002

 

 

Il pleut

On dirait bien
qu'il pleut
Mais le temps de le dire
Le temps de me dire
Et de savoir comment
Je vais le dire
La dernière goutte tombe
Et tout
Comme toujours
Est à recommencer

Monaïcha – 7 ans – Marseille – 6 mars 2002

 

 

Noël des ramasseurs de neige

Jolie neige nouvelle
Toi qui arrive du ciel
Dis nous
Dis nous la belle
Ohé ohé ohé
Quand est-ce qu'à Noël tomberont de là haut des dindes de Noël
Avec leurs dindonneaux
Ohé ohé ohé.

Asna – 8 ans – Marseille – 6 mars 2002

 

 

Le Poison Rouge

Un poisson rouge ayant appris que les oiseaux vivaient en cage, un jour se dit moi aussi je voudaris voir du paysage.
Mon bocal est trop petit, l'eau est sale l'herbe y pousse.
Je veux revoir de beaux pays et m'étendre sur la mousse.
Il enfila son beau complet mis beau dans sa valise au paillasson confiat sa clé et à moi donc la terre promise.
Mon bocal est trop petit, l'eau est sale l'herbe y pousse.
Je veux revoir de beaux pays et m'étendre sur la mousse.
Il est peut être parti à Rome si tu le voit ami dit lui que j'ai changé mon aquarium mon bocal est trop petit l'eau est sale l'herbe y pousse, je vais voir de beaux pays et m'étendre sur la mousse.

Assimina – 8 ans – Marseille – 6 mars 2002

 

 

La semaine

Bonjour Madame lundi
Comment va Madame mardi
Très bien Madame mercredi
Dites à Madame jeudi
De venir avec vendredi
Parlez avec samedi
Dans la salle de dimanche

Karima – 9 ans – Marseille – 6 mars 2002

 

 

Père Noël

L'as tu vu, l'as tu vu
Le beau petit môme
L'as tu vu, l'as tu vu
Le beau petit môme au chapeau pointu
Il s'appelle père Noël
Par la cheminée
Il s'appelle père Noël
Par la cheminée il descend du ciel
Il apporte des joujous
Il en a plein sa hote
Il apporte des joujoux
Il en a plein la hote pour chez nous.

Katidja – 9 ans et demi – Marseille – 6 mars 2002

 

 

La disparition du livre d'Euros

Un soir, ma mère est allée chez la mère de Karima pour discuter. Mais quand elle est revenue, elle a deamandé à Assimina :
Où est-il le livre d'Euros?
Assimina a dit:
C'est pas moi c'est Assad.
Après ma mère s'est retournée vers moi, j'ai dit :
C'n'est pas moi qui l'ai pris le livre d'Euros. Je crois qu'il est chez la mère de Karima.
Ma mère a dit :
Non, c'est toi et Assimina qui avez pris le livre d'Euros et vous ne le dites pas.
Après on s'est mis à chercher dans la maison, on a cherché jusqu'à huit heures et demi. Enfin le lendemain ma mère a trouvé le livre d'Euros chez la mère de Karima.

Assad – 9 ans – Marseille – 6 mars 2002

 

 

Boucles d'Or.

Boucles d'Or était une toute petite fille.
Cheveux bouclés et dorés.
Qui habitait avec sa maman.
Une maisonnette près du bois.
Boucle d'Or lui avait dit la maman.
Ne t'en va jamais seule au bois, on ne sait pas ce qui peut arriver à une petite fille dans le bois.

Maoulida – 9 ans – Marseille – 6 mars 2002

 

 

Blague

Etant Marseillaise, je me suis dis, qu'une petite blague serait la
bienvenue, dans la constrcution de cette page web.
" Comment appelle t'on un nain homosexuel en Marseillais"?
............un "nain'cule" (Avec l'accent SVP!)

Laurie - Londres - mercredi 13 février 2002

 

 

Internet: un faux progrès

Chaque année les dictionnaires ajoutent de nouveaux mots à une liste déja longue. "Internet" fait partie des mots qui n'y figuraient pas il y a une vingtaine d'années et alors que c'est aujourd'hui l'un des plus employés dans le langage courant par tous et toutes, quelques soient son âge, sa nationalité ou son niveau d'étude.
Le mot est d'origine anglosaxonne et pourrait être traduit par quelque chose comme "réseau international". Il s'agit donc bien de mettre en relation des personnes physiquement éloignées les unes des autres via un moyen de communication autre que la parole, le téléphone ou le minitel: l'ordinateur. On est pourtant bien loin de l'utilisation originelle de ce réseau par l'armée et l'agence de recherche sur l'espace (NASA) américaine, puisqu'internet sert aujourd'hui autant à communiquer par des e-mails (messages électroniques) qu'à acheter des objets ou encore consulter ses comptes bancaires "online" (en ligne).
La question est alors de savoir si ce "réseau" constitue bien un progrès sur le plan de la communication entre personnes par rapport aux autres modes de communication existants.
Sans entrer dans une réflexion approfondie, un premier constat s'impose alors: si ce "réseau" est réellement fait pour tous, pourquoi, la grande majorité des mots s'y référant restent-ils en anglais (e-mail, online, web) et non dans un langage réellement international traversant toutes les fontières. L'exemple le plus frappant est celui de la création de nouveaux métiers de l'internet désignés par un vocabulaire à dominante anglosaxonne comme le fameux "webmaster"! En apparence sans intérêt, cette question mérite pourtant d'être posée à l'heure où les Etats Unis continuent à représenter pour plusieurs pays en voie de développement comme un modèle dominant de développement économique et sociale contrairement aux opinions de nombreuses associations et organisations internationales citoyennes. Ainsi internet serait en fait d'une certaine manière américain et non réellement international (il suffit pour s'en convaincre de regarder comment l'entreprise micros oft détient le monopole des systèmes d'exploitation informatique et logiciels de navigation sur internet).
Sur le plan de la communication elle-même, d'une part le contact entre individus n'est jamais direct. Les étapes de la communication entre deux (voire plusieurs) personnes peut se détailler ainsi: doigts-clavier-ordinateur-modem-cables de connexion-modem-ordinateur-écran. On est loin de la simplicité du téléphone pourtant bien antérieur à internet! D'autre part la communication passant par un langage informatisé, la forme des phrases composées dans un dialogue ne peut être qu'impersonnelle. Là encore on est loin du style propre à chacun de la correspondance par lettres.
Enfin l'accès à internet n'est pas gratuit puisqu'il nécessite a priori un investissement en temps de formation et en matériel non négligeable qui n'est pas forcément à la portée de tous.
En conclusion internet constitue certes un progrès technologique notable, notamment pour la rapidité avec laquelle des informations diverses (fichiers, programmes et données) peuvent être échangées à distance, il n'est pourtant ni un progrès sur la plan de la communication entre individus, ni un bien collectif gratuit.

Guillaume ARIAS internaute citoyen - mardi 19 février 2002

 

 

L’endroit ou on vit

On commence par aimer l’endroit où on vit parce qu’on y a posé ses valises ou parce qu’on ne les y a jamais faites. Ensuite, ce sont des trajets qu’on se met à aimer. Des trajets qui mènent de cette place choisie jusqu’à d’autres lieux de la ville. Ces trajets, ce sont des choix instinctifs, des virages impromptus, des décisions sans autre logique ni pulsion que celles qui font battre le coeur et avancer les jambes : on prend le chemin qui nous plaît, au gré de nos envies et de nos fatigues. Le son des rues se superposent, s’effacent, les images s’ajoutent, les points de vue se retrouvent et puis un jour, on se surprend à aimer le trajet autant qu’on aime sa maison. Et puis un autre jour, on s’aperçoit que la multitude de chemins inventés forme une image de la ville – une image différente pour chacun - au risque que la force évocatrice de cette image finisse par estomper le souvenir de tous nos voyages et de toutes les maisons où nous avons dormi
Mais il y a des carrefours entre ces histoires, il y a des passages entre ces images : il y a des espaces où les gens se rencontrent et, parfois, font des accidents.
C’est peut-être pour cela que personne n’arrive à décrire Marseille, c’est pour ça qu’on ne trouve jamais une explication plausible, une façon de décrire la ville qui satisfasse tout le monde : parce qu’il y a trop d’histoires, trop de parcours, trop d’accidents possibles. Tout ce qu’on peut faire, c’est ouvrir la fenêtre, regarder les carrefours, écouter les histoires.

Nicolas WEINBERG - mardi 19 février 2002

 

 

Bon vent

Monts et merveilles pour ce nouvel an
Et surtout antant de dynamisme
Immense binneur à tous !
La santé, l'pulence, la chance
Energie, espoir, plaisir ;
Une année les soufrnces :
Rayées les souffrances
Seules persissteront les joies débordandes.
Vœux de sérenté pour tout le monde.
Offrandes d'extase à madame, messieur
Et les enfants
Un peu plus d'amour pour les grands parents
X multiple d'avoir à tous !

 

"j'enseigne le français aux français en France" - Léopold SENGHOR-

L'homme a bien vécu,
En pertpetuant ses connaissaces
On l'a immortalisée à l'Académie
Pour sa largesse d'esprit
On l'aimait ce bon nègre :
L'heure a sonné, il est parti
Dieu, accepte le au paradis
Seuls tes écrits m'ont bercé
Et ta vie politique m'a ébranlé
Désolé que je n'ai t'ai rencontré
Aube, crépuscule ou Arc en ciel
Ravive mes souvenirs !
Serein, avec une tête bien faite
Il y avait en toi, essence de vie !
Nous t'aimons à travers toi
Génial, crane plein de tact
Hommage à toi , essence de vie
Ondule aux cieux parmi les anges
Redis -moi dans un souffle tes adages
Au revoir poète

 

50 Rue Félix Pyat

Elles sont nombreuses toutefois je vais nous parler de l'une d'elles le CRF au 50 rue Félix Pyat dans le précédent Lou Pitchoun, vous avez pu lire les diférentes activités quei se tiennent centre.
Sachez qu'au Centre Ressources, vient deparaitre le 2éme carnet de voyage relatant les nombreuses sorties programmées pour les usagères, les responsables de celui-ci
Qu'est ce que ça va avoir avec le Conseil Général eh bien c'est lui qui finance tout !
Il y a aussi , le Conseil Régional , le FAS, la DASS, et la Ville de Marseille louons des fois les efforts que nos dirigeants décuplent pour faciliter aux mieux notre existence.
Les sorties dont je vous parlais s'effectuent du début de l'été jusqu'à sa fin privilégiant le fait que tout un chacun a droit des vacances même les familles aux moyens limités.
L'hiver n'est pas laissé pour compte car une classe neige est toujours programmée en février pour que les enfants et leurs aillent saluer blanche beauté.
Donc, ce livre que vous aurez l'occasion de voir forcément écrit, mis en page par des femmes et quelles femmes!

Gistine – Marseille – 22 février 2002

 

 

Histoire d'amour en 50 phrases

Un jour, j'avais lui offert une boîte de chocolat.
J'étais amoureux d'elle
Ca fut le premier amour
Au moins, la première fois qu'une fille occupait mes pensées.
J'avais six ans.
Qui sait' si elle aimait le chocolat ?
Qui sait, quels sentiments elle avait envers moi ?
En tout cas, elle ne me faisais jamais rien remarquer.
Elle ne me parlait pas
Je ne me souviens même pas, si elle m'avait remercier pour le chocolat.
Plutôt non,parce que elle était très timide
En tout cas, plus timide que moi !
En plus, je ne savais même pas, si elle était aussi amoureuse de moi.
De faite, je ne me posais même pas la question.
Comme si s'était garanti .
Quand j'aimais une personne, elle devrait aussi m'aimer.
,Ca s'enclenchait presque automatiquement.
Au moins je le croyais à l'âge la.
J'observais intensivement la fille.
Aussi, parce que elle était belle.
Mais rien me laissait pourtant conclure, qu'elle était touchée par mon geste.
Est-ce que elle avait au moins mangé le chocolat ?
Est-ce que elle l'avait jeté peut-être dans la poubelle ?
Au moment, ça me paraissait imaginable.
Mais quand-même, l'idée m'était venue !
En tout cas, mon acte n'avait pas des conséquences visible,
même pas non visible.
Avec le temps, je crois ,j'ai même oublié cet acte.
Heureusement, chez moi le sentiment d'amour se calmait.
Ou plutôt, il faisait d'abord place à un sentiment de presque colère.
D'où elle prenait le droit de me refuser, de m'ignorer ?
Moi, je réagissait avec une colère, avec du dédain, presque.
Et avec le temps, tous mes sentiments envers elle se diluaient et s'étouffaient.
Quelques années plus tard, nous avions déménagé dans une autre ville.
Je me souviens encore de la dernière fois que l'avais vu.
C'était dans le bus,à la fin de l'école.
Peut-être quatre ans après mon geste de tendresse.
Dans le bus, je me rendais compte, que j'avais très probablement plus jamais la revoir.
Et j'avais quand-même envie , de lui dire adieu dans une certaine manière .
Avec la séparation physique il me semblait aussi, que une histoire allait se clore définitivement..
Biensûr, au moment je ne pouvais pas dire,que ça signifiât pour moi.
A l'arrêt de bus ou je devait sortir, arrivait.
Je passait devant elle
Et je murmurais "ciao".
Je cherchais ses yeux.
Elle me regardais aussi.
Et elle disait aussi presque inaudible "ciao".
Dans ce moment, je ne me rendais pas compte, si elle
était consciente de se moment presque historique, au moins pour moi.
Et je n'avais jamais plus offert une boîte de chocolat à une fille, comme acte d'amour.

Thomas SCHAFFROTH – Marseille – 21 février 2002

 

 

PARKING ( 21.02.01 )

Il y a des parking comme le yin et le yang
et il y a des parking qui sont "in" ou "out".
Il y a des parking pour se garer
et il y a des parking pour se marrer.
Il y a des parking pour être oublié
et il y a des parking pour se reposer.
Il y a des parking pour mettre la voiture
et il y a des parking pour caser une envie
ou des parking pour oublier ses envies.
Il y a des parking qui ne se paient pas
et des parking qui ne se trouvent plus.
Il y a des parking qui excitent
et des parking qui suscitent
de penser à autre chose que à une espace
de convenance
pour casser ses pertinences.

Thomas SCHAFFROTH – Marseille – 21 février 2002

 

 

Voyage téléphonique

"Alors, Jaques, tu as donné de l'eau aux plantes ?"
"Non, ce matin il n'y avait une coupure d'eau dans l'immeuble, ils ont réparé la canalisation ou je ne sais pas quoi. "
"Fais-le maintenant, ne l'oublie pas, parce que mes plantes en ont besoin tous les jours."
"Oui ma belle ! Tu reviens quand ?"
"Je ne sais pas."
"Pourquoi pas ?"
"Parce que ici, il y a eu des inondations cette nuit, et la route est bloquée."
"Ah, quel malheur !"
"Non,pas du tout, je me sens bien ici. Il ne me manque rien."
"Même pas moi ?"
"Pourquoi tu me demandes cela?"
"Parce que toi, tu me manques !"
"Mais dis-donc ! Ca ne fait même pas une semaine, que je suis partie."
"Eh oui, c'est trop long!"
"Tu ne travailles pas ?"
"Oui, j' écris un peu. Mais je ne me sens pas trop inspiré, plutôt bloqué."
"Penses à notre dernier week-end !"
"Déjà fait."
"Alors pense au prochain."
"C'est trop loin pour m'imaginer des situations concrètes."
"C'est quoi pour toi, une situation concrète ?"
"De l'action sublime."
"Et moi,j'y figure dedans ?"
"Et comment !"
"Raconte-moi !".
"Tu es curieuse."
"Parles, ca va mieux après une décharge ."
"Ce n'est pas que je vais mal, sauf qu'une image me bloque complètement."
"Des fantasmes?"
"Si tu veux, oui."
"Tu m'excites, vas-y, avoue tout !"
"Non, je ne peux pas."
"Ah, toujours les mecs, qui n'osent pas raconter à une femme, ce qu' ils aimeraient faire avec les nanas. Lâche ! Vite ! Je dois raccrocher pour aller faire pipi !"
"Tu veux vraiment que je te le dise ?"
"Oui mon amour, du courage . Tu sais que je t'adore aussi à cause de ta capacité illimitée de fantasmer."
"Bon, si tu veux. Alors, je t'observe, comme tu donnes de l' eau à tes plantes, pendant que je suis bien au lit en buvant du café."

Thomas SCHAFFROTH – Marseille – 21 février 2002

 

 

Petite participation

Par ce qu’il est urgent de ne rien faire pour aller dans le bon sens,
Par ce qu’il est inutile de ne faire que dans l’utilité concrète,
Par ce que je crois que ce qui ne sert à rien est indispensable,
Alors je participe à la plus grande page web du monde,
Chef-d'œuvre d’avant garde qui ne changera pas le monde,
Qui ne bouleversera pas les principes de la physique fondamentale
Mais témoignera de la vie et le conscience de chaque clavier anonyme.

Michel - jeudi 21 février 2002

 

 

INTERNET PLUS LA PAIX!!!

Quello che abbiamo imparato l’11 settembre
Sentiamo affermare ogni giorno che "dopo l’11 settembre niente sarà più come prima", e questa semplice affermazione che, sin dall’inizio, ci era sembrata oggettivamente condivisibile ogni giorno di più diventa ipocrita e banale.
Troppe cose sono rimaste le stesse; troppi sembrano non avere imparato assolutamente nulla.
Non vogliamo vendetta avevamo detto; pretendiamo giustizia! Oggi ci accorgiamo che l’azione di polizia internazionale che ci aspettavamo altro non è che la solita stupida guerra di missili e di bombardieri, la solita grande esercitazione per far divertire i generali senza nemico del Pentagono.
NO, questo non è quello che ci aspettavamo; questo non è quello che vogliamo.
Che Bin Laden abbia sulla propria coscienza altri morti non ci può fare piacere. Che ai nostri 6.000 morti si sommino i tanti afgani che hanno come unica colpa quella di non essere stati in grado di rovesciare un regime autoritario e dispotico come quello dei Taliban non spegne la nostra sete di giustizia ma la acuisce.
Ad oggi l’unico vero effetto delle ondate di bombardamenti dell’Air Force è stato quello di far traballare il dispotico regime dei generali pakistani, di far crescere la tensione nel Kashmir conteso fra Pakistan e India, di mettere in difficoltà il governo di Arafat in Palestina, di rafforzare la posizione e la presa di massa degli integralisti all’interno di tutto il mondo islamico, dal Marocco all’Indonesia, alle Filippine. Non passa giorno senza che le notizie di agenzia non ci informino su di una qualche manifestazione, in un qualche lembo del mondo, a favore di questo candidato al martirio che risponde al nome di Osama Bin Laden.
Noi siamo convinti della colpevolezza di quest’uomo. Non abbiamo visto le prove che il governo degli Stati Uniti ha in suo possesso, ma le hanno viste persone di cui ci fidiamo, le hanno viste i nostri legittimi governi e tanto basta. E’ questa la ragione per cui teniamo tanto alla sua vita. Vogliamo vedere quest’uomo processato e condannato da un tribunale degno di questo nome; vogliamo che tutto il mondo veda la umana modestia della sua persona, la umana precarietà della sua condizione. Non vogliamo che diventi un mito capace di provocare imitazione ed emulazione, non vogliamo che diventi un esempio capace di provocare altre sciagure. Il suo sforzo di identificarsi con il mondo islamico e di contrabbandare la sua scelta terroristica con una guerra santa va bloccato sul nascere e contraddetto nei fatti e non solo a parole. Che c’entra questo terrorista con l’Islam?
Bin Laden fa parte, organicamente e non casualmente, di quella borghesia nazionale araba che a causa della sfida economica che l’impero statunitense ha lanciato, da venticinque anni a questa parte, dopo le due crisi petrolifere degli anni Settanta, è stata ricacciata ai margini dell’economia mondiale. Una frazione di essa si è integrata più strettamente con il centro dell’economia mondiale, mentre un’altra frazione ha spostato le proprie rendite sul commercio clandestino di armi e di stupefacenti e per questa ragione si è dovuta dare una struttura militare e una rete organizzativa a carattere clandestino. Oggi questi nodi vengono al pettine.
Quest’uomo non ci serve morto. Morto è molto più pericoloso che da vivo. Le disgrazie di cui quest’uomo è portatore non avranno fine se lo si trasforma in un martire che parla a nome dell’Islam. Egli va ridotto al suo reale ruolo storico, e alla sua autentica dimensione umana. Cadetto frustrato di una ricca famiglia saudita che è riuscito ad acquisire gli strumenti per sfogare la sua frustrazione contro il mondo.
Le società complesse del Terzo Millennio sono società intrinsecamente vulnerabili, alla mercé persino delle frustrazioni di un cadetto saudita. Oggi la minaccia che si presenta è questa, domani l’arma terroristica potrà essere imbracciata da altre mani, e potrà nutrirsi di altre ragioni. Forse c’è da cominciare a ragionare sul livello di sicurezza che vogliamo e dobbiamo perseguire per metterci al riparo da questo tipo di minacce che sempre più numerose ed insidiose si profilano all’orizzonte.
Se proprio dobbiamo lasciamo che i generali giochino ancora per un po’ coi loro giocattoli; ma poi, per cortesia, pensiamo anche alle cose serie che questa tremenda storia insegna a tutto noi. Il terrorismo è in mezzo a noi e va combattuto quotidianamente con le armi della politica e della democrazia. Su questa materia i generali non hanno da insegnarci proprio nulla ed è meglio farli rientrare al più presto nelle loro caserme.

La democrazia ai tempi del terrorismo mediatico.
La prima guerra contro un nemico senza territorio apre una stagione di incertezza e di insicurezza con cui non siamo molto abituati a convivere.
Il terrorismo è certamente nelle società contemporanee una delle più terribili ragioni di insicurezza collettiva. Vivere e partecipare socialmente in una situazione in cui un nemico invisibile e non dichiarato può venire indisturbato a minacciarci e a colpirci nei nostri luoghi quotidiani di vita e di lavoro, senza alcuna ragione specifica, innalza significativamente la soglia di rischio sino ad un livello che è molto difficile da accettare.
In risposta a questa ingiusta ed incivile minaccia l’Occidente armato ha scatenato una guerra senza quartiere che è cominciata oltre un mese fa e che non sappiamo ancora per quanto tempo continuerà. Che l’Occidente abbia deciso in questa occasione di reagire con questa durezza e determinazione ci è sembrata l’unica risposta possibile ad una sfida così incivile e disumana. Questo terrorismo ha un tale disprezzo per la vita in quanto tale da non poter rappresentare in alcun modo un interlocutore politico. A questi vigliacchi che si fanno scudo dei corpi dei loro seguaci non possiamo in alcun modo dare la dignità di avversari politici e non possiamo loro perdonare di averci costretto ad una guerra che non abbiamo voluto e non è stato possibile evitare.
Il problema che ci si presenta oggi va però al di là dello scontro che questo gruppo terroristico ha portato all’Occidente. La vittoria, che forse non è a portata di mano come sembra in questi giorni, non deve farci trascurare il fatto che la partita non si chiude affatto una volta per tutte. Per quanto ci possa apparire terribile il terrorismo diventerà sempre di più una presenza endemica nelle società contemporanee. "Al Quaeda" è l’organizzazione specifica che ci minaccia in questo momento e che, per potere reclutare più facilmente ed economicamente i propri adepti si è appoggiata sul fanatismo islamico; ma altri e più pericolosi nemici verranno dopo di essa. Inutile farsi illusioni. Negli anni futuri la nostra fantasia verrà messa a dura prova dai molti che si cimenteranno nel compito titanico di trovare fama e gloria minacciando l’Occidente alle sue fondamenta. L’intensità comunicativa raggiunta dalle società occidentali moderne è tale da costituire per ciò stesso una scena mediatica che è troppo ambita perché non ci sia qualcuno di volta in volta interessato ad entrarvi dalla porta di servizio. Tanto più grande ed ardita la sfida tanto più ambita e duratura la gloria.
Le città sono troppo grandi e complesse per poter essere difese sempre e comunque da tutte le minacce che ad esse possono essere portate. La vita a cui siamo abituati è basata su di una mobilità individuale senza vincoli, su possibilità di scambio e di comunicazione pressoché illimitate, su un confronto interculturale che vorremmo aperto e potenzialmente illimitato. La sfida terroristica ci impone accorgimenti di sicurezza che richiedono, puramente e semplicemente, un abbassamento del livello di libertà collettiva e di partecipazione individuale su cui sono basate le nostre società. Già negli Stati Uniti è stata accettata l’idea che in tempo di pace operino i tribunali di guerra, dando un colpo mortale alla tradizione democratica che quel grande paese ha sinora vantato. In Europa lo stesso problema si pone per quanto riguarda l’armonizzazione degli ordinamenti giudiziari dei singoli paesi, ed il discorso garantista è nelle mani di quei governanti che hanno da regolare problemi con la giustizia piuttosto che dei liberali e dei democratici sinceri. Al tempo del liberismo economico trionfante non si riesce a trovare un liberale manco a cercarlo col lumicino.
Non intendiamo minimamente accettare tacitamente questa deriva che vede trionfare la logica della violenza e del confronto armato. La società che l’Occidente ha tentato di costruire in questi secoli è una società che si è allontanata progressivamente dalla violenza e dalla guerra come metodo di risoluzione dei conflitti politici. A questi principi non intendiamo rinunciare. Chi ritiene che alla logica terrorista occorra necessariamente rispondere con una logica di violenza e di guerra si sbaglia completamente. Noi non intendiamo darla vinta ai terroristi e chi cade nella loro trappola dimostra solo di avere una coscienza democratica troppo fragile e incerta. Il compito è duro perché è nuovo ma non è questa una buona ragione per fuggire a gambe levate. Le sfide si raccolgono perché solo così c’è la speranza che prima o poi qualcuno abbia una buona idea per vincerle una volta per tutte.
VIVA LA PACE! VIVE LA PAIX!
HIP, HIP, HURRAH FOR PEACE! HOCH LEBE DAS FRIEDE! ARRIBA LA PAZ!

Prof. Giuliano Bianchi – Italie - jeudi 21 février 2002

 

 

Juste un petit air …

juste pour vous mettre ce petit air en tête :
..."pas se casser le cul, savoir se fendre de quelques
baisers tendres, sous un coin de ciel bleu"...
(cf michel Simon. Serge Gainsbourg)

Peggy - vendredi 22 février 2002

 

Poeme traduite de l'arabe
Intitule: " Marsiennetés "

Sans s'approcher..
Tout le monde te regarde d'un oeil bizarre.
Tu parles une langue extraterrestre..
Chaque soleil t'offre de nouveaux ennemis..
Et l'automne atteint l'arbre des amis.
Et puis tu commences à collectionner
les titres:
Cultivé..
Avancé..
Marxiste..
Bizarre..
Athée..
Sioniste..
Agent..
Prétendu..
Fou..
Rêveur.
Prétentieux..
Gauchiste..
Libéraliste..
Utopique..
Rêveur.
Et puis tu découvres dans la boite rouillée
de sentiments..
Des oubliés que la poussière a failli avaler:
Angoisse..
Confusion..
Colère..
Amour jusqu'à la folie..
Etrangeté..
Envie de se révloter..
Et inquiêtude.
Et finalement...
Le ressort se terminant avec une boule rouge..
Déclare l'echec de tous les essais..
Pour se cacher
Dans les plis de ta tête malade.
Maintenant seulement
On peut ouvrir grands nos bras..
Et t'inviter a nous joindre avec toute tolérance.
Parce-que ce n'est que maintenant
Que tes courbes se sont achevées..
Et maintenant tu es un martien!
Et contrairement à ce que tu croyais..
Tu n'es pas tout seul.
Beaucoup entre ceux que tu as rencontrés..
En train de lire dans les wagons du métro..
Ou de chanter tout en marchant dans les
rues de la capitale..
Sont sortis le matin de leurs maisons endormies..
A la recherche de la vérité
Aussi !!

Ramez FARAG – Egypte - vendredi 22 février 2002

 

 

Petit papa noël naïf

J’étais là, plantée comme un poteau électrique sur le quai du
Vieux-Port, à regarder les bateaux se balancer en cadence. Bien sûr, il y
avait les gabians énervés qui hurlaient au dessus de ma tête, bien sûr il y
avait ce mistral glacial qui essayait de me transformer en iceberg vivant,
bien sûr papa n’était pas là, mais bon dans l’ensemble c’était plutôt un
instant agréable à vivre. C’était les vacances et Noël approchait à la
vitesse d’une trottinette folle.
Soudain, j’ai entendu de petits pas nerveux qui se rapprochaient et j’ai
compris que mon moment de tranquillité allait bientôt prendre fin. Maman m’a
attrapée par le bras, elle m’a forcée à la suivre.
– Viens vite, elle a dit d’une voix essoufflée, j’en ai repéré un du
côté du manège à chevaux. Tu vas voir, il est parfait.
Avec maman, il faut toujours faire vite, pas vraiment le temps
d’apprécier les bonnes choses. Elle est comme ça ma mère, toujours à courir
après le temps qui file, à tenter de le rattapper. C’est une adulte quoi.
On a remonté la Canebière en riant comme deux folles ou alors encore
comme deux copines qui s’échangent leurs petits secrets. Je l’aime très fort
ma mère et elle aussi elle m’aime très fort. On se protège. On veille l’une
sur l’autre.
– Regarde, le voilà, elle a dit en me désignant la tâche rouge vers
laquelle nous nous dirigions.
On s’est approchées en tentant de calmer nos fous rires respectifs, il
fallait rentrer dans la peau de nos personnages pour être crédibles. Lorsque
nous sommes arrivées à sa hauteur, nous étions prêtes.
– Regarde ma chérie, c’est Papa Noël !
Je me suis mis à sauter sur place en criant comme maman m’avait appris à
le faire.
– Je veux une photo avec le père Noël ! Je veux une photo avec le père
Noël !
C’est important de répéter deux fois la phrase, ça les met en confiance,
ils sont sûrs d’eux, après c’est plus facile.
– Ne pleure pas ma chérie, maman va te payer la photographie avec le
père Noël. C’est combien monsieur pour la photographie en compagnie du père
Noël ? elle a demandé en se tournant vers le gars qui avait le polaroïd
suspendu autour du cou.
– Cinquante francs, ma petite dame.
– Eh bien c’est d’accord, a répondu maman en prenant une mine réjouie.
Papa Noël m’a soulevé de terre et m’a installé entre ses bras. C’était
vraiment un père Noël minable.
On voyait ses cheveux qui dépassaient de dessous la perruque, sa hotte
était trouée par endroits et il avait gardé ses chaussures de ville. En plus
il puait le parfum bon marché.
Le photographe s’est reculé de deux pas et il a tenté d’attirer notre
attention. Il semblait prendre son rôle très au sérieux.
– Souriez, il a demandé.
Le père Noël n’a pas bronché, il n’avait plus la force de sourire, mais
moi qui suis encore jeune, j’aime bien faire ça. Je lui ai envoyé le plus
beau sourire de ma collection. L’homme au polaroïd a paru satisfait et il a
appuyé sur le déclencheur. Il y a eu un éclair et puis on a commencé à
percevoir le bruit caractéristique de la photographie qui sort de
l’appareil. Discrètement, maman a cligné de l’œil, c’était le signal
convenu, et j’ai tiré d’un coup sec sur la barbe du père Noël. Elle s’est
décollée avec un bruit de drap qui se déchire.
Il a eu si mal qu’il a porté les mains à son visage afin d’attenuer la
douleur naissante. J’en ai profité pour dégringoler de ses bras et m’aplatir
comme une crêpe sur le trottoir gelé. Ça marche à tous les coups, s’en est
presque trop facile. Ensuite je me suis mise à pleurer comme ma mère m’avait
appris à le faire.
– Non mais vous êtes complètement cinglé ! elle a hurlé.
Puis, elle s’est adressée au photographe.
– Vous avez vu ce qui s’est passé ? Le père Noël est un salaud ! Il
agresse les enfants ! Je vais porter plainte contre vous, vous m’entendez ?
Police ! Police !
Allongée par terre, j’ai regardé maman faire son numéro, elle était
parfaite comme toujours. Elle connaissait son texte par cœur. Elle avait
raté sa vocation, mais je ne lui disais rien. Ça l’aurait rendu malheureuse.
Le photographe s’est approché, il avait l’air affolé.
– Bon sang, mais qu’est-ce que tu as fabriqué ? il a demandé au bonhomme
en rouge.
– Hé doucement, a dit le père Noël, c’est pas moi qui ai commencé. C’est
elle qui m’a arraché la barbe en premier...
– Ce n’était pas une raison pour la balancer de la sorte, a sangloté
maman, je vais porter plainte contre vous !
– Mais je n’ai jamais jeté votre fille !
Le photographe a levé les bras au ciel.
– Hop, hop, hop !!! Bon, tout le monde se calme, il a fait, voilà ce que
je vous propose, on oublie tout ce qui vient de se passer et la photo c’est
gratuit. Zéro franc pour vous et des excuses pour nous. Ça marche comme ça ?
Maman a fait semblant de réfléchir comme je lui avais appris à le faire,
puis elle m’a récupéré par la main gauche, la photo dans la main droite et
nous sommes parties en direction de l’église des Réformés.
– Ça va pour cette fois, elle a lancé sans se retourner.
On a remonté la Canebière côte à côte en essayant de ne pas éclater de
rire. Lorsqu’on a été à bonne distance du point rouge et de l’appareil
photo, nous nous sommes arrêtées.
Maman a ouvert son sac à main et le polaroïd a rejoint les dix-sept autres
qui s’y trouvaient déjà.
– Joyeux Noël ma chérie, elle a murmuré en me caressant les cheveux.
– On continue ? j’ai demandé.
– Si tu veux, a répondu maman, j’en ai repéré un qui a l’air super tout
près du square à musique.
– On y va ! j’ai crié en forçant l’allure.
A cet instant précis, la neige a commencé à tomber sur Marseille.
Doucement. Sans bruit. Sans prévenir. C’était vraiment un moment
exceptionnel.
– C’est juste le bonus, a rajouté maman.
Fin

LUCIANI Jean-Luc - dimanche 24 février 2002

 

 

Trop malin ne profite jamais...

Le Sauvage Oscar a dit : "Rien à l'homme n'est impossible, seul l'impossible
est intelligible"
Et je me suis dit : j'ai parfois des discussions avec moi même, je suis
tellement intelligent que je ne comprend rien à ce que je me dit...
C'est peut etre n'importe quoi mais peut etre qu'avec ça je ferais parti de la
plus longue page web du monde(ce qui convenons en ne veut pas dire grand chose
vu la virtuosité , pardon : la virtualité, de la chose!)
J'embrasse tout le monde qui m'aura lu, les autres ça vaut pas la peine et de
toute manière ils en sauront jamais rien ces petits hipocrites.

Nicolas - lundi 25 février 2002

 

 

Petit témoignage

Je suis scénariste et ai 3 enfants, 47 ans. Ma fille, la cadette, a 14 ans et est lycéenne. En ce moment, nous nous disputons sans arrêt. Et on ne sait jamais comment clôturer parce que le hic c'est qu'on s'aime beaucoup. Alors, on s'envoie des petits souffles, des petits "POUCE !", des petites choses impalpables parce que virtuelles, des cartes qui osent montrer ce qui se cache au plus profond de nos pudeurs, de nos amour-propre. Bref, pour nous, le net c'est plus qu'un support. C'est un médium à part entière car il génère un état psychologique particulier, un état de partage, un état de jeu. Un état de liberté. Un nouveau langage où chacun possède sa propre orthographe, celle des mots et celle de l'émotion. Aussi, laissez tous ces cultivateurs de la plus longue page web du monde inventer cet autre langage et peut-être que l'Académie secouera sa poussière et les privilèges qui vont avec ! Ce sera déjà un premier pas et la preuve que la société commence à changer et qu'elle se révèlera capable de ré-instaurer la primauté de la valeur humaine sur celle de la valeur marchande.

Bérénice HAEGHEN - Bruxelles - lundi 25 février 2002

 

 

et moi, et moi

ma pierre à l'édifice ? suis ton étoile, par tous les temps, tout le temps, sans jamais t'éloigner du chemin si loin que tu ne saches y revenir.
nous sommes tous faits de la même matière originelle et aucun de nous ne peut prétendre écraser l'autre, le petit, le différent, l'étranger, qui n'appartient pas au club rassurant.
go your own way !
Simone Weil a dit:
"sauf au prix d'un effort de générosité aussi rare que le génie, on est toujours barbare avec les faibles".
Sachons résister, y compris à soi-même.

Arnaud - lundi 25 février 2002

 

 

Courses Virtuelles

Voiçi quelques émotions vécues lors de mes premières courses virtuelles sur internet. Ces "émotions" ont été si fortes qu'elles m'avaient empêché de dormir. Dès lors, il était vital que je les écrive sur la papier de mon ordinateur. Voici donc la première, à Watkins glen:
je me connecte en frémissant. C'est que Le Glen est un circuit que j'affectionne particulièrement et je n'y mets pas les pieds sans me souvenir de ce samedi 6 octobre 1971, essais libres du matin, voiture n°6 chassis n° 6666 "aujourd'hui c'est mon jour" dit il. La Tyrrell s'en va. Elle ne reviendra plus: le jeune espoir français François Cevert vient de se tuer...
Je prend donc le volant avec une pensée envers lui "tu es avec moi François n'est ce pas?" La concurrence est légèrement plus vite mais mes marques reviennnent peu à peu... Au trois quarts de la séance je suis 2 à 1 dizième.. Il est temps de passer aux essais du setup qualif. 1 er tour de simu qualif: moteur explosé à 200 m de la ligne... Qui est ce qui m'a mis tout ce grill tape?(*) Y en a partout hurle je...Les mécanos commencent à faire une drôle de tête.. On me dit même que c'est moi qui commandé tout à l'heure une palette complète de scotch de France parce qu'il colle mieux!....Heu.... permettez moi d'avoir ds doutes quant au mental de certains de mes mécanos mais passons!!...
J'enlève donc tout ce grill machin....aaaaaahhhhh.. j'en ai plein les doigts... Le temps de tout nettoyer et voilà les qualifs "drivers to the cars" Ca va! une minute!... Dès les premiers mètres un doute s'installe: m'a t'on mis le bon setup pour la qualif???Et si la conspiration avait grandi jusqu' au point que tous mes mécanos se soient donné le mot? Peut être même jusqu'au directeur d'écurie?? Difficile de trouver la concentration nécessaire pour un bon tour de qualif. Mais la voiture ne semble plus la même que tout à l'heure...elle est plus lente.... et l'eau commence à bouillir (comme moi d'ailleurs!) La ligne est là et je jette un oeil sur le stand avant de regarder le temps: calme plat et 1.16.500 et quelques... 6 ème temps.....
Dans la page garage, quelqu'un avait mis un autre setup pour les qualifs... Maintenant je suis sur d'une conspiration de la part des mécanos.. mais pour quelle raison???
Le temps de frissoner à nouveau et le warm up vient de commencer... Meilleur temps. Bizzare, l'auto sens encore le brûlé. Sans rentrer au stand (pour éviter le regard maintenant menaçant de toute l'équipe) je vais au garage: du sctoch partout partout... Grill tape à 90%!! Mais qui peut m'en vouloir autant et surtout pourquoi???... J'ai presqu'envie de pleurer mais... c'est plus tard que les larmes viendront... Sur le "chat" on me demande si j'ai gardé mon setup qualif?? Le temps de répondre que je viens juste de le modifier et on nous appelle pour la course.. Là je suis déjà plus en confiance. Une pensée recueillie pour François, et le tour de formation commence... Ah!, je vous ai pas dit, on se parle plus avec les mécanos...
Je suis confiant car j'ai un bon réglage et que je me débrouille pas trop mal sur les routiers... Feu vert, premier freinage: pas de prob, les esses super, mon setup à l'air de se comporter comme prévu.. 600 500m freinage et je pique la 5 ème place. Zallez voir ce que zaller voir!, conspitation??? non mais!!! Deuzième tour ,horreur !! une odeur de ......non là je deviens parano... J'essaie de me reconcentrer car je rattrape les 4 de devant........ 600 500 freina.......................BOUUUUUUUUUM!!!!!!!!!!!! Là je suis abasourdi....... J'ai une pensée humide pour l'Autre la haut: "dis François t'es pas un peu Sévère???"..........Les larmes ne sont pas loin... Je ne regarde même pas passer le reste du défilé et je vais illico au garage... une odeur de scotch y règne, du scotch qui vient tout juste de griller. Inutile de vous dire que je vais pas y rester longtemps; juste le temps de vérifier que le setup n'était pas encore une fois le bon... Et si la conspiration s'étendait à toute la ligue??? Même mon PC j'ai plus confiance......je l'éteins avec prudence mais encore cette odeur de scotch brulé... mais.... horreur....., quand je rallume j'ai du scotch plein les mains!!!!!!,....... même dans les poches!!!...... mes enfants rient de moi: je suis sur qu'ils ont aussi comploté!!!!....vite les mécanos me coursent!!!!!!!!!!!!!................... J'enjambe une palette de ... devinez........................ pas le temps de vous le dire, je cours................je cours...... jusqu'à la cuisine me réfugier auprès de ma femme............................................................. Sans se retourner elle me lance:"ton steak, tu le veux ...au four ou au GRILL.........AAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Phil#84
PS: ça y est, je pleure...
(*) le grill tape est un ruban adhésif large dont que les mécanos utilisent pour boucher les entrées d'air lors du tour de qualification afin de diminuer la résistance de l'air et donc d'augmenter la vitesse de pointe. Le moteur n'étant plus refroidi, sa durée de vie n'est que de quelque tours, donc suffisant pour la qualification qui se joue sur un tour lancé..



Cette fois là, l'émotion capturée se déroule à Sears Point où je me suis fais remarquer en reculant au milieu de la piste ... et en percutant purement et simplement le pilote en tête qui n'a pu se douter de la manoeuvre "stupide" dont j'ai été l'auteur....

je me lève encore tout endormi et pourtant j'ai comme l'impression de ne pas avoir dormi justement. Comme si j'étais dans du coton. D'habitude je suis courbaturé mais là, j'ai l'impression bizarre qu'il n'y a pas eu de nuit!. Je me glisse jusqu'à la cuisine. La maisonnée baigne dans une moite pénombre et je suis surpris de voir que le soleil, a lui aussi mal dormi puisqu'il ne se réveille pas!.. Un bon petit café va me remettre sur pieds! C'est l'heure qui m'inquiète: huit heures trente sept et toujours pas de bruit à l'extérieur sur le boulevard. Quel silence pour un lundi! L'horloge aurait elle aussi mal dormi? J'allume la radio. Direction France Info, là il donnent l'heure..".....Nous apprenons que le dangereux criminel s'est réfugié dans un immeuble. Immédiatement un périmètre de sécurité a été mis en place ainsi qu'un important dispositif policier épaulé par la gendarmerie spécialisée dans la haute criminalité et l'armée. Sur place notre envoyé spécial:.......... je me trouve donc en face de l'immeuble, situé sur un grand axe d'Avignon qui a été fermé à la circulation pour l'occasion. Les autorités ne savent pas si l' individu est armé ou non. Ecoutez le témoignage d'une habitante de l'immeuble qui cette nuit a été vidé de ses occupants:" ...c'est un homme que j'ai toujours trouvé bizarre... toujours contre tout, contre la société...et tout le temps devant son ordinateur mais on se doutait pas qu'il faisait des saloperies sur l'internet". Je me suis moi même intéressé au mobile qui aurait pu animer tant de violence de la part d'un homme somme toute assez banal et je suis allé interroger les autorités de la ligue qui ne comprennent toujours pas son geste "Nous l'avions déjà rappelé à l'ordre lors d'une course précédente et même disqualifié mais nous ne doutions pas qu'il reculerait aussi brutalement..." Le mobile ne semble pour l'instant pas très clair et je vous tiens au courant si de nouveaux événements éclatent"... Une enquête a été ouverte suite à la plainte déposée par la victime. Ecoutons son témoignage:" il avait pourtant l'air sympa. Dans l'aprés midi il avait même testé des setups que nous avions mis sur le site de la ligue. Nous ne doutions pas qu'il préparait déjà son terrible et macabre geste car avec des setup rapides il a pu partir en pôle. Dès lors il lui était facile d'attendre le moment opportun et d'agir.." Je rappelle les faits pour ce qui ouvrent leur poste à l'instant: terrible attentat dans la course de Sears Point où le soi disant pilote Philippe Patry a délibéREMENT RECULE AFIN DE COUPER LA ROUTE A THIERRY LABAGNERE DEBILEMERENT POUTE LA COURE........A BIERRY LATAGNERE.......BIETRI TARAGNEB............
Phil, il t'a dit hier soir sur le forum que c'était pas grave. Dors maintenant......

PHIL#84
PS: RRRRRRRRRRR......ZZZZZZZZZZ........RRRRRRRR.......ZZZZZZZZZ......RRRRRRRRRR...ZZZZZZ

Aujourd'hui je ne cours plus car j'ai estimé avoir trop fait de dégats et je n'ai plus le temps nécessaire pour m'entrainer convenablement, mais ces émotions resteront gravées à jamais dans mon coeur et je les ai regroupées dans un dossier nommé: bitum délirium. Amitiés

Philippe PATRY - mardi 26 février 2002

 

 

A tirer au 16.3 pour solde de toute compte

Vieux-port, Vendredi, 7H10, beau temps couvert et doux.
Al avait choisi un hôtel de bon standing qui donnait sur le vieux port. Pas pour l’exotisme ou la carte postale, non tout simplement pour ne pas avoir de voiture en location et ainsi pouvoir se déplacer plus facilement. « Toujours te méfier des voitures » lui avait signifié
Ange. Ange, le gardien du temple, qui lui avait tout appris sur les « missions » ; lorsqu’il était entré dans le métier voilà une bonne quinzaine d’années. Ange ? Où était-il maintenant ? Devant le « Proq », là-bas à Nueva-Yourk, comme il disait lui-même. Tout cela pour avoir voulu terminer sa carrière à la résidence, c’est à dire au centre du réseau. Aux dernières nouvelles le substitut, enfant de trois putes si cela était possible, lui cherchait des noises pour un arrêt de comptes scabreux ou un quitus trop libéralement accordé à une quelconque « compagnie » cotée ou non. Il avait pas tué le gérant, sûrement un peu bousculé, l’avait tarabusté pour une situation intermédiaire un peu bancale ou parce qu’il n’avait pas suivi les normes. Pas de quoi fouetter un chat dans le métier.
Cours Ballard, 7H3O, toujours le Vendredi,

Comment vivait Marseille ? Elle vivait une révolution tranquille, plus de caïds, plus de tueries pour un rien, et même le « vieux » était parti. Le Deferre avait été remplacé et deux fois plutôt qu’une !! Près de dix ans de tranquillité sous ses latitudes, dans cette ville bigarrée où se côtoient au moins vingt nationalités, une bonne dizaine de religions et autant de sectes. Mais heureusement, il y avait l’O.M., Un O.M., que l’O.M. !!
Tout cela Alfrédo l’avait ressenti dès son arrivée, notamment lorsqu’il avait voulu retrouver le Provençal. « Plus de Provençal », lui avait annoncé le kiosquiste. Surpris qu’à cette heure il n’y eut déjà plus de journaux du jour. « Le Provençal est devenu la Provence...maintenant.... », daigna lui expliquer le vendeur de gazette en lui tentant un journal plié. Bien obligé de le prendre, de le payer et de l’emporter. Après deux jours à Marseille il savait que tous les bistroquiers achètent les deux journaux locaux et même en plusieurs exemplaires. Car dès l’ouverture il fallait en connaître le principal. C’est ainsi qu’ Alfrédo se trouva une petite place sur une banquette qui sentait l’ail un peu rance et le pastis, commanda un café et obtint, vu son statut « d’estranger » un exemplaire de la gazette régionale. Car ici on pouvait se chamailler pour les choses politiques mais rarement sur la ligne sportive du Cloube !! Peut bien y avoir un maire Centriste pourvu qu’il aille au stade le jour de match.. Un maire des gens chics pour quartiers riches, pourvu qu’on le retrouve au Vélodrome. D’ailleurs pourquoi avoir mis le stade dans les quartiers bourgeois. Hein !!! Se demanda Al. Non pas à la périphérie des quartiers Nord. Non à la périphérie des bourges....Aujourd’hui Marseille était boudeuse, la rue supportrice maussade car on ne lui annonçait rien de bon. Un de ses petiots, un « minot » - tiens ...- », pensait à s’en aller et où ? Chez le grand ennemi....le grand Satan.....chez les Parisiens.... Même pas à Lyon, mangeurs d’andouilles à la moutarde plutôt placides. Pas, non plus chez les Monégasques, qui eux, OUI Madame, Oui et encore oui, avaient un stade, une équipe de temps en temps, de l’argent, oui ça plein, Mais jamais de public !!! Le premier cloube à jouer pour des caméras. Au point, mais ce n’était qu’une méchante rumeur que des recruteurs venaient les matins de match. Oui Mossieu !! Je les ai vus....et ils viennent vous savez pourquoi ? Pour enlever nos petits des quartiers NordS. Et il fallait écrire Nord avec un S pour pouvoir tchacher comme le mec. Ce qui prouve bien que Marseille, quelque qu’ai été ses démêlées avec Rome dans le passé, est aussi une ville de lettres et de lettrés. Attention de lettrés popu, de vrais socrates ou autres adeptes du Satyricon....A la vitesse d’une formule I le taxi remontait d’un sujet à l’autre, accroché qu’il était au zinc à défaut et heureusement, de plus l’être à son volant dans les rues de Marseille. Al était ébahi, car lui aussi venait d’un peuple qui avait beaucoup souffert du football. Mais eux, là-bas dans les Amériques, ils étaient des enfants, des élèves face à ces marseillais. Pourtant le taxi n’attendait pas, il fonçait dans, entre les ruelles méandreuses ou méandriques des ses rares neurones. Alors le matin de match; mais attention de ceux de Monaco, car les monégasques ils ne touchent jamais aux supporters de l’O.M. D’ailleurs vous n’avez qu’à regarder le calendrier......les journées de Marseille et de Monaco sont toujours décalées !!! Donc, je disais..... « Oui achèves va, car tu ressembles à ce pauvre tchouchou qui descendait d’Aix à la fin du siècle dernier ». Donc, continua superbement le chauffeur, ignorant le perturbateur, ils nous prennent les petits pour garnir leur stade !! Tout simplement. Tout simplement reprit le patenté perturbateur en accentuant la première syllabe à la manière du faux Marseillais Raimu. Oui ils les amènent au stade Machin Chose Deux. En car le matin et ils les ramènent la nuit. Alors tout va bien ? Non ballastre !! Car ils voilllent des mauvaises choses. « Pourquoi ils leur montrent des femmes nues à nos minots ? » s’exclama une petite vieille, plantée devant ce qui semblait être une anisette, bien qu’elle ait un teint à boire de l’absinthe. Pire, tu sais, Ginette. Pire !! si ton pauvre Louis était là, il te le dirait : ils voilllent du mauvais football !! Voila ce qui est plus pire....
Al, prit sa serviette en cuir jauni où il cachait son 16.3, paya et sortit du troquet marseillais. Il ne connaîtrait jamais la fin de l’histoire. Mais de fin il n’y en avait pas en tout cas pas sur l’O.M. Au point qu’un de ses « confrères » marseillais, vu dans un de ces congrès- bidon créés pour la déductibilité fiscale, lui avait raconté qu’ici on pouvait tenter de se faire référencer comme « fournisseur officiel de l’O.M. ». Pas de la Reine de l’Angleterre non. Mais de l’O.M.En remontant la Rue Breteuil, 9H15, temps bouché, petite pluie en gestation,
Qui était-elle ? Elle ? la petite Lolita du centre....pas une Lolita des barrières ou des boulevards. Non une Lolita des beaux quartiers. Qu’avait-elle dit lorsqu’il l’avait quitté ? En haut de Pérrier, son lycée, là-bas en bas de la bonne mère. Compliqué tout cela !! Il avait hélé un taxi arrêté et vide de passagers, comme cela se fait partout. « Peut pas », avait répondu le gars. Pourquoi avait osé demander Al. Alors un kabyle aux yeux bleus, plus marseillais tu meurs lui avait répondu : « allez !! casse’toi..... tu vois pas que j’attends quinquin. Et ce quinquin c’est pas un clodo ». Le tout avec un regard mauvais. « C’est quinquin d’important. » Puis plus conciliant ; « Va. Va chercher fortune ailleurs !!! »
La fortune, elle ne courrait pas les rues, et c’est même cela qu’il était venu chercher, qu’il avait accepté cette mission ultra-dangereuse à Marseille. Ne pas y penser à son « rendez-vous », à sa Lolita toujours ..... Al prit la rue Breteuil et remonta comme il pouvait, bousculé tantôt par des grands-mères acariâtres, chahuté encore par des petits juifs qui se rendaient au cours d’hébreu à la synagogue. Son vieux cartable jauni bien serré contre sa hanche avec sa précieuse arme, son artillerie lourde, trop lourde peut-être. Lolita. Pourquoi, par quelle magie, un prénom devenait aussi sensuel, se transformait en mythe ? Il réfléchit aux autres prénoms féminins qui aurait pu convenir. Une « Lydia », une « Marina », une « Natacha » ? Non à ces Venus de l’Est, venues de l’orient slave. « Julia », trop tragique, romaine et combien sculpturale alors que « sa » Lolita, comme il se doit, était presque maigrichonne, même si ses seins paraissaient disproportionnés !! Il n’en avait trouvé de pareil que chez quelques écrivains ritals tel Almor, lui s’était normal, car il avait passé la guerre -celle de Musso - à baiser les femmes de soldats partis en Afrique. Il parait même que pour obtenir leurs faveurs il leurs racontait que leurs maris sodomisaient à tour de bras de belles Abyssiniennes. Merde qu’il est beau ce mot !! Bien, le sujet était Lolita, jeune Alfrédo, comme lui rappelait sans cesse son instit. à la « escuela média ». « Thérésa », jolie ça, oui mais une mystique de l’amour autant que de la foi, dangereux ce mélange !!
Où était-il ? Pas s’affoler !! Rue Sylvabelle. Oui continuer et la prochaine à gauche. De toute manière les filles à l’âge de sa Lolita ça mystique tout !! « Barbara », non c’est cosmique car trop américain. « Diana », dommage ça faisait « peopple » depuis l’Alma. « Marinella » -tiens !! - une « Marinella », joli-jolie, sauf qu’un pauvre crétin de l’Ile avait saboté, salopé le prénom pour deux siècles avec une seule chanson. Bon il ne voyait pas. A moins que : Une Lolita, une petite Lolita....Une Juanita....une petite Juanita. Une LO / LI / TA.... une JUA / NI / TA ... .Il accéléra le pas heureux de sa trouvaille. « On voyait un bout de chair entre la petite culotte d’adolescente et le bas de la petite Lolita.....Voyons voir...Idem, mais.....culotte d’adolescente et le bas de la petite Juanita...Bon Dieu c’était bon..... Eh !! péquenot !! retourne dans les Alpes, ici tu es aux pieds de la Bonne Mère et il y a des feux rouges ».Angle Place Delibes et Rue du Rhône, 10 HEURES, petite pluie d’automne au printemps,
Le voila le lycée, c’est là qu’elle est venue pendant trois années. Longues ces années ? En tout cas le temps de passer son bac, et en français, s’il vous plaît. Quelle heure ? Il regarde sa montre. Pas de stress !! En quinze minutes par métro. Tu as les tickets pris à l’automate. Le guichetier t’a pas vu, donc peut pas te reconnaître. Métro Noailles, place des Capucins et tu y es !! Al se souvenait des consignes transmises par vidéoconférence. Même pour ce job ils se modernisaient. Grâce à la vidéo, plus de billet d’avion, de nuit d’hôtel, pas de traces. De l’immatériel et de l’incorporel, un bon bilan en quelque sorte ..... Cela permettait, au gros, gras et luisant Luis de pouvoir dire : « pas de corps du délit donc pas de délit de corps ».
Quelconque ce lycée. Seulement voila, sa Lolita l’avait fréquenté. Et des lolitas y en avait-il aujourd’hui encore ? Al s’appuya à une cabine, avant-hier téléphonique, depuis hier pissotière . Le père de la lolita - sa lolita - s’était réfugié avec quelques biscuits comme il disait, à Caracas, après il ne savait plus quelle guerre. La guerre des cigarettes probablement. Oui, la GéGéGé ou Grande Guerre des Gangs, où survivre était déjà un luxe de riche...Sentait le corse tout ça, Non ?? Voila les petites pisseuses marseillaises qui sortaient. Et il remarqua, avec son regard inquisiteur, que d’autres hommes - deux au moins - regardaient et appréciaient les donzelles et même une femme qui semblait chercher sa Lolitte ou une Sapholita. Il y avait dans le lot au moins deux lolitas avec de l’herbe drue qui leurs poussait. « Quand tu caresses une jeunette tu seras étonné de la différence entre la délicatesse, la souplesse, le morbide du ventre et la rudesse du pubis, et crois-moi, moi qui te parles j’ai même titillé des charroyeurs de Charente aux pubis plus doux, imagine lui avait dit l’aristo Anglais reconverti dans la financière ; un charretier de Charenton en charentaises, y a pas de barbe plus dru au visage et de poils plus doux au cul». Un connaisseur, celui-ci n’est-t-il pas ? Allez Al, circules !! y a rien à voir, à humer, à sentir, à lécher, et tu as déjà assez d’histoires avec la tienne de Lolle.
Etait-ce parce qu’il était appuyé contre la cabine téléphonique que lui revint en mémoire son dernier contact avec le Boss. Il y avait juste une semaine. A Caracas, Venezuela.

« S’agit pas de se faire la caisse » avait gueulé le Big...de là-bas...de la Résidence. » Il faut consolider...tu comprends petit ». Le petit c’était lui, Alfrédo, Al, admis depuis trois mois comme senior. Avec une ambiguïté, car « senior » avec un tilde, à l’espagnole ou bien à l’anglo-saxonne? Va pour l’équivoque et l’incertain !!!!
« Mais, pourquoi ne pas amortir ? » Petit silence, puis : « Oui ! Amortir le différentiel d’acquisition ? » insista le M.B. -Middle Big- depuis Caracas aggravant encore son sort.
« Amortir !! Et quoi encore... Je veux ce salaud. » gueulait le B.C. -Big Chief- depuis N.Y. « Il n’y a que le TIR qui compte. Le T.I.R. !!! dois-je y mettre les points !! » Puis rigolant pour adoucir les angles et les triangles : » L’amor....c’est pour après....ou pour avant ..... »
Gros silence? On voyait le B.C. qui s’épongeait le front. Il était en jogging dans la salle de sport, au 3° sous-sol de l’institut comme on appelait la Résidence.
« Tiens, vous êtes trop cons !!!...passez-moi Alfrédo. » C’était un ordre. Al s’approcha de la noria de micros posée sur la table de conférence. « Al, tu m’entends ? » Il n’attendait pas de confirmation, alors il continua avec une pointe de complicité : « Ce qui compte c’est la mission, que la mission, mais toute la mission. Avec ce salaud de ZIG..... » Il s’arrêta à temps car il allait donner le nom du client-victime. »Avec Mister Z, pas de quitus, pas de quartier, d’accord petit ? »
D’accord. D’accord !!!. Il ne pouvait qu’approuver. Il s’y était engagé, un peu comme en religion. Après tout que faisait-il ? Nettoyer les fameuses écuries ? Les incuries aussi ....Même les curies, c’est à dire quelques coteries, clans ou autres tribus...Enfin tout ceux qui payaient tributs. Il fallait le comprendre, Bon Dieu, ce que même, surtout, sa petite Lolle ne pouvait pas, ne voulait pas. Oui, il faisait partie de la « fameuse Compagnie ». Mais celle-ci avait changé, oui, enfin, un peu... Maintenant elle favorisait surtout le renseignement, mais, nature humaine oblige, la pression était quelquefois nécessaire. Alors il se trouvait là, à Marseille pour..... pour dégainer le 16.3. Donc il attendait, tout en entendant, déjà sa petite manifestante, sa jeune révoltée lui crier « halte à la répression », « assez de punition »....de l’amour, toujours...encore....Prado - Castellane, 10h30, plus de Pluies mais vent du Sud,
Approximativement à dix mille et soixante-dix-neuf kilomètres de Caracas, après la fuite de dix mille et quatre-vingt minutes, quelques dix mille et quatre vingt un pas plus loin, dix mille et quatre-vingt-deux mots plus en avant dans sa longue litanie, silencieuse ou bruyante ; Al, « El Trémendo », le Terrible, comme on le surnommait à la Compagnie, se dirigeait vers l’entrée du métro. Regardant sa montre il décide brusquement de se rendre à pieds au lieu de l’exécution. Calmer sa nervosité. Ne pas s’inquiéter. Là-bas il avait repéré une cabine téléphonique derrière le kiosque à journaux, idéal pour le repérage avant l’action. Sauf que « Z » pouvait se trouver en haut, dans les étages, mais enfin ..... cela il le verrait très vite. Le tout s’était de sortir la cartouche et le 16.3 au bon moment et dans le même mouvement....le reste...Inch’Allah....Tiens, et il se détourna de sa projection pour revenir à sa douce et cinglante pensée Unique. Il se demandait maintenant s’il y avait des Lolitas en Orient. Bien évidement !!! La lolita est une espèce transversale. Elle est substantielle et même consubstantielle à l’état de fille. Car dans sa typologie, l’état de fille possédait une autonomie parfaite dans l’opposition masculin-féminin. Il y avait pour lui, côté féminin, la lolita, condition transversale et indéfinie, mais clairement identifiable entre 7 et 77 ans. Quant au versant masculin, il préférait ne pas s’y aventurer depuis que les bio et les gené avaient décrété que le mâle était avant tout une femelle retardée ou attardée ; que la femme préexiste à l’homme en qualité de guide chromosomique. Que les chromos féminins subliment l’état masculin pour le faire passer à un niveau supérieur... NON !! Pas de ça.... il restait encore le fils de son père, soit un bon macho ibérico-américain de la pire espèce...Mais il reconnaissait qu’une lolita de 7 ans, juste en l’état de lire Tintin, pouvait massacrer joyeusement le coeur, l’esprit et l’âme d’un homme. Preuve son meilleur ami devenu, après le passage d’un cyclone lolitien, un légume spirituel, un tétraplégique de l’amour ou encore un paralysé du sentiment. Un grand et bel homme dévasté par la petite fille de sa propre sœur. Tout cela à 7 ans et sans menstrues. D’ailleurs, lui-même, il était sûr qu’à 77 ans, sa propre.....TTention !! Tourner au bon moment ..... T’es où là..? Rue de Rome, tu te racontes des histoires et t’as même pas vu la place Castellane !!!
Ce Marseille, cette Marseille, qui n’était que secrets et embrouilles ; où tout un chacun prétendait tout savoir sur tout le monde, sur le monde et même sur l’univers. Le plouc de Barnier, de la Castellane ou de Belsunce voulait et avait autant le droit, de droit que celui du haut Paradis. Parlons en de cette rue : d’abord elle faillit mener au ciel. Normal, non ? Etonnant, oui !!! mais pas à Marseille. Car lorsque dans les années vingt il s’est agi de créer un aéro-port, terrain d’aviation, qu’ils disaient à l’époque, deux possibilités se sont offertes. En haut à Gauche, suivre le cours de l’Huveaune, seulement pas dans le sens du vent dominant et exigeant qu’est le mistral. En haut à Droite : face à la Mer, sur la Mer, le Prado-Plage. Marseille a hélas manqué le plus beau Port Aérien ....et maritime du Monde. Car il était question, entre le Roucas Blanc et la Pointe Rouge de créer, à 2400 mètres de la Canebière, un port d’hydravions et un aéroport terrestre qui devait prolonger le Parc Borely et son hippodrome. Peur d’effrayer mouettes et gabians ? ou bien les chevaux ? Sûrement un triste comptable du Ministère de L’Air, peu porté sur la poésie des envols, coupa court à ce projet unique et divers à la fois. Dés lors un bureaucrate parisien, déjà cette tutelle parisienne, choisit Marignane....Ensuite, et bien ensuite il y était, lui Alfrédo, rue Paradis. Il s’y était rendu sans le faire exprès, donc en profiter pour la descendre.... En outre cette rue Paradis menait au « Vél », au « vélodrome », au stade, à l’olympe, à l’ »Oh », « aime ». Probablement qu’il y a beaucoup d’amour dans cette ville ; peut être trop. C’est bien la seule chose que les riches sont obligés de partager avec les pauvres depuis J.C., lui avait dit un jour sa Lolle. Mais elle, s’était une spécialiste de l’agit-prop sentimentale, de la provoc. amoureuse, de la propagande des sens, de la politique de la tendresse brûlée un jour, brûlante le lendemain.....
En plus cette artère, plus vitale que la Canebière qui elle divise Marseille, va relier le Sud et le Nord. Car les vrais Riches, à la fin du XIX° voulaient vivre au Sud - Sud-Ouest en réalité. Ils s’agissaient d’armateurs, de gens de mer et de leurs dévoués affiliés ou autres clients. Au sens romain que le client..... Des fortunés de Mer, sinon de Mère. Richesses acquises sur la Mer et surtout autour de la Mer ; assurance, banque, transports, courtages en tout genre et même négoce dit tropical. Le mythe du beau marin s’embarquant sur un voilier blanc c’est une histoire pour petit garçon que se racontaient Marcel et Albert dans leur Lycée. Le fameux « Thiers » à deux pas de l’école des beaux-Arts. On comprend dés lors que ces hommes : vrais financiers, faux marins et pâles bretons, vont chercher à s’éloigner toujours plus de la Mer. Et ainsi ils iront vivre en bout de la Rue Paradis, presque au Prado - le deuxième comme on dit par ici. Le matin ils pouvaient descendre vers la Canebière, s’arrêter à la Bourse de Commerce, de là on « tirait » la République - la Rue seulement, car l’on n’était pas particulièrement « aristos » à Marseille à cette époque - pour enfin déboucher sur la Joliette. Le préfet à voir ? A Droite, du côté de la Rue de Rome. Le Maire à gourmander ? Toujours sur la Gauche, vers le vieux Port. La Justice à solliciter ? au Centre parfait de tous les milieux, sur le cours Pierre Puget. Les sens à affiner ? L’Opéra derrière - of cause - le Palais.... C’étaient des Rois ces hommes !!! Pour cela qu’ils ont laissé faire le Prado en deux parties ; le premier Mézzo-Mézzo, moitié petit bourgeois, moitié populo et le second totalement peuplé de vassaux.
Al dériva vers la place de la Corderie, certes il rallongeait énormément, mais que ne faisait-il pas pour obéir à sa divine... Certains jours il rallongeait sa vie ; d’autres fois celle des autres....Sa petite fée lui avait bien recommandé d’aller en bas de la Corderie, qui est aussi le haut de Grignan, pour regarder. Voir une rue de Marseille typiquement « Lisboete ». Car comme dans la ville aux sept collines, semblable à la cité du bord du Tage, ici aussi on peut suivre du regard une rue qui épouse le dévers et la pente de la Ville. La rue Grignan plonge vers Paradis et Rome, puis se redresse, changeant son nom en Rue Estelle, et va ainsi grimper à l’assaut du Cours Lieutaud et de la Plaine. Alfrédo se fit deux remarques ; génie des Marseillais question dénominations, après Le Paradis, La Rome puis enfin les Etoiles ; oui sa Lolita avait toujours raison !! A croire qu’elle avait vécu mil et une années vu que cette rue était parfaitement lusophone et il ne manquait plus qu’un « ellectrico » apparaisse sous une petite pluie pour transcender Marseille. Le Cours Lieutaud semblait, lui, couler dans une tranchée et d’ailleurs un pont faussement piétonnier l’enjambait avec élégance. Lisbonne qu’il avait visité, pendu, Non pas pendu...!!! mais dans les bras tendres, légers et fins de sa Lolita préférée. Mais cela semblait si lointain. Il se souvenait même que cette fois ci, Elle, avait joué à la Maman alors que depuis quelque temps c’est lui qui était obligé de la gronder, de la tancer, et ainsi de singer le père. Le père, son père à Elle. Ce père Marseillais qui aimait plus sa ville que sa femme, et jusqu’à la caricature, faisant venir il y a encore quelques années du Pastis de l’usine de Sainte Marthe et de la farine de pois chiche de l’Estaque. De quoi fabriquer d’horribles tortillas dénommées « panisse ». Etonné qu’il aurait été l’aristocratique Gendre de la sévère Sévigné, trois siècles plus tard, s’il avait su que sa rue jouxtait un des quartiers chauds de la cité Phocéenne. Mais le business avant tout et Al se propulsa jusqu’à un bar-tabac de la rue Davso où il devait rencontrer un « avoc » ou plaideur dans et de la profession qui devait lui remettre l’enveloppe. « Jamais te balader avec des documents embarrassants lui avait conseillé Ange le Gardien ». Maintenant il en avait besoin. Il y avait quoi dans ce paquet mal ficelé ? De la bourre en jargon professionnel. Des munitions. De la bourre, la cartouche et le 16.3 !! avec cela il pouvait abattre n’importe qui, même un dragon ou un griffon . Cependant le 16.3 n’était pas évident à manipuler et pourtant il était devenu, à la Compagnie un spécialiste de ce type d’intervention. Jamais à blanc toujours bien chargé le 16.3, avec de la bonne bourre. Oui, Oui, ça allait sentir la poudre à la G.S. and T.W. Et tout cela dans moins de soixante petites minutes. Al sortit du Tabaque, sans même saluer le drôle de plaideur et se dirigea vers la Canebière. Seul intérêt de « l’avoc. ».... il lui avait montré comment utiliser au mieux la fameuse taupe. Encore une invention du Dieu et du Démon réunis, une fois de plus, en société.Angle Canebière et Boulevard Garribaldi, 11H30 , Petites bourrasques, pluies et vent du sud, température assez fraîche pour cette ville.
Manquerait plus qu’il mouille sa « poudre », car son vieux cartable jaune était maintenant presque trempé. Heureusement la cabine téléphonique était là-bas, porte entrouverte, semblant l’attendre. Probable que le téléphone ne fonctionnait plus à force d’être violenté et tyrannisé. Qui écrira sur la maltraitance subie par un poste de téléphone au fond d’une triste cabine sur la plus belle avenue de la Méditerranée ? Pas Alfrédo. Pas ce jour-là. Il s’y planqua et prit son portable pour obtenir le « double Z ». Un mystérieux correspondant lui donnerait, peut-être, le signal d’agir. Il s’agissait pour la « Compagnie » se savoir si Al pouvait passer à l’action, s’il avait réuni tous les éléments et composants de son rébus. Ce « double Z » provenait d’une époque lointaine et héroïque. La Cie - pour Compagnie- avait, en ces temps-là, embauché nombre d’ anciens aviateurs. C’est dans ce milieu de l’aviation naissante que l’on utilisait ce code, car on devait repérer à l’oreille la position de l’avion par rapport au sol et au terrain. Surtout par temps bouché et visibilité presque nulle. Ainsi si on était à peu près sûr de cette position, on délivrait le fameux « double Z » par radio, lorsqu’elle fonctionnait et par allumage d’une rampe d’éclairage. L’aviateur, aussi courageux que téméraire, devait alors percer les nuages pour se poser le plus rapidement possible. Alfrédo après avoir parlé avec le correspondant, passa en revue le contenu de la « bourre », la disponibilité de la cartouche et enfin le coulissant du 16.3. Tout paraissant en règle d’après les normes « made in Compagnie », l’interlocuteur anonyme donna par bribe le nom du Directeur général, objet du contrat :
« Z.R. »........Première/Dernière
« I.E. »........Deuxième/Avant dernière
« E.L. ».......Troisième/Avant pénultième
« G »...........Médiane.
Al reconstitua mentalement le nom du Directeur général : ZIEGLER. Peut-être un suisse. Certainement pas un corse ou un sarde !! Enfin Al reçut le « double Z ». Dernière recommandation : pénétrer impérativement dans l’établissement à 11H.55. But : entre 12 h et 13h 30 ; le P.D.G. de Géneral Sécurity and T.W. serait retenu dans un restau. sur le Vieux Port. Son portable mystérieusement neutralisé, injoignable et alors seul le sire ZIEGLER allait encaisser. Morfler en marseillais pur jus.
Alfrédo de sa cabine téléphonique, juste derrière le Kiosque à journaux pouvait apercevoir l’entrée de G.S. end T.W. Fronton très hausmanien au-dessus d’une entrée monumentale, aujourd’hui tristement massacrée par un sas type « entrée-sortie », électroniquement protégée et garantie blindée. 11h53. Sortir de la cabine et s’avancer tranquillement vers le sas. Il espérait que ses instruments de travail ne provoqueraient pas l’alarme intempestive avant d’être sur la place. Cela aurait été un comble !! Ah oui, ne pas oublier de prérégler le numéro de téléphone du N.Y.S.E. en automatique. Toujours se mettre au sec, proclamait un boute-en-train de la Cie. Mais bien au S.E.C. Comme cela, plus qu’à appuyer !! AMOR y PESETAS. C’était parti.11H59, HALL de la G.S. Alfrédo faillit être surpris par la salle principale, tant elle était grande et monumentale. Marbre au sol, boiseries, guichets type Middle Bank, avec pour chacun une lampe à suspension. Ambiance feutrée et silence impressionnant. Les postes de téléphone avaient été insonorisés au maximum et vice suprême les écrans laids, disgracieux et scintillants des ordi avaient été planqués sous un paravent de bois exotique rouge. Un employé sans âge, mais portant une veste trois-quarts, digne d’un croque-mort du Sussex, l’apostropha :
« Mossieu désire ? car même nous allons fermer ». Al déclina son identité pendant qu’il glissait une carte vers le préposé à l’accueil de la G.S. Insistant sur son titre d’associé-sénior de Pascal and Erson.
« Je RE-PETE à Mossieu que l’établissement va fermer ».
« Vous pouvez », répondit sans rire Al. « Mais moi-même je désire instamment visiter Môssieu ZIEGLER ». Etait-ce la formulation, la reprise de l’expression raimusienne, la fermeté du ton ou encore la tranquillité du regard ? Toujours est-il que l’homme hésita. Le premier côté du triangle de Behring commençait à se craqueler.
« Z’avez dit, Monsieur Ziegler ? Je crois qu’il est parti déjeuner ». On ne devinait même plus qu’il mentait, pire, on avait mal pour lui !! Car les marseillais, en dehors de l’outrance pagnolesque, sont de très mauvais comédiens, donc de pitoyables menteurs. Al, grand connaisseur de la nature profondément bureaucratique des sociétés financières à la française essaya de lui sauver la mise en brisant le premier sous-ensemble du triangle dit de Behring.
« Pourriez-vous me mettre en relation avec sa collaboratrice principale, je suis sûr que... » Déjà les pas saccadés d’une femme que l’on devinait autoritaire ou au moins très vive, se faisaient entendre. Avant de couler dans le Pastis, le fabuleux gardien du premier triangle avait rassemblé son courage pour appuyer sournoisement sur le téton magique. Celui-ci relié au bureau des relations avec le public, avait propulsé une élégante et très chic adjointe de direction.12H05, HALL puis Bureau de la Chargée des Relations,
La femme qui se présenta à Alfrédo était tout simplement magnifique. Sauf que...le vieil Ange avait raison. Toujours trouver un angle d’attaque sur le côté aride et glissant du triangle. Pour démolir le deuxième secteur fallait se faire cette blonde et pâle marseillaise. Un vrai glaçon dans le vieux port !!!! un iceberg...c’est là que le petit cervelet d’Al « El Trémendo » tressaillit !!! Un glaçon cela pouvait se glisser dans.....un verre...et d’alcool...pourquoi pas? Derrière le Sept de Lenach on devinait, on pressentait l’odeur, la fragrance un peu douceâtre, mais oh combien perfide, d’un alcool vite consommé. Cela ne pouvait venir du Lenach que ne tournait jamais. Même en enfer Dante ne parviendrait pas à le corrompre selon son éternelle pubère, perpétuelle adolescente, indestructible Lolita. Alors ? Les yeux légèrement rougis et surtout la peau de ses mains ? Elle les tenait à plat sur le bureau du Majordome de service et elles étaient ridées comme les pattes d’un batracien daltonien et albinos. Aucun doute, le glaçon buvait et sec !! Avait-elle compris qu’il avait compris ? En tout cas elle lui demanda de l’accompagner à son bureau, à l’étage, sans autre précision. Ascenseur, confirmation de son pressentiment. Al tenait son glaçon, mais il en était sincèrement navré. Une si belle femme à T.I.R.....er et à re...T.I.R....er et des milliers de fois. Joli bureau avec des dizaines de plantes et quelques tableaux « régionaux » très bien choisis. Il commença par se présenter, après avoir reçu une invitation distraite à s’asseoir :
« Alfrédo Végas y Fabréga, je suis comme on dit dans notre jargon un Pascalien. » Devant les jolis yeux rougis, il précisa : « Oui, vous savez de Pascal and Erson, Campagnie de Carracas. Je dois absolument rencontrer le directeur général de G.S.... »
« Cela est impossible », déclara tout de go le joli glaçon amateur de belles plantes.
« Peut-être pourrions nous boire un verre ? » demanda Al. Quitte ou double.... car s’il s’était trompé il se ferait éjecter sans ménagement, sans management. Non !! Les bouts des doigts de la très chic chargée des relations publiques se mirent à trembler, puis le débattement prit une ampleur démesurée. Ce fut tous les doigts qui s’agitaient sans retenue. Al avait un peu honte, sa pauvre mère ne lui avait pas appris cela ; mais il devait le faire !!! La lèvre supérieure de la belle dame s’ouvrit pour récupérer tout l’oxygène disponible sous la couche d’ozone. Alfrédo sans retenue, mais avec une élégance certaine, se leva pour se diriger vers une petite bibliothèque qui devait cacher un petit bar quelque part.
« A gauche », déclara d’une voix supposée être outre tombale la directrice des R.P. Al ouvrit une petite porte dissimulée et commença à servir deux whiskies....sans glaçons.
« Je sais que cette demande d’entrevue est précipitée, mais il y a des urgences que ni le coeur, ni la raison ne peuvent connaître ». Al trempa ses lèvres dans le verre pendant qu’il observait son interlocutrice. La pauvrette buvait sans retenue.
« Je vais voir ce que je peux faire » répondit-elle, posant son verre et déclenchant un numéro sur son portable d’intérieur. Sûrement un réseau protégé. Courte conversation en allemand puis le glaçon, qui avait réussi à se recomposer lui proposa : « veuillez me suivre ». Jamais deux sans trois? De toute manière maintenant il était dans la maison et il avait toujours le 16.3. Alors Viva Zapata !! Caramba....12H22, couloir de la mort menant du cabinet de ZIEGLER à la suite présidentielle, Ce couloir, d’une longueur de cinquante mètres environ, allait du bureau du D.G. d’un côté à celui du P.C.A. à l’opposé. Le P.C.A. ou Président du Conseil d’administration était peu présent. Ainsi on avait opéré un glissement aussi sémantique que symbolique, et ce couloir avait été dénommé sinistrement ; car il était synonyme d’exécution pour un certain nombre de clients, salariés, voire pour d’estimables associés. Homicide violent et volontaire... L’impétrant avait d’abord reçu abruptement les plus vives attaques ou alarmes dans le bureau du D.G., qui se situait immédiatement en sortant de l’ascenseur. Pour finir quelques décamètres plus loin par une condamnation de nature financière ; refus de financement ou de caution ; d’ordre juridique, résiliation de contrat ou exclusion de la table du conseil ou enfin en matière sociale comme une réprimande, mise à pied ou pire licenciement. Un demi-hectomêtre qui changeait Le monde du suspect à punir. Qui transformait Son monde. Qui le dérangeait De monde. Surtout que presque tout ce monde savait deux choses : le parcours inverse s’avérait presque toujours positif et que le véritable maître ou en tout cas le décideur ultime était Mister « Zi », soit Ziegler le D.G. Point de salut dans le recours à une quelconque théorie sur la technostructure avec opposition entre les possesseurs de l’affaire - méchants capitalistes avides de dividendes - et de bons, joyeux et sympathiques « cad’ sup’ » s’escrimant pour tenir la boîte à flot. Al savait tout cela, mais il se dit qu’aujourd’hui le tueur c’était lui...Qu’était le joli glaçon, le fragile iceberg pour le bouillant D.G. ? Il l’ignorait mais en tout cas son intervention avait été efficace. Une voix sévère leur intima l’ordre d’entrer. Là, dans ce qui pouvait ressembler à un petit atelier d’artiste, deux petits yeux bleus d’acier derrière des demi-lunes lui sautèrent à la gorge. Une voix glaciale à l’accent bizarrement traînant, un peu semblable à celui du canton de Vaud, lui précisa clairement les choses :
« Je ne reçois que rarement entre midi et deux. De plus sans rendez-vous, vous m’entendez !! » Ce Monsieur, Mister « ZI » dans les fichiers de la Cie, a depuis longtemps supprimé le point d’interrogation de son traitement de textes, pensa Al qui se concentrait sur la plus belle avenue du Monde. D’après les rares poètes massaliotes bien sûr !! Celle-ci s’étalait à ses pieds et il pouvait l’observer presque dans son entier entre le boulevard Garibaldi et le Vieux-Port. Car le bureau de « Zi » était littéralement blotti dans une espèce de tour ou faux pigeonnier et de plus, aux étages supérieurs.
« Je sais tout cela Monsieur « ZI », déclara Al - en espagnol - à son vis-à-vis. Les yeux de celui-ci ressemblaient à deux billes de flipper que l’on aurait introduites brusquement et simultanément dans l’appareil. Et que l’on flipperait à la volée jusqu’au tilt fatal. Deux boules d’acier dans un flip en colère? En attente d’implosion suite à crise de nerfs pensa Alfrédo en observant les ravages de son intro. Pas mauvais musicien disait de lui son maître de musique à Caracas, mais ses introductions sont redoutables. Pauvre homme s’il savait... Mais il continua, toujours en espagnol : « Car je suppose que vous connaissez....votre petit nom », acheva-t-il en français. « Mais bien sûr rassurez-vous ce petit surnom n’est employé qu’à la Compagnie et au..... » Il s’arrêta, pensant méchamment que le vrai diminutif était en réalité « petit ZI ». Méthode commando il pensa au zizi du petit suisse. Même si la relation n’était pas prouvée il se persuada qu’un petit pénis pour une si belle dame...obligé qu’elle compense.... « Petit ZI » compensait vite en ce qui le concernait. Car il s’était levé de son siège brusquement, étalant une taille médiocre et saisissant sa veste sur le dossier de son siège il essayait de cacher des bretelles typiquement tyroliennes. Il se préparait à jeter le visiteur indélicat, mais la phrase inachevée l’inquiétait visiblement. Faiblesse humaine que la curiosité.
« Que signifie et au.... » lui intima-t-il agressivement.
« Au N.Y.S.E., bien entendu », répondit Al, en français et sans accentuation. Bizarre comme les français -et les françaises- si friands des choses de l’amour pouvaient avoir une langue si atone, décréta Alfrédo pour exalter son ego sud américain.
« Bien entendu », répéta le glaçon qui à l’autre bout du Colombier , n’avait pas soufflé mot jusqu’à présent. Petit « ZI » qui faisait le tour du gigantesque bureau ralentit le pas, preuve de la grave perturbation que déclenchait en lui ces quatre lettres.
« Oui. Vous savez. Le N.Y.S.E. » Il s’arrêta, puis reprit très enjoué. « Le machin comme disait le général pour un autre cénacle. Le machin qui s’occupe de quelques cotations et de tout cela......le New- York- Stock -Echange ».
Là....glaciation du néo-machin-chose. Canebière à moins quarante....Canebière sur Néva. Le fleuve de St-Petersbourg n’aurait pas paru plus gelé. Seul le beau glaçon reprenait des couleurs. Après tout elle était payée pour ça ; parler même, surtout, lorsque les autres ne le peuvent plus, ne le veulent pas.
« Et que Nous veut le N.Y.S.E. ? » dit-elle un peu mondaine. Admettant par là une quelconque relation, un lien tenu certes, mais que son chef bien aimé, mais possiblement mal baisant, le petit « zi » n’aurait voulu admettre à aucun prix, même au plus fort....
La sublime porte !!!! Merci Dieu de Byzance et de Constantinople!!! Merci pensa Alfrédo Vergas y Fabréga, brillant Pascalien de chez Pascal and Erson en mission spéciale pour la S.E.C.
« Oh pas grand chose !! » Déjà il faisait glisser la fermeture éclair de son vieux jaune, comme il dénommait son cartable, et s’apprêtait à fourbir ses armes. « J’ai là un 16.3 que je dois exécuter ». Alfrédo sortit brusquement la cartouche contenant le 16.3. Il était vrai, néanmoins que le N.Y.S.E., toujours très pro, trop américain, faisait bien les choses, certes un peu pesamment. « J’ai là », reprit Al un mandat exécuter une requête de la S.E.C. » Petit silence quand brusquement sorti d’on ne sait où, un rap typiquement Toulousain éclaboussa les trois personnes dans le vieux colombier :
* « il va y avoir du sport...ouais...
* « il va y avoir du sport. »12H42, Le Vieux Colombier, Canebiere.Le tohu bohu venait de la Canebière où un camion publicitaire, sonorisé outrageusement, vantait les mérites d’un rassemblement musico-sprotif qui devait avoir lieu, le soir même, au stade, au « Vel ».
« La requête concerne.... »
« ...tendez...tendez... », le petit suisse, mais grand D.G. de G.S. and T.W., établissement réputé et bien classé du paysage financier en pays de Provence, sud de la France, se reprenait. Il commença par s’asseoir en invitant Al d’un geste de sa droite à en faire autant et avec la gauche il ordonnait à l’ex-chargée des R.P. d’évacuer les lieux. Al ayant perçu le trouble de la dame et se remémorant son aide involontaire proposa presque gaiement :
« Madame pourrait--elle rester quelques instants ? Devant les billes interrogatrices du petit « Zi » il rajouta : « ne serait-ce pour que je puisse retrouver la sortie ». Laissant ainsi croire à son interlocuteur que sa requête serait une simple formalité. Al entendit presque le soupir de soulagement, il en perçut en tout cas le souffle fétide. Merde se dit-il, le suisse pue de la gueule lorsqu’il a eu la frousse, basiquement,........ comme toute bête. Nouvelle compassion pour le pauvre glaçon bien tassé sur son siège à ses côtés.
« Bien », déclara soudainement décongestionné le tout puissant D.G. « Reprenant depuis le début ». Et le petit suisse « Zi » se voulant drôle : « Bon !! Nom - Prénom - Age - et qualité ? ».
Depuis le début, qu’est-ce qu’il y avait dans le dossier ? Hein ? Pour que le N.Y.S.E. et la S.E.C. - la Sécurities and Exchange commission - l’ancêtre américaine de la C.O.B., se mêlent de tout cela. Il semblait que la G.S. and T.W. ait participée involontairement à un montage de prêts adossés ou garantis. Mécanisme aujourd’hui classique de blanchiment. Là Alfrédo avait profité des cours aériens et nocturnes du Vieil Ange. Celui-ci insomniaque comme une vieille souche d’olivier lui expliquait les montages que réalisaient les « wasch machines ». Voila si tu vas avec ta bonne tête emprunter à ton banquier pour acheter des actions par exemple. Pourquoi pas un château en Espagne ? Pour y enfermer sa terrible enfante, pour que sa sauvage lolita ne sorte plus aguicher les tiers et les quarts. Non !! lui répondait Ange en lui enfonçant son coude dans les côtes. Non ! car il existe une garantie réelle et solide. Bon. Va pour les actions. Pouvait-il sans enfreindre l’ordre public et les bonnes mœurs, apporter sa Lolita en « Compagnie » et en être l’unique associé, le seul gérant, le solidaire galant, l’indéfini garant et le solitaire propriétaire ? Alors, il pourrait La diviser en actions avant de La diviniser dans l’écriture. Tu écoutes ? Le banquier va te demander une caution. Et là un vieil oncle du Mexique va apparaître, car tout un chacun possède un vieil oncle mexicain. Il s’appellera Cristobal et crachera à quatre pas au moins et va t’apporter sa garantie. Toi tu places ton argent en actions....et un beau jour tu ne rembourses plus !!!! Plus rien ? Lui Alfrédo il ne pourrait jamais le faire sinon on lui prendrait sa jolie « lolle ». C’est de la connerie avoua-t-il dans un demi délire Idyllique et éthylique. Mais non grand Con !! C’est même ce qui est recherché, car alors on actionne le « Zio » Cristobal, qui va payer la fianza, c’est à dire la caution. La « fianza de la fiancée », il pourrait, sûrement, inventer une petite histoire à sa Lolita ; pour qu’elle s’endorme le soir dans ses bras et ne demande plus à sortir en boîte. Il est vrai qu’à son âge elle n’avait rien à perdre. Bon et alors, reprit AL. Où est la combine ? Mamma Mia !! tu es bouché aujourd’hui? Non pas que ce jour, tout le temps et par sa petite gamine qui presque sentait encore un peu le pipi. Tu vois pas que celui qui a emprunté - le débiteur - a, possède, garde, de l’argent « propre » qu’il a investi pour le compte de X ou Y. Ah, Ah, Ah, sa Lolita elle avait de tout dans ses chromosomes, du divin X, du Diabolique Y, et même du Z car elle était Zinzin. Et le Cristobal qui était au Mexique ou ailleurs dans les Iles et détenait un compte bancaire « offshore » avait ainsi recyclé son blé sale. Donc X ou Y et Cristobal ne font qu’un et le débiteur n’est qu’un « pajero ». Un homme de paille et ce qui arrive, c’est que la banque prêteuse « ferme » les yeux ou du moins ne les ouvre pas du moment qu’elle a sa garantie et un bon taux. Sont-ce les petits yeux du petit Suisse ? Ont-ils été éblouis par le soleil du moins de juin de cette année bissextile particulièrement lumineuse où il avait accordé un prêt assez important à une société financière ayant un vague établissement tertiaire sur la Canebière. Le tout sécurisé par un « tio » ou oncle cautionneur dans le jargon des blanchisseurs. Enfin celui-ci possédait, aux dernières infos, dans les caraïbes, deux douzaines de sociétés O.S. - offshore.
Voila pourquoi Al se trouvait, ici et maintenant, dans le bureau de petit « zi ». Pourquoi il était en train de débourrer la cartouche. Pourquoi il sortait le fameux « 16.3 ».
« le 16.3 n’était pas nécessaire » intervint le D.G. qui observait avec curiosité le super-flic de la S.E.C. déballer son fourbi. « Si vous étiez venu me demander je vous aurais ouvert tous mes comptes. Vous savez mon bilan est ultra équilibré ».
Encore un qui croyait, pensa Al, parce qu’ un débit égalait un crédit, un actif s’équilibrait avec un passif, les comptes justes. Enfin qui faisait semblant de le croire. Après le vide, le trop plein, car Ziegler n’arrêtait plus :
« Et puis vous pouvez vérifier le t.i.r. de toutes nos filiales, il est excellent. De plus nous consolidons à tour de bras.... »
Al qui en avait un peu marre lui lança :
« Sauf qu’il apparaît que vous n’amortissez pas ou ne provisionnez pas systématiquement vos immobilisations au niveau de vos filiales, que certains actifs de haut de bilan vont crever le plafond tant ils sont surévalués à force de passer d’une société à l’autre. Enfin les écarts d’acquisition... » et Alfrédo commença à tapoter sur le bureau. « Il faut toujours les amortir ou alors justifier leur évaluation et les taux d’amortissement dans l’annexe. L’annexe, c’est une invention française que l’annexe.....pour informer un lecteur moyennement averti..... », insista méchamment Al.
« Il va y avoir du sport » se fit entendre à nouveau, mais en sourdine...sûrement cela venait des Réformés, en haut de la Canebiere.
« J’ai là le rapport de M.A.c.a.c.. Vous connaissez ? Cabinet de qualité que Moris et Anton, commissaires aux comptes. Leur rapport certifie les comptes de l’exercice sans réserves. Et avec les comptes consolidés, All Right ? »
Ouais ...Oui...!! se souvint Al. M.A.c.a.c. des drôles cela. Ils avaient fait un rapport « Marquise » à la S.E.C. en leur promettant : « tout va bien les copains on peut certifier ». Le « rapport Marquise » s’était le B.C. -Big Cheef - qui l’avait trouvé le jour où son épouse, d’origine française, chantonnait ce succès de « trenties » : «tout va très bien Madame la Marquise ». Donc tout va très bien et les écuries brûlent. C’est à cette époque qu’un des collègues d’Alfrédo - Julian El Barbarito, ancien séminariste ayant mal tourné passant de l’audition des êtres et des âmes à l’audit des comptes - avait fait un bref séminaire sur cette étrange faune : « il s’agit de macaques, de la famille des cerco-machins d’Afrique ; ce sont de redoutables prédateurs ». « nombre d’ espèces possèdent une organisation sociale assez poussée, par exemple certains d’entre eux auditent littéralement leurs propres congénères. On les appelle d’ailleurs « caq » d’après les cris qu’ils poussent lors de leurs travaux. Véritable contrôle interne que leur travail, qui consiste à trier les bons et les mauvais singes. Savez-vous comment font ces primates ? D’après le nombre de poux, puces et autres parasites récoltés dans le pelage de leurs confrères....enfin congénères!!! Pour cela, ces spécialistes sont grassement payés, car ils sont les seuls autorisés à baiser les femelles, après le chef de meute bien sûr ». Julian se tournant vers la très jolie et jeune stagiaire aux bas Nylon rajouta : « c’est en plus une fonction de nature quelque peu sacerdotale et donc réservée aux seuls mâles ». Après avoir beaucoup rit, elle avait demandé, dans toutes les hypothèses, à être excemptée du comptage dans la toison pubienne de ses confrères de la Compagnie.13H05. Toujours le pigeonnier. Puis Re-couloir de la Mort et Suite Présidentielle.
Un petit grattement à la porte du colombier. Le D.G. devait reconnaître à l’oreille qui était l’auteur de ce geste car il n’hésita pas une seconde à hurler « entrez M. Le Président ». L’exclamation pouvait passer plus pour un ordre que pour une invite. Après le petit « Zi », le grand « Zo ». Entra dans le bureau el Senor « Zorrilla », Président du C.A. de la G.S. and T.W.. Le sujet de sa gracieuse Majesté, passeport britannique, mais tranche basanée de métèque pur jus caraïbe, fit son apparition dans le cénacle de la société. Pas tout à fait la tête d’un « blanchisseur » pensa Al mais bien celle d’un véritable bandit Zappatiste de la première époque. Celle où « Za » fréquentait les culs terreux et non les culs mondains de quelques salons de la bourgeoisie mexicaine. Il propulsa un ventre caricatural vers le centre de la pièce où il sembla, tel un totem, se figer. En quelque sorte il représentait le type même du « Zio Zo ». Pas être évident !!! songea Alfrédo, quoique.....et il entama, dans le patois créolique de sa nounou des Iles, un discours assez débridée techniquement mais qui devait convaincre « el Présidente » de lui ouvrir, sinon ses comptes du moins son système. Ce que cherchait Al s’était l’accès à l’ informatique. Al, brillant « templier de l’audit », amena le grand « Zo », à lui ouvrir la salle aux trésors, enchanté qu’il était de pouvoir parler le patois des Iles sur le Vieux-port. Encore une chose que le borgne massif et le frêle nabot n’avaient pas soupçonné : des caraïbes et des sud-américains en pleine Canebière !!! Il était cependant vrai, qu’ici, comme dans le désert des « T » de Maître Dino, tout le monde avait eu, avait, aurait la tête tournée vers le Sud...en direction de la Mer...l’ultime frontière. Même sa petite Lolita, venue faire ses études à Perrier et qui était hébergée chez sa tante sur les hauteurs d’Endoume. Elle aussi, pourtant si fragile, si sophistiquée, prononçait quelques fois des boutades ou des harangues qui lui vrillaient l’âme et le cœur. « El présidente », telson ancêtre putatif, général d’armées en déroute, avait le geste lent. C’est pourquoi il leva précautionneusement son bras gauche, incluant assez bizarrement un appendice anormal au totem. Puis il se décida à parler :
« Si senor Fabréga...allons-y, je vous accompagne ». Le présidente « Zo », prenait de court le petit « Zi », qui apparaissait très réservé. La première fois que la G.S. and T.W. hésite et vacille..... c’est bon signe !!!13H18 Après-midi tranquille dans une salle de Hard.
Le gros système - le G.S.- se trouvait curieusement sous les combles. Le G.S. de la G.S. était sous la coupe d’un informaticien sans odeur, saveur ou fadeur. Al s’était longtemps intéressé à l’informatique, passant des heures devant les étranges écrans. Puis, trouvant ou retrouvant sa Lolita, il avait changé de passion. Dans le monde du binaire, sa petite et tendre folle, sa tranche de mandarine, n’avait pas de place. Trop de parasites, trop de piratages, ne lui laissant plus le loisir de s’intéresser à autre chose qu’à SA CHOSE. Il demanda au trio d’exécutifs de la G.S. la possibilité de se brancher avec le NYSE et de vérifier une série de comptes « non sensibles ». Le génie informatique de la G.S. lui désigna un poste et Al se mit à tapoter sur le clavier pour établir une liaison rapide avec la « grosse pomme ». Il se pencha vers son vieux cartable jaune, prit la bourre dans l’enveloppe, une taupe en langage codé, en l’occurrence une simple disquette et l’introduisit dans le lecteur, provoquant une interrogation soupçonneuse mais muette de l’informaticien-maison. Quitte ? Double ?
« Simplement mon badge », déclara Al le Pascalien. « Vous voulez vérifier ? » « Claro que non !!! Como non ... » approuva grand seigneur, El Présidente. De toute manière ils étaient baisés, car un système autorun aurait effacé le contenu avant l’éjection de la disquette. De plus Alfrédo gardait son doigt négligemment appuyé sur la tabulation. Débit rapide....cinq secondes c’était bon, dix génial. Al, musicien amateur, avait réglé son métronome mental à 120. Avec les quelques mots échangés et deux petites mesures à quatre temps cela suffirait. « Sea...Sex....and..... Sun... » Ouais !!! c’était dans la boite !!!
« Voilà », proclama Al, « j’ai la liaison », et il éjecta sa disquette-badge. A partir de là, il continua à auditer les comptes. A écouter la solitude des soldes. A confesser des milliers de libellés. A entendre le murmure des nombres et des Kilos Francs.. A flirter avec des hétaïres de papiers aux jambes monstrueuses, constituées par des colonnes de chiffres et dont le zéro magique pouvait représenter un sexe ovale. Un sexe de femme bien entendu. Craignant de retrouver dans cet enfer numérique sa juvénile Venus, à la vertu aussi douteuse que les documents qu’il essayait d’analyser, il fit un séjour prolongé aux toilettes marbrées, polies et parfumées de la G.S. and T.W. A son retour il s’aperçut que la disquette-relais avait été légèrement déplacée. Finalement un après-midi tranquille dans la salle de hardware de la G.S. Presque regrettait-il de ne pas avoir revu le grand « Zo » pour discuter en « caraïbes » du Pais. 18HO7. Angle Canebiere et Cours Belsunce, un sud-américain quitte Mars.
« La langue.
« Aimez la langue ».
En sortant Al entendit un prêcheur. A cette heure-çi ? Sur la Canebière ? Il psalmodiait plus qu’il ne chantait, il prédiquait plus qu’il n’expliquait. L’homme était installé contre la cabine des grandes communications, concédées en ce pays de France à un dénommé F.T. La même où Al avait appelé son centre opérationnel avant de pénétrer en force dans la General Securities and Trafic Way. Cet inconnu d’une quarantaine d’année portait un pull en laine aussi antique qu’authentique, avec un visage bouffi par toute la fatigue de l’humanité. Il renvoyait à Alfrédo, en ce moment, sa propre image. Répétant sans fin une litanie quelque peu hallucinatoire : « hommes de Marseille, Femmes de Phocée, aimez la langue. Seule elle peut vous sauver !! Seule elle vous permettra d’atteindre l’universel !! » De quelle langue s’agissait-il ? Que voulait-il sauver ? Deux jeunes insolents, lycéens en retard ou préparatoires méritoires pervertirent le discours : « Hé, Bacchus, petit-fils dévoyé de Zeus, avec la langue on peut tout faire. Le sais-tu ? C’est la règle des 80/80. Car 80 % des femmes le commettent aux hommes et 80 % de ceux-ci le pratiquent à celles-là. De quoi est-il question ? C’est à la fois la langue et le langage de l’amour.... »
Toujours un taxi prêt à partir. Al cru reconnaître le marseillais kabyle qui le matin l’avait renvoyé paître avec son « quinquin ». Alfrédo, après lui avoir indiqué sa destination s’effondra sur la banquette et le taxi s’arrangea pour remonter le Vieux Port et se diriger vers la Corderie. Pour éviter un gros « bouteillage » semblait-il. Pensées confuses ; aimez la langue, oui, il l’appréciait comme sa mère qui, encore et toujours, lui parlait en français ; lui racontait des fables avec des expressions provençales. Là sur les murs un slogan qu’il pensa adopter avant de s’apercevoir de la suite : « La France aimez là ou.... ». Une petite rue qui monte avec un faux air de San Francisco. Elle coupe la Rue Sainte et se lance à l’assaut de la Corderie. Marseille...... Sûrement la seule ville au monde à honorer les Tyrans, attention avec un « T » majuscule. Pouvoir absolu, force, normale pour une des plus vieilles villes du Bassin, vingt six siècles qu’elle attendait : alors ces minables rédacteurs d’affiches.... l’un à moitié pirate et l’autre complètement technocrate....et qui, comme cela, osaient la courtiser pour mieux la baiser la Vecchia....Elle, elle qui avait la sagesse de croire, de penser, que dans tout être, il y avait au moins - au moinse comme on disait en Provence - un Tyran. Tiens surtout dans sa Lolita, en Elle, dans Elle ; la tyrannie était en Elle ; la tyrannie c’était Elle.

18H44, A.55. Autoroute du Littoral. Vers Marignane.
Ils prirent l’A.55, qui devait représenter « l’autostrate » que le maire de Marseille avait rêvé de construire, dans les années trente, pour relier la ville phocéenne à Marignane par l’Estaque. Soir de match, à domicile, donc on rajoutait encore de la panique automobilistique à la pluie. Car ici on faisait tout à l’envers. Même l’amour ? A bon ? Mais non Fernand que pour la sieste que l’on mettait Ginette dessus, péchaïre !! Et bien pour un « bouteillage » ça avait été un sacré bouchonage. Mais dis ? Jamais par derrière au moinse !! Jamais avant le pastis Fernand. Jamais !! tu peux me croire. Et puis la sodomie c’est bon pour des....Experts comptables parisiens peut-être ? Mais non couloun, pour des paysans de Manosque qui n’ont jamais les brallas très propres. « En général c’est la pluie qui fout le bordel » proclamait le taximan kabylo-marseillais, « mais aujourd’hui c’est le match ». Pour Alfrédo était-ce la pluie de Lolita, redoutable en automne, qui le mettait hors jeu ? Ou bien le Lolita Team qui lui tirait des buts. La rejoindre pour oublier, pour retomber, pour recommencer.
Les lumières de l’aéroport se dessinaient dans un halo incertain car confondu avec la surface liquide de l’étang. Comment disait-on vers 1920 ? Le port aérien de Marignane. Epoque héroïque où pour permettre l’atterrissage on allumait les feux des projecteurs, mais seulement pendant trois à quatre minutes car sinon elles explosaient. C’est le Fernand qui racontait cela, le grand-père réfugié à Caracas. La voie rapide longeait la grande plaine, là se dressait à l’ époque, la Bastide de Leths. Avec ou sans « H », selon les jours, selon le sens du vent. Toujours le Papy qui avait le mal du pais!! Lui, chassait par les gangs de cigarétiers - les fumeurs qu’on les appelait !!! « Fallait pas travailler avec eux », rajoutée toujours acariâtre la Mamy Ginette. Le Fernand qui prétendait que le pilote Henri Fabre, celui qui avait réussi en Mars 1910 à faire partir un hydravion de l’Etang de Berre et bien que ce dernier était un oncle, certes éloigné, mais « de la famille car même ». Et il est vrai que le Fernand, il connaissait drôlement bien le coin !! A l’est la petite Bastide, à l’ouest la grande Estrade et au centre la fameuse Bastide de Leths et puis là-bas au bout de la plaine, le plan d’eau du Vaïre. Après ? Le portique anti-trucs et un triste salon « chen-gen ».
20h05. Salon d’attente. Aeroport de Marignane. Destination Madrid par vol direct IB de 22H08.
* « Ne jamais aimer de petite Lolita », avait décrété le vieux Nabo. « Tu as remarqué d’ailleurs que les lolitas sont toujours petites de taille et fortes de poitrines ».
* « Et pourquoi ? Ne pas aimer de... »
*** Départ pour Londres ***.
* « Hein ? Pourquoi ne peut-on pas? »
* « Tu le découvriras bien tout seul, vas....tu sois ces choses là, il faut d’abord, surtout les vivre... »
* « Et si la mienne, si c’était.......
*** Départ pour Londres....les passagers sont... ***
* « Si c’était ? Si c’était qui...... »
* « Ma ......!!! Enfin Ma sœur OU Ma mère.... »
* »Ta mère ou Ta sœur....c’est pas pareil !!! »
* Chais-pas...un peu la même chose.....vu que c’est ma soeur qui.... »
* « Alors là !!! Tu sais...tu vas au devant d’énormes difficultés et même de terribles emmerdes...et pas seulement des emmerdements que t’auras avant de te coucher...ni même au réveil...mais surtout entre les deux..... »
Le vieux Nabo plia sa chaise, rangea ses billets de loterie et ses sachets multicolores. Il partit comme s’il avait le diable des luthériens à ses trousses et courant déjà, il se faufila entre les voitures. Alfrédo n’avait jamais su ce qu’il y avait dans ces mystérieux sachets. Pas de la dope en tout cas. Il parait que tous les bourges de Caracas en redemandaient, probablement qu’il aurait fait fortune à Marseille-Canebiére.

Le rêve de la mère. Mais en français cette fois-çi. Avec comme souvent une horrible confusion et aussi épanchement, mais, presque le regrettait-il, pas de pollution. Les épanchements lolitiens n’étaient pas douloureux et il en ressortait sans douleur ou nostalgie. Puis, commença quelque jeu libre sur son idole :

....Un lot de Lolita.......
.....gagné à une loterie........
....primée dans le Lot......
.....c’étaient .......les filles de Loth.

« Monsieur !!! Monsieur !!!! S’il vous plaît ....Nous allons appeler les voyageurs du Vol de Madrid par IB de 22hO8. La jeune préposée à l’accueil s’approcha de la banquette où se prélassait Alfrédo. Un badge sur sa tenue la désignait comme « hôtesse de comptoir ». Comme il y avait peu de passagers elle finit par s’asseoir sur la banquette à droite de l’homme des Amériques.
« Peut-être savez-vous que le passage du rêve à la réalité est souvent un moment magique ».
« A condition que la réalité existe... »
« Ou le rêve. Un jour un philosophe taoïste a rêvé qu’il était un papillon. Sans conscience propre, sans autonomie. Puis il se réveille et alors il se demande » :
« étais-je auparavant un taoïste rêvant d’être un papillon ?
Ou suis-je maintenant et ici un papillon rêvant qu’il est un philosophe ? »

Elle se leva, aussi légère qu’un petit lépidoptère marseillais ou autre ophidéridé de mer, et s’étant installée devant le micro du comptoir, elle appela les passagers du vol IB de 22h08.
*******************************
*************************
******************
NOTE SUR LES NOTES :
Plutôt que d’expliquer d’une manière sentencieuse certaines notions ou idées, il a été préféré une démarche d’auto-dérision. Car la dérision, du latin « déridere », se moquer, c’est déjà établir une relation avec l’Autre. Et ici avec soi-même, donc.... Et voila comment de glissement en déplacement en fait croire d’abord à l’Autre, ensuite à Soi-même, n’importe quoi !!!!......
*******************************
® Le triangle de BEHRING.Ou comment chacun - et même chacune - peut se constituer son propre principe. Vous prenez un triangle isocèle, avec au moins trois côtés égaux, ensuite vous essayez de déterminer le point médian de chaque côté, vous reliez les trois points et vous avez tracé un nouveau triangle à l’intérieur de l’ancien. Ce qui veut dire que dans toute relation il y a une phase positive, un stade négatif et un état dit neutre. Mais la répartition de ces phases ou cycles nous est inconnue d’où d’ailleurs Behring, mer également mal connue. Donc il suffit de détruire, d’ôter ou d’effacer une partie du triangle pour voir apparaître un nouvel ensemble. Nouvel équilibre en terme de programmation neurolinguistique....Et ainsi de suite jusqu’au triangle fondamental ou centre du problème. Voila comme et comment chacun selon son talent, ses préférences et inclinations va se construire un ensemble de principes. L’agriculture, la botanique, la poésie, la mathématique, enfin tout peut servir. Par exemple, prenez la bible et inventez le « principe de Judith » qui veut que...Entendu qu’une fois le principe formulé, il sera appris par cœur, sur le bout des doigts et asséné avec autorité, style « vous connaissez, ‘’est-ce pas, le fameux principe de Behring qui veut.... Que veut-il au fait ce théorème behringien ? Tout simplement que l’on arrive toujours au cœur du problème soit en le résolvant, soit en changeant l’énoncé. Mais il arrive très souvent que l’on jette le problème avec l’eau du bain ce qui rappelle une autre loi normative qui est.....


triangle de Behring
********************************
® Le T.I.R. ou taux interne de rentabilitéLe t.i.r. serait le taux qui permettrait d’égaler le décaissement dû à l’investissement avec les cash-flow générés par ce même investissement. En réalité découvert par les babyloniens : le chef berger, personnage mythique dans ce type de civilisation et de plus qui avait droit de cuissage sur les jolies bergères - également sur les jeunes bergers - se voyait confier des troupeaux de bêtes. Pour le troupeau du dénommé Sanhas par exemple, il - le berger - prenait une tablette en argile -tiens de couleur verte - et à chaque bête qui passait devant lui, il cochait une nouvelle marque. Certains poussant le vice, avec une âme d’expert comptable parisien, jusqu’à différencier les mâles des femelles, les jeunes de vieux, les trois pâtes et les moutons à cinq, enfin une vraie ségrégation animale. Antérieurement il mettait des pierres dans une sorte de cruche puis il obturait l’orifice. Au retour des Alpages - ou Persages puisque Perse il y avait - on reprenait la tablette ou bien la cruche que l’on brisait d’où d’ailleurs l’expression « tant va la cruche en perse qu’elle.... ». Et là, on déterminait le t.i.r. et cela sans « financière Hasch P ». Donc au départ trente bêtes à Sanhas - Sanhas était le frère jumeau de Hassan et faisait partie d’une famille très influente dans la région du Delta - et à l’arrivée trente et Huit, avec un gain de 3;14116 de la circonférence de la queue. La queue du mouton réputée pour sa réserve de graisse bien évidement car pour la queue du chef berger il s’agit là d’un secret. Bon ....!! à ce point il est préférable soit de prendre la fameuse « financière », soit de faire appel à l’expert comptable parisien. Il est clair que nous ne compliquerons pas le débat en rajoutant les paramètres temps et monnaie. Ainsi les trente-huit moins les trente soit huit représente le gain ou, pour faire simple mais néanmoins savant, le Cash-Flow net. Et là on tient, on détient le fameux t.i.r., oui parfaitement car huit sur trente égale vingt-six et des cacahuètes. Mais ce t.i.r. est exprimé en bêtes et non en kilos ou en monnaie de compte. On pouvait calculer le nombre de coups tirés par le chef sur les gentilles pastourelles car si c’est tirés c’est t.i.r....Par contre comment faire si méchant loup avait mangé une brebis égarée ou bien s’il s’était déguisé en mère grand pour, lui aussi, niquer le petit chaperon rouge. Une affaire très compliquée, un dossier sensible, qui va finir devant les tribunaux ces jours-ci....A moins que le dossier, de l’audience, ait été re-TIR-é.
*****************************
® Amortissements
Résultante de l’action d’amortir - Oyer !! Voyer !! Comment on a déplacé le chmilblick, chmil-blick étant la déesse de la chose dans les civilisations précolombienne. L’amortissement, va-t-on dire , reflète l’amoindrissement irréversible de la valeur résultant de l’usage et du temps. Petit rajout auto-protecteur et pseudo-scientifique : ...l’usage et du temps ou de toute autre cause.....Donc cette brillante notion fiscalo-comptable pourra être illustrée par n’importe quel mythe traînant sur votre table de nuit. Tenez, prenons, l’illustre l’Iliade par exemple qui se trouve là et le cas de Dioméde, le copain d’Ulysse. Le premier casse son char à chaque sortie. Et Zeus sait s’il en eut des escapades militaro-pornographiques contre les Uns et pour les Autres. Heureusement qu’à ce stade, le foot est venu remplacer ce type de match qui pouvait durer jusqu’à dix ans. Car entre les guerres puniques et pré-pudiques il était difficile d’y voir clair. Dans ce contexte le bouillant Dioméde est le prototype du soldat achéen dépensier voire dispendieux. Un vrai casseur ; à chaque sortie le pauvre comptable-payeur ou trésorier-financier du Palais de Tydée - le papa de Dioméde - au bord de la belle mer d’Egée, est obligé d’imputer ce char au débit. Le débit se trouve à gauche, colonne des dépens du compte de profits et pertes. C’est donc une consommation que quelques économistes retords et quelques technocrates chagrins, ont baptisé « d’intermédiaire ». Cependant on peut penser qu’ils s’employaient avant tout à justifier des honoraires ou émoluments qui eux n’avaient rien d’intermédiaires. Si Le tuteur-chaperon-mentor du Grec, Xénophon de Macedoine avait connu cette magnifique notion d’amortissement il lui aurait prescrit : « Voila mon fils, je t’alloue ce char, tu me casses quelques Troyens, une dizaine de Iliens et deux ou trois Dardaniens et tu le - le char, car de petit copain ....- conserves au moins trois ans !! Et là oui, la guerre de Troie n’aurait pas eu lieu. Car comme tout potache le comprends on ne pouvait détruire Troie avec un tiers. Quant au financier du Palais il aurait comptabilisé un char divisé par trois soit un tiers de char par année. Le « tiers de char » aurait pu devenir le sujet de conversation du congrès annuel des trésoriers de palais de la Mer Egée : « le tiers de char : mythe social ou réalité économique ? » Ou bien ; « le tiers de char doit-il être provisionné en période de vaches maigres ? ».
***************************
® Consolidation
Intégrer dans un même ensemble les bilans de la société mère (ou tête de groupe) et de ses filiales comme s’il s’agissait d’une seule entreprise. Utilisation remontant au début du XX° siècle par les « chartered accoutants » américains, c’est à dire les experts comptables certifiés. Ensuite nos amis anglais légifèrent dans un « compagnies act » pour imposer cette technique, aujourd’hui communément admise. Pourtant au niveau philosophique, cette technique procède de l’amalgame : Additionner des choux et des chèvres puis ouvrir la porte du poulailler au renard et enfin mélanger les torchons et les serviettes, la nenette et la peau de chamois. Les chèvres, les renards et les chamois justement il semble que le grand-père Noé en eut embarqué un certain nombre dans son Arche, il y a de ça quelques milliers d’années. Juste après les dinosaures. Imaginez ce qu’il a dû endurer : Que les bêtes ne se mélangent pas, ni ne se mangent, ni ne s’accouplent. Aujourd’hui toute cette sagesse s’est perdue et les consolidateurs consolident gaiement à Dallas comme à Pékin : Une société de P.Q. au Texas - très rentable car le texan est connu pour être le plus important consommateur mondial de ce produit : Soit 3oo rouleaux/an ou encore 6000 mètres - En amont un laboratoire de pilules Fachcagare - réputés pour leur effet laxatif - et enfin en aval une entreprise de détergent pour reliquat solide. Forcement, il y a des jours où il y a des doutes et des restes dans le fond de culottes de ces beaux cow-boys. Donc prenons tout cela et consolidons, nous aurons : Total du bilan consolidé par actionnaire sera égal à deux mètres de P.Q. plus une pilule laxative plus cinq grammes de poudre détergente. De plus, s'il y a une gastro ravageuse l’emploi du P.Q. augmente, mais la consommation de la pilule - du moins la Fachgagare - diminue, quant à la poudre cela dépendra de l’usage que la ménagère de 5O ans en fera aux confins des plaines de l’Ouest. Résultat : La veuve de Carpentras joyeuse et encore baiseuse, car francophone, va « consommer » un jeune « golden boy » des environs avec l’accent des cigales, plutôt que d’essayer de résoudre la quadrature du cercle relativement à la consolidation. Cependant les fonds de pension et la mondialisation ont leur prétendue logique ; alors il faut faire semblant d’informer la veuve de Carpentras - réputé pour son intelligence boursière - avant de renseigner la « senior » de Miami -Floride, U.S.A. Celle-ci - forcément lectrice ou abonné du Wall Street Journal - sera pensionnée du travail et de l’exploitation des petits niak-koués de la planète. Celle-là représentera encore une rentière à la Zola. Comme disent les provençaux : « Foou s’en tirar con lei brayos nettos » que l’on pourrait traduire approximativement par : il faut s’en tirer avec les culottes propres. L’honneur est sauf.
**********************************
® Bilan
Cette notion est certainement la mieux connue du lecteur, car coincé entre le bilan d’activité et le bilan de santé, ayant comme point de mire le dépôt de bilan et pour point de non-retour le bilan catastrophique ; le bilan a, en France du moins, une assez bonne presse. Néanmoins il est paradoxale que le lecteur basique prenne le supposé bon côté du bilan, c’est à dire l’actif, alors que c’est le passif qui présente un intérêt évident. Relativement au langage fiscalo-financier, l’image que le bilan serait égal à une photographie de l’entreprise à un moment « T », semble encore marquer des générations d’apprentis gestionnaires !! Et qui dit photographie pense appareil et quidam derrière pour tirer la photo. Enfin un moment propice pour la lumière ; c’est là le fameux moment « T ». On peut voir ou entendre les neurones de certains se tortiller : comment choisir le Bon Moment « T ». Pour d’obscures raisons administratives, le fisc a choisi le 31 décembre et ce qui fait que 99 % des bilans français sont établis à cette date. N’allez pas croire que J.C. ou Saint-Grégoire y seraient pour quelque chose, non !! C’est le fisc qui avec sa manie budgétaire a établi une année fiscale allant du 1 janvier au 31 décembre. Donc le 31 décembre, le français avide de réjouissance, en profite pour réveillonner : comment voulez-vous qu’il aille prendre une photographie de sa petite entreprise ? En ce moment là, sa petite entreprise c’est sa petite amie ou son grand ami ou Dieu sait qui. Encore faut-il qu’il possède un appareil à photographier les entreprises et vu la taille de certaines entités économiques, le focus doit être dément. Ce qui d’ailleurs explique les hono - honoraires - de certains experts comptables parisiens, car se déplacer la nuit de la Saint-Silvestre pour prendre une photographie représente un sacrifice certain. Seuls côtés poético-mystique ou banco-érotique de la notion de bilan ce sont les demandes insolites, voire effrontées, que peut faire un banquier à la jolie cheftaine d’entreprise : comment s’est comporté le haut de votre bilan cette année ? Est-ce que le bas du bilan a bien résisté ? Ne s’est-il pas trop effondré ? On ne pensait pas un banquier, toujours un peu austère, s’intéresser au corsage et au dessous de ses clientes !!! Le monde change.....enfin est-ce là la bilansiation que nous prépare la mondialisation ?
*************************
® Le destin de texte ou le texte du destin.
Pour tout dire je ne sais même pas si le « 16.3 » existe !! Existe dans la réalité, pas virtuellement, mais concrètement. Mais après tout cela n’a pas d’importance car, il se pourrait. Non !! ce qui est primordial c’est de commencer à répondre à la question suivante : les textes ont-ils un destin ? Oui, sûrement pour les grands - de textes - fondateurs d’une religion. Voir ce que Paul - Saint pour les uns - a fait de quelques textes épars portant sur de vagues faits divers !! Prodigieux !! Ce que Lenine a pu élucubrer à partir de quelques brouillons de notes vite prises par un étudiant en philo de fond d’amphi. Pauvre étudiant qui pensait, alors, plus à la poitrine opulente de sa logeuse berlinoise qu’aux travaux d’économie politique du débonnaire et ingénieux Adam SMITH. Celui-ci représentait alors une sorte de KEYNES. Un KEYNES du XVIII°......Et l’étudiant peu assidu ? Cet étudiant atypique et attardé avait pour prénom Karl. Fabuleux n’est-il pas ?
Mais parlons « hard » plutôt. Un texte « dur » comme le 437. A oui le 437.... de la loi du 24 Juillet 1966 sur les sociétés commerciales. Texte obscur - le 437 - voté une nuit de lune rousse à la fin d’un triste printemps Gaulliste et pré-pompidollien. Laissant le temps s’écouler sur quelques scandales georgiens voire valériens, enfin introduisant un juge ambitieux, pour lui-même, peut-être pour la République. Ce procureur a besoin d’un texte. D’un texte qui durcisse la répression. Qui, non seulement, sanctionne, mais surtout qui pourra être d’application générale. L’imprécision du moment devra arrêter le déroulement inexorable du temps, c’est à dire la prescription. La réalité juridique n’existant pas plus que la réalité physique -ou chimique- notre petit juge, dans l’espoir de grande carrière, va inventer. A partir de presque rien, c’est à dire de la pensée confuse du législateur printanier et gaullo-pompidolien. Il va créer l’A.B.S., soit l’abus de biens sociaux. A compter de ce jour, une bonne dizaine d’années après l’adoption de cette loi, les dirigeants de sociétés vont trembler sur leur fondement. Devant ce monstre de quelques lignes à l’imprécision déroutante : « ...auront fait des biens de la société un usage qu’ils savaient contraire à l’intérêt de celle-ci....à des fins personnelles pour favoriser.... ». Et tout ce remue-ménage-méninges pour quel résultat : un peu plus de moralité dans les affaires ? Inculper tant le corrupteur que le corrompu ? C’est à dire le receleur de l’A.B.S. qui sera très souvent, trop souvent un politique aux yeux plus gourmand que son ventre. Non le véritable but de ce procureur, apparemment sincère, ne peut être que de combattre le TEMPS. Car pour la prescription, son point de départ sera fixé au jour où le délit est apparu et a pu être constaté. Donc il conviendra d’attendre trois ans à compter du moment où le délit a pu être constaté, ce qui revient à rajouter du temps au temps. A laisser du temps. Au temps court de l’infraction on opposera le temps lent de la recherche du délinquant. Même le Diable, assistant zélé du Divin, n’avait pas eu cette subtilité délicieusement décadente. Oh que Oui...les textes ont un destin.... Et quel destin !!!
****************************
Le temps
Il n’aura pas échappé au lecteur, toujours attentif, que la notion de temps a une importance primordiale pour tout ce qui touche le domaine financier, fiscale, comptable mais aussi, et cela est rassurant, à la sphère érotico-pornographique. Pour Alice, la Lolita de Lewis C. le temps est une personne, mais voilà que son auteur-inventeur manipule tout et complique le reste. Car pour mesurer le temps Lewis choisit une montre à aiguille unique : celle-ci décompte non pas les heures, minutes ou secondes mais seulement les jours. Mais pourquoi les scripts c’est à dire les financiers, comptable et autres juristes, subliment-ils tellement cet élément? En y regardant de plus près, il apparaît que les clercs, ceux qui gouvernent le monde, ont de tout temps utiliser le temps comme une variable d’ajustement. Le diable, doublure du Suprême, ayant ordonné les usuriers pour voler le temps. Ainsi les moyens-ageux pensaient que l’usurier ne vendait rien à son débiteur sinon du temps qui lui appartient à Dieu. Scripts et clercs ont fait au plus simple : c’est à dire qu’ils ont intégré le paramètre le plus naturel et facile à décompter. Un jour, une nuit, peut-être pour cela que la fameuse montre d’Alice ne possède qu’une aiguille. Le quantitatif a dès lors été privilégié au détriment de l’intensif, de la compétence ou du qualitatif, même de l’amoureux. Comment définir l’efficacité d’un investissement ? ou le qualificatif d’un prêt d’argent ? De même les Scripts-clercs - aujourd’hui Enarques-apparatchiks - afin d’épargner, d’économiser leurs faibles capacités intellectuelles et morales ont jadis inventé le « temps lent » et le « temps long » et cela bien avant les Grands Maîtres des Archives ne découvrent ce continent incontinent. Les faux maîtres du temps que font ces pauvres clercs...... Le capitalisme, quant à lui, se devait de remplacer l’usure qui faisait obstacle à sa naissance. Le Haut moyen âge va alors « inventer » deux concepts appelés à un grand succès dans le développement du capitalisme. La première invention va se matérialiser dans la comptabilité et l’on verra que les siècles suivants seront ceux de l’obsession comptable. Gros succès jusqu’à aujourd’hui car il faut démontrer qu’un instrument de mesure efficace et surtout « juste » existe. L’autre découverte sera la création du purgatoire par le christianisme, après la grande peur de l’an Mil qui va permettre la purge du reliquat de péchés non soldés par la confession. Le petit Père Dante s’échinera sur une description mystico-géométrique de ce purgatoire et il en restera l’oeuvre fondatrice de la langue italienne, ce qui n’est pas rien. Luca Pacioli, le divin franciscain des comptes et l’auteur de la « Divina proportione » représente cette parfaite synthèse des clercs-scripts ayant oeuvrés pour l’arrivée du capitalisme. Et Fra Luca ne loupe pas son coup !!!! Premièrement et avant de commencer tout travaux comptables il prescrit un petit coup de morale, car cela ne peut pas faire de mal, puis l’on passe au noyau dure ; la définition du Capital et surtout du Résultat. Et là quelle flamboyance langagière : il n’est question que de « furie des affaires », ou bien encore des « comptes éteints », c’est à dire soldés. Lorsqu’ils ne sont pas « allumés » à contrario il s’agit de l’ouverture des livres d’un nouvel exercice. Alors pourquoi n’avoir pas conservé, en lieu du triste « compte de résultat » ou du pâle « profits et pertes », le gaillard et réjouissant - et presque amoureux - « Etat des avantages et désavantages ». Mais le Temps est là, tel Neschek, le Mal absolu..... Et il faut encore et toujours......
....ouvrir le LIVRE....
....Ecriturer.....
.... Débiter ou créditer...
..... Balancer ou bilancer.....
...Clôturer....
....Puis réouvrir ...

Antoine SEGURA - mardi 26 février 2002

 

 

Aider (07/01)

Aider,
Aider pour aimer,
Aider pour sentir en soit monter,
Ce sentiment diffus puis insistant,
Cette émotion qui nait du partage,
Cèdant aux autres une part de notre expérience,
Lentement, la justice pour tous avance,
Délicieuse et utopique image,
Que j'aimerais voir un jour régner sans voile,
Sur notre terre qui sans elle devient pâle.

 

Aimer (03/01)

Aimer, c'est comme un voile, qui surgit de nulle part, rosé comme un nuage
au clair de lune, tendre comme le bruissement des feuilles après l'orage.
Aimer, c'est ce qui nous rend heureux, en contemplant des choses aussi
simples et pures qu'un arbre puisant sa force dans la terre, qu'un croissant
de lune enveloppé d'un halo mystérieux, car le mystère est inhérent à
l'amour, il faut donner pour recevoir, se donner, accepter qu'une part de
soi soit connue et comprise par l'autre.

Carine LESAGE - mardi 26 février 2002

 

 

Détours

Il faisait, ce jour-là-là, une chaleur caniculaire. Valérie était partie depuis maintenant six mois à Rodez. Je vivais ici, au huitième étage, d'un immeuble sans ascenseur.
Ce matin, le voisin d'en face m'avait traîné dans une convention où il était question d'ésotérisme et d'athlétisme. Je ne voyais pas très bien le rapport qu'il pouvait y avoir entre les deux mais, je m'étais laissé entraîner.
La convention se passait sur une place. Une baignoire bouchait l'issue de secours, ce n'était pas trop prudent. Il y avait là des gens. Les plus petits, en taille, étaient très marrants, ils avaient tous la moitié d'une casquette sur la tête et des gants de boxe aux oreilles. Les moyens n'avaient rien à dire. Les grands, étaient pliés en deux dans d'immenses fauteuils verts. Les nanas, comme souvent, étaient hôtesses.
"Vous voulez un verre d'eau ?"
"Ça va."
Je me trouvais là, pas par hasard, pas pour voir quoi que ce soit et l'on ne peut pas dire que j'étais en forme. Je me voyais mal en train d'essayer une paire de chaussures de sports fabriquée à Cambrai. Il y avait au moins 15 stands et 8 rien que pour les fabricants de Cambrai. Je me laissais, enfermer dans une mélancolie insensée qui me paralysait jusqu'au bout de mes orteils. Rien dans cet endroit ne m'attirait. Je pensais au carnet de notes que tu avais oublié l'autre jour chez Nathalie. C'est idiot, il y avait dessus la recette de la charlotte à la fraise, et Nathalie est loin maintenant. Tu sais bien que je suis nul quand il s'agit de charlotte. A part ce carnet de note, rien ne venait troubler le chahut imposant qui déambulait entre ces fauteuils verts et à travers lequel j'arrivais à me faufiler.
Je ne remarquais rien, en tout cas rien de tout ça. Simplement un mec qui devait avoir peur de perdre sa nana. Je la plains sa nana, parce qu'il la surveillait, des fois qu'elle s'échappe avec le boulanger du 9, on ne sait jamais.
Les meilleurs croissant on les trouve dans les pâtisseries.
En le regardant, je pensais à cette phrase. Tu m'avais dit ça un jour où nous mangions des frites là-bas sur la digue.
"Vous savez, vous devriez boire votre demi, il va refroidir, elle s'en fout des boulangers."
"Pardon ?"
"Vous allez perdre votre chaussure et les fabricants de Cambrai n'ont plus de 45."
Je lui parlais à ce mec que je ne connaissais pas et pourtant je n'articulais aucune phrase intelligible. Qui était ce mec? Je ne sais pas. Je devais penser à autre chose. J'étais ce jour-là-là-là dans ce carnet de note, à la lettre A comme ambivalence. Le mec, je ne l'ai même pas vu. Enfin je ne crois pas je n'étais pas là pour ça.
Toi non plus. Je ne comprenais pas ce que tu faisais ici. Tu m'avais dit la veille : Je ne suis pas là ce week-end. Je ne t'ai pas vu. Enfin je ne crois pas. Ce devait être quelqu'un d'autre. Ah oui je sais, c'était une nana qui court après son Yorkshire depuis qu'elle à 14 ans. Elle se contente d'un Teckel. C'est moins classe, mais la fourrure de Teckel, ça tient chaud aux pieds, surtout l'hiver.
Bizarrement, je croisais dans tout cet espace, où les gens se bousculaient, un regard. Celui-là je le connaissais, je le connaissais trop bien. Simplement les gestes ne se sont pas croisés. Tu étais à l'autre bout d'autre chose, j'étais ici. C'est sûr. C'est ce mec, qui chaussait du 45, qui m'a fait penser à toi. Pourquoi ? Je ne sais pas.
"Merde où sont mes cigarettes ?"
"Vous voulez du feu ?"
"Non ça ira."
Un des fabricants de chaussures s'approcha de moi.
"Vous êtes un spécialiste ?"
"Pas vraiment."
"Je croyais. Ça fait un moment que je vous observe et vous avez la tête d'un spécialiste."
Il continua à me parler. Le mec qui chaussait du 45 était tombé dans la baignoire. Sa nana était amoureuse d'un mécanicien, il l'ignorait. En attendant il se rafraîchissait les émotions.
Le fabricant se mit à parler, à parler. Des milles mots qu'il aligna, je ne retenais pas tout.
"La seule chose qui se passera, et vous savez je suis un spécialiste de la chaussure, c'est que celui de vous deux qui trouvera le mocassin droit courra vers l'autre. Vous devriez aller voir le gars qui est dans la baignoire, et lui dire qu'au Mali, il n'y a que des Africains et que les Africains ne mangent pas de camembert."
Tard dans la nuit, le voisin me ramena dans sa voiture cabriolet. Sur le trajet, je remarquais une publicité qui vantait les mérites d'une marque d'eau de toilette : Poison. J'imaginais, un type offrant du poison à sa nana. Quelle drôle d'idée.
Le voisin me laissa, devant la porte de l'immeuble, avec mes pensées.
Machinalement j'allumai la télévision.
Une série américaine était programmée à cette heure tardive.
Je restais quelques secondes devant l'écran, relisant ce carnet bourré de notes allant d'ambivalence à zigzag…
La série défilait…
"Roissy Charles De Gaulle, il est 12:00. Le vol en provenance de Los Angeles est annoncé porte 4."
"Mais je croyais que tu étais à Bamako ?"
"Laisse tomber, je n'aime pas les insectes qui piquent."
J'éteignais la télévision à la lettre d comme détour.

Tonton Christobal

 

 

je participe,

le participe passé s'accorde avec le complément d'objet direct si celui ci est placé avant, et rataplan.
C'est sympa votre invitation à partager votre soleil et votre entrain, sur la toile. Merci
Ici à Oslo c'est encore l'hivers mais le soleil est revenu et brille joliment sur la neige, c'est presque aussi beau que Marseille vue du chateau d'If au solei de midi.
allez, bon courage pour votre apprentissage de la langue francaise et son orthographe carabinée ( désolée , ma machine n'a pas de cédille)
Amitié

Marie-Laure LEGOUY - jeudi 28 février 2002

 

 

Paracétamolement

La trêve avait été de courte durée, les uns ergotaient sur la longueur du fût, les autres prônaient l'éradication complète de l'espèce. La version du conseil n'était qu'une compilation des différents points de vue.
Isaac ne se prononçait pas, il savait que depuis sa dernière prise de position sur le sujet et l'hostilité unanime qu'elle avait suscitée, son autorité morale avait pris du plomb dans l'aile.
Il se contenta donc d'écouter attentivement tout en restant à l'écart du tumulte. Même s'il s'était senti blessé par une telle animosité, il regrettait surtout Éthel qui l'avait tant soutenu lors des luttes passées. Il n'était plus que l'ombre de lui-même. Le mépris dont il faisait l'objet aujourd'hui aurait été chose impensable quelques mois auparavant. Nombreux étaient les gens qui venaient le consulter pour des raisons aussi variées que futiles. Il était toujours disponible pour écouter leurs doléances et les conseiller du mieux qu'il pouvait.
Il passait maintenant le plus clair de son temps à jardiner et lire sur sa terrasse d'où il observait le soir les gens rentrer du travail.
Il imaginait sa fille parmi la cohorte des piétons, s'arrêtant devant le portail de la maison et se joignant à lui pour boire un café. Mais ses visites s'étaient espacées et il ne la voyait plus qu'une fois par an lorsqu'elle se rappelait la date de son anniversaire.
- Alors qu'est ce que tu en penses ?
- Tu sais, en ce moment je n'ai pas trop la tête à ça.
- Tu n'as pas aimé.
- C'est pas ça, mais tu me montres l'intro de ton récit, comment veux-tu que je me prononce sur une histoire qui n'a même pas commencée.
- Tu comprends quand même l'orientation que ça va prendre ?
- D'accord. Si tu veux tout savoir, c'est ça qui m'emmerde. C'est cousu de fil blanc ton truc, le vieux sage déchu, mis au ban de sa communauté qui va devoir s'exiler et qui pendant le voyage va revoir l'enfant qu'il a été, questionner son rapport à l'humanité, se faire une causerie avec Dieu. Tu nous gonfles avec ton introspection à deux balles. En plus le sujet du juif errant tu crois pas que c'est un peu éculé ?
- Tu dis ça parce que c'est le deuxième que j'écris là-dessus. Pourtant tu sais bien que quand je commence à traiter un sujet, je me dois, par honnêteté pour mes lecteurs, de l'étudier à fond et de ne l'abandonner que lorsque j'estime en avoir fait le tour.
- Je ne suis pas sûr que tes soi-disant lecteurs attendent de toi une telle probité. Je te rappelle qu'à partir du troisième tome sur l'œuvre de Mathurin Méheut les ventes ont commencé à plonger, que tu as publié le cinquième à compte d'auteur et qu'à part ta famille qui s'en sert pour caler les meubles, personne ne l'a acheté. En plus ta mère déteste la Bretagne.
- Eh bien, je me demande si j'ai bien fait d'abandonner l'enseignement.
- Mais non, tu sais bien que ce n'est pas ça que je voulais dire, mais il est quatre heures, je bosse demain et je n'ai toujours pas l'adresse de ta sœur à Carcassonne.

Grégory – 26 ans – Marseille – dimanche dans le train

 

 

La Rose Magique

Il était une fois, une famille pas très riche qui vivait dans une cabane. Il y avait le papa, la maman et cinq enfants : Sarah, Valérie, Thomas, Nathalie et Caroline.
Un jour les enfants voulurent sortir pour retrouver leurs amis. Mais le papa n'était pas d'accord.
Alors ils allèrent demander la permission à leur maman qui était une personne très douce et très gentille. Ils lui dirent :
" Maman s'il te plait laisse nous sortir aller voir nos amis. "
La mère céda et leur accorda la permission mais à la condition de rentrer avant 11 heures.
S'ils ne rentraient pas à l'heure ils seraient punis et privés de sorties.
Les enfants éclatèrent de joie et partirent en courant.
Peu de temps après le père rentra et appela ses enfants.
Ses appels restèrent sans réponse.
Se demandant où ses enfants avaient bien pu passer, il chercha sa femme qu'il trouva dans la cuisine et lui demanda où étaient les 5 enfants.
Elle lui dit :
"Je leur ai permis de sortir pour aller voir leurs amis mais ils seront de retour à 11h00. "
C'est ainsi que s'achève la première partie de l'histoire de famille.

Zamimou ROASSI – 10 ans – Marseille – 18 février 2002.

 

 

L'Étourdi

ABC
Qui a vu passer
DEF
La tête à Joseph
GHI
Quand elle est partie
JKL
Elle avait des ailes
MNO
Pour aller là haut
PQR
Voler dans les airs
STU
N'est pas revenue
VW
Pour la retrouve
XYZ
Il faut que tu m'aides

Yousra – 7 ans – Marseille – 18 février 2002

 

 

Monsieur

Je vous dis de m'aider,
monsieur est lourd.
Je vous dis de crier,
monsieur est sourd.
Je vous dis d'expliquer,
monsieur regrette.
Je vous dis de l'aimer,
monsieur est vieux.
Je vous dis de prier,
monsieur est Dieu.
Éteignez la lumière,
monsieur s'endort.
Je vous dis de vous taire,
monsieur est mort.

Odile – 10 ans èdemie – Marseille – 18 février 2002

L'oiseau

L'oiseau du Colorado
mange du miel et des gâteaux
du chocolat, des mandarines
des framboises, des roudoudous
de la glace et du caramel mou
l'oiseau du Colorado
boit du champagne et du sirop

Ismaël – 7 ans – Marseille – 18 février 2002

 

 

L'Incroyable Voyage à San Francisco

Shadow : Peter
Chance : Jimmy
Sasi : Hoppie
Laura : Bob
Un jour que la famille s'apprêtait à aller à San Francisco.
Shadow le chien de Peter, Chance le chien de Jimmy, sasi la chatte de Hoppie sont tristes parce que la famille allait à San Francisco sans eux. Peter, Jimmy et Hoppie sont les enfants de Laura et Bob. 2 jours après les 3 amis animaux se décident à s'en aller vers la rencontre de leurs maîtres ; c'est ainsi que commença l'incroyable voyage.
Shadow : Tombé dans le sous-sol.
Chance : Etre piquer par un hérisson.
Sasi : se noyer dans la rivière.
Vers 1 semaine les amis arrivent à San Francisco et leurs maîtres furent satisfaits.
FIN

 

Les bisons

Des bisons sombres et ronchons font la ronde au milieu du salon.

Ismaêl – 7 ans – Marseille – 19 février 2002

 

 

Dans la forêt

Le soleil brille
Nounours carillonne à la porte
Réveillez vous et habillez vous
Je vous emmène dans la forêt
Il fait frais dans le feuillage
On entend des gazouillis
Regarde, dit Nounours, le joli nid
Fait de paille et de brindilles
Les petits sortent de leur coquille
Mais voilà Hansi l'écureuil, qui sautille de branche en branche
Viens Hansi vient, dit Toto
Qui fouille dans sa poche
Et tire des cacahuètes
Merci merci, dit l'écureuil en grignotant.
Mes noisettes sont meilleures
Quelque chose a bougé à travers les pailles
C'était un loup dit Mimi
En se serrant contre Nounours
Mais non c'est un chevreuil
Tu peux le caresser
Mimi essaye d'attraper
Un merveilleux papillon
Puis une grenouille verte
Et un grillon
Toto voudrait pêcher la truite qui frétille
Dans le ruisseau
Mais il faut se méfier du serpent
Qui se tortille sous les feuilles
OH une abeille, dit Mimi, elle va me piquer
Mais non, dit Nounours, les abeilles sont très gentilles
Puisqu'elles font le Miel
Toto se barbouille de myrtilles
Mimi cueille un bouquet de boutons d'or
Les enfants ont sommeil
Ils s'endorment sur la mousse
Nounours veille.

Nourfati– 8 ans– Marseille – 19 février 2002

 

 

Le voyage aux Comores

Je suis partie aux Comores. Mon frère était malade, il est parti à l'hôpital et quand nous sommes revenus en France ma petite sœur est tombée aussi malade. Elle est partie à l'hôpital et dans sa bouche il y avait des champignons.

Aïcha - 7 ans – Marseille – 19 février 2002

 

 

Le Carnaval

Ma petite sœur et moi nous aimons nous déguiser en sorcière et faire peur aux gens. Nous leur faisons peur en disant que nous sommes des sorcières. Quand nous leur disons que nous sommes des sorcières ils sont tout paniqués.

Catherine - 8 ans – Marseille – 19 février 2002

 

 

Halloween

Moi j'aime Halloween. Ce qui me fait le plus rire c'est le cochon et le clown. Et celui que j'aime le plus beaucoup c'est la fée de Walt Disney, les Sept nains et Mickey. J'aime me déguiser. Le plus beau des plus beaux déguisements c'est la Fée et Barbie.

Nadim – 7 ans – Marseille – 20 février 2002

 

 

Halloween party

J'aime fêter Halloween et j'aime me déguiser en sorcière. Le soir je vais chez les gens pour leur dire que je veux des bonbons. Je leur dis :"Si vous me donnez pas de bonbons je vous transforme en grenouille ".
Les gens ont tellement peur alors ils me donnent des bonbons.

Aïcha – 8 ans – Marseille – 20 février 2002

 

 

Embarcage à la Belle de Mai

Le vendredi 10 Août 2001, à la Belle de Mai, des voyous ont tué une femme riche et l'ont mise dans un sac-poubelle. Ils l'ont jeté dans l'eau à la rivière, puis ils sont partis. Le lendemain, son ami Aurore, plutôt belle 1m69, cheveux châtains courts, boucles d'oreille, bracelets, pantalon noir, veste en daim bleu et chaussures noires est partie chez elle. Elle a vu personne, alors elle s'est demandée mais ou peut être bien passé celle-là, alors elle a appelé la police est on lui a posé des questions. On la posé " comment s'appelle t'elle ? " elle a répondu " Ines ", combien de mètres 1m65, cheveux blonds longs, boucles d'oreilles en or, bracelets en or et, chaussure Nike bleue, grise et rouge. Et le lendemain matin Aurore on l'interrogea au juge et elle raconta que le lendemain elle parter chez elle et frappa à la porte personne ouvrit et poussa la poignée et ouvrit, et elle à dit que 2 mois plus tard elle poussa la porte et la poignée s'ouvrie, et aussi elle dit qu'elle s'inquiétait et appela la police. Mais comme la police ne l'a pas crue, la police a mis aurore en prison. Et deux mois plus tard Aurore s'échappa, et le lendemain la police l'a ouvert de prison et ne l'a pas vue, la police appela les gendarmes, les gendarmes cherchèrent de partout à la maison, dans les poubelles, dans les sous-sols de chez elle, dans les toilettes, dans la salle de bain, et le cagibi, ils l' ont pas vu. Et 10 mois plus tard, une dame la reconnue et appela la police, la police la chercha l'ont vu déguisée en garçons et lui ont enlevé la perruque et ont vu Aurore. Et le lendemain on interrogea Aurore et le juge a décidé de la relâcher et aurore tua la femme qui la dénoncée et 12 mois plus tard la police retrouve Aurore et la police couru couru couru et a pris la voiture et la rattrapa et la police la ramena en prison. Et le lendemain le juge l'interrogea et le juge lui à laisser une chance parce qu'il savait que Aurore avait tué. Et aurore avait vu des voyous et Aurore savait que s'était eu qui avait tué son amie Inès. Alors elle couru, et les voyous on dit " on sait que tu sais que s'est nous qui avons tué Inès, et ils sont tués aussi. Un des policiers ouvrer la poubelle pour aller jeter son gâteau est les a vus par terre morts devant la poubelle. Et c'est là que la police à sue que c'était la fin de l'histoire, elle à vue que s'était eu qui avaient tué Inès.

Zaïna IBOUROI - 10 ans – Marseille – 20 février 2002

 

 

Le Fantôme

J'aime faire Halloween et j'aime me déguiser en fantôme. J'aime traîner dans la rue pour faire peur aux gens, toujours quand ils me voient ils ont peurs de moi ils partent chez eux .eux quand les enfants me voient, ils n'ont pas peur de moi parce que ils savent que je ne suis pas un vrai fantôme.

Abbasse - 7 ans – Marseille – 20 février 2002

 

 

La Fleur

C'est une fleur cueillie sur le chemin pour sa beauté, Jon chaine son parfum c'est un sourire vu sur un visage livrant la force de mille messages c'est une main qui donne et reçoit confidences, c'est peine et joies c'est un arbre beau et fort qui apporte le réconfort l'amitié c'est une fleur que je cueille dans un jardin

Neimati - 9 ans – Marseille – 20 février 2002

 

Ma chanson

Donnez moi le monde un jour et tout ce qu'il faut pour écrire une chanson. Donnez moi les choses à dire a ceux qui vont souffrir pendant que nous dansons. Toi qui habite dans cœur pour doublé mon bonheur il sefises demain dans ce monde de chérir pour doublé ses plaisirs sans pouvoir magicien.

Farima - 9 ans – Marseille – 20 février 2002

 

Une histoire vraie, aux 5 avenues...

Il y a peu de temps, mon petit garçon de 4 ans était sous la douche; il regarde la bouteille rose de savon liquide , sur laquelle une jolie étiquette ornée d'un palmipède faisant des bulles commençait à se décoller. Il me dit "à quoi c'est ce savon, papa ? " je lui réponds "ma foi, je crois que c'est à la framboise". Alors il me dit " quoi ? c'est pas un savon au Canard celui là ?!!!!".

ptpvkqf – Marseille – 26 février 2002

 

 

LE TOURISME VIRTUEL

Une des formes que peut prendre l'industrie touristique actuelle est le tourisme virtuel. Il répond aux attentes d'un certain type de voyageurs informés de faits culturels ou d'évènements proches ou lointains auxquels ils souhaitent donner un support concret soit qu'il en ait pris connaissance par les livres d'histoire, les médias, soit par les guides ou autres sources d'informations touristiques.
Par exemple, un amateur de jazz ira à la Nouvelle-Orléans pour retrouver les racines du jazz. Un autre, féru de Mozart ou de Kafka se rendra à Prague pour visiter les lieux ou ces deux génies ont vécu. Quelqu'un qui a aimé les romans de l'écrivain brésilien, Jorge Amado aimera se retrouver à Ilheus ou à Salvador de Bahia ou cet auteur les situe. Les touristes américains se pressent en foule sur les lieux du débarquement en Normandie. S'il se rend en Egypte, un touriste " culturel " peut chercher à voir les Pyramides et les Sphinx ; Il peut aussi emprunter la route du Caire à Charm_el_cheikh pour se trouver sur les lieux où se situent de nombreux événements du passé proche ou lointain.
Cependant, dans bien des cas, la réalité ne comporte que peu, voire pas de traces de ces faits historiques.
Le principe du tourisme virtuel consiste à métamorphoser les lieux et les espaces historiques en décors qui permettent au voyageur d'imaginer les époques où les évènements se sont produits. L'objectif est, évidemment, de répondre le mieux possible à ses attentes, en l'absence de témoins concrets du passé, et de donner un sens à son voyage, sinon il risquerait de trouver ses vacances absurdes. Il faut le convaincre qu'il a vraiment traversé les lieux et les époques.
Pour appliquer ce principe, il est le plus souvent nécessaire de gommer la réalité sociale, politique, économique du pays pour entretenir l'illusion et permettre au voyageur de rêver.
La réalité contraste parfois vivement avec les images que le touriste a dans la tête ; Les professionnels du tourisme et tous ceux qui en vivent doivent s'efforcer de trouver les moyens de ne pas décevoir le voyageur.Un exemple de " tourisme virtuel " nous est fourni par " Courrier International " n° 589 (14-21 février 2002) qui publie un article de Dalal Al Bizri intitulé " Al Hayat " (Londres) : "Charm_el_Cheikh, lieu virtuel _ Eaux claires et carton-pâte ".
Dans le chapeau, nous lisons : "Voyage dans un site chargé d'Histoire, de conflits et de religion, transformé en lieu de villégiature kitsch. Le visiteur, pour être heureux, doit se convaincre que le temple du faux est une réalité ".
Charm el-Cheikh se situe à l'extrême pointe de la région du Sinaï, sur la Mer Rouge. La route champêtre qui relie Le Caire à Charm el-Cheikh traverse des régions chargées d'histoires sur environs 600 kilomètres.
Son histoire : Le Canal de Suez se situe à l'Est du Caire et sépare l'Afrique de l'Asie. Il a été nationalisé en 1956 par le président Nasser.
La guerre des six Jours, en juin 1967, a opposé Israël aux pays arabes. De ce conflit, il reste des vestiges des tranchées, des tanks, des monuments à la gloire des martyrs.
L'histoire biblique : La traversée du désert du Sinaï évoque la Bible et le prophète Moise. Le site d'At Tur (qui signifie "la loi", en cananéen) est la capitale du désert et c'est sur cette montagne que Dieu, selon le récit biblique, a parlé à Moise.
Le Monastère Sainte Catherine : En plein cœur du Sinaï est le monastère d'une sainte chrétienne qui rappelle que le christianisme est profondément ancré dans cette région.
La situation actuelle de Charm el- Cheikh : L'auteur de l'article écrit que " Charm el-Cheikh contient tous les lieux et toutes les époques, mais… Virtuellement". Actuellement, cette ville contient de très nombreux bâtiments en construction, accolés les uns aux autres. Les lumières sont vives, les couleurs criardes, le vacarme étourdissant et les odeurs de cuisine tenaces. On y trouve de nombreuses boîtes de nuits dont le " Hard Rock Café " et le " Bus Stop ", des pubs, des fast food à l'américaine mais aussi des restaurants traditionnels. L'Orient y côtoie l'Occident. Le visiteur étranger peut aller dans un restaurant nubien déguster du " sahib ", une boisson à base de fenugrec, se détendre sur les canapés en se plongeant dans une atmosphère orientale. Il peut parcourir le souk et se convaincre de faire de bonnes affaires en marchandant comme s'il était un des habitants de la ville. Pour se dépayser, il lui faudra toutefois faire un grand effort d'imagination et feindre d'ignorer que partout où il passe sont tendus des " pièges à touristes ". Tout, ici, concourt à rendre son séjour agréable en faisant coïncider au mieux les visions souvent stéréotypées qu'il a de l'endroit où il se trouve. S'il exerce son esprit critique, il se rend compte que tout ici est artifice. Il peut soit " jouer le jeu", se laisser vivre et se satisfaire de savourer les plaisirs qui lui sont proposés - fussent-ils artificiels - soit s'avouer l'absurdité de la situation et rentrer chez lui déçu. La seule réalité, tout au long de son périple, a été le désert vaste et aride, le soleil de plomb, les montagnes aux couleurs des minéraux qu'elles recèlent et les poissons fossiles qui y sont incrustés - le golf limpide, en un mot, la nature qui seule est authentique. Le voyageur pourra s'en contenter et se réjouir d'avoir parcouru des lieux qui ne ressemblent à aucuns autres du fait qu'ils ont été la scène d'actions mémorables dont il ne reste que le souvenir.L'article du " Courrier International " ne laisse qu'une alternative au voyageur qui se rend dans un endroit tel que Charm el-Cheikh : Soit il se laisse berner par une illusion d'authenticité, soit il fait preuve de lucidité et admet que la mise en scène factice à laquelle il est exposé n'a ni queue ni tête. Il a, dès lors, l'impression d'avoir perdu son temps et son argent. C'est évidemment une vision très pessimiste. Elle ne peut être que celle d'une personne cultivée, en quête, à la fois de traces visibles et authentiques du passé et d'immersion dans la vie quotidienne des habitants du pays visité.
Dans l'absolu, nous ne pouvons que lui donner raison. Cependant, si ce type de tourisme " virtuel " tend à se généraliser, c'est qu'il correspond à l'attente de bon nombre de voyageurs moins exigeants. Par exemple, le quartier du Pelorino à Salvador de Bahia (Brésil) qui était un îlot de résistance mais aussi de délinquance, a été " nettoyé " par la volonté des autorités de l'état et transformé en un site touristique. On y voit des jeunes femmes vêtues comme des esclaves au temps de la colonisation. Elles sont chargées d'attirer les clients potentiels dans les bijouteries et autres magasins élégants qui bordent la place du " Territoire de Jésus ". Nombreuses sont les touristes qui se font photographier dans des tenues coloniales, devant une table couverte d'offrandes en carton-pâte. Elles semblent prendre beaucoup de plaisir à cette mise en scène d'un goût douteux. Ceux des visiteurs qui ne sont pas tentés par ce type de cliché peuvent êtres séduits par l'ambiance du lieu, et par son charme indéniable, par les défilés, la musique, la capoeira…, ils achètent des berimbaus fabriqués sur place où se font natter les cheveux en plein air. Ils visitent les églises baroques, poussent la porte des musées et se régalent des spécialités régionales. Si certains déplorent que le quartier a perdu son âme, il est évident qu'il attire maintenant beaucoup de visiteurs qui se montrent satisfaits. Pour les professionnels du tourisme, la tentation est forte d'abonder dans le sens de la demande générale.

Sun Riad - La Cadière d'Azur – 12 mars 2002

 

 

Tradition et Modernité

L'homme a un attrait particulier pour le feu. Il l'utilisa probablement dès les origines comme élément festif, de réjouissance, de célébration.
En l'an 500 avant J.C. le général Perse Mardonius fit embraser d'énormes bûchers pour fêter la prise d'Athènes, les feux d'artifice vinrent bien plus tard.
Le mystère qui règne sur leur origine en renforce encore la magie.
Au VI ème siècle, les Romains connaissaient les feux grégeois qu'ils tenaient probablement des Chinois, mais il ne s'agissait là que de matières incendiaires.
L'invention des feux d'artifice est directement liée à celle de la poudre noire. Découverte au VIIIe siècle par les Chinois, la légende dit qu'elle fut ramenée en Europe par Marco Polo avec les pâtes, et sa composition révélée en 1242 par le philosophe anglais Roger Bacon, qui voulait échapper à une accusation de sorcellerie. Mais il est aussi question d'un moine allemand Bertold Schwartz, qui en aurait précisé la formule...
Dès lors, les usages guerriers et festifs se développent, fusées sur les champs de bataille, pétards et détonations pour les festivités. C'est, d'ailleurs, seulement à ces derniers que les Chinois s'intéressent tout d'abord. Ils seront les premiers à utiliser la couleur. C'est en Occident que sont développés les applications guerrières et les feux d'agrément tels que jets et fontaines, au début seulement or ou argent, ces colorations étant ignorées des Chinois.
Cette autonomie des évolutions perdurera jusqu'au XVIIIe siècle.
Elle a produit, et pas seulement avec la Chine, des spécificités dans la fabrication et l'exploitation des produits pyrotechniques, des particularismes qui sont encore très sensibles de nos jours :
- les bombes occidentales sont cylindriques et se déploient en forme de parapluie ;
- Les bombes dites japonaises sont sphériques et explosent de façon symétrique ;
- En Italie, la limitation des calibres à 102 mm à conduit les fabricants à développer des bombes multi-effets prenant l'aspect d'un long cylindre.
- On qualifie de chinoiseries des produits comportant une petite quantité de poudre utilisés principalement dans des situations festives;
- Le Portugal et l'Allemagne produisent particulièrement des fusées.
D'autres pays ont des traditions pyrotechniques particulières:
- Malte, avec les "irdieden", pièces mobiles très complexes à base de jets et de lances.
- le Mexique, les "castillos", tours de bois littéralement remplies d'artifices
- En Catalogne il existe la tradition des "correfocs", de nombreux villages ont le leur, ce sont des groupes amateurs qui paradent tout en manipulant nombre d'effets, jets, soleils, pétards.
- Le "Toro de Fuego" est une tradition espagnole remontant aux premières corridas (début XVIIème). Une carcasse en tiges métalliques représentant un taureau, hérissée de banderilles pétaradantes, est portée par un homme dissimulé sous l'armature.
-A Valencia on tire des mascletas, feux sonores de jour où les détonations des marrons atteignent une grande intensité.
-Dans les feux d'artifice en Chine de nombreuses bombes identiques peuvent être tirées pendant de longs moments à partir de plusieurs endroits d'une ville.
Toujours est-il que le feu artificiel à la mode occidentale a été introduit en France par les Italiens au 17 ème siècle.
Du premier boulet, sorti de la bouche d'une bombarde propulsé par une explosion de poudre noire à la bataille de Crécy, jusqu'à son utilisation pacifique, il n'y a qu'un geste, quelques pincées de limaille de fer qui donnent de la brillance à la poudre à canon. Ainsi on passe des engins de mort aux premiers spectacles pyrotechniques, mimant des guerres, et figurant des combats mythiques. De la guerre à sa représentation, il n'y eut qu'un pas.
Déjà en 1487, à Londres pour le couronnement d'Élisabeth d'York, une de ces reconstitutions allégoriques est réalisée. On y voit « un dragon crachant des flammes de feu dans la Tamise ». Les premières fêtes pyrotechniques célèbrent donc les grandes batailles et accompagnent les tournois et leur forme pacifique, les carrousels, parades de cavalerie organisées en l'honneur des Dames ou pour la célébration d'une victoire, d'un mariage princier...
Très vite les monarques utilisent cet art pour célébrer leur grandeur, et leur magnificence, comme une métaphore de la splendeur royale.
Le premier grand feu d'artifice est tiré en France en 1612 pour le mariage de Louis XIII avec Anne d'Autriche, seulement précédé en 1606 par celui que fit tirer Sully devant les murs de Fontainebleau.
Jusque là, l'utilisation massive du "feu artificiel" était le fait de quelques amateurs initiés. On passe alors à la charge d'artificiers du roi, que se partagent quelques familles: d'abord les Dodemant, Guérin, Testard, puis les Ruggieri qui arrivent à Paris vers 1740 et gagnent cette responsabilité en 1743, grâce à un spectacle qu'ils donnent à la Comédie Italienne
Ce n'est sûrement pas par hasard que les spectacles pyrotechniques connaissent leurs premières heures de gloire au XIIe siècle simultanément à la progression du baroque dont l'influence, venant elle aussi d'Italie, se fait sentir en France à cette époque.
On constate l'évidente correspondance des principes fondamentaux qui définissent la pyrotechnie et le courant baroque: harmonies de couleurs, architecture, composition, importance de la lumière, contenu symbolique...
et bien sûr l'aspect festif qui qualifie la pyrotechnie comme un art baroque par excellence.
Dans l'Histoire Universelle de l'Art, au chapitre "Baroque", on lit :
« Le mouvement est une composante de la structure de l'oeuvre à l'intérieur d'une cohérente unité d'action et d'expression (...) Il y a là le goût de la représentation de la spontanéité et de la promptitude visuelle, mais avec, sous-jacente, la connaissance raisonnée des buts de composition et de la symbolique à atteindre. » Plus loin il est encore question du « plaisir de la surprise », de « la lumière » qui « devient un matériau ».
Et, dans le grand Larousse Encyclopédique :
« Le baroque, contrairement à l'idéal de sérénité et d'équilibre de la Renaissance, veut étonner, éblouir. Il y parvient par des effets de masse, de lumière et de mouvement qui se traduisent : en architecture par l'emploi de l'ordre colossal, de la ligne courbe, des décrochements ; en sculpture par des figures volantes et courantes, des draperies tumultueuses, par la prédilection pour les compositions en diagonales, les effets de perspectives, de raccourcis, de trompe-l'oeil. »
Remplacez « Baroque » par « Feu d'Artifice », l'analogie est saisissante...
L'art pyrotechnique est lié aux autres:
à l'architecture pour les décors ;
à la musique pour l'accompagnement : Haendel a composé des musiques pour jeux d'eau et feux d'artifice royaux ;
au théâtre : il y avait aux portes de Paris des jardins d'attraction appelés vauxhall (dérivé de l'anglais) où l'on donnait des Pantomimes Pyrotechniques.
Au début, le décor est prédominant, il est conçu par des architectes de renom. Sa construction réclame l'intervention de nombreux corps de métiers, lors de chantiers de plusieurs semaines : charpentiers, peintres, tapissiers, et bien sûr artificiers chargés de préparer les illuminations.
Au début les seules couleurs maîtrisées sont l'or et l'argent.
Chaptal et Claude Fortuné Ruggieri mettent au point le rouge en 1787, puis Lavoisier le bleu et le jaune. La première pivoine verte est réalisée en 1806 par Désiré Ruggieri (fils de Claude) et enfin on voit se déployer en 1992 à Séville quatorze couleurs de l'arc-en-ciel.
Cette progression est en lien direct avec l'évolution des sciences et des techniques.
Les militaires s'y sont beaucoup intéressés et s'y intéressent encore à divers titres.
Les décors construits ont petit à petit été supplantés par des monuments bien réels. Aujourd'hui c'est dans la prise en compte de sites entiers:
Colline de Chaillot, Lac d'Annecy, Remparts de Carcassonne, Vieux Port de Marseille, que se conçoit la scénographie des grands spectacles pyrotechniques.
Après une période pendant laquelle le spectacle pyrotechnique s'épure jusqu'à atteindre, dans les années 60, sa plus simple expression, Bleu, Blanc, Rouge, on lit dans "l'Univers du Baroque" de Richard Alewyn:
<< L'art du feu d'artifice qui représentait pour les fêtes une conclusion digne et indispensable, a décliné de nos jours comme tant d'arts qui jouissaient d'une place considérée dans le baroque. Nous avons perdu l'art de composer des symphonies de lumières faites de soleil tourbillonnants, d'étoiles jaillissantes, de jardins de feu. C'est avec étonnement que nous entendons parler d'architectures de feu et d'écritures luminescentes que l'artificier traçait sur le sol nocturne.>>
On assiste à la naissance des pyromélodies alliant tir pyrotechnique et bande sonore dans une synchronisation permise par les techniques de déclenchement électrique à distance.
Puis, en particulier avec Jean-Marie Chesnais qui fonde le groupe Éphémère, on assiste à un renouveau du spectacle pyrotechnique événementiel qui retrouve des contenus symboliques, évoque des thèmes, marie les techniques de l'image, du son, du spectacle vivant, des machineries et maintenant de l'informatique pour produire des spectacles multimédia où la pointe du progrès rencontre l'alchimie de la poudre noire. Nous retrouvons ainsi avec l'exploitation de techniques modernes la notion de spectacle que nous avons rencontré déjà au XVe siècle sur la Tamise ou encore au XVIIe pour les Fêtes de Munich où fut joué le "Drama di fuoco", "Medea vendicativa" mettant en jeu « tout l'arsenal théâtral baroque pour réaliser ce que nous nommons aujourd'hui le spectacle total ».
Il existe de nos jours de nombreux modes d'écriture pyrotechnique, ceux liés aux traditions des différents pays, des célébrations fastueuses même si elles sont moins souvent destinées à honorer des reines et des rois, des reconstitutions historiques qui représentent un marché très important et sont comme une persistance des origines... et aussi l'écriture d'artistes indépendants qui renouvellent le genre à travers une permanente recherche créative.
Plus que d'une évolution, le feu artificiel bénéficie d'une juxtaposition de compétences, contemporaines ou archaïques, où la pointe du progrès rencontre le feu primordial.
L'allumette est la plus simple et la plus courante des applications de la pyrotechnie.

Gilbert CECCALDI – Marseille – 4 mars 2002

 

 

La fête pour Paradox

De notre envoyé spécial au Centre.
L‚inauguration du monument Paradox, oeuvre du sculpteur
Nydo, à eu lieu ce soir, 11 septembre 2031, sur
l‚Esplanade des Peuples dans une ambiance de joyeuse
kermesse cosmopolite.
Mme Amy Wong-Paz, la Secrétaire Générale du Centre, a
retracé, dans une allocution qui a généralement été
très applaudie, toutes les difficultés auxquelles se
sont heurtés les membres du Comité Paradox depuis cinq
ans pour l‚organisation du concours international de
sculpture, le choix de l‚artiste et les multiples
obstacles qui se sont levés face à ce projet.
Se conformant pour la première fois à la désormais
célèbre résolution 310 du Conseil des Médias, Madame
Wong-Paz a limité son allocution aux 150 secondes
réglementaires. 147 secondes très exactement et les
observateurs n‚ont pas manqué de saluer le
professionnalisme de la Secrétaire Générale.
Dans le texte développé de l‚allocution qui a été remis
à la presse (Niveaux A1 et A2) Madame Wong-Paz retrace
en détail toutes les étapes qui ont conduit à
l‚érection de cette spatio-sculpture.
Rappelons qu‚il s‚agissait au départ de célébrer à la
fois le dixième anniversaire de la Déclaration
Universelle des Droits Culturels, Énergétiques et
Biologiques et le dynamisme de la Grande Vague qui a
largement contribué à l‚établissement du monde actuel.
D‚où le nom de Paradox pour l‚oeuvre de Nydo. Pour
les plus jeunes il faut rappeler - parce que la mémoire
est souvent courte - qu‚il y a seulement trente ans la
moitié des humains souffraient de malnutrition, que
70% ne savaient pas lire, que 6% d‚individus
possédaient 59% de la fortune mondiale, que les
médicaments n‚étaient pas libres de droits de
reproduction, que les marchés financiers n‚étaient
pratiquement pas taxés, le commerce équitable à peine
balbutiant et que les pollueurs agissaient quasiment en
toute impunité. On mesure le chemin parcouru.
En quelques mots Madame Wong-Paz à su rendre hommage à
la Grande Vague, en notant l‚éclatante réussite de ce
qui n‚était au départ qu‚une petite fédération
virtuelle de cybernautes.
On sait que les historiens de la Grande Vague sont
divisés quand à la datation exacte de son départ.
A-t-elle débuté en même temps que W.W.3 ou bien après
la signature du traité de paix de Karaganda ? Il est
bien évident qu‚en choisissant d‚inaugurer Paradox
juste trente ans après la première attaque sur New York
le Centre choisit la première hypothèse. De source
généralement bien informée nous avons appris que les
négociations pour le choix de cette date ont duré 18
mois. Mais le vrai problème s‚était posé trois ans
auparavant, quand le sculpteur Nydo avait affirmé que
le nom d‚Oussouma Ben Laden ferait partie des 17
patronymes présents dans son oeuvre, comme ceux des
artisans majeurs de la Grande Vague.
Les trois Fédérations Américaines ont alors cherché à
bloquer le projet, mais en ordre si dispersé qu‚il a
dilué la plupart des énergies. La traditionnelle
opposition U.S.S. et U.S.N. s‚est trouvée exacerbée par
l‚attitude du gouvernement d‚U.R.L. affirmant que les
premiers psycholibres de tout le sous-continent
américain sont apparus sur son sol. De son côté l‚U.E.
a donné son appui, à condition que les noms de Luis
Vinci et Dragan Delor figurent également dans l‚oeuvre.
De la même manière A.F. a su imposer ceux de Mae Tong
et de Zinar. Seule l‚O.U.A. peut se targuer de ne pas
avoir cherché à imposer le nom de l‚un de ses
ressortissants. Ne manquons pas d‚ajouter que la
présence de 7 patronymes africains dans la liste de
Nydo dispensait l‚O.U.A. de ce type de démarche.
Ce soir c‚est bien loin de toutes ces péripéties
diplomatico-artistiques que la fête s‚est déroulée sur
l‚Esplanade des Peuples. On a vu se succéder de
nombreuses performances d‚artistes près de Paradox ce
qui a permis de constater l‚étonnante capacité
psychovisuelle de l'oeuvre.
L'oeuvre du sculpteur Nydo, qui désormais trône sur
l‚Esplanade des Peuples est une suspension tensio-laser
de 1500 m3 de volume holographique où s‚inscrivent en
permanence sous forme de valeurs pigmentées et
mouvantes toutes les pulsions humaines proches. Selon
l‚artiste l‚effet psychopompe fonctionne dans un rayon
de vingt mètres autour de l‚oeuvre.
Paradox est un pur produit de la tendance C.O.F.
(Concept Ouvert et Forme) qui a tenu la vedette, il y a
4 ans, aussi bien à la Biennale de Dakar, qu‚à Art
Forum d‚Islamabad et à la Dokumenta de Kassel.
Remarquons une fois de plus le problème posé par cet
énorme décalage spatio-temporel - 4 ans ! - entre
l‚actualité artistique et son existence publique dans
la Cité.

E.Skal - lundi 4 mars 2002

 

 

Oui

oui je suis en forme ou je suis fatiguée
je suis amoureuse ou je ne le suis plus
je suis seule bien qu’en compagnie
j’ai le moral en berne et toute latitude
j’ai envie d’un rien au coin du feu
sous un ciel cotonneux de mois de mai
avec un chat angora ou pas
une chanson qui papillonne et se pose sur mon cœur
une larme éphémère évaporée au soleil de ta verve
c’est l’éternelle langueur du ver solitaire
la faim qui tenaille
et l’os qui ronge
les mots sans queue ni tête
le sens qui se perd
et le temps perdu qui n’est plus qui n’est plus
Sans fin sans but sans âme et sans remords
je marche encore
je tressaute je frétille je rampe
j’arrête demain j’arrête
toujours jamais et pourquoi pas
enfin peut être sait-on jamais
quel enfer pour un paradis
quelle proie pour l’ombre
un désir, une caresse, un soupir
un poème de rien du tout écrit en dix minutes
un poème du moment venu de nulle part
des méandres d’un esprit bien trop humain pour être honnête
et d’un cœur qui chavire
pour un soleil mourant, une herbe tendre, un caillou fendillé, une dent de lait,
un mouchoir de poche, une lèvre émue, un chat qui ronronne, une comète disparue
ou une hirondelle qui le perce de son cri
et l’épingle au ciel
oui

Marianne CROUSSILLAC - Marseille - mardi 5 mars 2002

 

 

Moi Aussi

Je suis bien loin de toi, Marseille... Plus au Nord, je me dis meme trop au
Nord quand le vent et la pluie ne cessent de me poursuivre... Je suis en
Angleterre, pour les etudes. Ton soleil et ta chaleur me manquent un peu
quand meme, meme si ici tout se passe bien, que les amis rencontres sont des
perles rares, et que chaque voyage entrepris est l'assurance d'un
enrichissement personnel et culturel. Je ne t'oublie pas pour autant, toi,
le Sud de cette France que je cheris de tout mon coeur, et que je cherche a
presenter ici sous ses meilleures auspices... Fiere de venir de chez vous,
fiere de ce que vous m'avez aide a construire, a etre, a retranscrire...
Cette France que mes nouveaux amis decouvriront diversifiee et attachante,
hautes en couleurs et en particularites... Je suis un peu loin mais je ne
t'oublie pas... Chaque jour je parle de toi... Je reviendrais vite, c'est
promis.
Bernie, exilee a Huddersfield

Bernie - Huddersfield – mercredi 6 mars 2002

 

 

L'Ecole

Il était une fois un vieux qui s'appelait Nossoubo. Il vivait en France, Il allait à l'écolepour jouer et non pas pour travailler. La maitresse lui donnait à chaque fois des heires de colle car il n'arrêtait pas de faire l'andouille. Son père lui disait : "Tu crois que ça nous amuse d'être toujours convoqué à ton école ??? Tu veux aller au foyer ??". "Non", répondit Nassoubo. "Alors reste tranquille."
Et Nassoubo partait à l'école, il essayait d'être sage et la maîtresse dit aux élèves : "Nassoubo est devenu sage, j'aimerais que vous preniez exemple sur lui."

Nassoubo - 10 ans – Marseille – 25 février 2002

 

 

The black hills run the black

He is a bad, bad, bad, boy,
A bad boy in the dark,
Who wants to kill the sky,
He never hears about stars.
Empty words, empty world,
Just a horse from the black,
A simple black horse,
Who is running into the night.
Fishes fly over the seas,
But no dream covers the dark,
The black hills run the black,
Only the night is in the night.
His eyes murder his mind,
And don’t run to the light,
Nothing to bright the light,
He is falling down in the dark.
The night is always light,
But the light stays so dark,
Here is a dark, dark, boy,
Don’t ask him Why ?
He is a bad, bad, bad, boy,
A bad boy in the dark,
Who wants to kill the sky,
Who wants to kill the sky,
He never hears about stars.

Yves BUCLET - jeudi 7 mars 2002

 

 

Quelques mots

Et toi qui ne sais pas, qui ne saura jamais….Et moi qui sais trop, qui
aimerais ne plus savoir, me coucher, dormir, oublier…annuler? Peut-etre…
'Mais comment faire, comment lui dire comment lui faire voir?'…...Faire fi
de cette masturbation intellectuelle, sterile d'un bout a l'autre… Et
penser a ceux qui aimeraient tant avoir ce genre de problemes a
resoudre….un petit clin de cœur pour vous.pomme.

 

A vous

A vous vont mes pensés
Car serions-nous sans vos sourires tendresses
Vous parfois si dédaignées
Abaissées par soit disants seigneurs et maîtres
A vous vont ces pensées
Vous qui serez un jour vous montrer dignes
Au rang qui est le votre
A vous vont les pensées
Vous nos égals et soleils
Sur notre belle terre

 

A toi

Pendant deux cent soixante dix jours
J'ai été bercé tranquilisé
Dans un liquide tiède apaisant
Pendant deux cent soixante dix jours
Ma faim a été appaisée
Pendant deux cent soixante dix jours
Que de petits soucis t' ais je causé
Mais aussi que de joies.
Mais du haut de mes Dix neuf mille deux cent quarante cinq jours
Je pense toujours très fort à toi, qui toujours chauffe mon cœur
Merci Maman

Alain CRÉPIN - mercredi 6 mars 2002


 

Bonjour

BonjourJ'ai une tête en bas
Et j'ai des pieds en haut
Comment faire pour marcher ?
Comment faire pour mettre mon cartable ?
J'ai des chaussures
Comment faire pour les mettre ?

Natidja - 7 ans – Marseille – 26 février 2002

 

 

Cristelle

Il y a très longtemps une petite fille qui s'appelait Cristelle. Elle se promenait dans la forêt et rencontra un chien qui la suivait, c'était un chien extraordinaire. Elle le prit avec elle et lorsqu'elle arriva chez elle, elle demanda à sa maman si elle pouvait le garder. "Oui, si tu veux en attendant que l'on retrouve son maître." Dit sa maman.
Le lendemain matin Cristelle ne voyait pas le chien et demanda à sa maman si elle ne l'avait pas vu. Elle lui répondit que non. Ce chien n'était pas comme les autres, il avait quelque chose de bizarre, son maître le maltraitait. Son maître était un sorcier qui faisait du mal aux chiens et aux chats. Il alla chez les voisins le chercher mais il ne le trouva pas et compris qu'il s'était enfui.
Il retrouva son chien dans la forêt et il était content, finalement il n'était pas si méchant que ça.
Ca lui a fait une bonne leçon ! Et depuis ce jour là il comprit qu'il ne fallait plus faire de mal aux animaux et il était heureux de vivre avec son chien. La petite Cristelle allait le voir de temps en temps.

Wiem - 13 ans – Marseille –26 février 2002

 

 

Construccions alliberadores

La vertadera obra d'art es la que es fa en el moment de
realitzar l'obra on l'obra material es en realitat una
memòria que permet al que la contempla refer l'obra
realitzada per l'artista. Quan partint de la realitat per
caòtica que sigui es realitza una construcció que pot ser
alliberadora s'està creant un espai on la vida és possible
un espai dels que molts diuen agosaradament i equivocadament
que es el món de l'artista però que pot ser recreat per els
que el contemplen.

David Aran Brugues – lundi 11 mars 2002

 

 

À propos de riad dit le blanc

salut tout le monde
j'ai perdue mon amour riad voila quelques semaines et je n'arrive pas encore
a l'oublier malgre qu'il m'affirma a plusieurs reprises que je ne peut etre
ni sa femme ni son amante,,,,
il est mort en martyr apres avoir recu qqs balles dans differents endroits
de son corp si fragile ...il a lutter contre la mort dans une clinique tres
select et il ete sur le point de guerire mais helas une conversation
telephonique lui ota tout envie de rester sur terre ...
repose en paix riad ainsi que tout les martyrs de la guerre contre
l'integrisme.
ton amie jusqu'au bout :samia

Samia - 10 mars 2002

 

 

Avallon

Septidi 17 Fructidor 792

la découverte d’une planète potentiellement habitable est toujours une
joie. Et celle-ci, attendue avec impatience depuis que nous avions repéré
son système solaire, comble nos désirs les plus ardents.
Taille, écosystème, rotation, tout semble apte à l’accueil d’une petite
colonie, voire d’une implantation plus ambitieuse.
Nous avons prévenu la Terre de notre découverte, et la réponse devrait
nous parvenir d’ici un an ou deux, selon le chemin qu’emprunte le signal
Web.
Notre monde libre va sans doute rester en orbite assez longtemps, il
faut refaire le plein du cœur du Phœnix OSX, et ces maudits écologistes vont
encore demander trente-six mille vérifications avant d’autoriser la vidange
du sodium liquide.
Mais trêve de technique, et en avant la découverte!

Fête de la Vertu 792

Magnifique! C’est le mot idéal pour décrire le paysage. L’air est pur,
les plantes sont vertes et des fleurs multicolores décorent ici et là ce
charmant tableau. Bien sûr, on a choisi un lieu correspondant au printemps,
mais même en s’y attendant, quelle beauté!
Les saisons sont presque comme sur Terre, l’axe des pôles est idéalement
incliné, les déserts sont rares, la flore est luxuriante, la faune est bien
répartie et de taille oscillant entre la fourmi et le gros chien.
Nous décidons une implantation non agressive, en bordure de fleuve, sur
le continent qui nous semble le plus adéquat (les mers sont de taille
variées, la plus importante a été sondée à 8653 mètres sous la surface, et
elles sont salées.).
La première maison est en fait le grenier, nous campons autour dans du
préfabriqué.
Les enfants du groupe sont revenus avec un petit animal à grosse queue
touffue, et il a fallu leur interdire de le mettre en cage.

Nonidi 9 Vendémiaire 793

Les écolos ont fait une découverte: ce qui sert d’insecte ici, ce sont
les petits animaux, ils pollinisent les arbres et les plantes en
transportant le pollen sur leur fourrure! et les sortes de fourmis sont de
véritables machines à construire du terreau, un peu comme nos lombrics. Il
n’y a pas d’animaux volants, pas même d’abeilles ou de moustiques.
Le responsable du groupe décide d’agrandir la jetée, on va pouvoir
pêcher en eaux profondes les sortes de poissons à nageoires palmées qui s’y
ébattent (ils sont comestibles).

Quintidi 25 Vendémiaire 793

On a notre première fugue. La petite Colette a décidé que son amour pour
Pierre est impossible, car elle n’a jamais osé le lui avouer, et que cela
mérite de se perdre à tout jamais dans la planète hostile où ses indignes
multi-parents l’ont forcé à vivre.
Pierre est donc parti la chercher, et l’a trouvée bien évidemment là où
le détecteur lui a dit qu’elle était.
On leur a laissé le temps de se raconter l’un l’autre, et il l’a
ramenée, mais pas toute seule: il y avait ce petit animal qu’ils ont appelé
“l’écureuil”: il dormait sur une grosse fleur, et il était “trognon”.

Sextidi 16 Brumaire 793

Comme il fallait s’y attendre, le cas Colette a rendu un autre garçon

malheureux, Michel, car il l’aimait en secret.... donc, il est parti faire
une longue promenade pour se sentir seul, et il a raconté à son retour une
chose peu banale: l’animal connu comme ressemblant à un gros chien (et nommé
savamment “Similicanem Stellare”) copule avec une plante!
Les écologistes de la station ont rappelé que pollen est transporté par
les animaux, et que sûrement il devait y avoir des phéromones attirants
facilitant le contact entre animaux et plantes, comme pour les insectes sur
Terre; ils viendront examiner cela.

Décadi 30 Brumaire 793

On a notre bateau! Les pêcheurs vont pouvoir essayer les cannes qu’ils
ont fabriquées tout exprès.
Le temps est magnifique, et des esprits chagrin commencent à dire que le
fait d’avoir choisi pour notre expédition les mois du calendrier Républicain
ne signifie pas que l’on doive l’appliquer à une colonie: les saisons ne
correspondent pas aux nom des mois, pour peu que l’on change d’hémisphère:
Frimaire en été, vraiment!

Quartidi 14 Frimaire 793

La station a des problèmes. il s’agit de vider le sodium liquide du
Phœnix, et celui-ci risque de polluer la stratosphère de la colonie (on
cherche un nom pour elle); faut-il s’éloigner pour vidanger, ou construire
un réservoir extérieur que l’on dirigera sur l’étoile?
Beaucoup de fleurs ont été remplacées par de jeunes fruits, et les
écologistes ont laissé le Pr. Pierre Solud sur place pour suivre cette
histoire d’animaux copulateurs de plantes, qui lui paraît “complètement
dingue”.

Tridi 23 Frimaire 793

La pêche est interdite par ordre du commandant de la station: ces
“poissons” n’en sont pas, et leur chair ressemble trop à du dauphin pour que
l’on puisse les manger sans penser à ces charmants animaux.
Les écologistes restent neutres, car la chair n’étant pas toxique et
l’espèce n’étant pas en danger, le choix ne leur appartient plus.
Le Pr. Solud trouve ça “irresponsable” mais est d’accord sur le
principe. D’autre part, il ne veut plus qu’on l’appelle “prof”, mais
simplement “Pierre”; il sympathise beaucoup avec les jeunes adolescents du
groupe, et part souvent en “tourisme de plantes” avec ceux qui sont les plus
audacieux. Sa stratégie avouée est de “profiter de tout ce que de jeunes
curieux peuvent voir que nous ne voyons pas”, comme par exemple que les
animaux sont parfois “trognons” en forêt et simplement stupides une fois
ramenés au village.

Duodi 12 Nivôse 793

La station informe d’une tempête terrifiante aux antipodes du village:
des vents de plus de 250 Km/h, de la neige en abondance, des avalanches sur
les pentes montagneuses, bref un hiver qui assure.
La décision est prise de remplacer les préfabriqués par du solide; des
fondations sont creusées, le grenier est renforcé, et tout le monde doit
mettre la main à la pâte.
“Prof”(ça l’énerve toujours), conseille beaucoup les ados, et montre
moult films sur la mise en réserve par les animaux Terriens; l’écureuil
intéresse beaucoup Colette, qui le trouve “presque aussi trognon que le
vrai, sauf la tête de rat”.
Les écolos de la station demandent à Pierre Solud de différer ses
recherches le temps que le village se refasse, et de remonter en orbite;
Colette pousse une crise de larmes et le jeune Pierre devient jaloux de
“prof”, pendant que le jeune Michel veut à tout prix consoler Colette.
Le commandant de la station trouve un “goût de Cheval” au plat de
“similicanem” qu’on lui a servi, et interdit sa chasse, sous le prétexte que
“cet animal qui fait l’amour dans les fleurs a quelque chose de saint”.

Octidi 28 Nivôse 793

On a presque fini les maisons du village, et le groupe se réunit pour
décider d’un nom, qui sera aussi peut-être celui de la planète entière.
Faut-il voter, comme sur Terre, ou bien laisser faire le hasard en
tirant des fléchettes sur une liste de noms proposés? Tous les noms sont
jolis, et le choix s’avère difficile; ce choix est mis aux voix, et, à la
majorité relative, on décide de tirer les fléchettes. “Prof” trouve ça
irresponsable, mais est d’accord sur le principe.
Tout le monde tire trois fléchettes, et le nom le plus souvent sorti
sera le bon.
Le choix est Avallon, sous-préfecture de l’Yonne: la planète s’appelle
désormais Yonne et Avallon est sa Capitale Planétaire.
On décide aussitôt de changer le calendrier. Mais cette fois, ce sera au
vote, et chacun doit plancher sur un choix de mois car nous gardons la
synchronicité des jours avec la station; vote dans un mois.

Octidi 28 Pluviôse 793 - Octidi 28 Epine 01

Ouf! chaque mois a son nom, et nous sommes en l’an 01. nous gardons la
relation avec la station par le numéro du mois, mais nous le nommons en
plantes par ordre alphabétique à compter du printemps, date de notre
implantation. soit :
Printemps : Angélique
Bleuet
Coquelicot
Eté : Droséra
Epine
Fougère
Automne: Gentiane
Houx
Iris
Hiver: Joubarbe
Kola
Lavande

On garde les cinq jours fériés plus le bissextile
“Prof” a signalé que ce choix est irrationnel, mais il est
d’accord sur le principe.

Quintidi 15 Fougère 01

C’est donc l’automne le 1 Gentiane prochain, et il faut faire attention
à un tas de choses en prévision de l’hiver, bien que la station n’ait pas
signalé d’autres tempêtes aux antipodes.
Les ados sont partis en “chasse aux plantes” avec Prof, qui s’est
habitué à son surnom, et ils ont ramené une chose encore inconnue: une sorte
de gros gland, mais divisé en deux par une raie peu profonde, attaché au sol
par un pédoncule souple et élastique. Il venait remplacer la fleur d’une
plante similaire à celle où Michel avait vu le “Similicanem Stellare”
s’affairer. C’est à cause de la réflexion de Michel (“on dirait un cul
miniature”) que Prof l’a emporté.
L’analyse sur la station nous dira de quoi il s’agit, et si c’est
comestible.

Nonidi 29 Fougère 01

Le groupe Avallon a signalé au commandant de la station qu’il
s’autorisait de plein droit à pêcher, chasser et manger ce que bon lui
semble, même si ça a goût d’animaux Terrestres.
Les écolos de la station nous ont demandé de nous soumettre à un test
génétique, en vue “d’approfondir l’incidence éventuelle du milieu sur le
génome”, et ça n’a plu à personne; Prof paraît soucieux, et confirme que ce
test est nécessaire pour tout le monde sans exception. Nous lui faisons plus
confiance qu’aux autres écolos, et c’est bien son air soucieux qui nous a
décidés à nous soumette au test.

Octidi 8 Gentiane 01

Le résultat du test est arrivé!
Nous sommes tous absolument indemnes de tout trouble génétique, et il
semble que notre santé en général est un peu supérieure à celle de nos
parents de la station.
Colette a décidé de dire à Michel que Pierre est définitivement l’élu de
son cœur, et à Pierre que Prof n’est pas son genre. Michel a décidé de le
prendre mal, et est reparti faire ses balades en solitaire. Personne n’a
compris que Prof ait mis une balise sur Michel, il est assez grand pour ne
pas se perdre, non?

Quartidi 24 Gentiane 01

Le commandant de la station a décidé de devenir végétarien.
Il pleut à verse depuis trois jours, et la station a du envoyer
d’urgence des bottes pour que nous puissions travailler dehors sans détruire
nos chaussures.
Prof est remonté à la station, et les ados semblent désorientés sans
lui; il faudra leur réapprendre à se passer de chef, c’est important à leur
âge.

Nonidi 9 Houx 01

Nous vivons un véritable été indien, et les écolos n’arrêtent pas de
répéter “Merci Qui?” parceque ce sont eux qui ont choisi l’emplacement de la
colonie. Ils nous énervent un peu, soit dit en passant....
Nous avons un problème avec le jeune Michel: il s’absente de plus en
plus, a l’air fatigué d’un marathonien après ses promenades solitaires, et
semble indifférent aux soucis, de son âge. Quand nous avons envoyé le Dr.
Mathilde lui parler, elle l’a trouvé fatigué et lui a prescrit des vitamines
et du repos.

Tridi 23 Houx 01

Prof est revenu, et a immédiatement contacté Michel. Ils sont partis en
forêt tous les deux et sont revenus avec LA CHOSE.
On n’en croyait pas nos yeux: il s’agit d’une plante d’un mètre
cinquante de haut, avec deux tiges enracinées mais souples, se joignant en
un tronc, du haut duquel apparaît une forme de tête, des épaules et des
bras. La forme de seins est évidente, et le sexe féminin est imité à la
jonction des tiges. Une véritable poupée gonflable en mieux, car la
souplesse de la peau est plus réaliste, et la plante est tiède.
De la folie furieuse! Comment CELA a-t-il pu pousser?

Nonidi 9 Iris 01

Certains de nos plus traditionnalistes veulent célébrer la fête de Noël.
Un léger calcul s’est donc imposé: le “Bonhomme hiver” est apparu au
solstice, soit vers le 21 Décembre du calendrier Grégorien; qui correspond
au primidi 1 Nivôse de la Station, et donc en Iris chez nous!
La fête de noël est donc déjà dépassée...
Bon, on fera une fëte de l’hiver, un jour, on verra.
Prof nous signale que la “plante” féminiforme n’a pas supporté les
conditions de vie de la Station: elle s’est étiolée complètement, en même
temps que les autres fleurs de a région d’Avallon, à cause de la venue des
premiers frimas.

Sextidi 26 Iris 01

La vidange du sodium de la station ne se passe pas bien, et on a du
acceuillir toute la population y résidant, par sécurité. Seuls les Écolos et
les Techniciens Atome sont encore sur place.
Colette a beaucoup peuré, parce qu’elle croit que Prof va mourrir, et
Pierre a du lui expliquer la maneuvre pour la rassurer; grâce à cet
éclaircissement, elle a cru que tout le monde allait mourrir, ce qui l’a
incitée à fonder un “comité pour la construction d’une Station Bis”... parce
qu’elle croit que c’est facile!

(....)

-------------oOo-------------
Suite à exploiter et développer:

Michel, oscillant entre la honte et la fierté, et poussé par Prof, nous
a avoué qu’il est le coupable: attristé par la perte de Colette, et voyant
ces plantes sur lesquelles se masturbent les Similicanem, a simplement
assouvi son désir sur une de ces fleurs si “trognon” et si excitantes. La
suite, Prof nous l’explique: la plante a recueilli la semence de Michel, et
l’a intégrée à son génome, de façon à faire pousser une “fleur” capable
d’attirer d’autres humains!
En copulant avec la “fleur”, Michel se chargeait de pollen, et était
supposé le déverser sur un autre support, assurant ainsi la fécondation de
la plante, comme le font tous les animaux indigènes grâce à leur fourrure.
Seulement, Michel n’a pas de fourrure: il ne peut transmettre le
précieux pollen; de plus, il se lave régulièrement.
La solution pour la plante était de s’améliorer, grâce au sperme que
Michel déversait régulièrement sur un aussi doux support; la forme de femme
humaine a été extraite du génome des spermatozoïdes, et la plante est
devenue presque humaine. À tel point que la phase suivante est celle de la
parole et de la vie autonome.
Bref, cette chose est le clone féminin de Michel. Un clone prêt à penser
et à vivre, voire à se reproduire par parthénogenèse...
Et c’est là que les écolos ont un dilemme. Peut-on, doit-on stopper une
chose qui prend forme et vie d’une partie de l’humanité?

Pierre DULOS - dimanche 10 mars 2002
Nouvelle primée au concours "Un monde de tendresse"

 

 

La e-déclaration d'amour ?

Après moultes réflexions, voici une équation fort sympathique :
[(v12x*(?b)+11 [?4/3]-1] + Moi = je t'aime
je l'ai utilisé, j'attends une réponse...

Mélanie - samedi 9 mars 2002

 

 

Le sexe et ses extrêmes

Faisant appel aux fantasmes, elle peut avoir un rôle thérapeutique pour les couples en mal de désir : vie sexuelle tristounette, désir raplapla, envie de changement. Elle répond au besoin qu'ont les ados d'en apprendre un peu plus sur la sexualité quand ils n'ont pas accès à une information suffisamment bien faite.
Quel que soit son âge, exprimer et réaliser ses désirs ne veut pas dire faire et accepter n'importe quoi.
Aussi est-il impensable de mettre en pratique des scènes jugées "cruelles" par les "harders" eux-mêmes.
Rocco nous dit ce qu'il en pense :
- "Le porno est un moyen d'expression rubrique "sexe". Tout y est cru. Il est vrai que les jeunes visionnant ces films ne doivent pas croire un instant que ce que nous montrons est le reflet de ce qu'attendent les filles et les femmes de l'acte sexuel.
Le porno est fait aussi pour choquer. Quel intérêt y aurait-il pour des "mateurs" de regarder ce qu'eux-mêmes font tous les jours ? Il faut bien apporter quelque chose de plus pour susciter l'intérêt. Aussi les mises en scène sont de plus en plus sophistiquées avec des scénari o"musclés". Je reconnais que ce cinéma ne s'adresse pas à tous et il faut être très prudent. "
Quel conseil donnerais-tu à un jeune qui souhaite s'initier à l'amour ?
- "Je crois qu'avant de visionner du porno, il y a le cinéma érotique qui dévoile déjà tout de l'amour et du jeu des corps en accordant toute sa place au fantasme. C'est un excellent début. Les ouvrages spécialisés ne manquent pas non plus comme le Kama Sûtra, l'encyclopédie de l'amour et de ses positions. "
Penses-tu que l'on puisse tout dire sur le sujet ?
-"Je pense sincèrement qu'il y a toujours moyen de parler de tout sujet aussi délicat soit-il. C'est une question qui n'est plus tabou chez les jeunes de nos jours."
Que dirais-tu de ton métier d'acteur de X ?
- "C'est un métier qui me fait vivre. En plus, les femmes fantasment sur moi ; ça n'est pas pour me déplaire ! Mais puisque je m'adresse aux jeunes, je tiens à leur dire qu'en amour, il n'y a pas de stéréotype. Je crois la plupart des jeunes responsables. Ils doivent avant tout être totalement conscients qu'il s'agit de cinéma et que le cinéma porno appartient au domaine du virtuel au même titre que les fictions policières et autres..."

Hervé - dimanche 10 mars 2002

 

 

Besame Mucho

Besame, besame mucho,
Como si fuera esta noche la ultima vez.
Besame, besame mucho,
Que tengo miedo perderte, perderte despues.
Quiero mirarme en tus ojos,
Tenerte muy cerca, verte junto a mi.
Piensa que tal vez mañana
Yo ya estare lejos,
Muy lejos de aqui.
Besame, besame mucho,
Como si fuera esta noche la ultima vez.
Besame, besame mucho,
Que tengo miedo perderte, perderte despues.

Vu Do-Quang - samedi 9 mars 2002

 


Mon cher et tendre adoré,

En cette nuit d'hiver, je me serais bien blottie dans vos bras mais la seule façon de me réchauffer est celle de vous aimer. Si grands et brûlants sont mes sentiments que cela suffit à me faire oublier le froid glacial de ces jours. Je ne peux m’empêcher de penser à vous et mon amour en cesse de croître jour en jour. Je prévois encore une journée bien triste mon adoré car vous ne viendrez toujours pas demain. Ou si peu que cela ne sert qu’à faire sentir à mon cœur le vide de votre absence. J’ai beau me raisonner et beau faire, je ne peux m’habituer à vivre sans vous. Je vous aime avec la déraison l’impatience et la passion du premier instant de ce sentiment. Chaque minute me semble un siècle et pour cela je donnerai tous les jours qui me restent à vivre pour chacune des secondes qui me rapprocheraient de vous. En effet, je suis entre vos mains, ce papier est ma voix, cette encre est mon sang, cette lettre c’est moi. Croyez que tout mon corps ne transporte que fièvre, croyez que de vers vous mon corps ne fait qu’un cri et que si les baisers s’envoyaient par écrit, vous liriez ma lettre avec vos lèvres. Sachez que votre amour à mon égard est l’oxygène de mes jours et que vos mots sont la nourriture de mon cœur. Alors, nouveau, je vous déclare encore une fois ma passion sans autre raison que vous :
Oui, je vous aime Jonathan Thoumy
Amoureusement
Ta promise, Sophie Arginthe.

Sophie ARGINTHE - dimanche 10 février 2002

 

 

Sélassié

Haïlé Sélassié I, parle aux Nations-Unies en 1963.
Bob Marley se servit de ce discours pour créer sa chanson WAR

La CHANSON : "WAR"
What life has taught me
I would like to share with
Those who want to learn...
Until the philosophy which holds one race
superior, and another inferior,
is finally and permanently discredited and abandoned.
That until there are no longer first class
and second class citizen of any nation,
until the colour of a man skin is of no more significance
than the colour of his eyes.
That until the basic human rights are equally guaranteed to all
without regard to race.
That until that day the dream of lasting peace,
world citizenship and the rule of international morality
will remain in but a fleeting illusion,
to be persued, but never attained.
And until the ignoble and unhappy regime
that now hold our brothers in Angola, in Mozambique, South Africa.
Sub-human bondage have been toppled, utterly destroyed.
And until that day the African continent will not know peace.
We Africans will fight, we find it necessary
and we know we shall win.
As we are confident in the victory of good over evil.
Good over evil.
SPEECH BY H.I.M. HAILE SELASSIE I,
KING OF KINGS, LORD OF LORDS,
THE CONQUERING LION OF THE TRIBE OF JUDAH,
CALIFORNIA 28TH FEBRUARY 1968.
En Mai dernier, à Addis-Abeba fût convenu un Meeting entre les Responsables et dignitaires des Etats et des Gouvernements d'Afrique. En trois jours, les trente deux nations representées à cette Conférence démontrèrent au Monde que quand le Désir et la Détermination existe, les nations et les peuples de divers milieux socio-culturels peuvent et pourront travailler ensemble en Harmonie, pour la réussite de buts communs et l'assurance d'une égalité et d'une fraternité que nous désirons.
Bien que nos position vis-a-vis des puissants blocs est identifié comme la politique du neutralisme, notre passé historique atteste des faits tels que, nous nous sommes toujours éfforcés de coopérer avec toutes les nations, sans exceptions. Ainsi, un des principes fondamentaux où nous nous sommes mis d'accord au Sommet d'Addis Abeba est que nous manifestons le désir fondamental de vivre en harmonie et en coopération avec tous les états.
Sur la question de la discrimination raciale, la conférence d'Addis Abeba pensait, à ceux qui allaient apprendre, cette leçon :
La philosophie qui soutient qu'une race est supérieure et qu'une autre est inférieure est finalement et à titre définitif, discrédité et abandonné; que jusqu'à ce qu'il n'y a plus de première classe et de seconde classe de citoyens du monde; que jusqu'à ce que la couleur de la peau de l'homme n'a pas plus de signification que la couleur de ses yeux; que jusqu'à ce que les droits de l'homme soient égalitairement garantis pour tous, sans distinction de race -- jusqu'à ce jour, les rêves de paix durable, de citoyenneté mondiale et de loi de moralité internationale resteront, mais une brève illusion, d'être persuadé mais jamais atteinte. Mais aussi, jusqu'à ce que l'ignoble et malheureux régime qui retient nos frères en Angola, au Mozambique et en Afrique du Sud dans un esclavage qui n'a rien d'humain aura basculé aura été détruit; jusqu'a ce que le fanatisme, les préjudices, la malice et l'intérêt personnel inhumain aient été remplacé par la compréhension, la tolérance et la bonne volonté; jusqu'à ce que tous les Africains soient debout et parlent comme des êtres libres, égaux dans les yeux de tous les hommes comme ils sont au Paradis -- jusqu'à ce jour le continent Africain ne sera pas en paix. Nous les Africains nous battront, si cela est nécessaire nous savons que nous gagnerons, car nous sommes confient de la victoire du Bien sur le Mal.
Les Nations Unies ont beaucoup données, aussi bien directement qu'indirectement, pour accélerer la disparition de la discrimination et de l'oppression de la terre. Sans l'opportunité de centralisé l'opinion mondiale sur l'Afrique et l'Asie dont cette Organisation fournit, la force, pour plusieurs, encore traînante, et la lutte n'est pas prête de s'arréter. Pour ceci nous sommes vraiment reconnaissant.

Johann PLAYE - dimanche 10 mars 2002

 

 

ELS AMANTS La carn vol carn (Ausias March)

No hi havia a València dos amants com nosaltres.
Feroçment ens amàvem del matí a la nit. Tot ho recorde mentre vas estenent la roba. Han passat anys, molt anys; han passat moltes coses. De sobte encara em pren aquell vent o l'amor i rodolem per terra entre abraços i besos. No comprenem l'amor com un costum amable, com un costum pacífic de compliment i teles (i que ens perdone el cast senyor López-Picó). Es desperta, de sobte, com un vell huracà, i ens tomba en terra els dos, ens ajunta, ens empeny. Jo desitjava, a voltes, un amor educat i en marxa el tocadiscos, negligentment besant-te, ara un muscle i després el peço d'una orella. El nostre amor es un amor brusc i salvatge i tenim l'enyorança amarga de la terra, d'anar a rebolcons entre besos i arraps. Què voleu que hi faça! Elemental, ja ho sé. Ignorem el Petrarca i ignorem moltes coses. Les Estances de Riba i les Rimas de Bécquer. Després, tombats en terra de qualsevol manera, comprenem que som bàrbars, i que aixòno deu ser, que no estem en l'edat, i tot això i allò.
No hi havia a València dos amants com nosaltres, car d'amants com nosaltres en son parits ben pocs.

Jordi DOMÉNECH - lundi 11 mars 2002

 

 

Une histoire triste

J'ai rencontré P il y a presque trois ans
Nous nous sommes aimés comme des fous, il a tout de suite vécu chez moi
Nous nous sommes mariés cinq mois après notre rencontre
Nous avons trouvé de bons emplois tous les deux
Nous avons voyagé aux quatre coins du monde
Nous avons beaucoup fait la fête
C'était le paradis
Puis P est tombé malade, très malade
Pendant des mois il a reçu un traitement très dur
Il a beaucoup déprimé, il ne pouvait plus rien faire
Son traitement a échoué
Alors, il a pris du crack
Il avait déjà eu des problèmes avec ça avant
Moi je n'ai pas supporté le sang, les abscès, les absences, les mensonges
Je n'ai pas supporté la violence, l'autodestruction
Je ne reconnaissais plus mon mari
Alors aujourd'hui on se sépare
Et on se dispute
Et on ne sait pas où ça va
Alors aujourd'hui je suis triste
Et lui aussi
La morale de cette histoire c'est que le crack ruine même les plus beaux
amours
Alors, prenez soin de vous

A. Paris - samedi 9 mars 2002

 

 

Un amour d'e-mail

le 3 décembre 2001 j'ai rencontré une demoiselle prénommé alexa sur
internet,
nous avons correspondu tout les jours, et plus les jours avançaient plus
nous avions de points en commun,
Le filing passait très bien passé entre nous, et petit à petit un sentiment
amoureux a commencé a monter en moi,
je me levais le matin, je pensais à elle, je mangeais, je pensais à elle et
même quand je ne faisais rien et bien oui, je pensais à elle.
Alors après le jour de l'an j'ai pris mon courage à deux main (si j'en
avais eu trois cela aurait été mieux... )
et je lui ai dis ce que je ressentais, le fait est que j'étais perdu par
cet amour soudain et inattendu.
Au moment où j'ai envoyer mon mail, mon coeur battait à la chamade,
comprenez moi, tomber amoureux, d'une fille que l'on a vu qu'en photo,
ce n'est pas évidant émotionnellement parlant.
Sa réponse est arrivé très vite, je travail et une fenêtre s'est ouvert sur
mon ordinateur avec écrit "vous avez un message"
Mon coeur qui battait déjà très fort, a multiplier sa vitesse de battement
par 100, si il avait eu des jambes il serait déjà à Hong Kong.
Donc j'ouvre l'e-mail, et au bonheur, ses sentiments sont partagé, elle est
dans le même état que moi ( Magnifique !!!!)
Notre correspondance a continuer, mais l'état d'esprit n'était plus le
même, un souffle amoureux planait sur nos mails.
Puis un jour, est m'a fait la surprise de monter à Paris !!!!!!, on allait
se voir en "vrai", fini le virtuel !!!!
la date était fixé pour le 11 février 2002, notre rencontre extra-web a eu
lieu dans un bar, où nous avons naturellement bu un verre.
nous étions très nerveux tout les deux, normal!!!! mais on s'est vite
détendu et nous avons poursuivi la soirée au restaurant.
Un petit dîner en amoureux dans un cadre romantique ;-)))) La soirée
avançait et bien sûr la fin arrivait aussi,
alors, sous un ciel étoilé avec la lune pour témoin, nous avons échanger
notre premier baiser, nous étions amoureux et nagions dans le bonheur.
La semaine qui a suivi, a été plein d'émotion et plein d'amour, j'avais
trouvé la femme de ma vie...
vous allez me dire : " mais c'est rapide comme conclusion" mais demandez à
n'importe quel couple si ils sont heureux ensemble...
100% des amoureux ont trouvé l'amour
Aujourd'hui cela fait un mois que nous sortons ensemble et j'en profite de
"la plus longue page web du monde" pour dire à mon amour
qu'elle est ma bien aimée, la femme de ma vie, mon battement de coeur; mon
frisson de plaisir
je ne pense qu'a elle, qu'elle mon souffle de vie, son sourire me rend
heureux et ses yeux qui scintillent me comble de plaisir
je lui offrirai un bouquet d'étoile toutes aussi lumineuse qu'elle
et je ferai de sa vie un plaisir continu et on se promènera tous les deux,
main dans la main, ton coeur contre mon coeur, dans le jardin d'eden
et rien ni personne ne brisera l'amour que j'ai pour elle
je suis prêt a exaucer le moindre de ses rêves, ses plaisir et ses désir
deviendront réalité
je suis ton génie , ton prince charmant, ton ange... TON AMOUR
je t'aime

Cyril - un amoureux de 26 ans de Paris

 

 

 

Ma participation à ....

La première idée que j’ai eue pour cette plus grande page web du monde ça a été de copier l’intégrale de Proust, la recherche du temps perdu pour chercher à combler de l’espace.
Puis je me suis dit que je pourrais aller sur n’importe quelle page, la copier de là et la coller dessus. Plutôt le site d’un dictionnaire ou d’une encyclopédie. Pour trouver celui au celle qui a le plus de mot, faudrait alors que j’aille voir du côté des langues étrangères. Finalement, pourquoi ne pas utiliser les traducteurs automatiques que l’on peut glaner çà et là sur la toile, écrire un texte et leur donner à traduire. Mais il faudrait ensuite repasser derrière et tout relire car on peut leur faire confiance pour nous rendre un texte illisible. Heureusement, finalement car quand ce sera parfait il ne nous restera plus grand chose à faire pour écrire. Et puis tant qu’à rendre un texte illisible, la solution la plus simple c’est de laisser enfoncée une touche du clavier et revenir des jours plus tard. En plus sauvage, il y a la possibilité d’enfermer un chat (j’aime pas les chats) dans une cage où on aura déposé un clavier et le laisser marcher dessus (j’allais écrire jusque mort s’en suive…). Mais bon, cela n’aurait guère de sens… Que cette page web soit la plus grande du monde je veux bien mais à quoi bon si elle n’a ni queue ni tête ? J’aime pas les champions du monde, ils sont meilleurs que moi. Par contre, j’aime bien ces jeux bizarres où comme le prônait Coubertin, « l’important est de participer ». Amener sa pierre à l’édifice, construire jour après jour, tant qu’il y en a, il en faut, le bien qui se fait à l’intérieur se voit à l’extérieur… Ces phrases toutes faites sont rigolotes, la publicité en rafolle et beaucoup d’entre nous aussi du coup. Et pourquoi pas aller à leur cueillette et les enfiler comme des perles les unes après les autres pour cette page web. Cela n’aurait pas beaucoup plus de queue ou de tête, cela témoignerait d’une époque où les phrases toutes faîtes font les têtes bien pleines. Mais il n’y a pas que l’écrit dans la vie. Pourquoi pas des images sur cette foutue page ? En prendre des bien grandes cela remplirait de l’espace. Pas d’images animées par contre, cela prend de la place non pas sur la page mais sur le disque dur et la question n’est pas de faire la plus grosse page web du monde. Il y a aussi la solution de tout conjuguer au féminin pluriel, de ne pas hésiter à faire des répétitions, de multiplier les angles de vue et les points de vues sans jamais effacer quoi que ce soit ni jamais revenir en arrière… Non, cette plus grande page web serait alors bien décevante ce serait un gigantesque brouillon. Non, pour remplir la page et le faire de façon intelligente, le mieux est d’être inspiré, d’avoir l’écriture fluide, d’enchaîner les mots les uns aux autres, de sortir les idées du placard, d’ajouter de l’épique aux situations, de l’intime à l’universel, du particulier au pluriel et de laisser courir la plume sans s’emmêler les pinceaux.
En fit toute la question se résume à çà, pour écrire la plus grande page web du monde, faut-il être malin ou se prendre pour un écrivain ? Faut-il trouver la meilleure astuce pour remplir cette page le plus possible ou faut-il se prendre au jeu et prendre le temps du plaisir d’écrire ce que l’on veut ? Cela vous étonnera si je suis du côté du plaisir ? Pourquoi pas vous ?
En me posant cette question du « pas vous ? », je me dis que cette plus grande page web du monde qui la lira ? Tout le monde connaît Guerre et paix, mais qui l’a lu ? A quoi bon écrire si ce n’est pour être lu ? Tout écrivain doit avoir cette angoisse. Ca y est elle me prend, pourquoi pas vous. Et si derrière ce « pas vous ? » on voyait le reflet de chaque lecteur, comme une mise en abîme gigantesque, un infini jeu de miroir, ne l’aurait-on pas notre plus grande page web du monde.

Matthieu COLOTTE - mercredi 13 mars 2002

 

 

La fête des mamy

Le 3 mars tombe à pique,
Non, ce n’est pas une course hippique,
C’est la fête des mamys
alors on oublie ses soucis
Il y a ma foi
c’était la première fois
qu’on te souhaitais ta fête
en faisant une drôle de tête
car on n'avait pas l’habitude
de changer d’attitude
pour te souhaiter une bonne journée
et surtout t’embrasser

Jean Baptiste - 28 février 2002

 

 

Le corbeau

Le corbeau prit son majestueux envol et se mit à tournoyer sinistrement autour du bâtiment futuriste dont le pied baignait dans une eau malmenée par la houle.
Sinistre ? Mais pourquoi sinistre ?
Peut-être parce qu’aujourd’hui, comme tous les vendredis matin, la banalité de cette fin de semaine me pesait. De plus, ce ciel étain qui déversait son flot de larmes depuis… Mais depuis combien de temps au fait ? Cela fait à peine dix minutes que je suis entrée et déjà je me plains.
Pourquoi tant de monotonie dans la vie d’une pauvre adolescente comme moi qui ne rêve que d’aventures ! ! !

Ce soir-là, lorsque je quitte le lycée, je me surprends à repenser au cours d’histoire. Le retentissement de la sonnerie m’avait faite sortir de mon état léthargique et l’espace d’une seconde, j’avais revu en ouvrant les yeux, le corbeau. Il avait la patte gauche blessée et saignait abondamment. La vision m’avait faite sursautée et ma prof n’avait pas apprécié. Elle m’a donnée un devoir de quatre pages pour lundi sur les croisades. Super ! Ca m’aidera à comprendre parce que j’ai rien suivi !
Malgré les épaisseurs de vêtements que je porte, mon écharpe, mes gants et mon bonnet, les morsures du froid me portent cruellement atteinte.
J’accélère le pas : vivement que je sois à la maison parce que je ne me sens pas très bien. Comme une sorte de malaise…
Soudain, comme surgie d’un passage intemporel, une jeune fille aux cheveux d’ébène apparaît à l’angle d’une propriété. Elle se dirige vers moi la tête basse, je ne distingue pas son visage. Sa chevelure au vent forme derrière elle, une sorte de traîne sinistre. Elle porte une longue jupe de taffetas noire et un chemisier gris chiné à manches courtes. Elle a des bras minces et une peau blanche, au point qu’elle paraît transparente.
Elle boîte, elle semble en deuil.
Son allure inquiétante me glace aussitôt. Et puis, comment peut-elle affronter les rigueurs de l’hiver vêtue de la sorte ?
Autant de choses qui m’apparaissent étranges mais elle continue d’avancer, impassible. Elle n’a, je pense, même pas remarquer ma présence et poursuit son chemin, indifférente au monde qui l’entoure.
Je ne sais pas pourquoi, mais sa présence me trouble et son allure me procure une impression de déjà vu. Après tout c’est sûrement mon imagination qui me fait encore un tour. Je fixe le prochain pâté de maison avec l’envie ferme de l’atteindre au plus vite.
Nous nous croisons.
Chose étrange, ses pas ne produisent aucun bruit sur les graviers, comme si elle les survolait. Je prends un air aussi décontracté que possible. Puis je sens, parce que je ne l’entends pas, que quelques mètres derrière moi, elle s’est arrêtée. Que faire ? Continuer comme si de rien n’était ? Ou rebrousser chemin ? Mais enfin que ferais-je de plus en allant la voir ? Que lui dirais-je ? C’est absurde ! J’ai parfois de biens singulières envies !
Je reprends mon rythme initial. Et je me mets à faire de grandes enjambées. Je dépasse plusieurs maisons, je ne suis plus qu’un automate aux gestes guidés par la peur. La fameuse peur. Celle de l’étrange, de l’étranger, du bizarre, de la coïncidence, de l’inaccoutumé, de l’insolite, enfin de l’indéfinissable.
A nouveau je ressens sa présence. Me suit-elle ? Je tourne imperceptiblement la tête, juste assez pour la distinguer. Oui, c’est elle. J’entends le claquement de sa jupe dans le vent semblable à un sinistre et inquiétant battements d’ailes.
Soudain, sa main se pose sur mon épaule. Blanche, fine, légère, fantomatique, pareille à une plume qui se serait posée là, non par hasard mais comme un avertissement, un signe, un indice.
Lentement, comme dans les séquences ralenties du cinéma fantastique, je fais volte-face. Elle retire sa main.
Je peux maintenant la considérer de plus près. Cette fois la rafale ramène sa longue et sombre chevelure devant elle, les mèches me frôlent, je frissonne.
Elle a le teint très pâle, le visage serein. Elle me fixe de ses petits yeux noirs en amande. Je ne peux plus soutenir son regard et je m’incline. C’est alors que j’aperçois avec frayeur sa cheville ensanglantée et bandée, auparavant dissimulée par la jupe.
Je relève la tête, sa bouche est tordue par un affreux rictus qui se veut peut-être un sourire. Je suis pétrifiée, clouée là, par la surprise et l’angoisse.
Durant quelques minutes, nous restons immobiles, face à face, nos regards ne font plus qu’un.
Puis, comme si tout à coup, la situation l’exaspérait, elle hausse les épaules et penche la tête pour regarder sa cheville. Je fais de même et brusquement, elle me lance :
- « Alors, on dirait que tu ne te souviens pas de moi… voyons, nous avons fait connaissance ce matin même, rappelle-toi… Non ? Pourtant, tu m’avais bien remarquée, et j’ai bien senti ton regard lorsque tu l’as posé sur moi. Enfin, tu sais, ce n’est pas si grave, j’aurais juste voulu que tu soignes ma blessure… s’il te plaît… »
Elle gémit à moitié maintenant.
- « Je t’en prie, soigne-moi … Je suis sûre que tu dois te sentir un peu coupable quand même… Non ? Vraiment pas ? Alors tu n’es pas gentille, tu sais, tu risques de le regretter… »
Sa voix rauque, froide, déchirante, semblable au cri d’agonie d’un oiseau blessé m’a profondément bouleversée.
Mais qui est cette fille ? Que me raconte-t-elle donc ? Où et quand aurais-je déjà pu la voir ? En plus, une apparition pareille, ça ne s’oublie pas alors, est-elle folle ?
Soudain, un énorme poids lourd passe à grande vitesse : je reviens à la réalité. Je le suis des yeux un instant, puis, je reviens à mon interlocutrice. J’ai la curieuse impression que sa vision s’efface peu à peu. Mais oui, c’est vrai… elle disparaît. Aurais-je rêvé ou bien… ? Non, c’est impossible !
Je rentre chez moi dans un quasi état de transe.
****
La clarté de la lune inonde ma chambre. Je m’éveille en sursaut, les ressorts de mon lit cessent de grincer. Tiens, j’ai oublié de fermer mes volets…
Après avoir difficilement trouvé le sommeil, je sors d’un rêve étrange : je baignais dans une atmosphère des plus mystiques, une pluie de plumes grisâtres s’abattait sur moi.
Quelque chose me chatouille. Je passe une main endolorie dans ma nuque. Etrange et sinistre vision, c’est un duvet d’oiseau noirci et mouillé par un liquide épais : horreur ! la chose est ensanglantée !
FIN

Amandine – 18 ans – Poitiers - 18 mars 2002

 

 

---- : R.O.r : ----

--------------------------------------------- Indice de réfraction à Marseille.
J'aime cette manière, il se penche sur le monde: pu: RR---o --:S: avec son stylo, c'est la marche du signe.
Le soleil est une guerre à quatre hic: (Des moitiés de clones) l'une ou l'autre manière c'est ce que vous êtes--------- O !

-------------------------------------------- Orbite terrible.
Nom: Mémoire Non: Théorie Non: Langue Non: Je-hante Non: l'individu trempé.
21 lunes mais vous choisissez: minimum: 16 millions de couleurs: gène animal: X&Y.
Faites des lunes: R.o.R ou qui la mordut ?
Oui: Mémoire Oui: Théorie Oui: Langue Oui: Je-hante Oui: l'individu sec.
21 printemps mais qui choisissez vous: minima: 16 millions de couleurs: Anima/us.
-------------------------------------------- Jeu avec le robinet du laser.
Je sens mon souffle, enfin le réveil total avec ces recherches de liquides. Je ne veux pas n'importe quoi: huilez donc votre paysage!
Tout le pays tournoit.
--------------------------------------------
J'ai marché avec morphée, ce repère, dans l'aube matinale avec quelques garçons trouvés sur des skat:e-boarding près de la fontaine orange vidangée: vrillage des genoux: matrices en l'air: smac: roi sur le ciment....avec en bas ces roues.
--------------------------------------------
L'ovation d'une foule, de mangeurs de crême glacée...ce qui suit est crypté par des hurlements et toute ma punition laissera, pour quelques jours, mon orbite aigre d'un bon rasage: attente de dépression: salivation d'un affamé: Orbite terminée.
--------------------------------------------
La logique de la mort con: (s)tante, un fait comique: l'action se passe dans le quatrième bâtiment des traumas,
Les charnières aiment les racines oranges agrafées: dans la lignée d'une langue: La grue orange s'est soulevée...
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
La grue orange a soulevé sa bouche en métal contre une colline enneigée:
(les gens forcent d'autres à venir dans l'orbite.)
--------------------------------------------Vénus glacée.
Vous jamais par manque de lunes!
J'ai été attiré: par cet arc, comme le ciel me rappelle un détail a: muSée: un tour à 360°.
Incuber: L'oxymoron « boob » est en caoutchouc massif avec un écoulement continu de lait enduisant la surface rugueuse de cette période de début de siècle .
Les enfants courent comme happés, véritable bond vers l'avant près de l'arc en tissu.
Le but était d'atteindre le méta: mamelon où on pourrait se tenir dessus sans risque: observez les autres glissant en arrière: détail (Là: Marseille) avec le manteau laiteux et le périscope. J'imagine, est-ce comme ce qui doit le faire mourir à chaques secondes. Heures par heures, compter les ruptures.
--------------------------------------------Plie de recouvrement:
1-Versez rapidement un certain produit de vieillissement dans son thé.
2- Observez-le se développer de vous à moi.
Pour les plus chanceux, la montre est bidon, être seul comme des enfants qui glissent en arrière
vers le bas
--------------------------------------------sur la terre.
La glissade en arrière vers le bas: étant un genre de coupure: un genre de commencement, infatigable plongeon en avant.
Les signaux s'occupent, servent et aiment à faire des plaisanteries sur la nation. 1-or-heure
Ceci est arrivé par le passé, pendant un rassemblement dans le bain du lycée. 3-rOr
J'y avais attrapé mon premier aperçu en ligne .
J'ai nagé par recouvrements.

Après le vingtième recouvrement, mon père est allé nager, dérivant dans les ruelles à côté de moi.

Ce qui s'est produit,
J'ai cessé de lui demander!
J'ai encore l'aperçu en arc qui me dit:
"Tu n'essaies pas assez dur."
La deuxième fois que j'ai attrapé l'aperçu: Sa marche avait été beaucoup trop lointaine, en dehors de toutes routes, en direction de l'arbre.
J'ai oublié que la terre est une illusion, en voyant mon père du bas de ce haut-escalier, dans la fenêtre en cercle de notre maison, ne sachant pas qu'il était dans une maison immobile. Or
Je me suis pensé hors de l'arbre:
En se demandant ce qui saigne dans la géo-garniture-verrouillé du point-kilométrique?
---------------------------------------------------------------------------------------------------------182.

Aurélien LOUIS - Marseille – 18 mars 2002

 

La coccinelle qui ne voulait pas voler

Il était une fois une coccinelle si paresseuse
Qu'elle dormait toute la journée.

Chayma - 6 ans – Marseille – 18 mars 2002

 

L’adversité

Devant l'adversité, pense à l'être et non à ses revers

 

Victor Hugo

Votre vie fût bien remplie
Il y eût des hauts et des bas
Car la perte d'enfants n'a rien de facile
Toutefois l'amour serein d'Adèle ; la passion de Juliette
Ornèrent de piquant votre ascension politique
Revoir vos œuvres façonne le quotidien
Hommage à l'homme tout court, au politicien, au poète
Un grand-père de toutes les Cosettes
Grand visionnaire de l'Europe hue ! du monde
On ne saurait vous définir sans faire d'euphémisme

Gistine - Marseille - 18 mars 2002

 

France - Roumanie

Un jour à la télé, j'ai vu les français-contre les roumains. Ils ont gagné deux à un.
J'ai vu un super but et j'ai vu un super penalty. Et aujourd'hui mes amis Nadim ,Nassuf, Mohamed on gagné quatre à deux

Omar said - 9 ans - 14 mars 2002

 

Le treizieme

Lorsque Hercule amena Cerbere au roi Eurysthée, celui-ci fut très surpris :Hercule avait réussi à accomplir les douze travaux !
Il décida donc d'imaginer un treizième travail pour le héros :le travail consistait à rapporter la tête du serpent des mers Serpos.
Hercule partit en mer sur un navire. Après une semaine de navigation, Hercule arriva sur l'île Serpos, l'île du serpent, Dans la nuit le vigile aperçut une longue chose qui avançait vers le bateau, Hercule qui s'était levé cria à ses hommes de prendre les armes. Serpos arriva au navire. Les hommes lancèrent des flèches, des lances, sans effet sur le serpent.
Alors, Hercule monta sur le mât à la hauteur de l'œil du serpent. Avec sa lance, Hercule
Essaya d'atteindre l'œil, en vain. Hercule sauta sur Serpos et, avec un de lance, il lui creva
L'œil. Serpos retomba dans l'eau, ce qui fit une vague énorme. À l'aube, il lui coupa
La tête. Rentré à Mycènes, Hercule déchargea la tête devant le roi Eurysthée qui tomba
Raide mort au sol.

Djordjé PAVICEVIC - 11 ans - 27 février 2002

 

L'enfant et le géant

Jete chez des gens
J'ai vu un géant
Il m'a mené dans sa maison s'écoulait
Et le géant tout excité
On est tombé la terre
On a vu un restaurant
Qui sentait bien piquant
On rentré au restaurant
Il nous a donné du piment
On a continué la route
On a vu un mammouth
Regardé ce belle vu
Non on est perdu
Le géant mangeait
Du Fromage
L'enfant dit
Bon appétit
On a vu une lumière
C'était l'enfer
Le géant et l'enfant son dit
La route de la terre
Ils sont rentrés dans la lumière
Ils sont rentrés au paradis
Le géant avait une femme géante
Et le petit garçon s'appelait Moulere
Il avait une petite fille qui s'appelait marine

Inconnu – Marseille - 14 mars 2002

 

Le Vélo

Quand j'étais à l'école, mon père m'acheté un vélo. Il était très beau. Ma petite sœur me l'a cassé.
Quand j'étais à l'école, mon père est parti aux Comores voir sa mère qui était malade.
Il est reste 13 jours

Farid - 8 ans - 14 mars 2002

 

Mon Papa

Mon papa travaille à la montagne.
Il y a m'a envoyé une carte postale
C'est loin sur cette carte, il y a un chalet, de la neige, des sapins.
J'étais contente parce que mon père était descendu sur Marseille
On avait invité des gens.

Latufa - 7 ans - 14 mars 2002

 

Il a neigé sur la Ville

Ce matin, maman a ouvert les volets.
Quelle Surprise ! Sur le toit d'en face, la neige fait une couverture bien propre.
Les arbres, les trottoirs, La neige scintille au soleil. La ville a presque un air de fête !
Ce soir le spectacle aura bien changé.
La neige sera grise et fondante, les trottoirs seront glissants et dangereux. Maintenant, sur la place en allant à l'école, on a fait des batailles de boules-de-neige.
On n'a même pas froid au moins !

Shaarani - 14 mars - 2002

 

Sourire

Parfois,quand vous êtes triste, personne ne remarque vos larmes.
Parfois, quand vous avez du chagrin,personne ne remarque votre tristesse.
Parfois,quand vous êtes heureux,personne ne remarque votre sourire.
Mais pétez une fois.!!!!!!!!!

Jacques – Québec - mercredi 13 mars 2002

 

N’oubliez pas …

casseur d'ambiance
ne l'oubliez pas
l'eau coule dans les rivieres
ne l'oubliez pas
faut quelle reste claire
ne l'oubliez pas
les oiseaux sont dans la foret
ne l'oubliez pas
ils doivent continuer de voler
ne l'oubliez pas
dans les villes y'a des enfants
ne l'oubliez pas
ils prennent la vie en riant
surtout n'oubliez pas
y'a toujours le SIDA
n'oubliez pas
il continue de faire des degats
s'il vous plait ne les oubliez pas

Éric - vendredi 15 mars 2002

 

Trés dur pour la prochaine

la prochaine coupe du monde de football se derroulera
en coree et au japon je trouve malheureux q une coupe
du monde se deroule dans deux pays ce sera tres
embetant pour les supporters qui ne pourront assister
qu a une minoriter des matchs probleme de financement
lors de la derniere coupe du monde en france si il y
avait un match a marseille et le lendemain un autre a
paris les supporters pouvaient prendre le train et
pouvaient assister a une autre rencontre sans se
ruiner malgres tout ca les francais seront parmis les
favories mais leurs routes ne sera pas aussi simple qu
en 1998 ils rencontreront forcement une equipe qu ils
auraient pus jouaient en final ont aura une final
avant l heure mais pour gagner une coupe du monde il
faudra battre toutes les equipes meme si cette annee
les bleus seront diminuer par l absence de laurent
blanc qui je pense pourrait encore tenir sa place car
a son poste il n y a aucun joueurs capable de jouer
libero et de gagner une coupe du monde sans libero
sera tres tres tres dur bonne chance pour barthez.

Said et Ayeche mediateurs au parc bellevue - Marseille - vendredi 15 mars 2002

 

D'une histoire facile à comprendre

Dès l'instant où il la vit, il comprit. Pourtant il insista.
Nous avons tout de suite su que ce système d'emboîtement bivalve
ne convenait pas pour le bidule. Alors, pourquoi forcer?
Quand la chèvre fut massacrée, nous étions venus pour cela.
Prétendre le contraire serait absurde. Pourtant Mary Beth a menti. Il
était complètement dément de se servir d'une clé à pipe pour cet
usage. Pourtant, ça aurait pu marcher.
Lorsqu'il quitta la cheminée, il prit conscience qu'il avait
oublié la blouse pour la grenouille. Paul se dit qu'un djinn avait
probablement sauté sur la tête de l'imposteur.
Il n'y avait pourtant rien de drôle dans le cadavre démembré de
Charles. Bizarre que nous n'ayons pas protesté quand Holly éclata de
rire.
Avec des pieds dans cet état, Eddy ne pouvait conserver beaucoup
d'espoir. En le voyant, on aurait pu croire qu'il avait encore des
orteils.
"Ne t'approche pas de moi !" cria Stella en levant les bras.
Nous savions que le concept de sandwich au paon défiait le tiers
monde. Mais nous le mangeâmes.
C'était sans aucune logique que le nain avait peur du gros chat
d'Harold. Mais si vous avez déjà vécu à genoux, vous devez savoir
que, vues d'en bas, les choses paraissent très différentes.
Le super-troll n'avait rien de commun avec la grenouille de Jack
mais il prit quand même ses cornflakes. Pourtant c'était déjà
l'hiver.

Jacques - dimanche 17 mars 2002

 

Un amour d'e-mail (réponse à Cyril)


Mon Coeur, mon ange,......oui, oui c'est toi Cyril ;-))))))
Qui aurait cru qu'une simple correspondance sur internet allait se transformer en histoire d'amour ?
Au départ j'avais rédigé une annonce pour trouver des correspondants du monde entier, sur un site canadien (que j'avais trouvé par hasard). Mon annonce datait du 3 octobre 2001 et j'ai eu de suite quelques correspondant(es). On s'écrivait très irrégulièrement. Puis le 3 décembre (donc 2 mois après jour pour jour) un jeune homme, répondant au doux prénom de Cyril, voulait correspondre avec moi. J'étais ravie d'avoir une nouvelle personne à qui écrire. Et nous nous sommes écrits tous les jours, d'abord une fois par jour, puis deux, trois,...... On avait énormément de points communs. C'était bizarre. Ensuite, se sont rajoutés les textos. Le courant passait super bien entre nous. C'est à ce moment-là qu'il m'a avoué avoir des sentiments pour moi et qu'il était perdu. Comme j'étais dans le même cas que lui, je l'ai rassuré de suite. On commençait à tomber amoureux l'un de l'autre. Mais quand on ne s'est jamais vu (sauf en photos) et que l'on n'a jamais entendu le son de nos voix, on ne sais pas dire si c'est vraiment de l'amour.
Et le 26 janvier 2002, il m'a téléphoné. J'avais l'impression que mon coeur allait sortir de ma poitrine, tellement il battait fort. Quand j'ai entendu sa voix, elle était familière pour moi. Pour lui c'était pareil. Ce coup de fil n'avait fait que confirmer nos sentiments respectifs. Mais nous ne nous étions pas encore vu réellement, jusqu'au jour où je suis montée dans la capitale (petite précision, je suis de Marseille).
Donc le 11 février, nous nous sommes rencontrés pour de vrai. Croyez moi, ce n'était pas facile du tout de se retrouver face à face. On était extrêmement nerveux tous les deux. C'est compréhensible. J'avais l'impression que nous étions seuls au monde. Je ne voyais et n'entendais que lui. J'étais comme hypnotisée.
On peut parler, je pense, de coup de foudre.
J'avais toujours rêvé de rencontrer le prince charmant et maintenant je peux vous dire que je l'ai trouvé "mon prince."
Mais à l'heure actuelle, un seul problème persiste : la distance entre nous. Toi, "là-haut" à Paris, moi "en bas" à Marseille. Ce problème disparaîtra d'ici quelques mois. Et même si nous avons chacun notre préférence, nous verrons bien ce que le destin nous réserve. En tout cas pour l'instant, il nous a mis sur le même chemin ;-))))))) et ça c'est super !!!!!!!!
Sache Cyril, qu'il n'y a pas une minute où je ne pense pas à toi. Tu as pris une place très importante dans ma vie et dans mon coeur. Et je profite moi aussi de "la plus longue page web du monde", pour que toutes les personnes qui liront ce message, sachent que tu me combles de bonheur et d'amour.
Je suis ta puce, ton ange, ton Amour !!!!!!!!!!!!!
JE T'’ AIME

Alexa - 26 ans de Marseille et amoureuse ;-) - vendredi 15 mars 2002

 

Le cirque

Hier, (16.03.02) on a réservé des places pour le cirque Ronaldo.La caissière ne nous a pas prévenus que le spectacle était à Torcy. Résultat nous sommes arrivés en retard, nous avons eu les moins bonnes places et deux petites pestes derrière nous.Sinon le spectacle était bien,mais pas aussi bon que dans les critiques.

Manon - 9 ans – Noisiel - dimanche 17 mars 2002



21 février, aux environs de la Savine

L’hiver couvre la mer, il fait froid, la nuit tombe.
Un moteur tourne et enfume quelques affiches haineuses fraîchement collées.
Une vitre se baisse et laisse paraître un regard noir.
Soudain, un bruit sourd, à demi étouffé par des regards cyniques.
Une balle d’acier fuse, rejoindre son funeste destin.
Une balle, elle aussi noire, ; elle aussi haineuse
une balle Manufrance, façonnée pour tuer.
La bas, un jeune garçon, noir, n’a pas le temps de réagir.
Il siffle encore un air entendu, une soirée de repet’
Et tombe lourdement, face contre terre.
Quelques images défilent vite : ses îles, son soleil, sa cité.
Un seul cri et quelques gouttes de sang,
C’est tout ce qui reste de sa vie.
Le vent porte son souvenir, il s’appelait Ibrahim Ali.

Jean François DEBIENNE – Marseille - 15 mars 2002

 

Histoire de crocodiles

Que dit un crocodile qui rencontre un autre crocodil ? Bonjour crocrodile

Bruno ARCULEO - samedi 16 mars 2002

 

Les idées reçues

Oui, il faut mettre de côté les idées reçues comme l'espoir, la charité, la sacrifice.

L'espoir est le pire de tous nos maux, car il nous oblige à attendre du futur ce que nous n'osons pas nous accorder maintenant. Il représente la forme la plus parfaite de la fuite en avant.

La charité est la façon la plus hypocrite de ne pas nous mêler de nos affaires en nous faisant croire à nous mêmes que nous pouvons donner ce que nous avons, alors que nous ne pouvons donner que ce que nous sommes.

Le sacrifice est une forme d'autocrucifixion quand on a enfin réussi à trouver en soi, à force de le chercher, une expérience suffisament dévalorisante pour qu'on puisse croire à sa libération en l'éliminant.
Il faut travailler objectivement à devenir ce que l'on est et opérer en conscience au lieu de se livrer à des interrogations inutiles qui ne font qu'augmenter le doute.

Claude PAULIN - jeudi 14 mars 2002

 

CAKE AU JAMBON

MOULE 28 CM 1/2
INGREDIENTS:
-200 g de farine
-1 sachet de levure
- 100g de gruyere rapée
-160g de beurre
-200g de jambon
-6 oeufs
-3 cuilleres à café de moutarde
PREPARATION:
Versez le mélange farine levure beurre ramolie avec le mélange oeufs moutarde gruyere rapée
Remuez puis ajouter le jambon coupé
Mettez le tout au four
Four moyen thermostat 5/6 pendant 30 à 35 mn
Laissez refroidir
Coupez le cake
Puis régalez vous!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Florian KYZANOWSKI - 12 ans - MORANGIS - dimanche 17 mars 2002

 

La vie d’Autofocus.

Il était une fois un joli dragon vert avec des yeux verts, il s’appelait Autofocus, tous les enfants et les adultes l’adoraient car il faisait rire :
« - il chante bien ,puis il est adorable ! »
Mais Autofocus était le plus pauvre du village des automates. Il n’avait pas beaucoup de sous et une maison toute petite pour dormir. Un jour, Autofocus alla au village pour chanter et se faire un peu d’argent ; il chanta « une souris verte » et d’autres chansons. Aussi tout le village l’adorait et lui donnait de l’argent. Autofocus remercie tout le village et rentre chez lui. Il compte son argent mais il n’avait toujours qu’un peu pour se nourrir et trouver une grande maison. Le lendemain matin, il alla au village acheter des légumes, il rencontra une jolie dragon et il tomba amoureux. Mais il se dit qu’il n’a pas assez de sous pour se marier et lui acheter ce qu’elle veut. Alors il décida de ne pas parler à la dragon, puis il acheta ses légumes. Il rencontre une princesse, la princesse lui dit :
-« Qu’est ce que tu as Autofocus ?
Il répondit :
-« je n’ai pas assez de sous pour me nourrir et pour trouver une belle, une maison ,comme ça je trouve une femme pour me marier avec elle.
Elle répondit
-« je résoudrais ton problème, je suis la princesse de l’amour, je résous tous les problèmes d’amour, alors je te donne un travail comme ça tu auras assez d’argent.
Autofocus remercie la princesse et demande ce qu’il doit faire comme travail.
-« tu chanteras Autofocus à mes enfants comme ça je te payerais. Depuis ce jour là, Autofocus faisait ce travail et eut ce qu’il voulait. Il rencontra la jolie dragon, il lui demanda son prénom elle répondit :
-« je m’appelle Autofacus. »
Il répondit :
-« je m’appelle Autofocus »et avoue son amour pour elle. Il la demande en mariage, elle accepte et ils se marient et ont beaucoup d’enfants.

Hadidja – Marseille – mardi 19 mars 2002

 

L’homme parfait

Un jour, un homme parfait rencontre une femme parfaite.
Ils ont un mariage parfait, une vie parfaite, etc...
Le soir de Noël, ce couple parfait rentre à bord de leur voiture parfaite.
Sur un chemin de montagne, il rencontre un vieil homme en rouge à côté d'un traineau accidenté.
Cet homme se révèle être le Père-Noël.
Le couple parfait accepte de l'aider à faire la distribution des paquets mais en chemin, il ont un accident.
Sur les trois passager, un seul survi.
Qui est-ce?
La femme parfaite evidemment!
L'homme parfait et le Père-Noël n'existe pas.

Samizer - mardi 19 mars 2002 - 13:31

 

Ce matin là

Ce matin là, nous partons au lac de Sainte Croix. Il faisait très chaud. …On prend donc le car et nous partons. Nous arrivons au lac mais il fallait descendre du car parce qu’on ne pouvait pas descendre la pente, donc nous sommes descendues, avons pris nos affaires et on y est allée à pied : c’était très fatiguant de descendre une pente comme ça….On arriva au lac il était vraiment magnifique. Amina et moi, on a posé nos affaires et on est allée goûter à l’eau : elle était très bonne.On est allée louer un pédalo on est monter dessus moi et Amina : mon petit frère et ma petite sœur ont pédalé, on s’est arrêté et on est monté sur le toboggan qu’il y avait sur le pédalo et on glissait dans l’eau qui était très belle et claire. On saute, on s’amuse pendant la demi heure qu’on avait pour le pédalo.On devait revenir et on a pris des photos. Puis Amina et moi, on a loué un canÖe pour partir loin .On ramait quand Amina jeta la rame dans l’eau je lui ait dit <<va la chercher ou sinon elle va au fond.>>Puis elle sauta dans l’eau mais elle n’arrivait plus à monter sur le canÖe et puis le monsieur nous a vu et vint nous chercher en pédalo. Amina monta dessus puis on a remercié le monsieur. On ramait quand soudain on est tombé du canÖe et on nageait en le tirant puis un autre monsieur est venu nous ramener sur terre. Enfin !! Il restait encore une demi heure. On l’a donné à mon petit frère Nassim qui en a profité. Nous, nous sommes parties nous reposer… Dure journée mais si agréable !!!

Yasmina – Marseille – 19 mars 2002

 

Chez soi

Avoir un chez soi devrait refléter une heureuse issue dans la vie quotidienne. Les démarches à effectuer sont très longues, la patience est de rigueur. A force de volonté, certaines personnes arrivent à dénicher un foyer. Alors commencent les soucis environnementaux :
hygiène et confort .
Parmi plusieurs domiciles, que j’ai visité j’ai remarqué entre autres cette battisse qui vue de l’extérieur en ferait rêver plus d’une ; des arbres superbes jalonnent tout le pourtour du bâtiment. Par la fenêtre, c’est tellement merveilleux ! De dehors, je me dis qu’il n’y a rien de mieux que de vivre là-dedans.
Le désarroi semble irréel dès qu’on voit l’intérieur : c’est si étroit qu’on n’ arrive pas bouger. Ce qui représente la cuisine, ressemble à un trou à rats ;on a superposé les affaires les unes sur les autres. Il y a tout juste une chambre; par un petit couloir, on accède à la cuisine et à côté la salle de bains WC. Dès l’entrée de l’immeuble, on imagine le genre de vie qu’on mène dans un endroit pareil .
Ce qui amène à réfléchir et à prier pour que tout un chacun dans ce bas-monde puisse trouver un espace sain et viable où séjourner tous les jours.

 

Crocodiles

Certainement très fascinants ; ils se
Régénèrent par l’ouverture de leur gueule
Ordinairement calmes, gare à leur
Cruauté brusque et sans appel.
On a tendance à trop les sous-estimer ;D’un bond magistral ;
Ils attrapent leur proie.
L’amour les unit sous l’eau de février à Mai .
Elevés selon les normes :
Seuls les robustes survivent à la loi du plus fort .

 

Un fabuleux rêve

Par une merveilleuse journée d’Août ; je vécus un
fabuleux rêve ; je vis des crocodiles ; on ne peut
plus grands ; venus des quatre coins du monde.
Gardés et élevés très bien. Un très beau spectacle !
Il y avait des nénuphars au dessus de l’eau ;
des crocodiles sous l’eau ;
Quelques uns se prélassant
au soleil ;
de temps en temps,
on en voit un qui se glisse
majestueusement au fond de l’eau.
C’est si fantastique et si beau !
La réserve est si accueillante ;
les guides aimables ; Dans quelques boutiques,
on peut acheter des souvenirs ; reflets de cette sublime
ferme aux crocodiles . A midi nous avons déniché
un ombragé : le moment propice pour manger,
radoter, se reposer .
A quatorze heures,
nous sommes allées découvrir
les merveilles du musée provençal de Donzere ;
Tout y est : des objets de travaux manuels,
culturels, médicaux, artisanaux, culinaires ,infantiles, le bon-vivre d’antan quoi !

 

Le sida

Sérieux fléau mondial.
Il provoque sans préavis le
Déclin d’une vie humaine.
Amère défaite de la médecine ?
Prouvez à votre partenaire que vous l’aimez !
Offrez-lui votre amour avec délicatesse.
Un pas en avant avec sagesse ;
Recourrez au préservatif :
Quelle quiétude après l’
Union sans quiproquo.
Optez toujours pour la sécurité…
Il suffit de peu pour vivre ou mourir, alors ?

Gistine – Marseille – 19 mars 2002

 

Faire du Poney.

Salut, je m'appelle Zahara et je suis inscrit dans un centre où je fais mes devoirs tous les jours, et nous faisons parfois des sorties.`
Samedi 16 mars, nous avons fait une sortie à l'équitation et c'était vraiment chouette.
Il y avait deux groupes :
Un premier groupe qui a fait la ballade.
Et un deuxième groupe qui a fait de la voltige.
La ballade c'était bien, elle a duré une demi-heure, et j'ai fait un quart d'heure. J'ai laissé le reste du temps à une autre personne. Mon poney était un peu têtu, mais pas trop. Un moment je me suis fait mal, mais c'est pas grave.
Ensuite nous avons fait la voltige.
La voltige c'était vraiment mieux que la ballade. À la voltige, nous avons fait des exercices :
- à l'endroit,
- à l'envers,
- à genoux,
- debout.
Après ça les activités étaient finies et nous avons pris le goûter et nous sommes partis sur le chemin du retour. Nous avons pris le bus à la Parade, puis le métro à La Rose, puis nous avons changé de ligne à St Charles jusqu'à Bougainville.

Zahara – 9 ans – Marseille. Le 19 mars 2002

 

La ballade à cheval

Le samedi 16 mars, nous sommes allés faire du cheval.
Nous avons pris le métro jusqu'à St Charles et ensuite nous avons changé de ligne jusqu'à La Rose et nous avons pris le bus jusqu'à La Parade.
Ensuite nous avons attendu trois jeunes qui s'appellent Sophie, Gabrielle et Marie. Après nous sommes restés à la Parade pour faire du poney. Out à commencé par rentré dans une petite cabane, d'une femme qui s'appelle Kala. Nous étions étonnés parce qu'il n'y a pas une mais deux Kala, celle du centre et celle qui s'occupe des poneys, moi Zohra, j'avais tout fait comme activités, à part celle où je monte sur le dos du cheval. À part ça tout s'est bien passé, la ballade sur le cheval, et aussi pour la ballade, il nous faut des bombes.

Zohra – 9 ans – Marseille. Le 19 mars 2002

 

Les princesses abandonnées.

Au début les trois princesses dorment.
Il y a Clarisse à droite, Rose au milieu, Anastasia à gauche.
Clarisse et Anastasia mettent le bras sur Rose
Réveil: DRING, DRING, DRING…..
Clarisse : J'ai bien dormi.
Rose : Moi aussi.
Anastasia: Et moi donc.
Rose : C'est à moi de préparer le petit déjeuner avec Clarisse (en regardant le planning).
Anastasia : Je vais rester là, je cherche un livre.
Pendant que Clarisse et Rose préparent le petit déjeuner, Anastasia cherche et trouve le livre.
Elle l'ouvre à la première page, tourne et trouve la photo de mariage de ses parents.
Anastasia : Ben nos parents étaient mariés ?
A ce moment-là Clarisse et Rose arrivent avec le petit déjeuner.
Aussitôt Anastasia remet la photo dans le livre sur sa commode
Clarisse : As-tu trouvé ton livre ?
Anastasia: Oui ! Bah, j'ai horreur des toast brûlés et de l'eau à la place du beurre. J'en veux pas
Rose : Et ne dis rien, dimanche, à midi, les poulets étaient carbonisés.
Anastasia : Ne dis rien à propos de ma cuisine ok (fâchée)
Clarisse : Oui Rose tu as encore laissé les tranches de pains sur le feu, elles doivent brûler.
Rose : Ha oui, je vais les chercher (honteuse)
Clarisse : Essaye de ne pas te brûler les doigts.
Anastasia : Tu veux un bout de pain Clarisse ?
Clarisse : Oui, merci Anstasia
Rose revient avec le pain Brûlé, Anastasia va faire la vaisselle, Rose va se doucher
Rose : Je vais me doucher.
Anastasia : Je vais faire la vaisselle.
Clarisse : Je vais rester là à lire un livre.
Pendant que Rose se douche et qu'Anastasia faisait la vaisselle. Clarisse cherche le livre.
Tout à coup elle le trouve. Elle le prit elle le posa verticalement. Un papier tombe du livre. Clarisse le ramasse et le lit.
Clarisse : Monsieur et Madame Paul et Parie Edwards. Nos parents s'appellent Paul et Marie.
Elle rangea le livre.
Rose arrive et propose à Anastasia de jouer à un jeu de carte.
Clarissse : Je vais me doucher.
Mais Rose et Anastasia s'en fichaient, elles jouaient.
Anastasia : J'ai encore gagné.
A ce moment-là Clarisse arriva.
Rose : Clarisse tu dois faire les lits, Anastasia le balai, moi la serpière.
Quand Clarisse eut finit elle dit je dois faire le déjeuner avec Anastasia
Anastasia : J'arrive Rose, il vaudrait mieux que tu laves ta commode, elle toute pourrie
Pendant que Clarisse et Anastasia cuisinent, Rose nettoie tout
Clarisse : Ca y est on a finit, pâtes au beurre à midi.
Rose : Chic alors, moi j'ai lavé tout ce qui était sale les livres et nos commodes.
Anastasia: Mangeons les filles.
Rose : On a quoi en dessert ?
Clarisse : Rien ma poule, on a rien.
Rose : Oh ! Ca va toi hein.
Anastasia : On a quoi comme dessert ?
Anastasia : De la glace au chocolat (la bouche pleine)
Un peu plus tard.
Rose : Où est la glace? Je vais la chercher.
Anastasia : Au four pourquoi ? Elle était trop dure !
Rose : (en criant) Au four… Trop dure… Vous êtes folle les deux petites.
Clarisse : Y a de la glace à la vanille au frigorificateur
Rose : D'accord, j'y vais
Anastasia : Clarisse!!!
Clarisse : Quoi ?
Anastasia : Tu sais, j'ai trouvé la photo de mariage des parents
Clarisse : Toi aussi ! Moi j'ai trouvé le nom et le prénom des parents
Rose n'a rien trouvé.
Rose : J'ai trouvé la glace à la vanille
(On arrive)
Anastasia : Clarisse, viens je veux te dire un secret – On luit dit
Clarisse : Il faut qu'elle trouve aussi quelque chose pour qu'on lui dise.
Anastasia : D'accord !
Rose : Voilà la Glace.
La glace finie, Rose va faire la vaisselle.
Clarisse : Il faut tout dire tu crois ?
Anastasia : Non Non
Pendant que Rose farfouille les livres.
Clarisse : Que cherches tu Rose ?
Rose : Je cherche la belle et la bête.
Clarisse : Le livre est un peu plus à gauche.
Rose : Aie, il y a quelque chose qui m'a mordu !
Anastasia : Sort le pour voir.
Rose : C'est une boite très poussiéreuse.
Clarisse : Ouvre là vite.
Rose : Elle est coincée !
Anastasia : Donne, je vais le faire.
Anastasia ouvrit la boite.
Anastasia : Regarde ton trésor.
Rose : Une alliance et … Un mot, je vais le lire.
Les filles vous avez du tout trouver. Avec votre père, nous avions caché ça avant notre mort : Signé Maman.
Rose : Le filles vous avez trouvé des trucs ?
Anastasia : Oui, Clarisse a trouvé le nom et le prénom et moi la photo de mariage.
Clarisse : Il s'appelaient Paul et Marie Edwards.
Anastasia : Regarde la photo.

Lucie - 10 ans – Marseille- 19 mars 2002

 

L’épicier

Jusqu’au 18è siècle, l’épicier était aussi un pharmacien (on disait alors apothicaire).
Il vendait les remèdes de son temps :
Herbes,
eau de vie,
réglisse,
sucre (pour les rhumes et la toux),
épices…(cannelle, clou de girofle, muscade, cumin, safran) qui étaient des épices rares et précieuses rapportées d’Orient et d’Amérique.
Ces produits servaient à la fois à la préparation de remèdes et des repas. Ils entraient dans la composition des meilleures recettes de cuisine de l’époque.
Les épiciers n’avaient pas très bonne réputation. On conseillait à l’époque de faire moudre le poivre devant soi afin d’éviter de se retrouver avec un mélange de poussière.
Pour devenir maître épicier, il fallait quatre années d’apprentissage et connaître sur le bout des doigts la fabrication des confitures, la préparation des cires et des sucres ainsi que la composition des principaux remèdes.
La profession se transforma au 19è siècle. Grâce à l’essor des grandes lignes maritimes et des chemins de fer, les épices n’avaient plus la même rareté. Leur prix chuta.
L’épicier perd à ce moment là sa renommé de « commerçant fortuné, il vendait désormais les produits de base pour l’alimentation :
- sucre,
- sel,
- conserves,
- café
ainsi que les fournitures domestiques :
- allumettes,
- bougies,
- balais.

Marseille - 19 mars 2002

 

La jounée à la neige

Je suis une femme qui va souvent au centre ressources femmes. La personne qui s’occupe de moi elle m’a proposée une sortie à la neige mais moi je ne suis pas allée. Ce jour là j ‘avais mon fils qui était malade et moi je m’occupais de lui . En plus il y avait la fête de l’aïd el quebir. Mon mari apporte le mouton, il faut que je sois à la maison. C’est pour ça que je ne suis pas allée à la neige. Mais je reste toute journée à pensser à la sortie. A ce qu’ ont fait les dames… Comment se passe la journée… Et je reste triste de ne pas y être allée. Après la sortie je suis allée au centre et j’ai vu les photos. Elles sont magnifiques. Il y a aussi des dames qui me racontent le jour de la sortie. C’est tellement bien. Je pense que si la prochaine fois il y a une sortie à la neige, je veux y aller moi et mes enfants

Hayet – Marseille – 19 mars 2002

 

Là ou je vis !!!

La maison où je vis est vraiment insalubre et pourries. Depuis que je suis rentreé, je n’ai pas cessé de nettoyer et même de monter à l’échelle pour enlever tous ce qui est noir et humide. Je suis rentrée à l’hôpital car j’ai failli perdre mon bébé, j’étais enceinte de 7 mois. J’ai proposé au propriétaire de repeindre la maison mais il a refusé.
La chose la plus importante qui se passe actuellement, c’est la santé de mes enfants et de mon mari car ils ont eu un début d’ashme à force de rester dans un logement humide. La solution est de trouver le plus vite possible un autre logement dans un état correct.
Depuis que j’ai commencé mes recherches, j’obtiens des pistes mais c’est long et difficile. J’espère qu’un jour je trouverai et j’obtiendrai pour mes enfants un appartement convenable.

Nacéra – Marseille – 19 mars 2002

 

La peau d’orange

Comment nait la « peau d’orange » si chère aux cuisses des femmes ?
Eh bien, je vais vous le dire simplement…
A force de manger des kilos et des kilos d’oranges confites et autres douceurs, l’organisme emmagasine les sucres et les calories contenus dans ces succulents fruits ensoleillés, pour essayer d’en fabriquer . Ah… ce ventre, quel gourmand !!!
Mais, n’y arrivant pas, nos sucreries vont se transformer très vite en une vilaine graisse appelée peau d’orange.
Vous en reprendrez bien un peu, non ???

Fadila – Marseille – 19 mars 2002

 

La peur bleue d’Amina

Il était une fois, des jeunes filles qui se promenaient dans un parc appelé « Le village des Automates ».Soudain, Amina, l’une d’entres elles, vit un chien dans une niche.
Amina s’avance, et met la main pour le caresser. Le chien aboie très fort et Amina sursaute et tombe de peur !
Ses copines la relèvent, rient et Amina part. Le chien était un automate.

Amina, Annissa et Yasmina – Marseille – 19 mars 2002

 

Souvenir de la sortie à Carry

Le 06/07/2000
Ce matin là, nous partions pour Carry le Rouet. Certaines personnes avaient rendez-vous au métro National, d’autres à St Charles.
Pour passer le temps, on a pris une photo, ensuite le train à quitté la gare à 11 h 00.
Nous avons vu de belles maisons au bord de l’eau, à la gare de Carry. Nous avons marché pour arriver à la mer et certaines femmes ont fait des courses pour le midi. Nous nous sommes arrêtées dans un coin pour manger, c’était un coin plutôt tranquille. Le repas terminé, nous sommes parties nous baigner. Nathalie nous a prêté des masques pour regarder sous l’eau : On nous a pris en photo. A 14h30, nous avions rendez-vous pour une visite guidée en bateau. Le guide nous a présenté tout Carry : Certaines femmes ont aimé, d’autres non !
Pour tout vous dire, moi-même, je n’ai pas supporté le bateau.
Une fois la promenade terminée, le groupe des femmes s’est séparé :
Les unes sont parties faire des courses, les autres sont retournées à la plage.
Avant la séparation, on s’était donné rendez-vous sur le port pour dessiner, ce qui nous a fait très plaisir.
Puis, nous avons pris les photos.
Ensemble nous avons pris le chemin du retour et Nathalie a immortalisé ce moment par la prise d’une dernière photographie du groupe dans la gare de Carry. Nous avons pris le TGV pour rentrer à Marseille Saint Charles donc on est vite arrivé chacun chez soi.

Amina – Marseille – 19 mars 2002

 

Souvenir de la sortie du 06/07/ 2000

A Carry Le Rouet
J’ai bien aimé la sortie, c’était bien la mer !
C’était bien, moi, cela m’a fait plaisir, parce que j’aime aller à la plage.
Et le bateau aussi, c’était bien ; je ne l’avais jamais utilisé, le jour de la sortie, c’était la première fois !!!

Ramla – Marseille – 19 mars 2002

 

La sortie du 18/08/00

On a pris le car à 9.45, on a attendu des personnes en retard et ça nous a énervé.
Pour la sortie à Sainte Croix, c’était bien, on a fait du pédalo puis, on a découvert un magasin de lavande.
J’ai passé une très bonne journée.

Wasila – Marseille – 19 mars 2002

 

Le lac de Sainte Croix

Nous étions quelques familles à se cotiser , pour la location d’un pédalo.
Sur l’eau ce fut une très belle expérience : Wassila, Béchar Youssef et moi, Ilham, nous nous en sommes donné à cœur joie ! Nous pédalions ,voguant sur l’eau, quelles sensations !

 

Le petit train du Zoo de la Barben…

Tous les visiteurs se retrouvent au point de départ du petit train.
Hé hop ! attention départ…
Allons à la découverte de ce fameux parc animalier :
Une girafe par-ci , un éléphant par là !
Les enfants étaient ravis et les adultes étaient émus
,quelle ballade !

 

Les automates

Nos hôtes , les automates nous ont accueillis avec le sourire.
Leur village est inondé de lumière de même qu’il est très coloré.
Nous étions sous le charme, grands et petits…
Nous rendions visite aux uns et aux autres, les uns nous racontaient l’histoire de leur vie,
les autres nous offraient un merveilleux spectacle tels des gens du cirque.
Ce fut une excellente journée

Ilham – Marseille – 19 mars 2002

 

La fabrication des bonbons à la fontaine du Vaucluse

J’ai vu un hommes faire du sucre dans une bassine. Il met du miel dans une bassine, il met du citron et il met sur le feu doux. Il prend des petits bâtonb et il les entourre de sucre comme des sucettes. Il les pose sur un plateau pour les faire refroidir. Il les met ensuite dans un papier et les vends 5 francs.

Rahima – Marseille – 19 mars 2002

 

Le buvetier ou patron de café

Le Buvetier est l’ancêtre des patrons de café.
Les clients venaient lui acheter le vinaigre et l’eau de vie.
Le vinaigre était indispensable dans la vie quotidienne : il était utilisé dans un très grand nombre de recettes de cuisine, il permettait de conserver les fruits et les légumes pour l’hivers et il était supposé éloigner certaines maladies.
L’eau de vie était consommée par tout le monde. Les artisans et les ouvriers l’utilisaient comme la boisson du petit déjeuner. L’eau de vie était, disait-on, l’eau qui conserve la vie et maintien en bonne santé !
Le buvetier ne manquait jamais de clients…
Certains tenaient leur boutique à l’intérieur des palais de justice. C’est à leur comptoir que les juges venaient faire une pause.
A la fin du 18è siècle, apparurent les premiers cafés parisiens où l’on servait cette nouvelle boisson dont tout le monde parlait : le café.
Trois siècles plus tard, les buvetiers ont disparu mais les patrons de café se comptent encore par milliers.

Marseille - 19 mars 2002

 

Les carpes rouges

Les poissons rouges sont des poissons qui vivent dans les rivières et ils sont jolis, les poissons rouges vivent ensemble dans la rivière. Mais les poissons rouges quand quelqu’un leur fait peur, ils partent et se séparent et sans vont partout . Mais quand il partent ils reviennent, dès qu’ils voient que la personne est partie.

Sifddine - Marseille - 19 mars 2002

 

Le potier

Durant de nombreuses années, les objets de la vie quotidienne furent en terre cuite.
Le potier fabriquait et vendait dans son atelier :
- la vaisselle de table et de cuisine,
- les assiettes,
- les plats,
- les vinaigriers,
- les poêlons,
- les cruches…
On était potier de père en fils.
L’atelier était construit dans la maison et le travail avait lieu en famille.
Les poteries, modelées à la mains, séchaient quelques temps, puis cuisaient dans un énorme four pendant 12 heures. Il fallait veiller à ce que le feu ne s’arrête pas !
Le Potier était avec le boulanger de l’époque, l’un des plus gros consommateur de bois.
Le potier vivait toute l’année de son métier, il avait beaucoup de commandes.
Plus tard, les potiers durent abandonner leur activité ; ils ont été remplacés par les petites usines qui ont mécanisé la fabrication.

Marseille - 19 mars 2002

 

Les sorties

On a vu des bambous, des chèvres, des sangliers, des poulets …des poissons, les arts Africains, des belles fleurs et des plantes. On a vu aussi des vaches et des moutons .
Dans le paysage, il y avait des grands arbres.
On s’est bien amusé !!!
La sortie nous a bien permis de voir beaucoup de choses.
On a aussi vu la mer sur le trajet.
Les sorties nous font beaucoup de bien.

Texte dicté par Fatou écrit par Bintou – Marseille – 19 mars 2002

 

Maître verrier

L’art de fabriquer le verre est connu depuis l’Antiquité, mais il met longtemps à se développer en France.
Les verres à boire n’apparaissent qu’aux tables des maisons riches.
Le premier Maître verrier connu vient d’Italie.
Jusqu’à la révolution, la fabrication de la verrerie est considérée comme un secret d’Etat. Les maîtres verriers étaient surveillés en permanence. Il leur était interdit, sous peine d’emprisonnement, de changer d’adresse sans autorisation.
Travailler de ses mains fut longtemps jugé méprisable. « Un épicier par exemple, était beaucoup plus considéré qu’un sculpteur ou un peintre célèbre ». Tout métier manuel était interdit à la noblesse sauf celui de maître verrier ; ce qui montre combien cette profession était estimée.
Les maîtres verrier travaillaient en famille. La préparation du four occupait plusieurs personnes. Le maître verrier était seul autorisé à souffler le verre
Au 19è siècle, l’industrie remplaça le travail du verrier dans la fabrication des vitres, des bouteilles et des verres.
Aujourd’hui, on peut trouver encore quelques souffleurs de verre qui perpétuent leur art, mais seulement pour l’artisanat.
Ils leur est difficile d’en vivre.

Marseille – 19 mars 2002

 

Chapeau !

bon alors c'est lundi
je rentre des cours c'etait pas terrible
alors comme tous les jours je vais à l'ordinateur
et je parle et je parle et puis je fini par m'ennuyer
et là je tombe sur le Petit Quotidien de mon frere de 8 ans
et je lis : pour la fete de l'internet, une association tente de réaliser la plus longue page internet
suivi de l'adresse
n'ayant rien d'autre à faire j'y vais
et là ( je me répète ) je dis : Chapeau marseille
parce que, ce lundi 18 mars 2002 :
- 1718 lignes
- 36179 mots
- 206225 caractères
ca fait beaucoup
alors je le redis : BRAVO MARSEILLE

Max - 14 ans - Lille - 18 mars 2002



Ouvrier papetier

Le papetier à eau fabriquait le papier d’autrefois, selon une technique copiée sur celle des Arabes et ramenée en France. Installé dans un moulin à eau, auprès d’une rivière,(comme à la Fontaine du Vaucluse), le papetier travaillait en famille.
Le papier se faisait à partir de vieux chiffons. Une fois par mois, les chiffonniers de la région apportaient leur ballots au moulin.
Les femmes et les filles du papetier s’occupaient du triage. (Oter les boutons, mettre de côté le linge fin pour le papier de luxe, découper en petits morceaux, déposer dans les cuves…)
Dans les cuves, les morceaux de chiffons étaient mêlés à l’eau de la rivière et passés sous de gros maillets de bois qui les déchiquetaient pour le transformer en bouillie.
L’ouvrier papetier prenait ensuite un tamis au cadre de bois et le plongeait dans la pâte. L’instant était magique : la feuille de papier naissait. Le geste était répété plusieurs fois de façon lente et précise. La pâte devait se déposer en couches régulières.
La feuille encore humide reposait ensuite sur un feutre pour ensuite être passée à la presse pour en extraire 80 % d’eau.
Le séchage était la dernière étape, dans une pièce chauffée au feu de cheminée.
Au 19è siècle, la consommation de papier augmentait et les ouvriers ont dû trouver d’autres matières premières. La fabrication industrielle à partir du bois a remplacé la fabrication artisanale à partir de vieux chiffons.

Marseille - 19 mars 2002

 

La vérité …

"Mais la vérité est qu'à aucune époque de ma vie je n'ai
été homme à me croire souillé par le contact ou par
l'approche d'un être ayant forme humaine".

Thomas De Quincey - Londres - vers 1820. Cité par Walter Mann – Marseille - 18 mars 2002

 

Printemps

Avril, c’est un mois de printemps.
Beau temps.
Ce soir , il fait froid, c’ est l’hiver .
Karim, dort.
Mercredi, il ne va pas à l’école.
Vendredi, il a cours.
Histoire finie.

Mohamed – Marseille – 19 mars 2002

 

 

Une bonne journée

Je suis partie avec un car dans un jardin. J’ai vu des plantes, un lac et des grandes fleurs. Les fleurs avaient un parfum qui sentait bon. Après avoir mangé je suis montée dans un train vapeur qui m’a fait faire une promenade au milieu des montagnes. C’était bien !!!

Nadia – Marseille – 19 mars 2002

 

ZOO


Zazie et moi sommes copines ,nous sommes allées visiter le zoo.
Oh ! ces grands éléphants énormes avec leur trompes
Ou bien ces grandes girafes et leurs longs cous ,
Des oiseaux de toutes sortes chantent
Et gazouillent de leurs beaux sifflements.
La lionne endormie après un copieux repas ;
A ses cotés ses petits font la sieste, le lion dort de temps à autre il ouvre un œil silencieux sans
Bouger, il n’est pas le roi des animaux pour rien il veille sur sa progéniture .
Après avoir patiemment admiré ces félins
Rendez-vous avec le groupe qui nous a accompagné
Bien sûr tout le monde fut émerveillé
Et la journée fut exquise. La
Nature nous fait beaucoup de bien. Dommage que l’homme détruit tout.

Nadia – Marseille – 19 mars 2002

 

Une journée à Carry

Sur le port
C’est la mer, le beau paysage, le ciel bleu et les beaux bateaux.
Les rochers
On a mangé, apprécié les cigales, chanté, j’ai apprécié l’air de la mer.
La baignade
Pas de baignade pour les raisons que ma fille a des problèmes de peau
Je ne me suis pas baignée pour qu’elle n’ait pas envie de me suivre
Le bateau et les calanques
J’ai apprécié les bateaux, la vitesse, le vent, les vagues, la vue qui avait sur la côte
Le retour sur Carry
Courses, visite du parc avec ma fille, une petite visite dans Carry avec Ilham
La gare de Carry
Je suis fatiguée, à moitié endormie, je suis contente de ma journée et
contente de rentrer à Marseille avec ma fille et mes beaux souvenirs de Carry

Chantal – Marseille – 19 mars 2002


Voyage à la neige

On a passé une bonne journée.
On a bien mangé bien bu .
On a bien promené.
Le car toute la journée s’était bien .
J’espère que la prochaine fois ça se passera comme ça.
Tout le monde se parlais ,on s’entendait bien.
S’était la première fois que je voyais la neige, j’étais bien.

A Bassia – Marseille – 19 mars 2002

 

 

Voir plus haut


Ce qui me fait peur ..ce n'est pas tant qu'ont soit manipulé
C'est que ceux qui le font ...le soient également
Mais ceux qui manipulent les manipulateurs ne sont-ils pas eux même
manipulés ..
par d'autres manipulations manipulatrices ....question ?
Lundi 18 Mars 2002
Redinard.com Chef-Manipulateur (Altairien)
What makes me fear... is not as much as have is handled
It is that those which do it... it are also
But those which handle the manipulators them are not even handled...
by other handling manipulators... question?
Monday 18 Mars 2002
Redinard.com Chief-Manipulator (Altairien).Was mir.ce Angst macht, ist nicht, solange, das heißt gehandhabt haben ES
ist, daß jene, die es machen... es sind ebenfalls, aber jene, die die
Manipulatoren handhaben nicht sogar sie.. durch andere
Manipulatorhandhabungen gehandhabt... question?
Montag, den 18. März 2002
Redinard.com Chef-Manipulator (Altairien).
Ciò che mi fa timore.ce non è finché cioè hanno trattato è che coloro che lo
fanno... lo siano anche ma coloro che trattano i manipolatori loro non sono
anche trattati.. da altre manipolazioni manipolatori... question?
Lunedì 18 marzo 2002
Redinard.com capo-Manipolatore (Altairien).
Faz-me medo.ce não é enquanto ou seja manipular for que os que fazem-no...
sejam-no igualmente mas os que manipulam os manipuladores eles não são
manipulados mesmo.. por outras manipulações manipuladoras... question?
Segunda-feira 18 de Março 2002 de
Redinard.com Chefe-Manipulador (Altairien).
¿¿Lo que me hace miedo no es mientras o sea hayan dirigido sea que los que
lo hacen.. lo sean también pero los que dirigen los manipuladores ellos son
dirigidos ni siquiera.. por otras manipulaciones manipuladoras... question?
Lunes 18 de Marzo 2002 de
Redinard.com Jefe-Manipulador (Altairien).

Renaud LOUIS Chef-Manipulateur (Altairien) - lundi 18 mars 2002

 

Pokémon

Pokèmon rappelle tous pokèmon
Sacha et Pierre et Ondine,
Pikachu et Raichu et Pichu
Pikachu attaque fatal foudre
Raïchu attaque éclair
Pichu attaque fatal éclair
Sacha à capturer un pokémon
Sacha à captuer un pokémon
Sacha à captuer un pokémon
LA FIN DE POKÉMON

Mouhamadi – 11 ans – Marseille – 20 mars 2002

 

Blague

Au tribunal,le juge annonce sentence :
_Vous etes condamné à 20 ans pour avoir tué vos parents!
L`accusé se lève:
_Oh ! Mr le juge...
Ayez pitié d`un pauvre aurphelin !

Alexandre - mercredi 20 mars 2002

 

Vous le connaissez

Vous le connaissez.
Il est passé par les méandres de la folie, en s'arrêtant parfois pour demander du feu.
La pluie qui tape sur le carreau compte seulement les jours qui lui restent.
Et cette chaussette sale qui amuse la mouche verte, ne lui appartient pas.
Toujours sur les mêmes chemins, ceux de cette solitude qui vous écrase le 'moi'.
Toujours sur le même destin, celui qui dit .. de ne pas vous taire.
Il est passé, un mois de décembre, oubliant votre regard, la peur dans vos yeux.
Et cette femme qui crie, il ne la connaît pas, pas assez encore.
Au bout de la pluie, il se tient droit, dans cette nuit noire, qui effraie l'hibou.
Je le sais de le voir, à gauche puis à droite ..juste devant moi.
Et les rues se pavent de nuisances diurnes.
Je le sais là-bas, passant incolore, cheminant vainqueur l'odeur de sa mort.
Ces secondes furtives qu'on jette dans le rien, qu'un malhonnête ramasse, et rallonge une vie.
Les étoiles se taisent dans ce mois de tristesse.
Il repassera par là, vous demanderas du feu, en s'arrêtant ..parfois.

Renaud LOUIS - Renard * Passant malhonnête - jeudi 21 mars 2002

 

L’étranger

"L'étranger ne voit que ce qu'il sait"

adage africain

PS : c'est vrai que le Pelourinho a des airs de place du tertre, à 1000 lieux des romans de Jorge Amado... Des touristes qui regardent les églises, des brésiliens qui regardent les touristes, et les policiers qui regardent tout le monde...

 

Bonjour


Aujourd'hui j'ai rencontré Karim
il nous a raconté sa vie et nous a pris
deux cigarettes
marin kabyle
parti pour le venezuela arrivé à paris
la bière à la main
- les vents que voulez-vous...
Karim le kabyle marin
une bière deux cigarettes un chemin le sourire
il n'a pas perdu le sien
Karim une poignée de main

Kenjiii - mercredi 20 mars 2002

 

SUITE NUE

1995
Dans suite nue, il y a tenue. Pourquoi suite nue ? Parce que c’est la suite d’une vie commencée lors d’une soirée chez Greg. Nue parce que référant à l’état dans lequel elle se trouvait. Tenue enfin, parcequ’il est question de d’attitude de bonne «tenue ». Inopinément, comme ça, la question se pose en moi-même : est-ce mon éducation ou mon amour pour la personne humaine face à son vis-à-vis, qui me pousse à préférer la réserve, le sous-entendu et la malice, l’art d’insinuer en troisième fond de pensée.
Quel délice quand il vous arrive - après moûlt défections de la part de jeunes filles, dont j’ai apostasié l’incurie, le laisser-aller gratuit, la négligence de leurs propos - de coudoyer une personne de la gente féminine, qui éveille la sensualité particulière que seules les femmes possèdent en un seul regard.
Je parlais donc de suite : en effet, après avoir délaissé, par un dégoût naturel du quotidien sans cesse répété, mon image de jeune garçon clean sur lui, naturellement intéressé et prédisposé aux confidences, je décida de changer de peau, et que la fête chez Greg serait une nouvelle ligne de départ. Après avoir débarqué chez lui, non sans une excitation toute personnelle à cause de mon nouveau rôle à jouer, et fait connaissance avec les réserves de champagne, je pus m’intéresser aux vivants. Les habitués, formant un demi cercle fermé, que tentaient de pénétrer de nouveaux invités peu connus mais essentiels pour marquer la limite ; les amis d’enfance dont je faisais parti ; et enfin les parasites - plus connus des copains de copains- mais comment les éviter dans ce genre de fête ? Et cette suite, donc, se déroula alors qu’une bonne partie des invités se dirigeaient vers le jardin où Greg organisa un jeux dans la piscine. Je me retrouvai alors sur un sofa large et enclin au confort. En face de moi, Elisabeth. Je ne su son nom qu’après. De par son attitude pendant le déroulement de la soirée, on pouvait croire que son seul soucis était de se faire un mec. Or, même le plus abruti d’entre nous savait que s’intéresser à ce genre de fille nuirait à son image. «N’importe qui peut coucher avec une fille facile, comme je ne veux pas être considéré comme n"importe qui , je détourne mon regard de ses courbes ». Voilà ce qu’on dût penser la pluspart des mâles. Et bien leur en fasse, car cette réaction prévaut souvent dans ce genre de soirée. Toujours question ou pas de « bonne tenue » dans la mesure des critères adoptés ce soir-là. On sentait tout de suite d’ailleurs le climat instauré par quelques personnes en mal de snobisme. Et Greg n’a rien pu y faire. Me voilà donc en face de ce genre de filles que je critiquais plus haut. C’est alors que je vis sur son visage se profiler l’ombre d’un sourire, ou plutôt un sarcasme à peine voilé qui me laissa perplexe : et si elle jouait un double jeu ? Après tout, moi-même entrant dans une danse qui pouvait m’emmener loin, serait-elle une partenaire à la hauteur ? Je décida de tenter le jackpot.
Il aurait été judicieux de s’interroger sur les raisons de son comportement, mais l’appel de l’imprévu, ajouté à l’effervécence causée par le champagne, m’éloignait de toutes ces réflexions prudentes. Je me dirigea vers elle, songeant en moi-même à l’envie jalouse et hypocrite qu’avaient éprouvé la majorité des soi-disantes « super top » présentes, face à son comportement plus ou moins outrancier sur la piste de danse. Il est vrai qu’elle avait mis le turbo pour envoyer d’aussi belles figures tendancieuses au corps à corps avec les garçons qui pensaient sûrement à ne pas prendre le risque de se faire mal voir en la suivant. Puisque un seul voire deux profiteraient de ses faveurs, plutôt rester en position de « stand-by » et se mettre bien avec tout le reste de la bande, largement influencée par les remarques assassines des demoiselles. Etait-ce le reflet d’une concurrence physique déloyale ? Non je le crois pas. Un sentiment d’impuissance face à un style banni à jamais des soirées feutrées et branchées, serait plus explicatif. En une seconde toutes les images les plus folles me parvinrent. Je n’eus pas la peine d’arriver jusqu’à elle car elle se leva, me demanda du feu, et m’invita à la suivre à l’écart. on penserait à du roman que ça ne serait pas faux, mais pourtant tout ceci était bien réel ! Quelle attitude adopter ? Encore une fois, le naturel ne pourra pas refaire surface : je me demandais quelle position avoir dans une personnalité fausse que je m’étais construite ; un sacré exercice d’esprit puisque même entraient en compte mes vraies pensées que s’entrecroisaient mes fausses perspectives de comportement. En clair je devais jouer sur trois niveaux différents, le stress accumulé me faisant perdre une partie de mon efficacité. Qu’importe ! Nous nous asseyâmes sur le muret juxtant la chambre de Greg, et commençâmes à enviger une autre suite au programme. Disons qu’elle laissa glisser sa main le long de ma cuisse. Sensualité à l’américaine, film grand budget. Elle se déshabilla langoureusement, il n’y a pas d’autre mot, et fila dans la chambre, s’allongea sur le lit, sans un bruit, nue, dans un état indescriptible. Je dois avouer que je ne m’y attendais franchement pas. Pris d’un doute, je vérifia que personne ne nous avait vu, puis j’entra à mon tour. C’est alors qu’elle se redressa, me regarda et se pris d’un fou rire assez dérangeant vu la situation dans la quelle nous nous trouvions. J’en resta pantoit. Dans quel merdier étais-je aller me fourrer ? Soudain, elle me proposa de l’emmener autre part, afin d’en finir une bonne fois pour toute avec ce jeux stupide, ces palissades transparentes dressées entre les gens afin de mieux contrôler l’envie et donc à l’extrême le désordre. J’en reviens donc au début : une suite nue , sans tenue. Tout ça parceque le semblant amène un décalage certain entre la réalité et l’imaginaire.
Quant à Elisabeth, je la raccompagna chez elle, après lui avoir prêté un tee-shirt et une paire d’espadrilles qui traînaient là. M’accordant le privilège d’emprunter sa voiture, Greg s’inquiéta de me voir partir comme ça, sans aucune raison véritable. Je ne m’aperçu que trop tard de sa véritable nature, quand Elisabeth m’enfonça ses crocs dans la gorge pendant que je m’activais à satisfaire notre plaisir. Mon sang coulait et finissait dans ses veines à elle. Avant de partir pour une autre destination, elle me fit un sourire, le même que la fois précédente ? Le sourire du condamné.

A.D.L - mercredi 20 mars 2002

 

Un texte pour les enfants

Les organisations non gouvertemantales, les états du monde vont se réunir cette année pour apprécier les avancées de la convention des Droits de l'Enfants. Cette rencontre est nécessaire car beaucoup de pays signataires en 1959 de la convention n'en appliquent pas les règles, certains partiellement, certains pas du tout.
Les conflits de ces dix dernières années ont ciblé les femmes et les enfants, n'hésitant pas à mettre en œuvre des moyens inhumains que les gouvernements n'auraient pas du accepter et qu'ils doivent abolir en urgence.
Une société qui ne protège pas ses enfants, qui les persécute a fait un grand pas en direction de la barbarie.
Etablir des règles, des obligations et des sanctions est un devoir des sociétés et un impératif pour les pays signataires.
C'est aujourd'hui 20 mars le printemps est-il chargé de promesses humaines.

Madeleine – Villeneuve d'Allier – 68 ans

 

Fête de l'Internet

voici une modeste contribution à la journée de l'Internet, la plus longue
page du web.
R. Warnery
Une toute petite pièce vitrée sur trois côtés, une petite table, deux chaises, un panneau "interdit de fumer". La fenêtre a de lourds barreaux. C'est le parloir des avocats, quelque part dans les quartiers sud de Marseille. Il y a un drapeau au dessus de la porte monumentale !..
.
Et j'attends !... J'attends qu'on ait trouvé celle que je viens visiter. Est-elle en classe, à l'atelier, à la douche ou chez le psy ? Non, tout simplement couchée en chien de fusil sur son lit !... Je la dérange d'une mauvaise sieste. Elle profite de ce que sa co-cellulaire est en activité pour être un peu seule, pour rêvasser avec sa triste histoire ! Mais son visage s'éclaire d'un sourire qui m'émeut, tant il exprime de l'amitié, de la gratitude.
"Ca fait du bien de te voir ! Y a longtemps... Comment vas-tu ?"

C'est elle qui me reçoit, me fait les honneurs de la maison. Et puis je le sens, très vite elle guette pour deviner combien de temps je vais lui consacrer. Elle le suppute à ma façon de sortir mon bloc à écrire, de consulter mon agenda, de prendre possession de ce petit confessionnal en forme d'aquarium. Rassurée, et pudique à la fois, elle a ses questions, des réponses partielles qui l'inquiètent, elle s'effraie de tous les petits signes de son corps: "Ca ne va pas. Je pleure beaucoup, c'est trop long. Je ne sais rien de mon juge ? Peut-être que je vais voir mes enfants, demain au parloir. Tu vois, j'ai des boutons, je ne suis pas belle, je grossis. Ma co-cellulaire n'a pas voulu rester avec moi parce que je suis noire. Il y a des filles gentilles. Il y en a des méchantes. Alors je ne sors plus de ma cellule. Il y a des moments, j'ai presque envie d'en finir !..."
Elle me jette tout cela en vrac, comme des bouts de pain sec aux canards ! Qu'est ce que je vais en faire de toutes ces petites souffrances ?
Alors j'explique avec des mots simples ou des petits dessins. On se dit des choses graves avec humour. On passe du mouchoir Kleenex au rire qui détend. On porte à deux sa misère, son angoisse.
Aujourd'hui elle en a besoin, je lui raconte l'histoire des deux petites grenouilles qui sont tombées par un soupirail dans une cave, chacune dans un récipient aux parois lisses et plein de liquide. Qu'à cela ne tienne, elles savent bien nager. Mais sur les parois, leurs pattes glissent et leurs efforts les épuisent. Une des grenouilles se lasse vite, malgré les encouragements de l'autre, se laisse couler et se noie ! L'autre, contre toute espérance, continue à battre le liquide de ses pattes jusqu'à la limite de ses forces... Soudain le liquide s'épaissit, résiste à la poussée des pattes de la nageuse entêtée, puis devient de plus en plus solide jusqu'à permettre &a